Articles récents

Fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

31 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Mexico :

fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

Communiqué sur la fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

Aux gens solidaires

Aux médias libres

De manière collective et coordonnée, nous avons décidé, ce 17 octobre, de mettre fin à notre grève de la faim. Nous estimons que nous avons formulé notre revendication de négation et de mépris profond envers les prisons et le système pourri qui depuis ses racines les régit, et nous continuerons de le nier depuis la quotidienneté de nos vies, à l’intérieur ou à l’extérieur de la prison.

Le but de cette action a été de casser l’isolement et la dispersion, pour soutenir, pour créer un lieu de lutte et pour démontrer que même si nous sommes derrière les barreaux, ils n’ont pas pu refroidir nos esprits rebelles.

En tant qu’anarchistes, une part de la rupture que nous choisissons de réaliser consiste à nier le contrôle et la régulation qu’essaie d’exercer l’état et n’importe quelle forme d’autorité sur nos corps et nos vies. C’est nous, d’une manière individuelle et consciente, qui devons décider pour nous mêmes, et personne d’autre.

Pour cela nous avons repris le contrôle de nos corps, la grève de la faim a été un clair exemple de cela. Nous pouvons résumer notre action comme un petit apport à la guerre irréductible contre la domination du pouvoir établi, pour la dignité de ceux et celles qui peuvent regarder en face l’ennemi sans baisser les yeux.

Un acte de révolte et de désobéissance et non un acte de victimisation ; un acte qui unit nos coeurs et qui nous fait sentir partie prenante d’une lutte conséquente qui ne s’arrêtera pas.

Nous n’écartons pas la possibilité de recommencer à employer la grève de la faim ou n’importe quel autre outil que nous considérons nécessaire pour mener à bien nos luttes.

Nous remercions profondément toutes les personnes qui ont été attentives pendant notre protestation, pour leur accompagnement et leur solidarité, en leur rappelant que les prisons n’arrêteront pas notre révolte.

Parce qu’il ne suffit pas de parler d’anarchie, nous devons être l’expression de cette dite anarchie.

Jusqu’à ce que tous nous soyons libres!!

Mario González García Carlos López “Chivo” Fernando Bárcenas Abraham Cortés

Source: CNA MEXICO Traduit par les trois passants Plus d'infos: https://liberonsles.wordpress.com/

Pour information

31 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Pour information,

des précisions sur les armes de la police d'État, grenades de "désencerclement", "assourdissantes" ou "offensives".

Les tenants du "Fabriquons français" et du "patriotisme économique" doivent être fiers, puisque toutes ces armes sont produites dans la Sarthe, dans l'usine ALSETEX de Malpaire à Précigné.

Sur son site, on peut lire :

ALSETEX est spécialiste des systèmes et services pyrotechnologiques dédiés au maintien de l'ordre et à la sécurité civile. ses produits et services satisfont aux besoins de l'État français, en répondant strictement à ses spécifications. Nous maîtrisons toutes les phases du cycle de vie de solutions pyrotechniques innovantes : faisabilité, conception, développement, industrialisation, qualification, production, stockage, livraison, installation, formation, maintenance, revalorisation, collecte et démantèlement. La qualité SAE ALSETEX : Des valeurs partagées par tous les acteurs de l'entreprise Des Objectifs qualité ambitieux et suivis mensuellement La volonté de satisfaire durablement nos Clients

Ainsi, pour répondre "aux besoins de l'État français" ALSETEX se vante de maîtriser "toutes les phases du cycle de vie". A noter que ses "Clients", gendarmes et victimes, participent au SAV (sevice après-vente), cycle de blessures et de mort, répondant ainsi à la qualité ALSETEX qui a la "volonté de satisfaire durablement nos Clients".

Pour information

Si vous passez à Sao Paulo

30 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Meeting international à Sao Paulo (Brésil)

Affiche d'un meeting international auquel participe la Fédération Anarchiste membre de

l' International des Fédérations Anarchistes.

Si vous passez à Sao Paulo

Rassemblement mercredi 29 octobre à partir de 17h

28 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Pour protester contre la mort de Rémi Fraisse dans la ZAD (Zone À Défendre) du Testet (barrage de Sivens, Tarn)…

Rassemblement mercredi 29 octobre à partir de 17h place Pasteur à Besançon Mort pour la croissance... des profits

Le décès de Rémi Fraisse est le résultat de l'acharnement du pouvoir à promouvoir jusqu'à l'absurde tous les projets de grands travaux coûteux, inutiles, néfastes... et parfois mortels... dont le seul objectif est de maintenir la croissance des profits.

Les "arrangements entre amis" conduisent au financement de ces projets titanesques qui bénéficient à une poignée et au détriment de la pérennité des services réellement utiles à la population.

Quelques rappels sur le projet de barrage du Testet :

- l’enquête publique avait conclu à un avis favorable, SOUS RÉSERVE d’un avis positif du Conseil National de Protection de la Nature. Or, celui-ci a rendu un avis nettement défavorable ;

- les travaux de défrichement se sont déroulés sans autorisation préalable de défrichement ;

- les opérations obligatoires de diagnostic archéologique préalable ont été oubliées ;

- et le pire... le conflit d’intérêt est manifeste, puisque la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne a établi l’étude concluant à la nécessité des travaux, alors que c’est elle qui doit les réaliser. ... et tout cela pour irriguer les poches/champs d’une poignée de barons-agriculteurs pollueurs.

Depuis plusieurs mois les militants qui défendent la zone humide du Testet et qui luttent contre ce projet absurde sont victimes de la répression de l'État et des milices locales qui défendent le projet, dans un silence quasi unanime.

La mort de Rémi Fraisse est un meurtre d'État.

Nous dénonçons le détournement de l’argent public au profit des actionnaires du BTP.

Ni barrage, ni aéroport !

Des légumes pas du bitume !

Sources : Un crime du pouvoir socialiste Hervé Kempf (Reporterre) lundi 27 octobre 2014 D’autres articles ici : http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

Merci de votre soutien, Les Trottant.e.s

Rassemblement mercredi 29 octobre à 17h

28 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Appel à manif demain,

Pour protester contre la mort de Rémi Fraisse dans la ZAD du Testet (barrage de Sivens, Tarn)

Rassemblement mercredi 29 octobre à 17h place Pasteur à Besançon

Le barrage de Sivens, grand projet inutile, fait une première victime. Depuis le mois d’octobre 2013 des « Zadistes » occupent la zone humide du Testet dans le Tarn pour s’opposer au projet de barrage de Sivens destiné a assurer l’irrigation d’une poignée d’exploitations (20 à 40 selon les sources), qui soutient avec de l’argent public un modèle dépassé et polluant d’agriculture intensive.

Malgré une résistance acharnée des « Zadistes » le chantier a débuté le 1er septembre 2014 sous haute protection policière, les 13 hectares de forêt disparaissent petit à petit dans le fracas des machines et des gaz lacrymogènes.

La manifestation nationale de soutien au mouvement des opposants à la destruction de la zone humide du Testet dans le Tarn a eu lieu samedi 25 octobre pour l'essentiel dans le calme.

Mais des incidents graves et violents, opposant gendarmes mobiles et opposants au projet du barrage ont eu lieu tard dans la nuit du 25 au 26 octobre.

Victime d'une grenade projetée dans son dos, un jeune homme de 21 ans, Rémi Fraisse, est décédé.

En attendant les conclusions de l'enquête sur le décès,

l'Union syndicale Solidaires condamne les actes répressifs des forces de l'ordre et appelle à se rassembler mercredi 29 novembre à 17h, place Pasteur, en hommage à Rémi Fraisse.

Union syndicale Solidaires COMMUNIQUÉ mardi 28.10.14

Info

28 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

http://www.macommune.info/article/temoignage-terrifiant-dune-bisontine-manifestant-au-zad-du-testet-tarn-109649

Un appel d'occupant-es de la zad de NDDL

27 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Un appel d'occupant-es de la zad de NDDL :

Un camarade tué au Testet Appel à manifester contre la violence d'Etat Rassemblement ce lundi 18h devant la préfecture de Nantes RV pour informer et préparer dès 15h place du Bouffay

Pendant la nuit de samedi à dimanche un manifestant, Rémi, a été tué au cours des affrontements qui se sont déroulés lors du rassemblement contre le barrage de sivens au Testet. Environ 7000 personnes ont convergé sur la zad du Testet après des mois d'attaques policières, de destruction de la zone humide et des habitats de ceux qui la défendaient. En fin d'après midi puis plus tard dans la nuit, des dizaines de personnes s'en sont pris aux forces de l'ordre qui protégeaient le chantier. Elles souhaitaient ainsi marquer leur colère et retarder la reprise des travaux, initialement prévue pour lundi. Elles ont été repoussées à coups de flashballs, de grenades assourdissantes, de désencerclement et de gaz lacrymogènes. D'après les témoignages des camarades du Testet, la personne décédée se serait écroulée suite à des tirs de grenade puis aurait été emmenée par les forces de l'ordre. La Préfecture affirme ne rien vouloir déclarer à ce sujet avant le résultat public de l'autopsie lundi. Le gouvernement a déjà commencé à stigmatiser les manifestants, et tente de diviser pour noyer le poisson. Mais ils savent bien que, quoi qu'ils fassent, cette mort aura des conséquences explosives. Ce décès révoltant n'est malheureusement pas suprenant dans ce contexte.

A Notre dame des landes, au Testet et partout où nous nous opposons à leurs desseins, nous avons dû faire face au déploiement crû de la violence d'Etat. Si nous avons bien compris de notre coté que nous ne pouvions nous contenter de les regarder docilement détruire nos vies, eux ont démontré qu'ils ne nous feraient aucun cadeau. Pendant les mois d'expulsion de la zad de Notre Dame des Landes, de nombreux camarades ont été blessés gravement par des tirs de flasballs et grenades. Sur la seule manifestation du 22 février 2014 à Nantes, 3 personnes, visées à la tête par des flashballs ont perdu un œil. Depuis des semaines au Testet plusieurs personnes ont été blessées elles aussi et d'autres accidents tragiques ont été évités de justesse lorsque des opposants se sont faits délogés, notamment des cabanes qu'ils avaient construites dans les arbres. Pourtant c'est bien, entre autre, parce que des milliers de personnes se sont opposées physiquement aux travaux, aux expulsions, à l'occupation policière de leurs lieux de vie que le projet d'aéroport de Notre dame des landes est aujourd'hui moribond, et que le barrage du Testet et ceux qui devaient lui succéder sont largement remis en question. C'est cet engagement en acte qui a donné une puissance contagieuse à ces luttes et qui menace partout aujourd'hui l'aménagement marchand du territoire.

Plus quotidiennement la répression s'exerce face à ceux qui luttent dans les prisons, dans les quartiers et dans les centres de rétention et entraîne là aussi son lot de morts trop souvent oubliées, plusieurs dizaines chaque année.

Face aux soulèvements et insoumissions, la démocratie libérale montre qu'elle ne tient pas seulement par la domestication minutieuse des individus et des espaces de vie, ou par les dominations économiques et sociales, mais aussi par un usage déterminé de la terreur. Nous appelons à occuper les rues et lieux de pouvoir partout dès demain, pour marquer notre tristesse, saluer la mémoire du camarade tué ce samedi et pour exprimer notre colère face à la violence d'Etat. Nous ne les laisserons pas nous tuer avec leurs armes dites « non léthales ».

Réagissons avec force pour qu'il y ait un avant et un après cette mort.

Affirmons plus fort que jamais notre solidarité avec tous ceux qui luttent au Testet et ailleurs contre leurs projets guidés par les logiques de contrôle et de profit,barrage de sivens mais aussi avec tous ceux qui tombent plus silencieusement sous les coups de la répression partout ailleurs.

Nous ne nous laisserons ni diviser ni paralyser par la peur.

Nous continuerons à vivre et lutter sur les espaces qu'ils rêvent d'anéantir, et à leur faire obstacle. Nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n'oublierons pas !

Des occupant-e-s de la zad de Notre dame des Landes

Une seconde manifestation sera sans doute appelée ce samedi à14h

Pour plus d'infos zad.nadir.org – nantes.indymedia.org --

Zone à défendre - http://zad.nadir.org/

Pour suivre nouvelles et appels inscrivez-vous à notre liste email/ To follow our news and callouts, subscribe to our mailing list: http://lists.aktivix.org/mailman/listinfo/zad-occupation

Mort d'un manifestant au Testet

27 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Mort d'un manifestant au Testet

– premier appel A relayer au sein des comités et partout où vous le pouvez.

Suite à la nouvelle de la mort d'un manifestant lors du rassemblement au Testet, nous avons reçu de premières nouvelles de camarades de la zad de Notre Dame des landes présent sur place. La mise en cause directe des forces de l'ordre dans la mort du manifestant semble se confirmer.

Un communiqué donnant des précisions à ce sujet sera envoyé ce soir depuis la zad du Testet.

Dans l'attente de ce communiqué, les personnes rassemblées sur place lancent un appel à ce que partout en France s'organisent dès que possible des manifestations devant les lieux de pouvoir.

Localement, ils appellent à manifester ce soir dimanche à 18h devant l'hotel de police à Gaillac et demain lundi à 14h devant la Préfecture.

Nous ne pouvons laisser passer cette mort.

Organisons nous !

Réagissons !

Anarchisme et décroissance

24 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Anarchisme et décroissance.

Que les choses soient claires : La Fédération anarchiste est pour la décroissance libertaire comme elle l'a exprimé lors de ses congrès en 2004 avec la motion « Du développement à la décroissance », et la campagne fédérale qui l'a accompagnée, et en 2008 avec sa « motion sur la décroissance ».

Certains camarades peuvent être en désaccord ou évoquer leurs doutes, leurs réticences sur ce concept de décroissance. Je répondrai simplement qu'à une époque, les anarchistes rejetaient le terme d'autogestion au profit de celui de gestion directe, plus clair. Aujourd’hui, tout le monde parle d'autogestion même si tout le monde n'y met pas exactement les mêmes définitions ni les mêmes pratiques. Va-t-on pour autant dire que la FA est contre l'autogestion ? Bien sûr que non ! Nous n'allons pas nous laisser voler les mots par les divers imposteurs du radicalisme verbal. Ce qui est important, c'est d'être compris, de parler le vocabulaire réel, d'y mettre et d'y défendre nos pratiques libertaires.

Il faut critiquer et combattre les prétentions électoralistes du mouvement écologique. Celui-ci a d'ailleurs abandonné les luttes sociales et se réfugie dans un système de lois coercitives qui visent à criminaliser les individus et leurs comportements. Il fonctionne sur le registre de la sanction financière et de la contrainte. En ce sens, une sorte de « fascisme vert » pourrait se développer et des ponts peuvent parfois se construire entre des mouvements d'extrême-droite et certains mouvements écologiques, naturalistes.

Le mouvement écologique peut très bien s'acclimater du régime capitaliste et ce dernier peut se servir de celui-là pour asseoir son emprise idéologique et économique. Le concept fumeux de « croissance verte » est à rejeter. D'ailleurs, lors des dernières Marches pour le climat, les anarchistes de la section de New-York de la Black Rose Anarchist Federation ont défilé sous les pancartes de « Le capitalisme vert ne nous sauvera pas », « La lutte pour le climat est la lutte de classe », etc.

Une fois que l'on a dit cela, il n'en reste pas moins vrai que les anarchistes sont sensibles à la question environnementale et s'impliquent fortement dans les luttes écologiques et sociales : contre les pollutions industrielles, contre la déforestation, contre le nucléaire, contre le vol des terres indiennes, par exemple, par des multinationales, contre les « grands projets inutiles » comme Notre-Dame-des-Landes, la zone du Testet en France, le mouvement No-TAV en Italie, etc.

La Fédération anarchiste, dans ses motions, a exprimé que la décroissance libertaire doit s'attaquer à 3 fronts principaux : les transports ; l'agriculture ; l'industrie des armes. Sur ces trois thématiques, nous avons développé des actions propres : campagnes pour les transports publics gratuits ; développement de réseaux de solidarité, de circuits courts, d'AMAP ; campagnes contre la guerre. Certaines idées trouvent des échos dans la société et se développent. D'autres ont encore besoin d'être approfondies. Toutes ont besoin de se développer. Mais ces « alternatives anarchistes en actes » ne suffiront pas à renverser la société capitaliste.

En 2004, la Fédération anarchiste écrivait : « Le préalable à la mise en œuvre de cette décroissance est donc la disparition du capitalisme. Parce que ce système a besoin d’une croissance pour survivre, parce que sa logique propre est une dynamique suicidaire, il ne peut accomplir cette décroissance... sauf à supprimer massivement les populations pauvres, c’est-à- dire à perpétrer des génocides. La deuxième condition est la suppression de l’État, dans la mesure où cette dynamique capitaliste ne s’accélère qu’avec la collaboration des différents gouvernements : multiples subventions, mise en place d’infrastructures, prise en charge par la puissance publique de la formation, de la recherche, des coûts environnementaux, des pertes financières, cadre juridique sur mesure... […] Toute solution qui ferait l’économie d’une redistribution des richesses serait fatalement vouée à l’échec. Pour que la décroissance puisse être maîtrisée par les différentes populations, pour qu’elle n’ouvre pas la voie à la barbarie des conflits pour l’appropriation des ressources ou aux mesures draconiennes d’un totalitarisme, le problème doit impérativement être posé dans une perspective d’égalité économique et sociale, la gratuité des services publics pouvant constituer un levier essentiel dans cette construction. »

Dans cette lutte, toutes les initiatives populaires sont les bienvenues pourvu qu'elles se débarrassent des slogans « Sauvons la Terre » qui se ferait contre l'humanité dans une sorte anthropo-phobie (L'humanité disparaîtra, bon débarras !). Notre écologie sociale s'inscrit dans un projet de société égalitaire, solidaire, libertaire. La question sociale doit donc être reposée et nous rejoignons là la question de l'autogestion, de la gestion directe : qui produit ? Quoi ? Et comment ? C'est la question de la socialisation des moyens de productions, concept « barbare » et « daté » pour exprimer le contrôle par les populations des usines, des exploitations agricoles, des entreprises ; leur placement sous la gestion collective, voire leur démantèlement... en tous cas une réflexion collective sur ce que nous produisons et consommons, sur la façon de le faire et sur ce que cela entraîne comme conséquence.

Par exemple, nous sommes contre l'industrie nucléaire qui implique une pollution des terres d'exploitation de l'uranium, des risques lors des transports, des maladies, des guerres, des menaces sur la santé et l'environnement, des catastrophes. Le nucléaire implique une société policière, centraliste. Nous sommes donc pour son démantèlement immédiat. Au contraire, nous souhaitons privilégier les alternatives de micro-énergie qui rendent la maîtrise de ce secteur aux populations qui se sont faites voler leur pouvoir de décision par de prétendus experts.

Le système capitaliste et les États insistent sur une prétendue croissance nécessaire. Leur logique est de maximiser les profits pour avoir quelques miettes à redistribuer, ou pas, aux populations. Et elles de tomber dans le panneau du produire plus. La remise en cause du productivisme doit nous amener à repenser la question du salariat, du temps de travail, des revenus, indexés ou non sur le travail, etc. Ces questions peuvent être débattues au sein des organisations anarchistes et des organisations de masse : syndicats, associations, etc. Elles trouveront leur débouché dans un vaste mouvement révolutionnaire autogestionnaire.

Déjà en 1977, la Fédération anarchiste écrivait, dans sa « Motion sur l’écologie » : « […] Nous refusons le productivisme, idéologie par essence totalitaire (ne pas oublier que la phase de transition des bolchéviks, fondée sur un productivisme absolu, enterra la révolution russe). […] Nous croyons fondamentalement que la solution finale ne peut être que l’autogestion mondiale des ressources et la répartition égalitaire et fédéraliste de la production. Il est évident que la récupération électoraliste des luttes écologiques ne remettra pas en cause cette société. La Fédération anarchiste ne saurait donc pas soutenir d’une façon inconditionnelle le mouvement écologique dont la récupération politique ne fait aucun doute. […] C’est uniquement dans un processus visant à terme la destruction de l’État, la Révolution libertaire, que les militants de la Fédération anarchiste participeront activement à la lutte écologique. Celle-ci n’est pas un accessoire, elle s’inscrit dans le cadre de la révolution sociale. »

Fred – gr Proudhon FA (Besançon)

Resto Trottoir

23 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Bonjour à toutes et tous !

La fin de mois arrive... et le resto-trottoir est de retour !

Ce mois-ci le 26 octobre vous pourrez en plus du repas... vous pourrez assister à une démo de Capoïera.

Alors venez nombreux-ses à cette Bouf'protest !

les différents horaires pour rejoindre le Resto-Trottoir.

- Pour participer à l'installation : 11 h 30 place Marulaz.

- Pour manger c'est à partir de 12 h 30, ...jusqu'à épuisement des gamelles.

-Pour celles-ceux qui veulent/peuvent participer au rangement et à la vaisselle c'est possible ! Il faut juste se signaler au moment ou on lève le camp !

- Pour participer à l'organisation du Resto-trottoir suivant: la réunion d'organisation c'est le premier mercredi de chaque mois à 19 h à la librairie l'autodidacte.

les trottant.es

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog