Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Monde Libertaire Hors-série n°39

18 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le Monde Libertaire Hors-série n°39

du 15 Juillet 2010 au 8 Septembre 2010

 

« Une société qui abolit l’aventure fait de l’abolition de cette société la seule aventure. »

Jerry Rubin

 

 

Sommaire

 

Affameurs, du balai ! Par Fabrice, page 3

Régal des banquiers, par A. Somiador, page 4

Tue ton patron remixé, par J.-P. Levaray, page 7

Affaiblissement syndical, par É. Vilain, page 10

Droit opposable, par O. Tarda, page 15

Sociétés contre l’État, par É. Noir, page 19

Désobéissance civile généralisée, par A. Bernard, page 21

L’idéologie catastrophique, par P. Pelletier, page 23

La fresque des dessinateurs du Monde lib’, page 24

Le pouvoir patriarcal, par T. Lancelot et S. Gérardin, page 28

La démocratie participative, par J.-P. Garnier, page 31

L’apprentissage du non-pouvoir sur sa vie, par L. Ott, page 34

L’expert et le citoyen, par P. Mignard, page 36

Nouvelle sylvestre, par T. Perissé, page 37

Ce que je pense savoir du pouvoir, par N. Baillargeon, page 39

Imagination et pouvoir, par R. Dadoun, page 41

Liste des groupes de la Fédération anarchiste, page 45

La grille de la Radio, page 47

 

La Fédération anarchiste

 

La Fédération anarchiste est un groupement de militants politiques organisé sur le principe du libre fédéralisme (c’est-à-dire la libre association) garantissant aux groupes et aux individus qui la composent la plus grande autonomie afin de permettre le pluralisme des idées et des actions, dans le cadre d’un pacte associatif que nous appelons nos « principes de base » (disponibles sur demande).

 

C’est notre outil de lutte qui doit être fonctionnel et rationnel. Nous rejetons en effet tout fétichisme d’organisation. Pas de hiérarchie, donc pas de chefs chez nous! C’est à tous les militants et militantes qu’il appartient de faire progresser leur organisation. Nous ne reconnaissons pas la division dirigeants/exécutants, la participation effective des militants et militantes aux structures collectives de l’organisation est un principe d’éthique et de solidarité.

 

Ces structures fédérales sont : le Monde libertaire hebdomadaire, Radio libertaire, hier parisienne, aujourd’hui planétaire, et la librairie du Monde libertaire, à Paris également. En dehors de ces œuvres fédérales, les groupes ont aussi des locaux, souvent des librairies, éditent des revues, menant ainsi leur propre activité au niveau local.

 

Les buts de la FA

 

Nous sommes pour une révolution radicale et globale, à la fois économique, sociale et politique ; pour détruire la société fondée sur la propriété privée ou étatique des moyens de production et de consommation ; pour la suppression de toutes les formes d’exploitation, de hiérarchie, d’autorité. Cette phase de destruction est nécessaire et c’est sans doute pour cela que certains ne voient ou ne veulent voir les anarchistes que comme des partisans fanatiques du désordre. Qu’ils regardent autour d’eux et qu’ils nous expliquent comment faire pires!

 

Les anarchistes sont, au contraire, partisans d’une société organisée d’une manière beaucoup plus rationnelle et logique que la jungle capitaliste ou les dictatures marxistes-léninistes. Il s’agit, dans le cadre d’une société libertaire, non pas de gouverner les hommes mais d’administrer les choses au profit de la collectivité tout entière. Nous voulons construire une société libre sans classes ni État, sans patrie ni frontières, avec comme objectifs : l’émancipation des individus; l’égalité sociale, économique et politique ; la liberté de création ; la justice ; l’éducation libertaire et permanente; l’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs (autogestion) ; la démocratie directe ; une économie tournée vers la satisfaction des besoins ; l’abolition du salariat ; l’écologie ; la libre union des individus ou des populations ; la liberté d’expression ; la libre circulation des individus.

 

Voilà en quelques lignes un aperçu de ce que veulent construire les militants et militantes de la Fédération anarchiste. Rendre possible l’édification d’un ordre social fondé sur l’entraide, la solidarité, sur le respect absolu de l’intégrité physique et morale de l’individu, voilà l’idéal qui nous anime et que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre pour un monde meilleur.

 

 

Comme tous les étés, votre Monde libertaire hebdo prend un repos mérité. Vous le retrouverez le 9 septembre chez les marchands de journaux les mieux fournis. Comme, hélas, ils ne sont pas les plus nombreux, nous vous signalons un petit outil bien pratique, mis en place par Presstalis, notre diffuseur : le site internet trouverlapresse.com qui vous indiquera les points de vente approvisionnés les plus proches de vous. Face au monopole de la presse d’argent et des marchands d’armes, nous avons toujours besoin du soutien de nos lecteurs !

 

http://www.monde-libertaire.fr/

En vente à la librairie à la librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz

25000 Besançon

Ouverte le mercredi de 16h00 à 19h00

Et le samedi de 15h00 à 19h00

 

 

 

Lire la suite

L'explosion mortelle de Cognin...

14 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Pour info, pour celles/ceux qui avaient suivi l'affaire....

 

JUSTICE/SAVOIE

L'explosion mortelle de Cognin n'était pas une affaire de terrorisme

Chambéry

L'explosion mortelle de Cognin n'est pas le résultat d'une erreur de manipulation d'apprentis terroristes.
Ce sont des experts qui le disent. Quatorze mois après avoir été saisi de l'enquête, le juge d'instruction du pôle antiterroriste de Paris vient, avec un avis favorable du parquet, de renvoyer l'affaire à Chambéry, en se déclarant "incompétent" par ordonnance, il y a quelques jours.
Il appartient maintenant au procureur général, ici, de désigner un nouveau juge d'instruction. Pour rechercher dans le registre du droit commun, entre la manipulation de produits explosifs et les causes de l'accident, si des infractions peuvent être reprochées aux jeunes mis en cause.

Dès le lendemain de l'explosion, la piste terroriste est ouverte

La piste terroriste est ouverte dès le lendemain de l'explosion dans l'usine désaffectée de Cognin. La jeune femme décédée, Zoé, 23 ans, et son copain, gravement blessé, Michaël, 25 ans à l'époque, gravitent alors dans le monde parallèle des squatters, des "alternatifs", beaucoup fréquenté par des militants de l'ultra-gauche et des anarchistes.
L'enquête
sur le drame prend rapidement une tournure très spectaculaire. C'est avec un déploiement considérable de gendarmes mobiles et de policiers locaux, dont les Chambériens se souviennent encore, que les hommes de la sous-direction nationale antiterroriste de la police judiciaire investissent le squat de l'ancienne usine Pilotaz puis les différents "points de chute" similaires du couple. Dans les jours et les semaines qui suivent, Raphaël, Joris, Michaël sont mis en examen pour participation à une entreprise terroriste, destruction de preuves. Ils sont détenus puis progressivement libérés avec un contrôle judiciaire qui s'est allégé avec le temps. Michaël a récupéré de ses blessures. Une perte partielle de sa vue est la principale séquelle à laquelle il est encore confronté. Tous les trois ont repris leurs études ou ils travaillent.
Le dernier à avoir été arrêté est Thibaut qui vivait ici sous une autre identité, longtemps recherché, retrouvé en Europe centrale et extradé de Hongrie où il s'était réfugié il y a quelques mois. Lui aussi est sous contrôle judiciaire.
« C'est une montagne qui accouche d'une souris » résume Me Laurent Pascal, avocat de trois des jeunes gens. « On savait depuis le départ que cette enquête ne mènerait à rien, pas besoin de sortir de Saint-Cyr ! L'entreprise terroriste n'existe pas ». L'avocat de Michaël, Me Bernard Ripert, poursuit. « C'est un regrettable accident que l'on a voulu monter en épingle, à Chambéry. C'est dans la ligne de ce qui se passe en France où l'on voit des terroristes partout. J'espère que le juge d'instruction à Chambéry saura tenir compte des conclusions de la justice à Paris pour prononcer un non-lieu ».
Car, comme il ne s'agissait pas d'une affaire de terrorisme, la justice va devoir définir ce que c'était sur le plan juridique. Au-delà d'un drame, terrible, de l'inconscience.

REPÈRES

Les faits

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2009, une explosion ébranle une usine désaffectée située entre l'Hyères et la RD 1006 à Cognin. Zoé, une jeune Ardéchoise de 23 ans, est tuée par les débris de la bombe artisanale qu'elle confectionnait avec son compagnon, Michaël, 25 ans. Plus en retrait, le garçon, originaire de Genève, est sérieusement brûlé et sa vue est gravement atteinte. Ils manipulaient du chlorate de soude et du sucre et un petit extincteur pour servir de récipient aux produits. D'autres jeunes gens qui les ont fréquentés sont ensuite inquiétés. Trois sont plus particulièrement visés. Ils subiront des gardes à vue double durée, des interrogatoires à Paris, réservés aux personnes soupçonnées d'activités terroristes. Deux seront incarcérés ainsi que Michaël. Puis, tous libérés.

 

Frédéric CHIOLA

Paru dans l'édition E73 du 02/07/2010
http://www.ledauphine.com/justice-le-juge-du-pole-antiterroriste-de-paris-renvoie-l-enqu-te-a-chambery-l-explosion-mortelle-de-cognin-n-etait-pas-une-affaire-de-terrorisme-@/index.jspz?chaine=26&article=321731

 

Lire la suite

Café-discussion

8 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Rendez-vous

Jeudi 8 juillet 2010 à 20h30
 à la librairie l'AUTODIDACTE

 Place Marulaz - Besançon
 
 Café-discussion

 Nouvelles du Mexique
 Rebelle et Zapatiste

 
 Projection des documentaires :
 - Le silence des zapatistes (Promedio, 18 min./ 2001)
 Ce film est un témoignage unique tourné par les zapatistes qui nous présentent les diverses formes de résistances et de mobilisations pacifiques des communautés indigènes contre la présence militaire sur leurs terres.
 - Bety Cariño  (5 min./ 2010):
 Discours de la militante de l’association Cactus assassinée le 27 avril durant l'attaque de la caravane de solidarité avec la Commune autonome de San Juan Copala (Oaxaca)
 
 organisé par
 Caracol Solidario et Sud Education 25
 à l'occasion de la livraison du café Rebelle et Zapatiste 2010

Lire la suite

Pour Siva, nous ne lâcherons rien

5 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Pour Siva, nous ne lâcherons rien

 

Vous trouverez ci-dessous le communiqué (du 1° juillet) de la Préfecture de Besançon à propos de Siva.

 

Siva libre, mais toujours sous le coup d'une OQTF qui, nous dit le préfet, "reste applicable".

La préfecture ne veut rien lâcher et utilise le mensonge pour arriver à ses fins.

Après avoir sali Siva en décrivant quelqu'un "d'équivoque, à la personnalité troublante", le préfet ment :

l'OQTF de 2010 n'a jamais été contestée devant le TA de Besançon

pour la bonne raison que Siva n'en a jamais eu connaissance...

Nous non plus, nous ne lâcherons rien !

La France n'est pas un état de droit particulièrement dans sa politique vis-à-vis de l'immigration !!

 

Prochain rassemblement :

Mardi 6 juillet 17H30, pont Battant

 

_____________________________________________________________________________

 

«La France est un Etat de droit. Une décision d’obligation de quitter le territoire français prise par le représentant de l’Etat peut être contestée devant la Justice. Dès lors que la Justice a confirmé cette décision, elle a autorité de la chose jugée. Le représentant de l’Etat est alors chargé de l’exécution de cette décision.

M. Sivasankaran a fait l’objet de cinq décisions d’obligation de quitter le territoire français prononcés par trois préfets : celle du Territoire de Belfort en 2005, celle du Bas-Rhin en 2006 (au moment où M. SIivasankaran est entré en France sous une fausse identité et a déposé une demande d’asile), celle du Territoire de Belfort en 2007 et en 2008 et celle du Doubs en 2010. Les décisions de 2005, 2006, 2008 et 2010 ont été contestées et ont toutes été confirmées par la justice administrative (y compris en appel pour la décision de 2005). Les décisions de 2005, 2006 et 2007 ont été exécutées, celle de 2008 n’a pas pu l’être suite à la disparition de M. Sivasankaran du département du Territoire de Belfort.

L’arrêté d’obligation de quitter le territoire français, pris par le Préfet du Doubs le 25 mars 2010, a été contesté devant le Tribunal Administratif de Besançon qui a jugé le recours de M. SIVASANKARAN irrecevable. Cette décision d’éloignement, qui a donc autorité de la chose jugée, n’a jusque là pas pu exécutée mais elle reste applicable ».

vendredi 2 juillet 2010.

http://www.educationsansfrontieres.org/article30553.html

Lire la suite

Des nouvelles de Siva Sankaran

5 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #compte-rendu

Des nouvelles de Siva Sankaran

 

Après 32 jours passés en centre de rétention et deux tentatives d’expulsion, Siva a comparu le 30 juin devant le Tribunal Correctionnel de Meaux. Il a écopé de 1000 euros d’amende avec sursis et a été libéré » Mais, il n'a toujours pas de papiers et le cauchemar qu'il vient de vivre peut recommencer à tout moment : l'OQTF est toujours en vigueur et Siva peut être arrêté, remis en rétention, expulsé par n'importe quel avion en direction de l'Inde.

Tant que cette menace le hantera, il ne pourra s'extraire du traumatisme effroyable qui lui a été infligé par ses 32 jours de rétention et sa comparution devant un tribunal correctionnel.
Nous devons à présent exiger du Préfet de Franche-Comté qu'il réexamine au plus tôt son dossier et lui accorde un titre de séjour.

Nous vous demandons de signer et faire signer la nouvelle pétition pour la régularisation de Siva SANKARAN:
http://resf.info/article30605.html

email envoyé aux 1619 signataires de la pétition
P1587 - Les tribulations d’un Indien en Franche-Comté / Nous exigeons la libération et la régularisation de Siva!
http://resf.info/P1587

Lire la suite

Mexique: enfin une bonne nouvelle !

4 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Mexique: enfin une bonne nouvelle !

La Cour suprême mexicaine libère les prisonniers du FPDT

 

Hier 30 juin 2010, la Cour suprême de Justice de la Nation (SCJN) a décidé la libération des douze membres emprisonnés du Front des villages en défense de la terre (FPDT) de San Salvador Atenco (État de Mexico), pour cause de multiples irrégularités durant leurs procès.

Par cette décision, la SCJN rompt avec une série d’arrêts rendus ces derniers temps et qui la couvraient de honte : libération des auteurs matériels du massacre d’Acteal (Chiapas, 1997) ; condamnation purement théorique des exactions commises par les pouvoirs lors de la Commune d’Oaxaca en 2006… sans désigner de responsables, ce qui revenait à couvrir le gouverneur assassin et mafieux Ulises Ruiz ; même attitude : pas de responsables, pour l’incendie de la halte garderie ABC, dont le bilan a été la mort de 45 nourrissons, et on en passe.

La décision prise hier a heureusement surpris, car si on s’attendait à la libération de dix des douze prisonniers du FPDT, on craignait que l’acharnement judiciaire ne se poursuive contre deux d’entre eux, les dirigeants du mouvement Ignacio del Valle et Felipe Álvarez Medina, condamnés respectivement à 112 et 63 ans de prison pour « enlèvement et séquestration ».

Rappelons que le FPDT est né de la tentative du président mexicain précédent, Vicente Fox, d’exproprier les terres d’un certain nombre de communautés indiennes de San Salvador Atenco et Texcoco afin de construire un nouvel aéroport, affaire juteuse s’il en est. Le mouvement avait réussi à empêcher ce forfait, mais avait dû affronter la vengeance de Fox et du gouverneur de l’État de Mexico, Enrique Peña Nieto, candidat plus que probable du PRI aux présidentielles de 2012. Début mai 2006, le FPDT avait eu à faire face à une véritable occupation policière de San Salvador Atenco. Les affrontements avaient fait deux morts dans le camp populaire, et lors d’une rafle, une quarantaine de femmes avaient été violées dans les cars de police. Quant à « l’enlèvement » qui avait valu à Nacho del Valle plus d’un siècle de prison, c’était tout bêtement le fait que la foule ait retenu sur la voie publique deux fonctionnaires pour négocier la fin de la répression ; Nacho, lui, n’était même pas sur place à ce moment-là.

 

Lire la suite

Indonésie.

3 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Indonésie.

 

Appel à solidarité Institut-A-Infohouse de Djakarta

 

Cela fait un an que l'Institut-A-Infohouse existe grace aux soutiens extérieurs. Même si cela a été difficile, cette première année a aussi été riche en émotions. L'institut-A est le premier lieu de ce type en Indonésie. Un autre lieu similaire s'est ouvert à Bandung. Nous oeuvrons selon 3 principes : la création d'une librairie, la création d'un Centre communautaire et d'un Espace libre. Nous structurons notre activité économique autour d'un atelier DIY et d'un café végétarien.Si la plupart de nos projets ont pu être mener à bien, nous nous heurtons encore à des difficultés.
Ce que nous avons réalisé.

 

Un infoshop qui contient plusieurs centaines de livres, fanzines, des brochures et des films. Nous avons une bibliothèque mobile et nous traduisons des livrets en indonésien.
Le Centre communautaire et l'Espace libre où nous organisons des débats, des projections de films.
Atelier DIY et Café végétarien. Nous pensions ouvrir un café végétarien pour financer nos actions mais nous n'avons pas eu les moyens nécessaires. Du coup, nous nous concentrons sur l'atelier. Nous utilisons des matériaux récupérés pour fabriquer des objets divers.

 

Nous participons à d'autres actions et manifestations sociales.

 

Nous sollicitons donc à nouveau l'aide internationale pour nous permettre de mener à bien nos activités.

 

Jl. Arteri Permata Hijau No. 14, Kebayoran Lama, Jacarta Selatan, Indonésia.

 

 Contact: instituta@alphabetthreat.co.uk ou detha@riseup.net http://instituta.webs.com

 

Lire la suite

Pour Siva, nous ne lâcherons rien.

2 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Pour Siva, nous ne lâcherons rien

 

Vous trouverez ci-dessous le communiqué (du 1° juillet) de la Préfecture de Besançon à propos de Siva.

 

Siva libre, mais toujours sous le coup d'une OQTF qui, nous dit le préfet, "reste applicable".

La préfecture ne veut rien lâcher et utilise le mensonge pour arriver à ses fins.

Après avoir sali Siva en décrivant quelqu'un "d'équivoque, à la personnalité troublante", le préfet ment :

l'OQTF de 2010 n'a jamais été contestée devant le TA de Besançon

pour la bonne raison que Siva n'en a jamais eu connaissance...

Nous non plus, nous ne lâcherons rien !

La France n'est pas un état de droit particulièrement dans sa politique vis-à-vis de l'immigration !!

 

Prochain rassemblement :

Mardi 6 juillet 17H30, pont Battant

 

_____________________________________________________________________________

 

«La France est un Etat de droit. Une décision d’obligation de quitter le territoire français prise par le représentant de l’Etat peut être contestée devant la Justice. Dès lors que la Justice a confirmé cette décision, elle a autorité de la chose jugée. Le représentant de l’Etat est alors chargé de l’exécution de cette décision.

M. Sivasankaran a fait l’objet de cinq décisions d’obligation de quitter le territoire français prononcés par trois préfets : celle du Territoire de Belfort en 2005, celle du Bas-Rhin en 2006 (au moment où M. SIivasankaran est entré en France sous une fausse identité et a déposé une demande d’asile), celle du Territoire de Belfort en 2007 et en 2008 et celle du Doubs en 2010. Les décisions de 2005, 2006, 2008 et 2010 ont été contestées et ont toutes été confirmées par la justice administrative (y compris en appel pour la décision de 2005). Les décisions de 2005, 2006 et 2007 ont été exécutées, celle de 2008 n’a pas pu l’être suite à la disparition de M. Sivasankaran du département du Territoire de Belfort.

L’arrêté d’obligation de quitter le territoire français, pris par le Préfet du Doubs le 25 mars 2010, a été contesté devant le Tribunal Administratif de Besançon qui a jugé le recours de M. SIVASANKARAN irrecevable. Cette décision d’éloignement, qui a donc autorité de la chose jugée, n’a jusque là pas pu exécutée mais elle reste applicable ».

vendredi 2 juillet 2010.

http://www.educationsansfrontieres.org/article30553.html

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1602 du 1er au 14 Juillet 2010

1 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le Monde Libertaire n° 1602 du 1er au 14 Juillet 2010

 

 

 

« Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare ! »

 

Michel Audiard

 

 

 

 

 

Sommaire

 

Le cachet de La Poste fout les foies, par Aurore et Crépuscule, page 3

 

Fait d’hiver, par J.-M. Raynaud, page 4

 

Y’a du gaz dans l’eau, par Alex, page 5

 

Brèves estivales, page 6

 

Entretien sans-papiers, par Alain et Ali, page 7

 

Intox et alcool, par Fred, page 8

 

La SNCF ne se prive de rien, par D’jo, page 9

 

La police de l’emploi, par F. Barthélémy, page 9

 

Cognes et répression à Poitiers, par Cécile, page 10

 

Le siècle de l’Anarcho-syndicalisme, par R. Pino, page 11

 

Écologie en Galice, par G. Kerdivel, page 14

 

Freud à l’ombre, par J. Lesage de La Haye, page 15

 

Se faire une toile cet été, par M.-C. Calmus, page 18

 

Sorties cinoche, par H. Hurst, page 19

 

La beauté aiguisée, par Potkine, page 20

 

Le mouvement, page 21

 

Programme radiophonique, page 22

 

Rendez-vous estivaux, page 23

 

 

 

Editorial

 

« Une ambiance de merde », c’est ce qu’on pouvait entendre dire à France Inter vendredi dernier peu avant le journal parlé de 8 heures… C’est le moins qu’on puisse dire. En début de semaine, en entendant Stéphane Guillon délirer sur son éviction annoncée on pouvait s’interroger. Jeudi matin tout était bouclé, l’humour sarcastique incarné par Didier Porte et Guillon était « mis en retraite forcée » par le PDG de Radio France.

 

 

 

Le cas des deux trublions est la partie visible de l’iceberg encore à venir. Il s’agit bien sûr, bien entendu d’une reprise en main de toute la station. Elle doit maintenant être aux ordres du pouvoir en général et du locataire actuel de l’Élysée en particulier. Et, surtout, défense de rigoler dans les rangs ! Certes, comme il l’a déclaré en privé, Jean-Luc Hess, grand manitou aux ordres de Radio France, n’est pas Domenech. Mais sa ressemblance avec l’entraîneur piteux de l’équipe de France, mais la baisse des performances radio va s’annoncer…

 

 

 

Pourtant, les noms d’oiseaux proférés avec d’autres ici et là tournent tous autour du même pot ! De plus, le retour des Bleus dans la douce France a bien failli éclipser le compte rendu des fières manifestations du 24 juin dernier. Il est vrai que pour nos dirigeants éclairés les exploits sportifs et tricolores doivent remonter le moral des Françaises et des Français.

 

 

 

Et là, catastrophe, il faudra attendre la coupe d’Europe pour se refaire une santé et un moral d’enfer. Alors ne causons pas de retraites, cherchons d’abord à remonter le moral de ceux qui animent les jeux sur les tristes et étranges lucarnes… Éric Woerth, ministre émérite du Travail a encore fait le dentelé en déclarant sur i-Télé : « Je pense que [les manifestants] défilent parce qu'’ils sont inquiets... Toute mobilisation est importante. » Le sens caché de ces propos semble être : Battez le pavé pauvres hères, on va vous rassurer avec des marionnettes et autres colifichets et on rasera gratis très prochainement. À nous toutes et tous à lui montrer qu'’il se met le doigt dans l’œil jusqu’au coude !

 

 

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

 

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros

 

http://www.federation-anarchiste.org

 

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

 

http://www.trouverlapresse.fr

 

Le nouveau site web du Monde Libertaire est à découvrir à l’adresse suivante:

 

http://www.monde-libertaire.fr

 

En vente à la librairie à la librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz

25000 Besançon

Ouverte le mercredi de 16h00 à 19h00

Et le samedi de 15h00 à 19h00

 

Lire la suite