Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Historique du groupe Proudhon FA

28 Septembre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

EN GUISE D'HISTORIQUE

C'est dans le Monde libertaire de septembre 1972 qu'apparaît la référence à la création d'une liaison de la Fédération anarchiste à Besançon. En décembre 1972, est annoncée la formation d'un groupe qui, en décembre 1973, prend le nom de groupe bisontin pour devenir, en mai 1974, groupe Proudhon. L'actuel groupe Proudhon, avec des périodes plus ou moins actives, a donc actuellement la bonne trentaine et il court allègrement vers la quarantaine. L'activité du groupe est à l'image de l'ensemble des groupes militants et ses activités vont de la vente du Monde libertaire aux collages d'affiches, distributions de tracts, manifestations, participations à divers collectifs, soutiens aux luttes, travail de quartier, réunions publiques, organisations de concerts, etc. Le groupe Proudhon a également connu plusieurs locaux avec des périodes sans lieu public. Il est cependant toujours resté fidèle au quartier Battant avec des locaux aux 53, 97 puis 77 rue Battant, avant de s'installer place Marulaz en mai 2000 avec l'ouverture de la librairie l'Autodidacte devenue depuis lautodidacte.org pour des problèmes de nom déposé. Nous allons maintenant essayer de faire un bilan succinct des diverses activités du groupe :

Réunions publiques :
Les intervenants aux nombreuses réunions publiques organisées par le groupe sont le reflet des diverses générations de militants qu'a connues le mouvement anarchiste. Les premières réunions ont été animées par les militants de la première heure de la FA, Maurice Joyeux et Maurice Laisant. Il y eut ensuite la génération suivante avec des militants comme Jacky Toublet, Yves Peyraut et depuis quelques années la génération actuelle qui laissera sa place à une suivante. Citons donc des réunions publiques avec : Maurice Joyeux, Maurice Laisant, Robert Jospin, Jacky Toublet, Yves Peyraut, René Berthier, Elisabeth Claude, Thyde Rosell, Hélène Hernandez, Wally Rosell, Gaetano Manfredonia, Philippe Pelletier, Hugues Lenoir, Jacques Lesage de la Haye, Jean-Pierre Garnier, Gérard Lorne, Benoist Rey, Mathieu Ferré, Charly Bauer, Serge Livrozet, Abel Paz, Murray Bookchin, Jean-Pierre Duteuil, Daniel Cohn-Bendit etc. plus les intervenants à la librairie lautodidacte.org qui sont répertoriés dans la rubrique Archives du site et en tenant compte des oublis que nous essayerons de réparer au fur et à mesure. Les sujets de ces réunions ont bien sûr été très divers, liés à l'histoire, à l'actualité, à des problèmes de société (travail, prison, sexualité etc.), au soutien à des luttes en cours, à des sujets internationaux etc.

Les concerts :
Le premier concert du groupe a eu lieu fin 1975 avec comme invité Serge Utge Royo. Il eut lieu salle Battant après une réunion publique organisée avec des militants espagnols de la CNT récemment réapparue sur la place publique après la mort de Franco. En juin 1976, concert au théâtre avec Claire et Hubert Félix Thiéfaine. En mai 1981, c'est un groupe suisse, Aristide Padygros, qui fut notre invité. L'affiche représentait Broutchoux accroché à un lampadaire. La légende de l'affiche était « Ils ont voté et puis après ». On collait justement le soir de l'électiion de François Mitterrand. Prémonitoire ! En mai 1982, c'était Léo Ferré qui était notre invité. En 1983, nous avons invité Font et Val avec en première partie Alain Aurenche au printemps et Serge Utge Royo en juin. En 1984, c'était au tour de Bernard Lavilliers de chanter pour nous au Palais des sports. En juin 1985, à l'occasion du journée antiraciste, nous avons organisé un concert qui dura une partie de la nuit avec Michel Buzon, Pascal Mathieu, Hédris Londo, Louis Arti et Nawari. En mai 1994, pour clôre une semaine libertaire, nouveau concert avec Pascal Mathieu, Michel Buzon, Boris Mégot, Guy Pothier et Tristan Léa. Tristan Léa qui rechantera pour notre groupe à bien d'autres occasions : un premier mai, en juin 2001 et, dernier concert en date du groupe Proudhon, lors d'un concert en hommage à Léo Ferré, le 1er mars 2002, avec Michel Buzon, Guy Pothier et Alain Aurenche. On peut aussi ajouter à cette rubrique les deux passages de Louis Arti à la librairie Lautodidacte.org.

Semaines libertaires :
Le groupe a également tenté le principe de la semaine libertaire avec une conférence chaque soir de la semaine. Première tentative en 1983, avec entre autres intervenants, Yves Frémion. La tentative suivante se situe en 1994.

Manifestations et 1er Mai :
Outre la participation à un tas de manifestations sur les sujets les plus divers, le groupe Proudhon a également été à l'initiative d'appels à manifester, contre les venues de Le Pen ou de Mégret à plusieurs reprises, contre la guerre en ex-Yougoslavie. Le dernier appel de ce type remonte au mois de décembre 2004, avec un rassemblement pour le retrait des troupes françaises de Côte d'Ivoire avec la CNT, Lutte ouvrière et la Ligue révolutionnaire. Nous appelons également, depuis 1995, avec la CNT à manifester le 1er mai. Cette tradition s'était en partie perdue à Besançon et notre initiative à inciter les syndicats et partis de gauche à s'y coller à nouveau. Après la manifestation, nous organisons un repas, qui est devenu une quasi institution et qui se déroule maintenant place Marulaz, depuis que la librairie est ouverte.

Edition et presse :
Le groupe Proudhon s'est également essayé à l'édition. Deux brochures à son actif (Sur Francisco Ferrer et un texte d'Elisée Reclus intitulé l'anarchie et l'église) et un livre (Les syndicats ouvriers et la révolution sociale de Pierre Besnard). Nous publions également un périodique, Drapeau noir qui a connu un première période, édité à 5000 exemplaires et distribué. La période actuelle en est au numéro 28, a un tirage beaucoup plus modeste et vaut un euro. (voir sur le site où la plupart des numéros sont consultables.

Vie du mouvement :
Le groupe Proudhon est également impliqué dans la vie du mouvement anarchiste, c'est ce qui l'a amené à organiser à Besançon 4 congrès nationaux à ce jour (1976 - 1983 - 2001 - 2003) et un congrès de l'Internationale des fédérations anarchistes (2004).

Lire la suite

régularisons !

25 Septembre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #contre les expulsions

6924 RÉGULARISATIONS, COMME PRÉVU... ET APRÈS ?

Les 6924 régularisations -d'adultes, pas de familles- dans le cadre de la circulaire du 13 juin ne sont malheureusement pas une surprise. Le ministre de l'Intérieur l'avait annoncé (avant même que les dossiers soient examinés) : seuls 30% seraient gagnants, régularisés. Le système des quotas était posé. Au final, la réalité est pire : 20% de « bons », 80% de « mauvais ». Aussi, si nous nous réjouissons pour celles et ceux, régularisés, qui vont enfin pouvoir vivre tranquillement, dignement, comme chacun en a le droit, force est de constater qu'on est loin du compte.

La circulaire du 13 juin avait déclenché un immense espoir... mais ce fut une véritable loterie. Cet espoir, entretenu par les déclarations médiatisées de N. Sarkozy et d'A. Klarsfeld, a déclenché une ruée immédiate vers les préfectures.
Aujourd'hui, beaucoup de familles n'ont pas encore été convoquées.
D'autres n'ont toujours pas reçu de réponses. Toutes vivent dans la peur. A ces familles s'ajoutent tous les jeunes majeurs scolarisés, lycéens, étudiants qui ne remplissaient pas les conditions de la circulaires et qui, de ce fait, n'ont pu déposer une demande. Pour eux, pas de faux espoir, mais la même peur d'être expulsés.

C'est N. Sarkozy le démagogue, qui médiatise des annonces qui ne sont que des arnaques. C'est N. Sarkozy, le démagogue, qui instrumentalise les sans papiers dans la perspective des élections présidentielles en amalgamant immigration, invasion, chômage, délinquance et insécurité... C'est N. Sarkozy, l'irresponsable, qui attise la xénophobie et la tentation raciste et, par réaction, entretient le repli communautariste qui enferme et sépare. Au final, une politique inhumaine aux relents nauséeux qui ne résout en rien le problème des migrations et cause d'infinies souffrances.

Grâce à notre veille durant l'été contre la chasse à l'enfant, le butin n'a pas été à la hauteur des souhaits de Sarkozy, « Quelqu'un qui n'a pas de papiers en France a vocation à être raccompagné chez lui », a-t-il déclaré. Mais nous sommes tous là : enseignants, parents d'élèves, élèves, étudiants, citoyens, élus... tous prêts, mobilisés, solidaires et déterminés à ne pas supporter l'inacceptable.
L'ampleur de la mobilisation du réseau (qui, depuis deux ans, rassemble des associations et des individus d'opinions diverses sur tout le territoire français), les 125 000 signataires de la pétition « nous les prenons sous notre protection », sont la preuve que ce pays n'est pas sarkozyfié. Ce qui nous réunit autour des enfants, des jeunes majeurs, des familles menacés d'expulsion, c'est une volonté commune : que ce pays devienne ce qu'il prétend être, le pays des droits de l'Homme.

Non, nous n'abandonnerons pas les enfants et les parents déboutés à l'arbitraire d'un ministre ! A Besançon, à Montbéliard, près de nous, des parents qui ont fui l'horreur de la violence pour trouver asile dans la patrie des Droits de l'Homme rêvent de paix et de pouvoir se reconstruire ici. Tous ces gens vivent dans l'angoisse et la peur. Leurs enfants veulent continuer à étudier dans leur école avec les autres enfants.

NON aux expulsions,
Régularisation de tous par un titre de séjour « vie privée et familiale ».

Lire la suite