Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ils ont osé !

30 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

 
Deux camarades, Sonja Suder et Christian Gauger, anciens militants des
années 70 en Allemagne, vivant en France depuis 32 ans ont été extradé.e.s mercredi
dernier, 14 septembre 2011.
Sonja, 78 ans, et Christian, 70 ans, gravement malade, ont été livré.e.s
(transporté.e.s à la frontière en ambulance démocratique) à la police allemande et
incarcéré.e.s.
Vous pouvez trouver des informations sur les faits, la chronologie judiciaire, les
initiatives passées sur le site : www.stopextraditions.org
Nous n'avons pu éviter ces temps cruels et absurdes. Nous pouvons au
minimum faire résonner notre colère et faire circuler cette information pour ne pas
laisser de tels actes s'accomplir dans l'indifférence.
 
Lire la suite

Réseau "Sortir du nucléaire"

30 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

sortir du nucléaireRéseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de plus de 900 associations et 53 000 personnes
Agréée pour la protection de l'environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/

 

Communiqué de presse – 30 septembre 2011

Areva-Socatri condamnée pour pollution des eaux :

 une victoire juridique sans précédent !

Vendredi 30 septembre, la Cour d’appel de Nîmes a condamné AREVA-SOCATRI pour pollution des eaux, à la suite de l'appel déposé notamment par le Réseau "Sortir du nucléaire". Cette condamnation sans précédent fait suite aux fuites radioactives détectées sur le site nucléaire du Tricastin, en juillet 2008.

Situé entre Valence et Avignon, le site nucléaire du Tricastin regroupe à la fois des installations de traitement du combustible et 4 réacteurs électronucléaires en fonction. La société SOCATRI, localisée sur ce site, assure la maintenance et le démantèlement de matériaux radioactifs, ainsi que le traitement des effluents nucléaires et industriels des sociétés AREVA du Tricastin.

Le 8 juillet 2008 au matin, les employés de l’usine SOCATRI se sont aperçus qu’il existait une fuite au niveau du système de rétention de la cuve. Une partie du liquide radioactif s’est répandu sur le sol et dans le canal adjacent. Plus de 74 kg d’uranium, matériau hautement radioactif et qui nécessite plusieurs centaines de millions d'années pour perdre la moitié de sa radioactivité, ont ainsi été rejetés dans les cours d’eau avoisinants. 30 m3 d’effluents chargés d’uranium ont contaminé les eaux superficielles, privant la population d’eau potable, et polluant des lieux de baignade fréquentés. Selon une évaluation effectuée à l'époque par la CRIIRAD, la pollution correspondait à 27 fois la limite annuelle des rejets autorisés.

Le Réseau “Sortir du nucléaire“, de même que de nombreuses associations et citoyens, ont déposé plainte et se sont constitués partie civile. Le 14 octobre 2010, le tribunal correctionnel de Carpentras a condamné AREVA-SOCATRI pour retard de déclaration d'incident mais l'a relaxée du délit de pollution des eaux. Cette décision a donc été contestée en appel.

L'audience a eu lieu le 16 juin 2011, à la Cour d'appel de Nîmes. Elle a permis, à nouveau, de mettre en lumière les graves négligences qui sont à l’origine de l'accident de 2008. L'affaire a été mise en délibéré et le verdict a finalement été rendu le 30 septembre 2011. AREVA-SOCATRI a enfin été reconnue coupable du délit de pollution des eaux, en plus de sa condamnation pour retard dans la déclaration d'incident. Elle est condamnée à payer une somme d'un total de plus d'un demi-million d'euros : 300 000 euros d'amende et 230 000 euros de dommages et intérêts soit 160 000 euros à l'ensemble des associations et 70 000 euros aux particuliers.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite d'un tel verdict, et espère que cette décision ouvrira la voie vers la fin de l'impunité des pollutions nucléaires.

Contacts presse :
Daniel Roussée : 06 61 97 83 28
Marie Frachisse : 07 62 58 01 23
Etienne Ambroselli : 06 09 30 80 67

Pour en savoir plus sur l'affaire Socatri, lire notre article rédigé au moment des faits :
Tricastin, une série d'incidents inquiétants


Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1644

30 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

ml-1644.jpgLe Monde Libertaire n° 1644

29 Septembre 5 Octobre 2011

 

Sommaire

Actualité

À la une: Troy Davis assassiné, A. Sulfide, page 3

Serment aux armes, M. Rajsfus, page 4

Météo syndicale, T. Impétueux, page 5

Chronique néphrétique, 5

Des brèves, un strip, 6

Procès AZF, J.-P. Levaray, page 4

Georges Fillioud est mort, champagne! Vanhecke, page 8

International

Extrême droite autrichienne, J. Segal, page 9

Arguments

Le futur est à venir, A. Bernard & P. Sommermeyer, page 10

Affaire du Sofitel, R. Dadoun, page 14

Dézombifions-nous, G. Goutte, page 16

Histoire

17 octobre 1961: vers la mémoire? E. Garnier, page 18

Musique

Blues et politique, Pascal, page 19

À voir

Quelques sorties, H. Hurst, page 21

Mouvement

Soutenons le Jargon libre, 22

Agenda, page 23

 

 Editorial  

Troy Davis a donc été exécuté. La peine de mort est ainsi de nouveau au coeur de l’actualité, y compris chez nous où elle a pourtant été abolie il y a trente ans : on continue d’entendre certains politiciens parmi les plus réactionnaires réclamer son retour. Les États-Unis, même si les abolitionnistes y sont de plus en plus nombreux (16 États ont supprimé la peine capitale), s’accrochent encore à la loi du talion ; en 2010 il y a été procédé à quarante six exécutions (en majorité au Texas), ce qui les place dans le top-ten des nations pratiquant l’assassinat légal : l’Iran (252 exécutions), le Yémen (53), l’Arabie Saoudite (27), la Corée du Nord (60 au moins), quant à la Chine, les chiffres font partie des mystères de l’orient.

 

Troy Davis a donc été exécuté. La Cour suprême des États-Unis a finalement refusé d’annuler sa condamnation à mort. Et ce, malgré le fait qu’il ait toujours clamé son innocence. Malgré le fait que sept des neuf témoins de l’accusation s’étaient rétractés depuis son procès, en ayant précisé – pour certains – que les enquêteurs les avaient « fortement» influencés. Malgré le fait que les opposants à la peine de mort l’aient soutenu durant les vingt ans de captivité. Malgré les protestations de la presse américaine et internationale. Malgré même le fait que la France (dernière tribu des coupeurs de tête jusqu’en 1981) ait officiellement appelé l’État de Géorgie à la clémence.

 

Troy Davis a donc été exécuté. Au-delà de savoir si un condamné à mort est innocent ou coupable, l’important est tout de même de dénoncer et d’en finir avec tout système judiciaire qui fait procéder à une exécution, à un meurtre de sang froid.

  

 Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l’adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

 

 

 

Lire la suite

Now Futur

29 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

now-futur.jpgSpectacle Now Futur //2
ce Samedi à 20h00
au festival Le faire à repenser

de Montferand le Château.
Ca se trouve donc à Montferand le Château.

Si vous avez envie de sérieux, d'un peu de culture institutionnelle,
je vous rappelle que ce spectacle a été
soutenu par le CDN de Besançon, et qu'il y a été joué,
et que la comptable de cette structure oh combien reconnue a beaucoup ri.

Pour les alters, les écolos, les décroissants...
pas de soucis, Now futur //2
est un spectacle bio.
Si vous êtes de droite vous êtes les bienvenus aussi.

 

Compagnie Gravitation

http://gravit.org

Être dans le vent, c'est une ambition de feuille morte

Gustave Thibon, philosophe ardéchois

Lire la suite

Pétition en défense des anarchistes biélorusses

28 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Pétition en défense des anarchistes biélorusses

 

À cause de la détérioration de la situation économique, Loukachenko est contraint d’utiliser son dernier recours - les négociations sur le soutien financier de l'Occident. Mais une condition de base nécessaire à la coopération de l'UE est la libération de tous les prisonniers politiques. N’ayant pas de choix, le président est contraint d’avancer : il a déjà gracié 13 participants de la manifestation du 19 décembre 2010 (ceux-ci en ont fait la demande). Maintenant, le travail continue pour libérer de nombreux prisonniers politiques qui refusent de demander la clémence. Nous évaluons cela comme une avancée positive ; le seul fait qui nous inquiète c'est que, à ce jour, la liste des prisonniers politiques, ne comprend que des manifestants du 19 décembre, ainsi que des membres du Front de la jeunesse arrêtés la veille.

 

Dans le même temps, en détention, se trouvent également des activistes, condamnés pour la soi-disant «affaire des anarchistes biélorusses» qui  ont déjà été arrêtés au cours de la campagne électorale du président actuel.

 

De nombreuses violations de la loi et de l'enquête sont mises en avant par beaucoup d’organisations de défense des droits de l’homme (telles que « Vesna »).  Les accusés n'ont pas reconnu leur culpabilité, mais, néanmoins, ont été condamnés à de longues peines.

 

Bien sûr, les actions revendiquées par les anarchistes sont associées à la violation de la loi, elles sont parfois liées à des actes violents contre la propriété étatique ou privé. C’est ce fait-là qui entrave l'inclusion des anarchistes, par de nombreux défenseurs des droits de l’homme, dans les listes communes des prisonniers politiques. Pour cette raison, nous voulons remarquer que la plupart des détenus, condamnés suite aux émeutes du 19 décembre, ont commis, pour des raisons objectives, des actes de violence. Ils ont attaqué la Maison du Gouvernement et des « forces de l’ordre » habillés en civil quand celles-ci ont provoqué une bagarre (l’affaire de Dachkevitch et Lobanov). Le fait que, jusqu'à là, Dedok, Frantskevitch et Olinevitch, étaient inconnus du grand public en tant que militants sociaux, ne devrait pas affecter le niveau de soutien à leur égard. Par conséquent, nous croyons qu'une telle distinction entre de « vrais » prisonniers politiques et tous les autres est mauvaise. Par ailleurs, le fait que, sur Dedkov et Frantskevitch, ait été exercée la pression pour qu’ils signent la demande de clémence, démontre que les autorités, elles-mêmes, les considèrent en tant que détenus politiques.

 

Nous sommes aussi préoccupés par le fait que l’attention du public passe sous silence de jeunes gens qui ont commis l’attaque contre le KGB dans la ville de Bobrouïsk. Eugène Vaskovitch, Artem Prokopenko et Pavel Syromolotov qui ont reçu chacun 7 ans d'emprisonnement pour cet acte désespéré. Évidemment, cela constitue une violation de la loi et les jeunes ont avoué leur crime, mais, avant tout, il faudrait réfléchir, à ce qui force les jeunes à utiliser des méthodes similaires de lutte et de protestation. Dans les conditions où toute dissidence est étouffée, où toutes les tentatives de manifestations pacifiques sont durement réprimées, où la propagation de l'information libre devient pratiquement impossible, il n'est pas étonnant que les gens qui réfléchissent, ne voient plus aucun sens aux rassemblements pacifistes et à la résistance non-violente.  Nous ne condamnons pas et ne tolérons pas de telles actions, nous sommes préoccupés par le fait que les autorités réagissent de manière disproportionnelle à de telles infractions. Pour des escaliers carbonisés du bâtiment du KGB (dont les dégâts n’excèdent pas 250 000 roubles biélorusses (environ 25 euros), la personne obtient 7 ans d'emprisonnement, tandis que, pour les assassinats, viols et vols, on condamne souvent à une peine plus clémente.

Nous, soussignés, appelons à la reconnaissance de Nikolas Dedko,  Alexandre Frantskevitch et Igor Olinevitch, en tant que prisonniers politiques et nous exigeons leur libération et leur réhabilitation complète, et ceci de même pour les autres personnes condamnées  pour des raisons politiques. Nous insistons également sur la révision de «l'affaire de l’attaque sur le KGB de Bobrouïsk » et de la peine établie que purgent, suite à cette affaire, Eugène Vaskovitch, Artem Prokopenko et Paul Syromolotov.

 

Vous pouvez signer la pétition en suivant ce lien http://www.gopetition.com/petitions/in-defense-of-belarus-imprisoned-anarchists/sign.html

Contact : minsksolidarity@riseup.net

Lire la suite

Ainsi les Grecs “refusent d’économiser” ?

27 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

greece-financial-genocide_0.jpgThessalonique, le 16 septembre. Un homme tente de s'immoler par le feu pour protester contre le gouvernement, les banques et les partis politiques. AFP

 

 

Ainsi les Grecs “refusent d’économiser” ? Un juriste de Vienne, qui a un pied-à-terre à Athènes, les a observés au quotidien. Sa conclusion : ils économisent à en crever.

> On ne peut rester sans réagir aux diverses déclarations des plus hauts responsables de toute l’Europe, certaines frisant l’imbécillité, au sujet de ces "fainéants" de Grecs qui "refusent d’économiser".

> Depuis 16 mois, je dispose d’une résidence secondaire à Athènes, et j’ai vécu cette situation dramatique sur place. On se plaint que les plans d’économie ne fonctionnent pas parce que les revenus fiscaux chutent. On remet en question la volonté des Grecs d’économiser. Quelle surprise ! Voici quelques faits :

> - Réductions des salaires et des retraites jusqu’à 30 %.

> - Baisse du salaire minimum à 600 euros.

> - Hausse des prix dramatique (fioul domestique + 100 % ; essence + 100 %, électricité, chauffage, gaz, transports publics + 50 %) au cours des 15 derniers mois.

Le renflouement de l'UE repart à 97% vers l'Union

> - Un tiers des 165 000 entreprises commerciales ont fermé leurs portes, un tiers n’est plus en mesure de payer les salaires. Partout à Athènes, on peut voir ces panneaux jaunes avec le mot "Enoikiazetai" en lettres rouges – "A louer".

> - Dans cette atmosphère de misère, la consommation (l’économie grecque a toujours été fortement axée sur la consommation) a plongée de manière catastrophique. Les couples à double salaire (dont le revenu familial représentait jusqu’alors 4 000 euros) n’ont soudain plus que deux fois 400 euros d’allocations chômage, qui ne commencent à être versées qu’avec des mois de retard.

> - Les employés de l’Etat ou d’entreprises proches de l’Etat, comme Olympic Airlines ou les hôpitaux, ne sont plus payés depuis des mois et le versement de leur traitement est repoussé à octobre ou à "l’année prochaine". C’est le ministère de la Culture qui détient le record. De nombreux employés qui travaillaient sur l’Acropole ne sont plus payés depuis 22 mois. Quand ils ont occupé l’Acropole pour manifestation (pacifiquement !), ils en ont rapidement eu pour leur argent, à coups de gaz lacrymogène.

> - Tout le monde s’accorde à dire que les milliards des tranches du renflouement de l’UE repartent à 97 % directement vers l’Union, vers les banques, pour éponger la dette et les nouveaux taux d’intérêt. Ainsi le problème est-il discrètement rejeté sur les contribuables européens. Jusqu’au crash, les banques encaissent encore des intérêts copieux, et les créances sont à la charge des contribuables. Il n’y a donc pas (encore ?) d’argent pour les réformes structurelles.

> - Des milliers et des milliers d’auto-entrepreneurs, chauffeurs de taxis et de poids lourds, ont dû débourser des milliers d’euros pour leur licence, et ont pris des crédits à cet effet, mais ils se voient aujourd’hui confrontés à une libéralisation qui fait que les nouveaux venus sur le marché n’ont presque rien à payer, tandis que ceux qui sont présents depuis plus longtemps sont grevés par leurs énormes crédits, qu’ils doivent néanmoins rembourser.

> - On invente de nouvelles charges. Ainsi, pour déposer une plainte à la police, il faut payer sur le champ 150 euros. La victime doit sortir son porte-monnaie si elle veut que sa plainte soit prise en compte. Dans le même temps, les policiers sont obligés de se cotiser pour faire le plein de leurs voitures de patrouille.

> - Un nouvel impôt foncier, associé à la facture d’électricité, a été créé. S’il n’est pas payé, l’électricité du foyer est coupée.

> - Cela fait plusieurs mois que les écoles publiques ne reçoivent plus de manuel scolaire. L’Etat ayant accumulé d’énormes dettes auprès des maisons d’édition, les livraisons ne sont plus effectuées. Les élèves reçoivent désormais des CD et leurs parents doivent acheter des ordinateurs pour leur permettre de suivre les cours. On ignore complètement comment les écoles – surtout celles du Nord – vont régler leurs dépenses de chauffage.

Où est passé l'argent des dernières décennies ? 

> - Toutes les universités sont de fait paralysées jusqu’à la fin de l’année. Bon nombre d’étudiants ne peuvent ni déposer leurs mémoires ni passer leurs examens.

> - Le pays se prépare à une vague d’émigration massive et l’on voit apparaître des cabinets de conseil sur la question. Les jeunes ne se voient plus aucun avenir en Grèce. Le taux de chômage atteint 40 % chez les jeunes diplômés et 30 % chez les jeunes en général. Ceux qui travaillent le font pour un salaire de misère et en partie au noir (sans sécurité sociale) : 35 euros pour dix heures de travail par jour dans la restauration. Les heures supplémentaires s’accumulent sans être payées. Résultat : il ne reste plus rien pour les investissements d’avenir comme l’éducation. Le gouvernement grec ne reçoit plus un sou d’impôt.

> - Les réductions massives d’effectif dans la fonction publique sont faites de manière antisociale. On s’est essentiellement débarrassé de personnes quelques mois avant qu’elles n’atteignent leur quota pour la retraite, afin de ne leur verser que 60 % d’une pension normale.

> La question est sur toutes les lèvres : où est passé l’argent des dernières décennies ? De toute évidence, pas dans les poches des citoyens. Les Grecs n’ont rien contre l’épargne, ils n’en peuvent tout simplement plus. Ceux qui travaillent se tuent à la tâche (cumul de deux, trois, quatre emplois).

> Tous les acquis sociaux des dernières décennies sur la protection des travailleurs ont été pulvérisés. L’exploitation a désormais le champ libre ; dans les petites entreprises, c’est généralement une question de survie.

> Quand on sait que les responsables grecs ont dîné avec les représentants de la troïka [Commission européenne, BCE et FMI] pour 300 euros par personne, on ne peut que se demander quand la situation finira par exploser.

> La situation en Grèce devrait alerter la vieille Europe. Aucun parti prônant une raisonnable orthodoxie budgétaire n’aurait été en mesure d’appliquer son programme : il n’aurait jamais été élu. Il faut s’attaquer à la dette tant qu’elle est encore relativement sous contrôle et avant qu’elle ne s’apparente à un génocide financier.

 

Vu d’Athènes

Les Grecs “sacrifiés sur l’autel de la Troïka”

> Les "nouveaux sacrifices" réclamés par le gouvernement pour éviter la faillite de l'Etat frappent "les victimes habituelles", "sacrifiées sur l’autel de la Troïka" (Commission européenne, Banque centrale européenne et FMI), écrit Ta Nea. Le nouvelles coupes budgétaires, adoptées le 21 septembre pour obtenir le déblocage de la sixième tranche d’aide financière des trois institutions, visent "les retraites, les salaires et 30 000 fonctionnaires". Ces derniers seront placés en chômage technique d’ici la fin de l’année. De plus, le seuil minimal d’imposition a été baissé. L’annonce de ce nouveau plan a provoqué la colère des Grecs. Les syndicats des transports publics et les taxis se sont mis en grève le 22 septembre, de même que les enseignants et les employés municipaux et les contrôleurs aériens. Le secteur public dans son ensemble a annoncé un arrêt de travail le 5 octobre. Une grève générale devrait être organisée le 19 octobre.

 

Lire la suite

Scalp Besak

26 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Anti-fascisme

Le Scalp Besak vous invite à son prochain cinéclub le mercredi 28

Septembre à 20h30 à la librairie l'Autodidacte, 5 place marulaz.

 

Au programme :

- projection du docu-film "Uno di Noi!" (voir article

http://scalpbesak.wordpress.com/2011/09/19/uno-di-noi-hommage-antifasciste-fresque-murale-a-bochum-en-allemagne/)

 

- projection d'un documentaire sur les groupes d'extrême-droite en

France et débat sur la situation de l'extrême-droite en France et en Europe

 

- table de presse Scalp/ No Pasaran

 

L'affiche est visible ici :

http://scalpbesak.files.wordpress.com/2011/09/cineclubseptembre.png

 

A diffuser, venez nombreux !

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1643

25 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le Monde Libertaire n° 1643 du 22 au 28 Septembre 2011

 

Sommaire

Actualité

La Libye, état des lieux, par Mohamed, page 3

Météo syndicale: été indien, par L. Barbesois, page 4

Salon du livre anarchiste de Merlieux, par Paco, page 4

Sida, points sur les «i », page 5

Chronique néphrétique, page 5

Des brèves, un strip, page 6

Procès Maixol à Bordeaux, J.-M. Raynaud, page 7

International

Rentrée syndicale unitaire en Espagne, par R. Pino, page 8

Café zapatiste, par Daniel, page 9

Bac populaire en Argentine, par Romain et Jessica, page 10

Arguments

De la profitation, par A. Zurvan, page 12

Histoire

Kropotkine et la Grande Révolution, par P. Sommermeyer, page 16

À lire

La geste des sans-papiers, par Silfax, page 19

À voir

Prudhommes, par M.-C. Calmus, page 20

Mouvement

Salon du livre anarchiste de Merlieux – le programme, page 21

Radio libertaire, page 22

Agenda, page 23

 

Editorial

 

Dans la presse dite grande, les marronniers reviennent inlassablement année après année, au gré des saisons : « Spécial vins », « spécial immobilier», « salaires des cadres », « classement des hôpitaux ou des écoles», variations à l’infini sur le thème des Francs-maçons etc. L’été étant traditionnellement réservé aux «spéciaux sexe ». Cette année, pas de problème, DSK a particulièrement contribué à fournir journaux et magazines en détails croustillants. Pouvoir et harcèlement sexuel semblent décidément aller souvent de pair.

 

Autre thème récurent, les « affaires », avec des procès qui traînent en longueur : Clairstream (Sarko-Villepin) à peine bouclé, les emplois fictifs de la Ville de Paris (Chirac) toujours en cours en attendant qu’il retrouve la mémoire ? Les mises en examens qui pleuvent (les frères Guérini) début d’une nouvelle histoire marseillaise. Et puis, et puis, le fric : les mallettes de billets qui circulent dans certains endroits, qui sont vues par les uns et pas par les autres (Bettancourt/Sarko et encore Chirac/Villepin).

 

Bref, cette rentrée est placée sous le signe de l’argent. Pas celui nécessaire aux travailleurs pour améliorer leurs conditions de vie, non, plutôt celui qu’on va leur demander pour payer une crise dont ils ne sont pas responsable, ou pour renflouer des banques qui continuent de faire joujou avec la bourse via leurs traders, en «perdant » des milliards d’euros.

 

Des valises de billets pour les uns, des taxes et des coupes budgétaires pour les autres. Sûr qu’il va falloir plus qu’une journée de mobilisation syndicale pour clouer le bec à tous les exploiteurs. S’indigner ne va plus suffire, se révolter va de plus en plus être à l’ordre du jour.

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

Lire la suite

Lons-le-Saunier

21 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Vendredi 23 septembre

 

Lons-le-Saunier

 20 h 30. Débat : critique de la religion.

Avec Marc Silberstein, ancien mandaté au Comité de rédaction du Monde libertaire et membre du groupe Louise-Michel de la Fédération anarchiste.

Organisé par l’Association des Libres penseurs jurassiens. Au Carrefour de la Communication. Le groupe la Vache noire de la Fédération anarchiste tiendra une table de presse sur place.

Lire la suite

Salon du livre libertaire

20 Septembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

vache-noire.pngCUISERY (SAÔNE-ET-LOIRE) : dimanche 2 octobre 2011 de 10 heures à 19 heures. Le groupe libertaire de Saône et- Loire et le groupe La Vache Noire de la Fédération anarchiste organisent la 4e édition du Salon du livre libertaire de Saône-et-Loire. Cette rencontre était initialement prévue à Cluny début septembre mais cette date a été annulée. Le Salon offrira une vitrine régionale à l’édition libertaire et de lutte. Il y aura une restauration à prix libre, une buvette, des débats, de la musique et de la poésie. La veille, des animations sont aussi prévues.
Adresse : Salle du temps libre, 71290 Cuisery
courriel :
leperepeinard@no-log.org
(Cuisery se trouve 10 kilomètres à l’est de Tournus.)

Lire la suite
1 2 3 > >>