Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le Monde libertaire "gratuit"

29 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le "gratuit" à "prix libre" de la fédération anarchiste.

le Monde libertaire "gratuit"
Lire la suite

Devenez coproducteurs d'un film

29 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Devenez coproducteurs d'un film documentaire sur la Justice en Tunisie

Chers amis,

Après "Nosotros del Bauen", film documentaire où je suivais la lutte d'employés en Argentine dans un hôtel autogéré, je m'intéresse à un nouveau combat, qui se déroule cette fois en Tunisie : celui d'avocats militants qui resistent pour mettre en place une démocratie et mettre fin définitivement à la dictature et à la corruption, quels que soient les gouvernements en place.

Face aux difficultés de financer des films non formatés en dehors des circuits traditionnels de la télévision, il existe aujourd'hui une manière alternative de faire exister les projets: le financement participatif ou le Crowdfunding. L'idée est de vous engager à toucher vos réseaux, vos amis et ainsi de suite jusqu'à ce que la première famille des co-producteurs devienne une grande communauté. Le principe du Crowfunding est simple: une somme à atteindre est fixée dans un délai déterminé. A la fin de ce délai, si la somme est obtenue à 100 % elle est versée pour le film, si la somme réunie est inférieure (exemple 99%) elle ne le sera pas.

Je vous propose aujourd'hui de devenir co-producteurs d'un film documentaire que que je réalise avec Meriam Azizi, réalisatrice tunisienne,

sur "la justice transitionnelle" en Tunisie intitulé "Dans la tourmente / le groupe des 25".

Voici le lien où vous trouverez le trailer ainsi qu'un descriptif du projet:

http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=835

Vous trouverez sur ce lien comment contribuer à faire exister ce film.

Merci de faire circuler l'information auprès d'amis, d'associations ou de toutes autres personnes susceptibles d'être intéressées.


Résumé
Charfedine, Imène, Amor, Hédi, Anouar et Saida, sont membres d'un collectif d'avocats tunisiens qui se bat pour faire condamner par la justice les faucons de l’ancien régime de Ben Ali, responsables des crimes de sang et de corruption. Ils luttent pour établir une « justice transitionnelle » en Tunisie, qui doit marquer le passage de la dictature à la démocratie. Le film les accompagne durant une période cruciale: les premières manifestations pour une justice indépendante, les premières élections libres en Tunisie, et les premières confrontations avec le pouvoir en place.

En vous remerciant de votre soutien pour diffuser et faire connaître le film qui pourra exister grâce à vous.



Réalisateurs: Didier Zyserman et Meriam Azizi
Production: Zebras Films et Paprika Films

Devenez coproducteurs d'un film
Lire la suite

les Trottant.e.s

28 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA

Vous êtes convié.e.s au prochain Resto Trottoir qui se veut toujours sous
le signe du rassemblement, de la solidarité et de l'intelligence contre
les idées nauséabondes.

Car oui, tristement, couleur d'une peau, sexe biologique permettant
l'enfantement, langue et/ou origine étrangère, sexualité ou identité
différentes de la norme, âge ou handicap, apparence physique et condition
sociale, tous ces caractères particuliers de personnes qui ne
correspondent pas au modèle dominant de la société, sont aussi des
marques qui peuvent nous ostraciser, nous faire rejeter par notre
voisin, nous faire haïr par l'Autre jusqu'à finalement nous exclure de la
société des êtres humains et l'on a déjà bien assez dans l'Histoire des
histoires de ce processus.

Il est d’ailleurs vrai que les freins sociaux au développement individuel
sont souvent d’origine étatique. Les médias, eux aussi, contribuent à
diffuser les normes sociales favorables aux dominants et représentent
toutes les minorités par des clichés éhontés.
Ils mettent en scène les idées et actes violents nauséabonds de l’extrême
droite afin d’en faire du spectacle et du profit, ce qui contribue,
volontairement ou non, à les banaliser dans l’opinion.

Alors, voilà, nous (et vous, n'est-ce pas ?), on va faire danser nos os au
soleil, parce que sous toutes nos différences il y a bien des points
communs : on veut vivre nos passions, nos désirs, nos amours et cela, qui
que nous soyons !!

Ce 30 juin, dès 12h30 (ou plus tôt),

v'nez danser avec nous, et, plus
sûrement, partager ensemble un repas !

À bientôt,
les Trottant.e.s

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1712

28 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA

Le Monde Libertaire n° 1712 du 27 Juin au 3 Juillet 2013

«Les actions des hommes sont les meilleurs interprètes de leurs pensées.»

John Locke

Sommaire

Actualité

Une conférence (sociale) de plus, par G. Goutte, page 3

Gaz de schiste : que veut-on ?, par le groupe Drapeau noir, page 5

Météo syndicale, par J.-P. Germain, page 6

La Chronique néphrétique de Rodkol, page 7

Psychiatrie et électrochocs, par Sophie et Alexis, page 8

International

Un «miracle » américain, par J. White et S. Jones, page 10

Le Printemps tropical du Brésil, par R. Pino, page 12

Israël, entretien avec Pierre Stambul, par P. Arnaud, page 14

Histoire

Marat et la révolution permanente, par Erwan, page 16

À lire

Une société sans pognon, par T. Guilabert, page 18

Poésie ardente, par Franck, page 19

Le mouvement

Maurice Nadeau nous a quittés, par C. Margat, page 20

Petit bilan de la Foire à l’autogestion, par Collectif, page 21

Illustrations

Aurelio, Fyd, Kalem, Krokaga, Schvrt, Valère

Editorial

On sait désormais que la découverte de Prism, un programme d’espionnage de la NSA (agence de renseignement américain), est le fait d’un homme, Edward Snowden. Ce document révèle que la NSA a accès aux serveurs de neufs géants du Net comme Facebook, Google, Microsoft ou Apple et capte toutes les informations émises par des citoyens étrangers concernant de près ou de loin la sécurité du pays. Snowden a longuement insisté, dans les interviews qu’il a accordées, sur le caractère non démocratique des États-Unis qui se veulent pourtant l’apôtre des libertés individuelles.

Prism est destiné, selon la NSA, à déjouer des complots terroristes. D’après Keith Alexander, le patron de la NSA, Prism est tout à fait légal et aurait permis de déjouer «plus de cinquante actes terroristes potentiels» depuis le 11 septembre 2001. Au nom de la lutte contre le terrorisme, on bafoue les droits les plus élémentaires. On se doutait que quelque chose de très gros se tramait depuis quelques mois, voire quelques années, dans le cadre de la lutte antiterroriste encadrée par le Patriot Act et le Fisa (Foreign Intelligence Surveillance Act).

Les révélations en 2012 de William Binney, ancien de la NSA, faisaient état de la mise en place au sein de la NSA d’un programme d’espionnage planétaire avant même les événement du 11 septembre. Snowden a posé la question qui fâche: «Depuis le début du programme après le 11 septembre, combien d’attaques terroristes ont été évitées uniquement grâce à ce programme de surveillance? Une fois que la réponse à cette question aura été apportée, demandez-vous combien de communications individuelles ont été espionnées pour arriver à ce résultat et jugez si cela en vaut la peine.»

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

En vente à la librairie associative l'Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

ouvert le mercredi de 16h00 à 19h00

et le samedi de 15h00 à 19h00

Le Monde Libertaire n° 1712
Lire la suite

Brésil

27 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA

[Brésil] NI REVOLUTION, NI MOUVEMENT CONTRE LA CORRUPTION : LE FOND SOCIAL DES SOULEVEMENTS POPULAIRES AU BRESIL (fr)

jeudi 27 juin 2013

Le mouvement social brésilien vu par une anarchiste.

Nous reproduisons le texte que nous a adressé une camarade et sympathisante anarchiste brésilienne.

Le Groupe Regard Noir.

**********

La longue nuit du 17 Juin a changé le scénario brésilien et redimensionné les manifestations sociales. La mobilisation massive - d’environ 1 million de personnes – dans une dizaine des principales villes du pays et du monde est un événement unique dans l’histoire politique brésilienne depuis les protestations pour l’impeachment du Président Collor en 1992. Ces manifestations marquent une rupture : ce qu’on observe monter dans la scène brésilienne est peut être un nouvel acteur politique collectif, le catalyseur d’une puissante force sociale dans les rues.

A l’origine des mouvements populaires, on retrouve la hausse des tarifs du transport public dans plusieurs villes du Brésil. Au début, les actes sont appelés à Sao Paulo, la plus grande ville et capitale économique du pays, par le Movimento Passe Livre – MPL (mouvement pour le tarif zéro), mouvement surgi lors du Forum Social Mondial, en 2005. Les revendications, notamment progressistes, incluent la réduction du tarif des transports, l’établissement d’un réseau des transports accessible et de qualité, et la non-criminalisation des mouvements sociaux. L’objectif du mouvement a toujours été la lutte pour passer d’un système de transport du grand cartel privé à un système entièrement public, financé par des impôts progressifs. Néanmoins, les mouvements ont un caractère horizontal et il n’y a pas vraiment de coordination régionale ou nationale. Par exemple, à Rio de Janeiro, la convocation des nouveaux actes est décidée en assemblée ouverte à tous.

Initialement les manifestations étaient fortement criminalisés par les principaux moyens de communication du pays, qui sont dominés par quelques familles – on peut aisément parler de monopole – alliées du grand capital et de la droite réactionnaire au Brésil. Il est important de souligner que la scène politique brésilienne se caractérise, d’un côté, par une forte alliance de la droite libérale avec les segments nationalistes, et d’autre côté, par la fragmentation de la gauche et la marginalisation, voire criminalisation, de l’extrême-gauche.

Suite à l’adhésion populaire massive aux mouvements, les grands médias changent radicalement de position pour reconnaître la légitimé des actions, tout en condamnant les actes de « vandalisme » lors des manifestations. Cette adhésion a été accompagnée d’un changement de direction des mouvements, caractérisé par la présence des groupes conservateurs, de l’harcèlement des membres des partis politiques de gauche dans les manifestations, et l’apparition de slogans aussi flous que dépolitisés, tel que le combat contre la corruption. On y voit clairement une tentative de dispersion du mouvement par les secteurs réactionnaires de la société, menant une campagne de dépolitisation sommé à des appels nationalistes (« On y porte que le drapeau du Brésil »).

Après la mobilisation nationale du 20 Juin, le MPL dénonce la « séquestration » des mouvements par la droite, caractérisée par des devises conservatrices qui demandent, entre autres, la criminalisation de l’avortement ou la réduction de l’âge de responsabilité pénale. En protestation, le lendemain, il annonce qu’il ne fera plus d’appel aux manifestations. Dans la même nuit, à Sao Paulo et à Rio, on témoigne des scénarios de guerre urbaine accompagnés d’une violence policière utilisée jusqu’ici seulement lors des actions de « nettoyage » dans les favelas.

Des manifestants rapportent des actes de brutalité policière, on observe l’arrestation arbitraire dans les rues, et même le siège d’un bâtiment universitaire fédéral par des policiers militaires, d’où les manifestants n’ont pu sortir qu’au lendemain avec l’intervention du président de l’Université. A Porto Alegre, le siège de la Federação Anarquista Gaúcha – FAG (Fédération anarchiste du Rio Grande do Sul) a été envahie par des policiers en civil suite à des dénonciations par la presse conservatrice des liaisons de cette fédération avec des « anarchistes internationaux », à fin de mettre en place des tactiques de guérillas lors de manifestations. Rien, bien évidemment, n’a été prouvé.

On témoigne donc une recrudescence progressive de l’Etat policier dans les grandes villes du pays, la criminalisation ostensive des soulèvements populaires et la marginalisation des partisans de gauche vers une radicalisation du mouvement à droite. Face au danger réactionnaire, la gauche affiche une double stratégie : la rétraction des mouvements et la tentative d’organisation d’un front commun.

L’analyse anarchiste des soulèvements met en lumière que le mouvement manque de bases politiques claires, ce qui lui permettrait d’éviter sa fragmentation. La force sociale représentée par les derniers mouvements ne peut être négligée et il faut rappeler son caractère de classe, au-delà de toute idéologie. Il est capital que cette lutte ne soit pas séquestrée par un parti politique ou par les secteurs conservateurs, mais une lutte non-partisane est très différente d’un combat anti-partisan. Cela signifie respecter toutes les couleurs/drapeaux qui collaborent à la mobilisation populaire, dans le but d’unir les différentes forces politiques autour d’un agenda commun.

On reconnaît donc l’importance d’une force populaire, d’un soulèvement de la classe travailleuse depuis son origine. Malgré les revendications proches des idéologies libertaires et de gauche, ainsi que la participation des militants des partis politiques dans la construction du mouvement, celui-ci n’est identifié à aucune idéologie spécifique. Une grande partie des anarchistes au Brésil semble vouloir construire et organiser de la meilleure manière possible la lutte sans se revendiquer « capitaines du mouvement ». Ils mettent aussi l’accent sur l’importance de renforcer les structures de base, telles que les syndicats, les entités d’étudiants ou les associations de quartiers afin de mener une discussion quotidienne des revendications pour être apportées lors des mobilisations. Cela permettra aux groupes opprimés de construire un projet politique propre dans le but de faire face aux classes dominantes et à leurs instruments qui essayent de coopter les mobilisations populaires.

[SOURCE : http://regard-noir.blogspot.fr/2013...]

Lire la suite

Communiqué FA

27 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA

[Brésil, communiqué] Vive la lutte du peuple brésilien contre la corruption capitaliste !

vendredi 21 juin 2013

Vive la lutte du peuple brésilien contre la corruption capitaliste !

Depuis bientôt deux semaines un mouvement sans précédent de contestations et d’émeutes secoue au Brésil le pouvoir qui se trouve entre les mains d’un prétendu « Parti des travailleurs ».

La hausse du prix des transports publics a provoqué la colère des Brésiliens, mais la contestation était plus profonde, et elle s’est transformée en une critique de la classe politique dans son ensemble à la suite des scandales de corruption. La facture de la Coupe du monde de football, estimée à 11 milliards d’euros, a rappelé au peuple brésilien qu’il manquait plutôt d’écoles et d’hôpitaux que de stades de football.

L’annonce de la baisse des prix des transports n’a pas désamorçé la colère de la population : les manifestations se sont étendues à l’ensemble du pays. En un an, le prix des tomates a grimpé de 96%, celui des oignons de 70% ; le riz a augmenté de 20% et le poulet de 23%.

Nous n’oublions pas que le capitalisme français, à travers l’entreprise GDF-Suez, contribue à la situation catastrophique du Brésil avec le projet de barrade de Jirau, socialement et écologiquement dévastateur.

La fédération anarchiste francophone tient à assurer la classe ouvrière brésilienne, le peuple brésilien et l’ensemble du mouvement libertaire brésilien de sa sympathie et de son soutien en cette période de lutte intense contre le régime capitaliste corrompu.

A une époque où commence à apparaître une contestation généralisée du système capitaliste à l’échelle de la planète, où la population turque livre un combat héroïque contre le pouvoir en place, la solidarité internationale est un impératif de plus en plus urgent.

Nous réaffirmons la nécessité d’une organisation internationale des libertaires pour mener plus efficacement le combat ensemble.

Fédération Anarchiste francophone, 21 juin 2013.

Lire la suite

Brésil

26 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

La police fédérale a mis à sac le siège de la Federação Anarquista Gaúcha (FAG), à Porto Alegre. Voilà où en est le gouvernement de « gauche » de Brasilia, après dix ans de politique néolibérale.

Communiqué de la Federação Anarquista Gaúcha.

L’après midi du jeudi 20 juin 2013 , entre 12 et 15 agents, non identifiés mais portant des gilets et des vestes de police et en se présentant comme des agents de la police fédérale, sont entrés et ont perquisitionné l’athénée Batalha da Várzea, l’espace politique et social de la Fédération Anarchiste Gaúcha (FAG), située travessa dos Venezianso. Ils se sont également emparés d’une partie du matériel.

Les agents n’ont pas montré d’ordre de perquisition aux voisins qui se sont inquiétés de savoir ce qui se passait. Par ailleurs, dans la matinée, des agents, également cachés, ont tenté d’appréhender une camarade à son domicile. La FAG est une organisation politique vieille de 18 ans. Au cours de ces années, nous ne nous sommes jamais cachés et nous avons toujours maintenu le caractère public de nos espaces, dans lesquels nous menons de nombreuses activités d’ordre politique et culturel, ainsi que notre action politique. L’athénée est un espace où, ces trois dernières années nous nous sommes tenus à ces activités, en maintenant une bibliothèque publique et en réalisant des activités périodiques. Nous souhaitons rappeler aussi qu’en octobre 2009, notre ancien siège (situé à Lopo Gonçalves) avait aussi était envahi par la police civile sur ordre du gouverneur de l’époque, Yeda Crusius, suite à une affiche sur laquelle nous la tenions pour responsable de la mort du militant du Mouvement des sans terre (MST) Elthon Brum à San Gabriel. À cette occasion, tout le matériel de notre siège avait été saisi, y compris les poubelles. Cette fois, après les nombreuses « rumeurs urbaines » publiées par RBS [1] nous accusant d’être des sociopathes, on nous accuse de planifier, avec l’aide de militants étrangers, une guérilla urbaine : on voit là un motif très net pour semer la panique et appeler la répression contre notre action. Les provocations et mensonges développés par la presse réactionnaire ou la répression employée par les appareils policiers de l’état bourgeois ne sont pas des nouveautés pour nous. Depuis nos débuts en tant que courant politique, nous avons été la cible de l’acharnement répressif du patronat agissant main dans la main avec l’Etat. Durant plus d’un siècle, nous avons résisté à ces lâches attaques, sans jamais baisser ni nos têtes, ni nos poings et ce n’est pas ce nouvel épisode qui affaiblira notre combativité. Nous dénonçons enfin le gouvernement municipal, provincial et fédéral, tous responsables de cette lâche attaque contre notre organisation.

Il ne nous intimiderons pas et nous continuerons en employant tous nos efforts pour la construction d’un mouvement populaire combatif qui organise les opprimés de ce pays et leurs légitimes revendications.

No Pasarán !!!

À bas la répression contre ceux qui luttent !!!

Federação Anarquista Gaúcha, le 20 juin 2013

[1] Une des principales entreprises multimédia du pays.

Source : Sur A infos.

Brésil
Lire la suite

Notre histoire

25 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le 25 juin 1903, naissance de George ORWELL (de son véritable nom Eric BLAIR) à Motihari au Bengale, Inde.
Journaliste et "écrivain politique" anglais, combattant antifranquiste.
George Orwell n'est pas vraiment un anarchiste, sinon un "anarchist tory (conservateur)". S'il figure ici, c'est pour son magnifique livre, "Hommage à la Catalogne libre" (fruit de son expérience espagnole), mais aussi pour ses dénonciations des dangers du totalitarisme : "La ferme des animaux" et "1984".
Après une éducation anglaise, il s'engage en 1922 comme officier de police en Birmanie (colonie anglaise), mais il en démissionne en 1928 pour se consacrer à l'écriture. Sans argent il vit "Dans la dèche à Paris et à Londres", où il exerce divers petits boulots.
Juillet 1936, la révolution espagnole éclate, il se rend alors à Barcelone et dans l'enthousiasme révolutionnaire s'engage dans les milices du POUM. Il prend part aux événements de mai 1937, puis retour sur le front de Huesca où, le 20 mai, une balle lui traverse la gorge. Blessé et dégoûté des trahisons staliniennes, il rentre en Angleterre où il se remet à l'écriture. La guerre voit son engagement dans la garde nationale anglaise, puis il devient speaker à la BBC. En 1943, il est directeur de rédaction du journal "The Tribune" et ensuite envoyé spécial de "The Observer". Atteint de tuberculose il meurt le 21 janvier 1950.
"On était en décembre 1936.(...) J'était venu en Espagne dans l'intention d'écrire quelques articles pour les journaux, mais à peine arrivé je m'engageai dans les milices, car à cette date, et dans cette atmosphère, il paraissait inconcevable de pouvoir agir autrement. Les anarchistes avaient toujours effectivement la haute main sur la Catalogne et la révolution battait encore son plein.(...) C'était bien la première fois dans ma vie que je me trouvais dans une ville où la classe ouvrière avait pris le dessus."
in: Hommage à la Catal
ogne

Source: l'exellent site: epheman.perso.neuf.fr/

George Orwell
(photographié par Vernon Richards)

Notre histoire
Lire la suite

Groupe La Mistoufle Dijon

24 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Retrouvez les copain(e)s du groupe La Mistoufle* de la Fédération anarchiste (Dijon)

à son local:

Réunion, permanence et ouverture de la bibliothèque tous les jeudis de 18h00 à 20h00 au 6 impasse Quentin (proche du marché à Dijon)

et sur son blog:

http://groupelamistoufle.blogspot.fr

* MISTOUFLE, subst. fém.

A. − Arg. et pop. Gêne, misère, pauvreté. Synon. pop. mouise.Être dans la mistoufle. Je fus même obligée de mettre au clou quelques petits bijoux qui me restaient, afin de payer mon logement et ma nourriture... Fatalement, la mistoufle vous ramène aux agences d'usure et d'exploitation humaine (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.286).

Avec ma naissance en plus, on s'enfonçait dans la mistoufle. On avait toujours pas bouffé (Céline,Mort à crédit,1936, p.56).

Source:http://www.cnrtl.fr/lexicographie/mistoufle

Lire la suite

ZAD

23 Juin 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Ce samedi 22 juin au soir, la D281 [qui avait été fermée par les autorités
jeudi] a été rouverte par des opposant-e-s au projet d'aéroport.

Cette route doit rester circulante pour les raisons suivantes :

- les agriculteurs doivent accéder à leurs parcelles ;

- nous refusons que la ZAD soit enfermée et isolée par les autorités ;

- des automobilistes utilisent quotidiennement cette route.

L'aéroport ne se fera pas, il n'y donc pas de raison de condamner la
route, ni aujourd'hui, ni demain.

Des occupant-e-s, habitant-e-s, paysan-ne-s de la ZAD et des alentours.

Zone à défendre - http://zad.nadir.org/
Pour suivre nouvelles et appels inscrivez-vous à notre liste email/
To follow our news and callouts, subscribe to
our mailing list:
http://lists.aktivix.org/mailman/listinfo/zad-o
ccupation

Zone à défendre - http://zad.nadir.org/

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>