Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Non aux expulsions

31 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #contre les expulsions

FAMILLE ET JEUNES SANS-PAPIERS :

NON AUX EXPULSIONS PENDANT L'ETE !

PAS UNE CHAISE VIDE DANS LES ECOLES A LA RENTREE !

Mercredi 1° août 2007 à partir de 17H30 sur la place du 8 septembre.

Le texte de cette pétition est très bien accueilli par les bisontins qui signent, pour la plupart, avec conviction.

C'est aussi l'occasion de discuter de la situation de nos amis sans-papiers ou demandeurs d'asile.

Venez nombreux.

Lire la suite

LOPSI

31 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

                                               Encore une loi sécuritaire

LOPSI comme LSQ, LSI, LEN, lois Perben I et II, plan Vigipirate, est une loi de plus à ajouter à la panoplie sécuritaire. Cette loi d'orientation et de programmation de Sécurité intérieure se prépare actuellement pour l'automne. 

Annonçée par l'un des porte paroles du vizir de france, soit madame la ministre de l'intérieur, cette loi prévoit non seulement de "tripler" les capacités de vidéo-surveillance mais encore d'avoir une "meilleure mise en réseau (avec) tous ceux" qui utilisent déjà cette technologie, citant notamment "les collectivités, la RATP, la SNCF, les grands magasins"...

Ben voyons, non seulement cela va encore coûter une fortune aux contribuables mais en plus nous sommes parti pour l'interconnexion et la mise en réseau des caméras !

Pour quel résultat ? Pour l'instant aucune étude n'a pu démontrer autre chose de la vidéosurveillance que son coût mirobolant... pour une efficacité encore à prouver en 15 ans d'existence cela fait cher...

10 milliards d'euros de délinquance financière, ça ne se filme pas ! La délinquance financière ne se filme pas, ni les valises diplomatiques, les vols d'oeuvres d'arts dans les ambassades françaises, les rachats d'immeubles par l'état français, le détournement de fonds pour un parti politique... De plus, les délinquants finançiers échappent au FNAEG grace à la loi sur les prélèvements ADN étendue aus délits mineurs ou aux syndicalistes, pas de traces, pas de délits...

Le coût de la délinquance a été chiffré par un expert de l'Institut national des hautes études de sécurité (Inhes), et l'officier de police Jean-Philippe Arlaud, auteur de "Délinquance et insécurité : Combien ça vous coûte ? (Publibook) " assure que c'est la délinquance financière qui constitue le plus gros poste dans son addition : « 10 milliards d'euros au bas mot, estime-t-il...

Pour masquer cette vérité il faut encore faire peur aux gens et ressortir le coup du terrorisme avec un nouvel arsenal sécuritaire qui promet de nous filmer trois fois plus, de nous prendre en filature depuis les transports entassés à nos courses au supermarché... jusqu'à 400 fois par jour comme en Angleterre ?

Rien de moins qu'une minable perspective de politique américaniste qui va permettre encore aux marchands d'armes de s'enrichir en attisant toujours plus le sentiment d'injustice et de violence, et en enfermant dans les prisons les plus démunis. (cf les écrits de Loïc Wacquant)

Lire la suite

Journée de mobilisation le 31 juillet

29 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

           Le droit de grève en danger -

Journée de mobilisation le 31 juillet

Le gouvernement entend profiter de l’été pour faire avaliser par le Parlement plusieurs projets de loi, face auxquels une réaction unitaire du mouvement social nous parait indispensable. Il en est ainsi de celui qui est présenté comme portant sur « un service minimum », dans les transports maintenant, dans l’éducation dans un second temps, dans d’autres secteurs sans doute peu après. Ce sont, en fait, de graves remises en cause du droit de grève. Le carcan que le gouvernement veut instaurer autour des grèves a clairement pour but de réduire fortement le droit de grève, d’affaiblir la capacité d’action collective des salariés. Il s’inscrit dans une logique ultralibérale, réactionnaire, de lutte sociale contre les salarié-e-s.

Toutes les organisations syndicales ont exprimé leur désaccord : les fédérations professionnelles directement concernées mais aussi les structures inter-professionnelles parce que c’est bien une attaque contre tous les travailleurs.

Les associations d’usagers des transports indiquent clairement que cette loi ne répond nullement à leurs soucis, liés aux difficultés rencontrées quotidiennement dans les transports.

Les associations qui agissent sur le terrain des libertés publiques ont aussi réagi à ce retour en arrière en matière de droits collectifs et individuels.

Les collectifs qui luttent pour la défense des services publics, l’accès aux services publics pour tous, dénoncent la démagogie d’un projet de loi qui vise à museler les salarié-e-s, pour mieux faire passer ensuite la casse des services publics.

Toutes ces prises de position convergent, et c’est important. Notre résistance gagne en efficacité, en s’exprimant unitairement, en se traduisant par des propositions d’actions communes.

L’union syndicale Solidaires appelle à des rassemblements devant les préfectures, partout en France, le 31 juillet, date à laquelle la CGT appelle aussi à une journée de mobilisation et avant le début de l’examen de ce projet de loi à l’Assemblée Nationale.

A Paris, le rassemblement se tiendra à 14 heures 30, devant l’Assemblée Nationale.

Il s’agit, par cette première étape, de marquer notre refus de cette loi antidémocratique. Notre volonté commune est de renforcer le front unitaire pour mettre en échec les prétentions du gouvernement et du MEDEF qui veulent bâillonner les travailleurs/ses. 

 

Le droit de grève est un des moyens utilisés par les salarié-e-s pour défendre les acquis collectifs, en conquérir de nouveaux. Sans la grève, il n’y aurait pas eu les congés payés, la protection sociale, les droits syndicaux dans l’entreprise, etc.

 

En s’attaquant au secteur public (SNCF, RATP, Education, ...), le gouvernement veut affaiblir les secteurs où il craint le plus de résistance, pour pouvoir s’en prendre ensuite à tous les salarié-e-s, du public et du privé : régime de retraite, franchise médicale, ... les projets antisociaux se cachent derrière cette loi antigrève !

Lundi 23 juillet 2007

 UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

Source/auteur : http://www.solidaires.org/

Pour exemple sur 6000 perturbations dans les transports en france en 2006, 140 étaient dues à des grèves, 2/3 à d'autres raisons humaines (erreurs, sucides sur les voies, manque de personnel...) et le reste lié à des raisons techniques 

Lire la suite

Rappelons-nous Superphénix !

28 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Rappelons-nous !

Il y a 30 ans, Vital Michalon était tué devant le surgénérateur Superphénix par une grenade offensive tirée par la police

Rassemblement de commémoration mardi 31 juillet au village de Faverges (près de Malville)

 Un rassemblement de commémoration aura lieu mardi 31 juillet 2007 à 15h à Faverges (près de Malville) en présence de la famille de Vital Michalon

Si vous ne pouvez pas venir, n’hésitez pas à nous envoyer un message de soutien que nous transmettrons à la famille Michalon :

contact@sortirdunucleaire.fr

Le 31 juillet 1977, parmi 60 000 citoyens qui manifestaient contre la construction du surgénérateur Superphénix à Creys-Malville (Isère), Vital Michalon était tué par l’explosion d’une grenade offensive tirée par les forces de police. Beaucoup d’autres manifestants étaient mutilés ou blessés

L’autopsie de Vital Michalon conclura à une mort causée par des "lésions pulmonaires du type de celles que l’on retrouve lors d’une explosion".

Il faut rappeler qu’à l’époque, tous les moyens ont été utilisés pour imposer la construction du Superphénix :

-  aucune procédure de consultation de la population

-  de puissantes campagnes de désinformation de la part d’EDF et du CEA

-  de graves violences policières dont celle aboutissant à la mort de Vital Michalon.

Un document récupéré par les antinucléaires a montré que le PDG d’EDF, M. Boiteux, avait demandé que soit accélérée l’autorisation administrative de construction pour empêcher toute expression démocratique : "La meilleure façon de contrecarrer la contestation (...) est d’engager au plus vite, de manière irréversible, l’opération".

La suite des évènements a donné raison à Vital et à l’ensemble des manifestants puisque Superphénix a été définitivement arrêté en 1998 après une suite invraisemblable d’avaries. En décembre 2006, EDF a annoncé avoir démantelé 38% du réacteur, mais le plus difficile reste à venir avec les 5500 tonnes de sodium liquide (matière qui s’enflamme au contact de l’air et explose au contact de l’eau...)

Or, malgré l’échec total de Superphénix, l’Etat français entend renouveler l’expérience : le projet appelé "réacteur de quatrième génération" n’est autre qu’une nouvelle tentative de faire fonctionner un réacteur de type Superphénix.

"Etat Nucléaire = Etat Totalitaire !" criaient les manifestants en 1977. Nous en sommes toujours au même point.

En souvenir de Vital Michalon, et pour préserver les générations futures, les citoyens doivent continuer à exiger un débat démocratique sur ce projet dont la dangerosité planétaire est établie.

Un rassemblement de commémoration est organisé le mardi 31 juillet 2007, à l’occasion des 30 ans du décès de Vital Michalon, en présence de sa famille.

Le rassemblement aura lieu à 15h à Faverges (38510), sur la commune de Creys-Mépieu (Isère), où se trouve une stèle en souvenir de Vital Michalon (*), non loin du surgénérateur Superphénix en cours de démantèlement. Le point de convergence pour cette commémoration est la place du monument aux morts, près de la salle des fêtes de Faverges (parking possible).

Contacts :

-  Franck Michalon (un des frères de Vital Michalon) : 06.19.09.16.48

-  Philippe Brousse (Directeur du Réseau "Sortir du nucléaire") : 06.68.86.89.21

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 800 associations

http://www.sortirdunucleaire.fr

(*) Précision importante : le rassemblement a lieu au village de FAVERGES (tout court) et non à FAVERGES DE LA TOUR (38110) : voir carte sur le site de Sortir du nucléaire. Un fléchage est prévu dans le village de Faverges depuis le monument aux morts pour se rendre sur la stèle de Vital Michalon (située au lieu dit “Le Devin”). Faverges se trouve à 65 km à l’est de Lyon et à 65 km au nord ouest de Chambéry.

Lire la suite

Iraniens menacés de mort

28 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Iraniens menacés de mort : Sarkozy, Kouchner, Yade personnellement
responsables de leurs vies


                            Urgent - Iran - réaction
 Communiqué de presse d'Act Up-Paris, 26 juillet 2007 


 IRANIENS MENACÉS DE MORT : SARKOZY, KOUCHNER, YADE, PERSONNELLEMENT RESPONSABLES DE LEURS VIES.

 Act Up-Paris prend acte de la réaction du Quai d'Orsay [1] et de la convocation ce matin du chargé  d'affaires iranien à Paris suite aux pendaisons qui ont eu lieu en Iran ces dernières semaines.

 Nous regrettons toutefois le caractère tardif de cette prise de  position combien de semaines le Ministère des Affaires Etrangères  aurait-il  encore attendu si nous ne l'avions pas interpellé [2] ? Combien de pendus
 supplémentaires lui aurait-il fallu pour réagir ?

 Nous attendons désormais que Paris continue à faire pression sur  Téhéran et demande en particulier des explications sur les 17  personnes encore menacées de pendaison en Iran. Nous les tenons  responsables du sort futur de ces Iraniens menacés de mort.

 Nous déplorons enfin le silence officiel de la France sur la  situation d'un gay iranien de 21ans [3] en instance d'expulsion de  France vers l'Iran, ce qui le condamnerait à une mort certaine. Nous  exigeons que sa demande d'asile lui soit accordée et qu'il soit  libéré au plus vite.

 Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner et Rama Yade ont sa vie entre leurs
 mains.
Contacts presse :
 François Berdougo / 06 75 44 72 64
 Eric Marty / 01 49 29 44 87

 [1] Point presse du ministère des Affaires Etrangères du 26/07/07 :
 http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp?
 liste=20070726.html#Chapitre4

 [2] 16 hommes pendus en Iran, Sarkozy et Kouchner complices :
 http://www.actupparis.org/article3120.html

 [3] http://www.irqo.net/IRQO/English/pages/075.htm
          .

 Act Up News
 Les propos contenus dans ce message n'engagent que la personne auteure du mail.

 Envoyer un message sur la liste :
 actupnews@samizdat.net
Lire la suite

des Anarchistes contre le mur

26 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

     Solidarité avec le collectif des Anarchistes contre le mur
Cher-e-s ami-e-s,
    Les coûts légaux croissants de la lutte conjointe palestinienne-israélienne contre l’occupation nous obligent à faire cet appel urgent de recherche de fonds. Nous vous demandons votre appui pour continuer le travail du collectif israélien des Anarchistes contre le mur.


Pendant les quatre années passées, le collectif a soutenu la lutte palestinienne contre l’occupation israélienne ; et, plus spécifiquement contre le mur de ségrégation israélien. Semaine après semaine, les Anarchistes contre le mur se sont unis à la résistance populaire palestinienne contre ce dernier dans diverses zones de la bande occidentale, y compris les localités de Bil’in à l’ouest de Ramala, al-Máasara et Ertas, au sud de Belén, et Beit Ummar, au nord de Hebrón.

    Souvent, les activistes ont été arrêté-e-s et denoncé-e-s pour leur participation à la lutte. Heureusement, le groupe est défendu par une avocate dévouée, Gaby Lasky. L’avocate Lasky a travaillé infatigablement en défendant les activistes arrêté-e-s dans des manifestations et actions directes dans la bande occidentale d’Israël. Bien que l’appui légal qu’elle nous fournit exige pratiquement un travail à temps complet, elle a accepté de ne percevoir seulement une quantité symbolique d’argent. Cependant le collectif n’arrive pas à obtenir même cette quantité et il doit maintenant approximativement 30.000 euros pour les coûts légaux de plus de 60 procédures judiciaires. En plus de cette énorme dette légale, les activistes du collectif des Anarchistes contre le mur sont obligé-e-s de dépenser de grandes quantités d’argent dans les transports et les appels téléphoniques.
    S’il vous plaît, faites un don qui nous aide à continuer cette lutte. Merci pour votre solidarité.

Pendant les quatre années passées, le collectif a soutenu la lutte palestinienne contre l’occupation israélienne ; et, plus spécifiquement contre le mur de ségrégation israélien. Semaine après semaine, se sont unis à la résistance populaire palestinienne contre ce dernier dans diverses zones de la bande occidentale, y compris les localités de Bil’in à l’ouest de Ramala, al-Máasara et Ertas, au sud de Belén, et Beit Ummar, au nord de Hebrón.
Anarchistes contre le mur/Anarchists Against the Wall

Pour plus d’information sur l’initiative des Anarchistes contre le mur, nos actions et comment faire un don, visitez notre page web ou écrivez-nous.

Traduit du castillan par ainfos-fr. Plus d’information en anglais.

Voir aussi, une interview de mars 2007, avec un premier appel à soutien relayé par la FA, ainsi que les comptes-rendus des meetings de Matan Cohen à saintClaude & à Besançon en octobre 2005.
Lire la suite

Kadhafi aura sa centrale

26 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 800 associations
http://www.sortirdunucleaire.fr
Contact 06.64.100.333

URGENT
Communiqué de presse du jeudi 26 juillet 2007

Centrale nucléaire vendue par M. Sarkozy au dictateur Kadhafi :
NON, ce n'est PAS pour désaliniser l'eau de mer

La désalinisation de l'eau de mer n'est qu'un subterfuge pour tenter de justifier le nucléaire

Sous prétexte "d'aider la Libye à réintégrer le concert des nations", le Président français vient de signer un accord pour livrer un réacteur nucléaire au dictateur libyen Kadhafi.

Dans cette affaire, M. Sarkozy a commis des fautes majeures et a menti à plusieurs reprises :
 
La désalinisation de l'eau de mer est un faux prétexte
Paris prétend que le réacteur nucléaire promis à la Libye servira à désaliniser l'eau de mer. C'est un subterfuge : pour cela, il est bien plus efficace, bien moins cher et bien plus écologique d'utiliser l'énergie solaire, pour laquelle la Libye a des atouts exceptionnels... à condition d'investir dans ce secteur et non dans l'atome. M Kadhafi n'à que faire de désaliniser l'eau, son objectif est d'obtenir à des technologies nucléaires, dans le but d'accéder tôt ou tard à l'arme atomique.
 
La Libye ne doit pas investir dans le nucléaire mais dans le solaire
La Libye est très largement auto-suffisante en énergie puisqu'elle regorge de pétrole. Et si elle souhaite se diversifier, elle doit logiquement privilégier l'énergie solaire : l'ensoleillement du pays tout au long de l'année est remarquable. L'énergie solaire est renouvelable, ne produit pas de déchets radioactifs, et ne mène pas à l'arme atomique (mais c'est certainement cela que M Kadhafi lui reproche !)
 
Nucléaire civil et militaire sont indissociables
L'actualité (Iran, Corée du Nord) montre que nucléaire civil et militaire sont intimement liés. Ce n'est pas pour rien si les grandes puissances ne croient pas l'Iran qui, pourtant, annonce avoir un programme nucléaire purement civil. Livrer du nucléaire "civil" à la Libye reviendrait à aider ce pays à accéder, tôt ou tard, à l'arme atomique.
 
Livrer un réacteur nucléaire à un dictateur est irresponsable
M Kadhafi a certes fini par libérer ses otages bulgares, mais il n'en reste pas moins un dangereux dictateur. Ses sautes d'humeur et ses revirements stratégiques ont été si brutaux depuis près de 40 ans qu'il est rigoureusement impensable de lui faire confiance. Hélas, M Sarkozy ne semble pas avoir pris conscience de ces données pourtant évidentes.
 
Nicolas Sarkozy a menti le 24 juillet
Lors de sa conférence de presse le 24 juillet à l'Elysée, Nicolas Sarkozy a été interrogé par un journaliste qui s'est fait l'écho des accusations portées par le Réseau "Sortir du nucléaire" : celui-ci annonçait que les infirmières bulgares allaient servir de "monnaie d'échange" pour un véritable "troc nucléaire". M Sarkozy a nié l'existence d'un tel arrangement et, le lendemain, M Martinon, porte-parole de l'Elysée, a affirmé qu'il n'était "pas question" de parler de "coopération nucléaire" au cours de la rencontre entre les deux chefs d'Etat mercredi. En réalité, il est clair que cet accord nucléaire était prêt depuis longtemps et qu'il n'a pas été rédigé en quelques minutes dans le palais du dictateur libyen.
 
L'aveu de M Sarkozy sur le "Grenelle de l'environnement"
En signant avec M Kadhafi un accord pour développer un programme nucléaire, M Sarkozy avoue involontairement que le "Grenelle de l'environnement", qui doit se tenir à l'automne, ne servira à rien : M Sarkozy a d'ores et déjà décrété que le nucléaire était acceptable sur le plan environnemental (alors qu'aucune solution n'existe pour les déchets radioactifs, et que l'accident nucléaire menace plus que jamais). Les accusations portées par le Réseau "Sortir du nucléaire", qui refuse de participer au "Grenelle", se révèlent encore une fois exactes.
Lire la suite

Kadhafi et les infirmières bulgares

24 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 800 associations
http://www.sortirdunucleaire.fr

URGENT
Communiqué de presse du mardi 24 juillet 2007

Infirmières bulgares :
le Réseau "Sortir du nucléaire"
accuse M. Sarkozy de se livrer à un "troc nucléaire" injustifiable avec le dictateur libyen Kadhafi.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" accuse M.Sarkozy de se livrer à un "troc nucléaire" injustifiable en proposant au dictateur libyen Kadhafi de la technologie nucléaire en échange des infirmières bulgares.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne commentera pas le fait que le Président français s'attribue le mérite des efforts de l'Union européenne pour faire libérer les infirmières bulgares, par contre il dénonce avec la plus grande vigueur la "monnaie d'échange" utilisée par les Sarkozy - l'épouse du chef d'Etat étant son "pion avancé" en Libye - pour arriver à leurs fins.
 
Promouvoir le nucléaire, et tenter d'étendre cette technologie sur la planète, est de façon générale une très mauvaise chose pour l'environnement. Mais fournir de la technologie nucléaire à un dictateur est encore plus irresponsable.


- Certes, MM  Sarkozy et Kadhafi parlent de "nucléaire civil", mais l'expérience et  l'actualité (par exemple en Corée ou en Iran) montrent que nucléaire civil et militaire sont intimement liés.
 
- Certes, M  Kadhafi a officiellement renoncé à un programme nucléaire militaire, mais ce  dictateur est un habitué des revirements brutaux et des pratiques dissimulatoires.


Par ailleurs, il est fort curieux que la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner, chargée du dossier des infirmières bulgares, ait exprimé le 13 juillet son "agacement" devant le forcing de M Sarkozy, avant de se déclarer 6 jours plus tard "d'accord sur tout" avec M. Sarkozy. Ce dernier attribue une telle importance aux infirmières bulgares que le seul "humanisme" du Président français semble une explication un peu courte.
 
Alors que M Sarkozy travaille en coulisse à la constitution d'un trust nucléaire regroupant Areva, Alstom et Bouygues, on ne peut que se souvenir qu'un des amis proches du Président français n'est autre que Martin Bouygues. Et ne peut que penser que ce dernier serait certainement heureux... de construire des centrales nucléaires en Libye.
 
L'industrie nucléaire est globalement en déclin sur la planète (le nombre de réacteurs qui vont fermer dans les 20 ans est nettement supérieur au nombre de projets de nouveaux réacteurs), mais il apparait que c'est principalement dans les régimes fort peu démocratiques que des projets de relance du nucléaire apparaissent (Chine, Russie, Libye, Algérie, Egypte, Biélorussie, etc).

Il est inacceptable que la France fournisse de la technologie nucléaire à ces pays.

Contact presse : 06 64 100 333


Lire la suite

Sibérie - Des nazis attaquent un camp antinucléaire. Un mort

23 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Le 21 juillet autour de 5h, heure locale, des skinheads nazis ont attaqué un camp antinucléaire à Angarsk en Sibérie. Et ont tué un des anarchistes présents.

Le 21 juillet autour de 5h, heure locale (le 20 juillet 21h00 TU), des skinheads nazis ont attaqué un camp antinucléaire anarchiste à Angarsk en Sibérie.

Les campeurs et campeuses avaient été prévenus qu'une attaque était en préparation. Aussi des personnes gardaient le camp. Mais les nazis, au nombre de quarante, ont attaqué la dizaine de personnes qui dormaient dans les tentes avec des barres de fer, des couteaux et des pistolets pneumatiques.

Ilya, de Wladiwostok, était inconscient et perdait du sang par la bouche lorsqu'il a été conduit à l'hôpital. Il y est décédé. Les autres activistes ont été grièvement blessés : une femme a les bras fracturés et un homme les jambes fracturées.

Les tentes du camp ont été incendiées et certaines affaires des campeurs et campeuses ont été volées.

Depuis plusieurs mois, les attaques de nazis-skins se multiplient sur tout le territoire russe à l'encontre des anarchistes, des anti-autoritaires, des écologistes et des gays.

Sources :
- Ainfos (fr et pt)
- « Centre d?informations anarchiste » des camarades polonais, page en anglais

Plus d?infos sur les sites internet :
- http://imc-siberia.org
- http://avtonom.org

Le camarade Ilya

Outre le décès d'une personne, 2 sont toujours à l'hosto dont une qui passait sur le billard et qui n'était toujours pas sortie d'affaire en ce début d'après midi lundi 23/07/07.

 
Lire la suite

Relaxe

22 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour "violation de domicile" et "vol aggravé avec violences" suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s'était déroulé en marge des rencontre de l'action Mondiale des Peuples en août 2006.

Nous venons d'obtenir la nouvelle du jugement des inculpé-e-s du Consulat du Mexique à Dijon et victoire...c'est la relaxe générale pour les six inculpé-e-s.

Voilà on peut se dire que la lutte et la défense juridique collective paient.  Dans tous les cas, c'est important que la répression de cette action d'occupation n'ait pas abouti plus loin. Mais le plus crucial, c'est évidemment que la solidarité avec les luttes à Oaxaca continue, dans un cadre où les rebelles là-bas mettent leur vie en jeux et n'ont malheureusement aucune chance d'être "relaxé" pour leurs actes de résistance.

A ce titre, nous avons tenté de tirer profit de ce malheureux procès en expérimentant une organisation anti-répression politique et collective, mais aussi en participant à diverses actions d'informations et de soutien à
au luttes à Oaxaca, à Dijon depuis un an.

Nous joignons ci-dessous un rappel des faits.

La lutte continue !

Le collectif de soutien aux inculp-é-e-s

Rappel :

Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour "violation de domicile" et "vol aggravé avec violences" suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s'était déroulé en marge des rencontre de l'action Mondiale des Peuples en août 2006. Un rassemblement de soutien avait mobilisé  80 personnes avec des expos, tables de presse et prises de parole sur la situation à Oaxaca.

Rappelons que l'action incriminée s'était déroulée le 1ier septembre 2006, en marge des rencontres de l'Action Mondiale des Peuples qui rassemblait à Dijon des centaines de militant-e-s de divers pays européens. Elle visait à montrer une solidarité vis-à-vis des luttes à Oaxaca, région du Mexique autogérée pendant quelques mois par une assemblée populaire, dans le cadre d'un soulèvement massif visant entre autre à chasser le gouverneur tyrannique de la région. Les occupant-e-s voulaient dénoncer la répression sur place, et demandaient à ce qu'un communiqué de protestation soit envoyé à l'ambassade, ainsi qu'à l'état mexicain depuis le consulat.

Après des arrestations sélectives, à la couleur de peau notamment, et une garde à vue de quelques heures, six personnes ont été poursuivies sur différents motifs (« violation de domicile », « vol aggravé » avec violences et en réunion) avec la volonté de criminaliser une simple occupation.

Les inculpé-e-s et le comité de soutien ont décidé d'appeler à un rassemblement devant le tribunal lors du procès, afin de ne pas laisser passer cette menace sur les actions de solidarité, et plus spécifiquement les occupations.  Ils et elles souhaitent par ailleurs continuer à visibiliser les luttes sociales au Mexique, mais aussi la répression terrible qui continue à sévir à Oaxaca depuis le soulèvement de l'an dernier.

Lire la suite
1 2 > >>