Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

repression

Répression anti-ZAD

17 Février 2016 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Lors du procès en comparution immédiate de 3 carnavaliers du 6 février dernier à Rennes (l'un a pris 7 mois ferme, les 2 autres 2 mois), l’officier responsable de la Bac a déclaré au tribunal :

« Les casseurs ne sont pas ici. Vous vous doutez bien que je ne vais pas envoyer mes gars interpeller des personnes potentiellement dangereuses. »

https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-leroy/blog/110216/rennes-trois-manifestants-anti-aeroport-nddl-condamnes-prison-ferme-pour-l-exemple

Lire la suite

Manif Goodyear

2 Février 2016 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Prochain rendez-vous, jeudi à 17h00 place Pasteur manif en solidarité avec les Huit de Goodyear, condamnés à 9 mois de prison ferme pour avoir défendu leurs emplois.

Ci joint la Mauvaise Graine sur cette affaire

Mauvaise Grain Goodyear

Lire la suite

Les trottant(es)"

1 Février 2016 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Bonjour,

En Juin 2014 le resto-trottoir a participé avec d'autres à 
l'organisation d'un carnaval "revendicatif et festif". Après une balade 
animée au centre ville, le cortège s'était terminé sous la citadelle par 
une petite fête plutôt tranquille. Aujourd'hui, soit 1 an et demi plus 
tard, la police fait parvenir aux 3 camarades qui avaient utilisé leur 
véhicule pour acheminer le matériel nécessaire à l'organisation des 
événements des convocations suivies d'amandes pour "tapage nocturne" et 
"utilisation d'un sens interdit" ...
La première sentence vient de tomber : 480 euros. Il est à craindre que 
les autres soient du même tonneau.

Outre le fait que l'addition semble un peu salée au regard des prétextes 
invoqués (si de ce coté quelqu'un peut nous aiguiller un peu sur le plan 
juridique ce n'est pas de refus!) cela ressemble à ne pas s'y méprendre 
aux nouveaux usages en vigueur en matière de répression. Pour décourager 
toute participation à l'organisation d'événements un peu contestataires 
ou sortant des clous de ce qui est strictement autorisé, on s'en prend à 
des  personnes isolées, à distance des événements pour éviter qu'elles 
puissent bénéficier de la solidarité des autres participant(es).

Cela ne se passera pas ainsi ! Dès aujourd'hui une campagne 
d'information et de solidarité est lancée afin de payer collectivement 
ces amandes et de dénoncer une répression sans commune mesure avec 
l'événement. Vente de nems, café de soutien dans la rue, concerts ...

Toutes celles et ceux qui souhaitent se joindre à nous ou qui ont des 
idées pour que vive cette campagne sont les bienvenu-e-s!

Pour la liberté d'expression et de contestation!

Les trottant(es)"
Lire la suite

Patrons voyous

13 Janvier 2016 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

L'État français et son Palais d'Injustice souhaitent une "Bonne année" (Goodyear) à 8 anciens salariés : 24 mois de prison dont 9 mois ferme, pour avoir séquestré deux cadres pour protester contre la fermeture de l'usine.

Aux dernières nouvelles les responsables de la fermeture de l'usine courent toujours, malgré le fichier S, l'état d'urgence, la police et l'armée sur les dents, "la France en guerre" contre l'ennemi extérieur et l'ennemi intérieur...

Voir ci-joint un article du journaliste Luc Peillon :

http://www.liberation.fr/france/2016/01/12/neuf-mois-de-prison-ferme-contre-d-anciens-salaries-de-goodyear_1425851

"C'est une arme avec laquelle Hollande, Valls, Taubira et l’ensemble du gouvernement ont décidé d’intimider tous les salariés qui se battent pour leurs droits et leurs emplois. Le but est de faire peur aux syndicalistes pour qu’ils cessent de se battre pendant que le gouvernement prépare la suppression de la moitié du Code du travail » CGT Goodyear

Patrons voyous
Lire la suite

Répression syndicale

29 Décembre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Les salariés chauffeurs-livreurs de SODEXO Marseille sont tous licenciés pour faute lourde à quelques jours de Noël pour la seule raison d’avoir fait grève !

L’employeur les a licenciés pour « abandon de poste et refus de reprendre le travail » : ce qui est le propre de la grève !

Bien sûr nous avons saisi la justice et l’inspection du travail mais pour l’instant rien n’a bougé et tout laisse à penser qu’il y en a pour des mois pour que les salariés puissent voir leurs droits reconnus et rétablis !

Dans ces conditions la CGT appelle en urgence à la solidarité par chèque en précisant SOLIDARITE SODEXO à Union locale CGT, 55 rue St Férréol, 13001 Marseille

http://www.commerce.cgt.fr/spip.php?page=article-6Actus&id_article=1779

https://marsactu.fr/bref/sodexo-les-salaries-licencies-prudhommes/

Répression syndicale
Lire la suite

Une manif contre l'état d'urgence dégénère à Nantes

7 Décembre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Lire la suite

Urgent RESF

15 Octobre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Rassemblement jeudi 15 octobre 2015

à 17 h 30 devant la préfecture.

Au retour des vacances d'automne, le 2 novembre, pas une chaise vide dans nos écoles !

Pour continuer à contester les mesures qui touchent des familles non autorisées à déposer des demandes d'asile ou en risque d'expulsion, il est proposé un RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRÉFECTURE jeudi 15 octobre 17h30

Il est important de mobiliser largement autour de nous pour que ce rassemblement ait de l'allure : un "visuel" autour de chaises et des cartes collectées est organisé.

Il faut être nombreux avant le départ en vacances (qui n'en seront pas pour tout le monde !).

Celles et ceux qui ne seront pas disponibles pourront s'associer par la remise de cartes.

Nous devons déposer des centaines de cartes au préfet.

En pièces jointes, les cartes postales et le message donnés aux parents d'élèves et enseignant-es de Planoise.

RESF

Lire la suite

Besarta - 8 ans, Bleona - 6 ans et Eris - 3 ans doivent poursuivre leur scolarité à Besançon

8 Octobre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Nouveau rassemblement, vendredi 9 octobre, à partir de 16h30, place Mandela (Planoise).

Besarta - 8 ans, Bleona - 6 ans et Eris - 3 ans doivent poursuivre leur scolarité à Besançon

Leurs parents doivent pouvoir demander l'asile en France !

NON à l'expulsion de cette famille vers la Hongrie mardi matin (6 octobre)

Arrivés en France le 24 janvier 2015 avec leurs parents, Blerim GOLESH, 45 ans, Sabahat GASHI - 39 ans et leur grandmère Bedrije HYSENI - 63 ans, ces enfants sont scolarisés à l’école Ile de France : Besarta en CE1, Bleona en CP et Eris en Maternelle et sont déjà remarquablement intégrés.

En application des règlements appelés "Dublin", la famille GOLESH-HYSENI n’a pu déposer en France une demande d’asile, comme elle le souhaitait, au prétexte que c’est en Hongrie, pays par lequel elle était entrée dans l’espace Schengen, qu’elle avait laissé ses empreintes digitales...

Début avril 2015, la préfecture du Doubs a donc demandé à la Hongrie de "réadmettre" la famille sur son sol. Depuis le début de l’été, ce petit pays d’Europe centrale voit transiter des dizaines de milliers de migrant-es qui cherchent à se rendre en Europe de l’Ouest ou du Nord. Son dirigeant, Viktor Orban, mène ouvertement une politique de rejet des migrants, alors que depuis longtemps déjà, les centres de rétention hongrois censés les accueillir sont saturés. Les images et les témoignages diffusés récemment par les chaînes de télévision ont montré la maltraitance à laquelle sont soumis les ’’réfugiés" en Hongrie aujourd’hui…

Il faut donc cesser de renvoyer les demandeurs d’asile vers ce pays, qui n’est plus en capacité de les traiter humainement. Il n’y a aucune obligation à ce renvoi.

Ce renvoi est un choix politique inhumain.

Il faut donc autoriser la famille GOLESH-HYSENI à déposer sa demande d’asile en France.

C’est pourquoi nous demandons au préfet du Doubs de permettre à M. et Mme GOLESH, ainsi qu’à Mme HYSENI, mère de Blerim GOLESH, de déposer un dossier d’asile à Besançon.

http://www.educationsansfrontieres.org/P2975

 Besarta - 8 ans, Bleona - 6 ans et Eris - 3 ans doivent poursuivre leur scolarité à Besançon
Lire la suite

Liberté pour Alexandr Koltchenko

6 Juillet 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Liberté pour Alexandr Koltchenko, antifasciste de Crimée, kidnappé et emprisonné par l’Etat russe !

Appel Koltchenko

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2409

Lire la suite

Pour Info

19 Juin 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Après l’Assemblée nationale, la loi sur le renseignement a donc été validée par le Sénat à une forte majorité. Les lois scélérates sont toujours votées à de « larges majorités ». C’est quelques années plus tard que l’on s’avise de l’erreur commise. Quand il est trop tard. Quand le mal est fait, et entré dans les mœurs.

La loi sur le renseignement, c’est l’entrée dans l’après 11-Septembre avec quatorze ans de retard. Fort heureusement, nous avons pu voir ce que cela donnait, depuis le temps. Nous sommes déjà plus d’une décennie après la « loi sur le renseignement ».

Donner aux services de renseignement le pouvoir d’intercepter tout ce que bon leur semble, cela donne la NSA et donc Snowden, la NSA et le scandale de la NSA.
C’est un fait désormais établi : les milliards d’interceptions du programme PRISM ont permis en tout et pour tout de déjouer « peut-être un » attentat, et en réalité aucun. C’est donc que le but de la surveillance de masse n’est pas de déjouer des « attentats terroristes », mais la surveillance de masse elle-même ; le « terrorisme » sert de prétexte à une tout autre politique.

L’étrange raisonnement qui consiste à dire « puisque la police a telle ou telle pratique illégale, autant la légaliser » plutôt que d’en déduire, ce qui serait tout de même plus logique, qu’elle doit cesser d’avoir ces pratiques, relève d’une sidérante démission devant la souveraineté policière. Si la sous-direction antiterroriste se mettait à régulièrement torturer des suspects « afin de déjouer des attentats », « pour la bonne cause » en somme, dirait-on : « il n’y a qu’à légaliser la torture » ? Dire oui, c’est la guerre d’Algérie. Ou les extraordinary renditions de la CIA après le 11-Septembre, dont le Sénat américain a jugé à l’automne dernier que les États-Unis y avaient « perdu leurs valeurs ». C’est, à l’autre bout, la même logique devenue folle qui fait conclure à des parlementaires que pour éviter que des manifestants ne soient blessés par la police, il n’y a qu’à leur interdire de manifester.

Avant de donner un pouvoir sans contrepartie aux services de renseignement, avant de mettre la police antiterroriste à l’abri de tout contrôle et de tout recours, il n’est pas mauvais d’écouter ce que ces gens-là disent de leur « métier ». Ainsi cet Alain Chouet, qui dirigea le Service de renseignement de sécurité de la DGSE : « C’est ne rien comprendre que d’accuser les services secrets de faire « dans l’illégalité ». Bien sûr qu’ils font « dans l’illégalité ». Ils ne font même que cela. C’est leur vocation et leur raison d’être. Le renseignement se recueille en violant ou en faisant violer la loi des autres. (…) Considérant cette fin, il va de soi que les moyens mis en œuvre seront en rapport : manipulation, séduction, corruption, violence, menace, chantage, au terme d’un processus qui aura mis à nu toutes les facettes de l’objectif visé, pénétré son intimité, exploité toutes ses vulnérabilités ». Sommes-nous sûrs de vouloir faire un chèque en blanc à ce genre d’individu, comme le fait la loi sur le renseignement ?

Depuis que la DCRI existe, on n’a connu d’elle que des scandales, des ratages et des mensonges sur ses ratages. Elle a même dû se rebaptiser DGSI pour faire oublier la si mauvaise réputation qu’elle s’était faite en si peu d’années d’existence. La loi sur le renseignement est essentiellement faite pour que de futurs scandales à son sujet ne sortent pas, et pour verrouiller une situation sociale métastable, un contexte politique tendant vers l’ingouvernable. Le train de lois et de propositions de lois toujours plus féroces que le gouvernement multiplie depuis les attentats de janvier s’apparente à une offensive omnilatérale profitant de l’état de choc de la population. Une conseillère du ministre du Commerce britannique, n’écrivit-elle pas à ses collègues, dans l’heure qui suivit l’attentat du 11-Septembre : « C’est un très bon jour pour faire ressortir et passer en douce toutes les mesures que nous devons prendre » ?

Loi Macron, Rebsamen, sur le renseignement, réforme du droit d’asile, etc., font système. Elles sont autant de fronts ouverts simultanément dans une sorte de blitzkrieg social. Dans ce dispositif, la loi sur le renseignement fonctionne comme un verrou ; et puisque c’est la DGSI qui sera en charge de « gérer » les mouvements naissants, les dissidences potentielles et les futures interdictions de manifester, c’est devant ses locaux que nous proposons de manifester le jour de la fête de la musique. Allons voir où sont ceux qui nous surveillent ! Prenons la rue à ceux qui nous préfèrent chacun chez soi ! Faisons connaissance chez ceux qui nous connaissent si bien !

Nous appelons donc tous ceux qui luttent contre les nouvelles lois, et tous ceux qui refusent de simplement subir l’offensive gouvernementale actuelle, à se réunir pour un banquet et une vaste assemblée populaire au pied du siège de la DGSI (84, rue de Villiers, Levallois-Perret), de midi à 18 heures, le dimanche 21 juin.

N’hésitez pas à ramener de quoi partager un repas, et vos instruments de musique.

Confédération Paysanne
Solidaires
Syndicat de la magistrature
Ligue des droits de l’homme
Fédération anarchiste
Parti de gauche
Alternative libertaire
Syndicat des avocats de France
Syndicat national des journalistes

Pour Info
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>