Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

oaxaca mexique

Relaxe

22 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour "violation de domicile" et "vol aggravé avec violences" suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s'était déroulé en marge des rencontre de l'action Mondiale des Peuples en août 2006.

Nous venons d'obtenir la nouvelle du jugement des inculpé-e-s du Consulat du Mexique à Dijon et victoire...c'est la relaxe générale pour les six inculpé-e-s.

Voilà on peut se dire que la lutte et la défense juridique collective paient.  Dans tous les cas, c'est important que la répression de cette action d'occupation n'ait pas abouti plus loin. Mais le plus crucial, c'est évidemment que la solidarité avec les luttes à Oaxaca continue, dans un cadre où les rebelles là-bas mettent leur vie en jeux et n'ont malheureusement aucune chance d'être "relaxé" pour leurs actes de résistance.

A ce titre, nous avons tenté de tirer profit de ce malheureux procès en expérimentant une organisation anti-répression politique et collective, mais aussi en participant à diverses actions d'informations et de soutien à
au luttes à Oaxaca, à Dijon depuis un an.

Nous joignons ci-dessous un rappel des faits.

La lutte continue !

Le collectif de soutien aux inculp-é-e-s

Rappel :

Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour "violation de domicile" et "vol aggravé avec violences" suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s'était déroulé en marge des rencontre de l'action Mondiale des Peuples en août 2006. Un rassemblement de soutien avait mobilisé  80 personnes avec des expos, tables de presse et prises de parole sur la situation à Oaxaca.

Rappelons que l'action incriminée s'était déroulée le 1ier septembre 2006, en marge des rencontres de l'Action Mondiale des Peuples qui rassemblait à Dijon des centaines de militant-e-s de divers pays européens. Elle visait à montrer une solidarité vis-à-vis des luttes à Oaxaca, région du Mexique autogérée pendant quelques mois par une assemblée populaire, dans le cadre d'un soulèvement massif visant entre autre à chasser le gouverneur tyrannique de la région. Les occupant-e-s voulaient dénoncer la répression sur place, et demandaient à ce qu'un communiqué de protestation soit envoyé à l'ambassade, ainsi qu'à l'état mexicain depuis le consulat.

Après des arrestations sélectives, à la couleur de peau notamment, et une garde à vue de quelques heures, six personnes ont été poursuivies sur différents motifs (« violation de domicile », « vol aggravé » avec violences et en réunion) avec la volonté de criminaliser une simple occupation.

Les inculpé-e-s et le comité de soutien ont décidé d'appeler à un rassemblement devant le tribunal lors du procès, afin de ne pas laisser passer cette menace sur les actions de solidarité, et plus spécifiquement les occupations.  Ils et elles souhaitent par ailleurs continuer à visibiliser les luttes sociales au Mexique, mais aussi la répression terrible qui continue à sévir à Oaxaca depuis le soulèvement de l'an dernier.

Lire la suite

Oaxaca

19 Juillet 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Ci-dessous un communiqué au sujet de la répression à Oaxaca issu des rencontres "Anarkagalactiques" actuellement en cours au Chiapas, Mexique.

Message original 
    info@nefac.net


MANIFESTE DE LA SECONDE RENCONTRE ANARKOGALAKTIKE SUITE A LA
NOUVELLE VAGUE DE REPRESSION A OAXACA

Le16 juillet 2007, aux alentours de 10 heures du matin, des incidents eurent lieu pendant la  marche organisée dans la ville de Oaxaca afin d'inaugurer la Guelaguetza populaire et boycotter, par la même
occasion, la Guetlaguetza officielle mise en place et appuyée à la fois par le gouvernement d'Ulises Ruiz et par plusieurs multinationales qui participent au developpement d'une politique néoliberale et impopulaire.
Cette marche avait été préalablement convoquée par de nombreuses associations, collectifs et individu-E-s du peuple de Oaxaca.

Des les premiers pas de la manifestation, la police s'est montrée omniprésente, surveillant, intimidant et arrétant plusieurs participants.
Plus tard, des affrontements eurent lieu pendant le trajet lorsque la police a commencé à lancer des pierres et des gaz lacrimogènes, provoquant la dispersion du rassemblement. Profitant du mouvement de foule, la police s'est alors approchée pour encercler, frapper et arrêter violemment une
soixantaine de companer@s.

A l'heure de la traduction de ce communiqué (mardi 17 juillet, vers 10h), une liste officielle confirme la comparution à la Procuraduria de Oaxaca de 40 personnes qui sont en train de faire leur déclaration. De ceux-ci, quatre personnes recoivent toujours des soins médicaux, dont notre compagnon Emeterio Merino Cruz Vazquez, touché par l'impact d'un explosif lancé par la police.  Nous recevons également
la confirmation de la détention de Silvia Gabriela Hernandez Salinas, étudiante en sciences sociales à l'Université Benito Juarez de Oaxaca, emprisonnée dans la prison de Tlacolula. Silvia, continuellement menacée et torturée pour son engagement au sein du collectif Voix de Oaxaca pour
la Construction de l'Autonomie et la Liberte (VOCAL).

La mise en place de ce dispositif repressif se produit au moment où le mouvement populaire de Oaxaca commence à reprendre des forces et à se repositionner comme une force de lutte sociale efficace. Cette récente attaque est un nouvel exemple de la militarisation croissante à laquelle doivent faire face les différentes luttes organisées à travers le pays.

Le présent communiqué provient de la seconde rencontre anargalaktike qui a lieu en ce moment à San Cristobal de Las Casas, Chiapas. Y participent des companer@s  mexicain-E-s et internationaux-ALLES qui travaillent à la mise en place d'une coordination permettant d'intégrer des travaux et des propositions organisatrices, afin de fortifier le mouvement anarchiste et pouvoir, à notre tour, non seulement nous solidariser avec le peuple de Oaxaca mais également agir de manière concrête, pour répondre à une analyse critique et intégrale de la situation actuelle.

A travers ce communiqué, les différentes organisations, collectifs et individu-E-s presents manifestent leur degout et leur refus de la pseudo-politique de sécurité mise en place par la dictature militaire du
PAN, à la tête de laquelle se trouve actuellement Calderon -main dans la main avec le PRI et le PRD. Cette politique répressive, organisée dans l'ensemble du pays, se développe de forme brutale et inhumaine dans l'état de Oaxaca.

En tant que mouvement libertaire nous n'arréterons jamais de lutter contre les politiques criminelles d'un Etat qui cherche a terroriser la société, emprisonnant, réprimant, assassinant et éliminant finalement tout espace nécessaire a une lutte critique et efficace permettant l'auto-organisation et l'auto-détermination de l'ensemble de la societe.

Nous nous solidarisons avec le peuple de Oaxaca et éxigeons le retour immédiat des personnes disparues en bonne santé, comme nous éxigeons la liberté de tou-TE-s les prisonnier-E-s politiques que le gouvernement maintient derriere les barreaux alors que leur unique délit fut de lutter pour une véritable transformation d¡un peuple digne et rebelle.


Nous lancons un appel au mouvement libertaire, à l'Autre Campagne, à la société en général et à la communauté internationale à la mobilisation générale le 18 juillet prochain et à l'organisation de différentes activités nous permettant de dénoncer la situation actuelle et manifester notre solidarité ; le 19 juillet, nous appelons à la réalisation d'actions locales pour protester contre la repression et s'aligner avec le Forum contre la Répression afin de stopper la guerre de basse intensité ehontée
que nous vivons depuis si longtemps.

HALTE A LA MILITARISATION
LIBERTE A TOU-TE-S LES PRISONNIER-E-S POLITIQUES
RETOUR DES DISPARU-E-S EN BONNE SANTE
DISPARITION DE TOUS LES POUVOIRS D'ETAT ET SORTIE DE LA PFP DE OAXACA
DISSOLUTION DE TOUS LES CORPS REPRESENTATIFS


Nombre de personnes assistant a la rencontre : 120

Representations venues de:

MEXIQUE:
Hidalgo, Veracruz, Texcoco, Durango, Tijuana, Monterrey, San Luís Potosí, Baja California Norte, San Cristóbal e las Casas, DF, Querétaro.

AMERIQUE DU NORD:
San Diego, Portland Oregon, Phoenix, Arizona, Indiana, San Francisco, Montreal Canada.

AMERIQUE LATINE:
Bresil, Argentine, Venezuela.

EUROPE:
Angleterre, Espagne, Catalogne, Italie, France, Allemagne, Belgique (denombreuses villes).

OCEANIE:
Nouvelle-Zelande, Australie.

COLLECTIFS ET ORGANISATIONS:
Moiliirasalii, Radio Ocupa – Ari Caravana,, Roadblokef, Bandera Negra,Inkworks Press, Bay Area Indymedia, Célula Metropolitana Julio Chávez López, Colectivo O.R.G.A.N.I.C, Adherentes a la Otra Campana, Bloquear al Imperio, Catas, Red Ya Basta, Coordinadora Anarcopunk, Centro Social
Libertario-Biblioteca “Viviendo la Utopía”, Regeneracion Radio, Casa de la Paz, Quinta Brigada, Radio Sabotaje, Brigada Libertaria, Smashedo, La Brigada Sociedad Civil, El Palicate zona norte del DF, Karakola Global, No Fronteras SF, Centro de Medios Libres DF, Plantón de Santiaguito, Plantón
de Molino de las Flores, Colectivo Conciencia, Pensares y Sentires, HIJOS de la Plata, CZI, parmi beaucoup d'autres.
Traduction realisee par la banda de l'Anarkagalaktika


LINKS CON MAS INFORMACION:

lista de detenidos
http://www.asambleapopulardeoaxaca.com/
http://oaxacalibre.org/oaxlibre/index.php
http://www.oaxacaenpiedelucha.blogspot.com/
http://www.nodho.org
www.espora.org/limeddh - ligamexicana@prodigy.net.mx
http://cml.sarava.org

Lire la suite

Répression

26 Juin 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

En tant que membres de l'Alliance Magoniste Zapatiste (AMZ), nous voulons dénoncer avec la plus grande fermeté les faits suivants :

Aujourd'hui, 17 juin à 4 heures de l'après-midi, un groupe de policiers fortement armés, appartenant à la police de l'Etat d'Oaxaca, avec d'autres forces de police qui siègent dans le village de Santiago Xanica, ont donné l'assaut contre la maison de notre camarade indigène Cesar Luis Dias pour l'arrêter, malgré l'absence de mandat et sans égard pour la présence de ses trois jeunes enfants dans la maison.

César est membre du Comité pour la Défense des Droits des Indigènes de Santiago Xanica (CODEDI), délégué de l'APPO, et membre fondateur de l'AMZ (qui est membre de l'Autre Campagne), ainsi que membre de la Coordination du Peuple Magoniste d'Oaxaca contre le Liberalisme (COMPA). Nous tenons à souligner que ce sont les mêmes forces de police que le 15 janvier 2005, un mois exactement après le début du gouvernement d'Ulises Ruiz Ortiz (URO), ont arrêté trois autres membres des mêmes organisations : Abraham Garcia Vazquez, Juventino et Noel Garcia Cruz. Tous trois sont en prison depuis maintenant plus de 2 ans, bien qu'ils n'aient pas été jugés et que les faits dont ils ont été accusés n'aient pas connu le plus petit commencement de preuve. Nous tenons Sergio Garcia Cruz, le maire imposé par Uro, pour responsable de cette répression, parce qu'il est la personne chargée d'informer URO des activités de nos camarades, et de leur participation aux différentes campagnes. Nous demandons le départ du gouvernement Calderon d'Oaxaca, et la démission d'URO.

Liberté pour tous les prisonniers politiques du Mexique. Il ne peut y avoir de démocratie sans liberté.

En solidarité,

Alianza Magonista Zapatista (AMZ)
Comité por la Defensa de los Derechos Indígenas de Santiago Xanica (CODEDI)
Organizaciones Indias por los Derechos humanos de Oaxaca (OIDHO)
Colectivo Autónomo Magonista (CAMA)
Asamblea Popular de los pueblos de México"

Lire la suite

Libération des prisonniers politiques !

21 Juin 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

1ère JOURNEE INTERNATIONALE

POUR LA LIBERATION IMMEDIATE DE DAVID VENEGAS REYES

ET POUR LA LIBERATION DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES

JEUDI 27 AVRIL 2007

Qui est David Venegas Reyes ?

Conseiller de l’APPO : David Venegas Reyes est un jeune homme d’Oaxaca âgé de 24 ans, étudiant à l’Université de Chapingo, et conseiller de l’APPO comme représentant de quelques unes des plus grandes barricades qui ont résisté durant les mois de lutte intense du peuple d’Oaxaca.

En tant que digne représentant de ces barricades, dans l’APPO, il a été de ces personnes honnêtes qui ne se taisaient pas face à des attitudes contraires à l’esprit du mouvement social d’Oaxaca. Il a résolument défendu l’indépendance de l’APPO par rapport aux partis politiques qui ont essayé de faire entrer l’APPO dans le processus électoral.

Ces derniers mois, à cause de cette position indépendante, et de son refus de demander des miettes ou des postes de pouvoir au gouvernement d’Oaxaca et aux partis politiques, il a été accusé de vouloir diviser le mouvement, alors qu’en réalité il cherchait un espace où tous les points de vue du peuple d’Oaxaca puissent être respectés, et où aucun ne puisse prévaloir sur un autre.

Cependant, nous qui le connaissons nous savons que c’est quelqu’un qui n’a rien à cacher, ni de ses actes, ni de ses paroles; et parce qu’il est une des personnes qui au sein de l’APPO a lutté et lutte le plus afin de défendre cet espace où tant de forces ont été déposées, il est maintenant détenu injustement.

David Venegas représentait un obstacle pour le gouvernement d’Oaxaca et pour le gouvernement fédéral : les personnes comme David ont de la dignité, et ne se vendent pas au pouvoir, ni pour de l’argent, ni pour un siège de député, ni par leur silence. Et aujourd’hui, même s’il est prisonnier, sa détention ne le fera pas taire, ni lui, ni les milliers de personnes qui, comme lui, sont dignes.

 

 Membre de VOCAL : L’absence d’un espace qui permette de lier la culture, l’art et la résistance des peuples, des collectifs, personnes et groupes qui luttent pour l’autonomie comme alternative au système politique actuel, a fait que David et beaucoup d’autres personnes ont construit à la fin du mois de février une organisation qu’ils ont nommé VOCAL : Voix Oaxaquègnes Construisant l’Autonomie et la Liberté.

Une des actions de VOCAL a été d’accompagner les familles de ceux qui sont tombés sur un chemin avec des croix dans le municipio de Santa Lucía del Camino, lieu où les policiers assassinèrent Brad Will, camarade d’Indymedia. David a participé activement à cette activité.

VOCAL travaille avec des peuples en résistance, dans la Mixteca, dans l’isthme d’Oaxaca (La Venta, Zanatepéc, Santo Domingo Petapa), à Valles Centrales (Zaachila) et dans d’autres communautés et espaces d’organisation. Cela a conduit David, entre autres personnes, a porté l’art, l’information et la voix des barricades dans d’autres lieux de résistance.

 

 ARRESTATION, ACCUSATIONS ET TRANSFERT A LA PRISON DE IXCOTEL, OAXACA. :

David a été torturé, battu et détenu le vendredi 13 avril et a été présenté 8 heures après son arrestation à l’UMAN (Unité Mixte d’Attention à la Vente de Drogues), où le jour suivant il eut à faire une déclaration d’une durée d’au moins 5 heures. Il aurait pu être libéré à ce moment là, comme aucune preuve ne venait fonder les accusations, pourtant le Ministère Public Fédéral de cette instance a décidé malgré tout de lui refuser le droit d’être libéré sous caution.

Le 14 avril au matin, il a été transféré vers le Pénitencier Central d’Ixcotel. Alors qu’il entrait dans la prison, un mandat d’arrêt l’attendait: « Mandat d’arrêt 157/2006 pour dommages au Palais de Justice d’Oaxaca le 25 Novembre 2006 (Journal el Excelsior, 11 mars 06) » Les autorités de l’Etat et fédérales l’accusent de délits contre la santé (vente de drogue), sédition, incendie d’édifices et désobéissance à particuliers.

En réalité ils l’ont arrêté alors qu’il marchait dans la rue avec deux autres personnes. Sans mandat d’arrêt, des policiers ministériels l’ont frappé et fait prisonnier. Quand ils l’ont présenté au Ministère Public, ils lui ont fait passer de la drogue. Selon ce que nous a dit David, les policiers ont essayé de lui glisser un grand sachet de quelque chose qu’il n’a pas pu voir mais dont il suppose qu’il s’agissait de drogue, et quand ils se sont rendus compte que le sachet était trop grand pour entrer dans son sac, il lui ont mis un sachet plus petit de poudre blanche, qui ressemblait à de la cocaïne ou de l’héroïne.

Au moment de le photographier pour le faire apparaître dans les media comme revendeur de drogue, ils l’ont frappé car David refusait de tenir dans sa main un exemplaire de deux revues « La Barrikada » sur lesquelles il y avait le sachet de poudre blanche. Ceci a eu lieu dans un endroit inconnu de David.

Au moment de sa déclaration dans l’UNAM, ils lui ont donné d’autres sachets plus petits de poudre blanche avec lesquels ils l’ont obligé à être pris en photo.

 

 voir : http://www.adnsureste.info/index.php?news=1790

Malgré toutes ses irrégularités, il est encore prisonnier.

Le jour même, des mobilisations contre sa détention injuste ont commencé. Le 15 avril, une marche est arrivée devant les portes du Pénitencier où il se trouve pour exiger sa libération. Les autorités de la prison lui ont proposé d’avoir des privilèges en tant que prisonnier politique mais David les a refusés. La seule chose qu’il souhaite est la liberté.

Lire la suite

rapport sur les violences à Oaxaca

5 Juin 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

La Commission Civile Internationale d'Observation sur les Droits Humains (CCIODH) s'est rendue au Mexique du 16 décembre 2006 au 20 janvier 2007 pour recueillir des témoignages (plus de 420) sur les violations des droits de l'Homme liées à la répression du mouvement social et populaire à Oaxaca.

Merci de diffuser et faire signer le rapport préliminaire qui a été rendu public le 20 janvier  :  http://cciodh.pangea.org

Ce rapport liste les formes de violences qui ont été constatées (homicides, disparitions, viols, répressions violentes de manifestations, emprisonnement sans motif notifié, entrave à l'exercice de la justice, de la médecine, du droit de grève, menaces et intimidations...) et formule les premières recommandations. 

Le rapport complet est en cours de rédaction et sera disponible début mars.

Solidario http://solidario.free.fr 

Lire la suite

Nouvelles de la CCIODH

30 Janvier 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

La Commission Civile Internationale d'Observation sur les Droits Humains (CCIODH) qui s'est rendue au mexique début janvier 2007 vient de rendre ses conclusions et recommandations préliminaires. Nous vous invitons à aller les lire sur le site cciodh.pangea.org et à les signer

La CCiODH rendra sa synthèse finale au mois de mars 2007

Faire circuler l'information le plus largement possible ici c'est une manière d'atténuer la terrible répression  (morts, disparitions, tortures, etc...) là bas.

Lire la suite

soutien à Oaxaca - Procès à Dijon

31 Décembre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Soutien à Oaxaca : report du procès à Dijon

suite à une occupation

du consulat du Mexique / appel à soutien


Suite à un rassemblement et à une occupation du consulat du mexique à Dijon qui a eu lieu le 01.09 en marge des rencontres de l'Action Mondiale des Peuples, 6 personnes passeront en jugement. Cette action visait à montrer une solidarité vis à vis des luttes à Oaxaca (Mexique), à dénoncer la répression sur place et à ce qu'un communiqué de protestation soit envoyé à l'Etat mexicain depuis le consulat.

Suite à cette occupation, les policiers ont encerclé les manifestant-e-s dans la rue et le consul a designé, à son goût, les six personnes aujourd'hui inculpées, toutes avec une peau plutôt brune et/ou des dreads (faut-il en penser quelque chose?). Après une garde à vue de quelques heures, ces six personnes sont poursuivies pour différents motifs, dont séquestration en réunion (l'idée étant de faire passer une simple occupation pour une séquestration, ce qui, si ça passe, ferait une jurisprudence vraiment craignos), violence (le consul aurait été mordu) et vol en groupe (le consul se serait fait volé son portable et son carnet d'adresse pendant l'occupation). Les inculpé-e-s sont défendu-e-s par trois avocat-e-s dijonnais, assez motivé-e-s pour faire un boulot sérieux, qui risquent de réclamer le 09.01 un renvoi du procès à plus tard. Parmi les six inculpé-e-s il y a quatre étrangers qui sont retournés dans leurs pays respectifs, et qui ne pourront pas forcément revenir pour le procès.

En ce qui concerne les actions de soutien prévues, pour l'instant tout n'est pas encore fixé.

Pour plus d'infos ou pour organiser des actions de soutien, contactez leg@poivron.org ou téléphonez au 03 80 66 64 81. Il sera possible d'organiser un acceuil et logement à Dijon aux Tanneries pour les personnes se déplaçant.

Lire la suite

Réunion CCIODH Oaxaca

24 Décembre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

URGENT URGENT URGENT URGENT URGENT

 Participation à la Commission Civile Internationale d'Observation des Droits de l'Homme (CCIODH) à Oaxaca

 

Depuis plusieurs mois, la population de Oaxaca subit une répression d'une extrême violence de la part des forces policières et paramilitaires, dans un silence médiatique presque total. Face à l'urgence et à la gravité de la situation, une Commission Civile Internationale d'Observation des Droits de l'Homme (CCIODH) a été mise en place  pour recueillir les multiples témoignages de violations de ces droits (menaces, abus sexuels, tortures, séquestrations, arrestations arbitraires, disparitions, assassinats...). Un premier groupe de travail est actuellement au Mexique pour préparer la venue d'un second groupe qui enquêtera entre le 7 et 20 janvier 2007.

Sylvie Della Santa (Observatoire Bisontin des Médias) et Nathalie Rahaingomanana (Solidario), membres du comité amérique centrale, sommes engagées à participer à cette mission et nous préparons à partir début janvier. Nous souhaitons rallier et représenter dans le cadre de cette mission, toutes les personnes et organisations qui se voudraient solidaires. ATTAC-Besançon et SUD-Education nous ont déjà signifié leur participation financière aux frais de voyage. Nous invitons de même toutes les personnes et organisations souhaitant être informées et/ou apporter leur soutien, à venir aux réunions prévues

le mercredi 27 décembre
à 17h30 à la librairie l'autodidacte (place Marulaz)
à 20 h dans les locaux d'AC (place Victor Hugo)

PREMIER SIGNATAIRES : OBM, SOLIDARIO, COMITE AMERIQUE CENTRALE, ATTAC Besançon, SUD-EDUCATION

Si vous ne pouvez pas être présents mais souhaitez appuyer l'initiative,  vous pouvez  : - envoyer vos chèques à l'ordre de Comité Amérique Centrale, en précisant "opération Oaxaca" au 32 rue Fanart, 25000 Besançon
- nous contacter:
Sylvie : sydesa@free.fr
Nathalie : solidario@free.fr

Lire la suite

Mobilisation de soutien à Oaxaca

17 Décembre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

MOBILISONS-NOUS FACE À
LA RÉPRESSION DE LA COMMUNE D’OAXACA

Alors qu’au Mexique, la répression s’abattait sur le village de San Salvador Atenco, près de Mexico, en mai 2006 ; dans l’État d’Oaxaca, depuis plusieurs mois, le peuple s’est soulevé contre le despote au pouvoir, Ulises Ruiz. Une Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO) s’est formée suite à la répression d’une longue grève d’enseignants de la région, et rassemble des centaines d’organisations de différents secteurs de la société de cet État.

 L'idée que le peuple puisse révoquer à tout instant celui qu’il a élu et qui n’accomplit pas sa tâche pour le bien commun est l’idée centrale de ce mouvement qui rassemble des centaines de milliers de personnes d’origines et d’horizons les plus divers. C’est elle qui anime la résistance. Au-delà des barricades, c’est une autre vision de la politique et des rapports que les gens peuvent avoir entre eux qui se construit...

Alors que l’APPO contrôlait une grande partie de la ville, le 27 octobre, des paramilitaires au service du gouvernement local ont tiré sur des barricades faisant 4 morts. Cela a été le prétexte rêvé du gouvernement fédéral pour envoyer la PFP (police militarisée) à Oaxaca. Elle est entrée dans la ville le 29 et a occupé le zócalo (la place centrale). Depuis la PFP a repris le contrôle de l'université et contrôle désormais toute la ville.

Aujourd'hui, la PFP et l'AFI (le FBI local) sèment la peur dans la ville, entrent illégalement dans les domiciles de personnes soupçonnées d'être des dirigeants ou des sympathisants du mouvement, aidées en cela par des voisins délateurs et soutenues et approuvées par des médias locaux et nationaux. On compte aujourd'hui des centaines de personnes arrêtées, torturées ; des disparus ; des blessés et des morts.

Oaxaca connait aujourd'hui les heures sombres qu'ont connues en leur temps d'autres pays d'Amérique latine. Il est de notre devoir de nous mobiliser et de faire pression sur le gouvernement mexicain, ainsi que d’exprimer notre solidarité envers la lutte des peuples d’Oaxaca. C’est pourquoi, en réponse à l’appel à la mobilisation nationale et internationale lancé par l’EZLN pour le 22 décembre, nous appelons à manifester :

Le vendredi 22 décembre sera à nouveau l'occasion de montrer notre solidarité.

Dehors Ulises ! Dehors la PFP !  

 

 

 

 

 

Libération de touTEs les prisonnierEs !  Réapparition en vie de touTEs les disparuEs !

Lire la suite

Sur les traces du mythe zapatiste

31 Octobre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Sur les traces du mythe zapatiste.

Au Mexique, les élections se sont terminées par la victoire de la droite. Calderon succède à Fox. La gauche a tenté de mobiliser en surface contre des fraudes électorales manifestes.

 

Les élections se sont déroulées le 2 juillet. Et dès le 9, des mobilisations se mettent en place dans diverses villes mais la gauche, et son candidat, Lopez Obrador (AMLO), sont restés de fidèles serviteurs du système de domination étatique. Les manifestations officielles visaient à interpeller les tribunaux fédéraux, dont les juges ont été placés par la droite.

De leur côté, les manifestants qui ont voté pour la gauche sont très insatisfaits. C’est un vote de classe. Ce sont les pauvres, les vendeurs ambulants, les paysans, les ouvriers qui ont voté pour AMLO. Ce sont les riches, les commerçants qui ont voté pour la droite. Le PRI (parti au pouvoir pendant 70 ans) connaît la débandade.

Un énorme rassemblement se met en place à Mexico. Les manifestants occupent le zocalo (la place centrale) et plantent leurs tentes. Cela dure plusieurs semaines. Face à cette agitation, la gauche tente de suivre de mouvement et de le diriger. Il n’y aura pas d’agitation dans les régions et l’on tente de faire pression sur les tribunaux. AMLO va tout de même faire un discours très critique vis-à-vis des pouvoirs politiques en place et ira jusqu’à menacer d’une révolution mais la gauche est trop partie prenante du système de domination bourgeoise et elle trahira, comme elle l’a toujours fait, l’espoir des pauvres qui ont voté pour elle, des travailleurs qui se sont mis en grève, etc. Il faut dire que face à la mobilisation, il y a aussi le pouvoir des médias qui assomment à longueur de journée par des spots publicitaires en faveur de la victoire de la droite.

 

 Oaxaca dans tout ça.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la lutte du peuple d’Oaxaca, région pauvre ayant voté à gauche. Les profs en grève ont eu à subir les foudres de la police. Après les massacres de manifestants dont nous avons déjà parlé, les habitants de Oaxaca, qui eux aussi occupent leur zocalo, demandent la démission du gouverneur Ulises Ruiz (du PRI). La droite ne veut pas se défaire de ce gouverneur de peur de se voir confisquer sa victoire électorale. Il faut faire front contre la gauche. Les manifestants de Oaxaca ont vite compris l’attitude de AMLO et se sont coupés de toute mascarade de la représentation politicienne. Ils ont mis en place une Assemblée Populaire.

Nous avons là deux logiques différentes. Une logique électorale étatiste, centralisatrice et castratrice des espoirs ; et une logique sociale, fédératrice, localisée dans la réalité sociale et qui rayonne sur les autres régions.

 Et Zapata dans tout ça.

 

Des manifestations ont eu lieu dans le Chiapas, région la plus pauvre, mais là aussi les (mots d’) ordre ont été suivis. L’EZLN, armée zapatiste, avait entamé sa 6e campagne à travers le Mexique et avait pris fait et cause pour la gauche.

Il faut voir San Cristobal de las Casas. C’est une ville à bobos où la révolution se vend : café Révolution, boutiques de souvenirs zapatistes, T-shirts top mode… Les occidentaux ont apporté leur culture urbaine et l’on voit fleurir les tags situationnistes, les graphes de mangas… Que viennent faire ces gens ici ? Sûrement pas la révolution. Car la révolution vient du monde paysan. C’est une technique de guérilla avec des risques énormes pour la vie des indiens zapatistes. Nous sommes loin de la contre-culture occidentale à la mode punk.

Cela doit aussi nous interroger. Dans de nombreux pays (ex à l’est) la contre-culture punk a permis de conserver vivant un mouvement de contestation mais ces mouvements doivent faire le lien et s’inscrire dans les mouvements sociaux, dans les luttes ouvrières, paysannes pour avoir une chance de devenir les acteurs d’une révolution en devenir.
Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>