Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nucleaire

Deux ans après

3 Mars 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Irradiation.jpg
Deux ans après Fukushima, l'émission Trous noirs sur Radio Libertaire* (les lundis de 16 H à 18 H) se devait de saluer l'avenir irradieux qui se profile au Japon et ailleurs.
Le mois de mars sera donc consacré à ce nucléaire dont personne ne sait ni démanteler les centrales, ni gérer les déchets, ni que faire en cas d'accident (en France c'est l'armée qui sera chargée d'en encadrer les conséquences…). 
->  4 mars : La Coordination antinucléaire du Sud-Est, avec Jean Revest du collectif antinucléaire du Vaucluse.
-> 11 mars : "Fukushima deux ans après", avec Michel Dannequin de la CRIIRAD
-> 18 mars :" De Tchernobyl à Fukushima" débat enregistré avec Michaël Ferrier,  auteur de Fukushima, récit d'un désastre, Michel Fernex, médecin près de l'OMS, Kolin Kobayashi, journaliste, Pierre Péguin de la Coordination antinucléaire du Sud-Est
-> 25 mars : "Un avenir irradieux ?" avec Roland Desbordes, président de la CRIIRAD
Et puis pourquoi ne pas continuer avec un poisson (irradié) d'avril :
-> 1er avril : débat enregistré avec Cécile Asanuma-Brice, sociologue qui vit au Japon, Michaël Ferrier, auteur de Fukushima, récit d'un désastre, Kolin Kobayashi, collaborateur de Days Japan, Wataru Iwata, directeur du CRMS, laboratoire indépendant créé après Fukushima.
 
 
Si après ça l'AEIA et les nucléocrates de tous poils ne bombardent pas Radio Libertaire de rayons alpha, béta et gamma… 
Lire la suite

Pour l'arrêt du nucléaire

2 Mars 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Le succès de la grande chaîne humaine du 9 mars 2013 à Paris dépend aussi de vous !

Il est urgent que vous diffusiez largement à tout votre fichier mail ou dans votre newsletter l'information concernant cet évènement national exceptionnel :


• Pourquoi une grande chaîne humaine pour l'arrêt du nucléaire le 9 mars 2013 à Paris :
http://chainehumaine.org/Pourquoi-cette-chaine

• De nombreux départs sont organisés de toute la France :
http://chainehumaine.org/Departs-groupes

• Voir le trajet de cette chaîne humaine qui traversera tout Paris d'ouest en est :
http://chainehumaine.org/Trajet-de-la-chaine

• Inscrivez-vous à la chaîne humaine :
http://chainehumaine.org/Inscription

• Un programme exceptionnel avec le soir, un concert gratuit, du théâtre... :
http://chainehumaine.org/Programme

• De nombreux artistes et personnalités soutiennent cet évènement :
http://chainehumaine.org/Personnalites-et-artistes

• Une France sans nucléaire, ça marche ! (découvrez les solutions et signez l'appel) :
http://chainehumaine.org/Je-signe

Merci d'avance pour votre aide !

Bien cordialement,

--
Réseau Sortir du nucléaire
Philippe Brousse
Coordinateur général
Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 940 associations
Agréée pour la protection de l'environnement
9 rue Dumenge
69317 Lyon Cedex 04
Mail : philippe.brousse@sortirdunucleaire.fr
Web : http://www.sortirdunucleaire.org
Fixe : 04 78 28 29 22
Portable : 06 69 21 87 23

Lire la suite

Observatoire du nucléaire

10 Février 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

 
 

Communiqué du samedi 2 février 2013

 

 

Procès Areva : dans un an !

L'Observatoire du nucléaire
dénonce la lenteur de la justice

 

- Le procès est finalement fixé au vendredi... 20 décembre 2013 : pratiquement dans un an !

- Ce délai insensé permet à Areva de maintenir la pression sur l'Observatoire du nucléaire

- L'Observatoire maintient toutes les accusations portées contre Areva... et va continuer à agir

 

 

L'audience qui s'est tenue hier vendredi 1er février au Tribunal de grande instance de Paris a permis de fixer la date du Procès intenté par Areva à l'encontre de l'Observatoire du nucléaire. Or, la première date disponible pour une audience d'une durée de deux heures était le vendredi... 20 décembre 2013 !

Le procès aura donc lieu plus d'un an après la publication (le 9 décembre 2012) du communiqué de l'Observatoire du nucléaire considéré par Areva comme de la "diffamation". L'Observatoire proteste contre le manque de moyens de la justice : le gouvernement devrait s'occuper de ce grave problème au lieu de mettre en place, avec l'argent public, un Fonds d'aide à l'industrie de l'atome.

Ce délai totalement insensé - un an ! -  donne un sursis inespéré à Areva et lui permet de maintenir la pression sur l'Observatoire du nucléaire, menacé de disparition du fait du montant des pénalités demandées par Areva.

Pour autant, l'Observatoire du nucléaire va continuer inlassablement son action et, concernant l'affaire présente, maintient toutes ses accusations contre Areva, et continue à poser les questions qui dérangent la multinationale atomique :

 

- Areva a-t-elle fait un curieux "don" de 35 millions d'euros au Niger ?

- Ce don sert-il à l'achat d'un avion pour le Président du Niger ?

- S'agit-il d'une "manœuvre relevant de la corruption" ?

- Pourquoi Areva veut-elle la disparition de l'Observatoire du nucléaire ?

- Quels liens avec l'intervention militaire français au Mali ?

- Pourquoi le ministre EELV du Développement aide-t-il Areva ?

 

Pour mémoire, dans un premier temps, Areva a nié l'existence de son curieux "don" (26 millions d'euros plus 9 millions l'an prochain) fait au Niger (cf dépêche AFP du 12 décembre). Puis, face aux pièces mises en ligne par l'Observatoire du nucléaire, Areva a fini par reconnaître l'existence de ce "don"... tout en prétendant qu'il ne fallait rien y voir de compromettant.

Pourtant, le compte-rendu confidentiel d'une rencontre entre des dirigeants d'Areva et le chef de cabinet du Président du Niger, révélé par l'Observatoire du nucléaire, permet de constater que Areva, aujourd'hui comme autrefois, dicte ses volontés aux dirigeants du Niger et, pour finir, décide d'accorder un "don", comme un "bienfaiteur" secourant un défavorisé.

Cela n'a rien à voir avec une taxe qui aurait été infligée par le Niger à Areva, coupable de s'arroger l'uranium du Niger à bas prix depuis 40 ans. D'ailleurs, une telle taxe se monterait en milliards d'euros et non à 35 millions, une somme qui relève bien plus du "dessous de table".

L'Observatoire du nucléaire est une des rares voix qui, tout en dénonçant les agissements ignobles des groupes islamistes, s'élèvent (cf Tribune ) pour estimer que l'intervention militaire française au Mali vise avant tout à sécuriser les mines d'uranium d'Areva au Niger voisin.

 

 

Enfin, après avoir questionné le ministre EELV du développement, Pascal Canfin, en direct sur France inter le 21 janvier, l'Observatoire du nucléaire reste sidéré par la réponse de cet ancien membre de la "Commission spéciale du Parlement européen sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux", puisqu'il a "justifié" la manoeuvre d'Areva...

 

Observatoire du nucléaire - http://www.observatoire-du-nucleaire.org 

Lire la suite

Le collectif anti-nucléaire de Besançon

2 Septembre 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

 
 
nucleaire.gif

  
Le collectif anti-nucléaire de Besançon accueille 

lundi 3 septembre  la

caravane à vélo Plogoff-Fessenheim.

 

Rassemblement  à 17h  sur l'Esplanade des Droits de l'Homme en 

face de la

Mairie.

 

Fermement convaincu que le nucléaire ne constitue pas la solution

énergétique de nos pays, quoique en dise Mr Montebourg, et   conforté  en

cela par les catastrophes nucléaires civiles de Tchernobyl et de Fukushima

aux conséquences incalculables, le collectif anti-nucléaire de Besançon, en

accueillant la caravane ,  réaffirme  sa position radicale pour un monde

sans nucléaire civil et militaire, en exigeant pour commencer  l'arrêt de la

construction de l'EPR de Flamanville et  celui des centrales de plus de 30

ans.

 

La caravane, accompagnée de bisontins venus à leur rencontre,  arrivera à

17h Esplanade des droits de l'Homme. C'est là que nous  donnons rendez-vous

à tous  pour une déambulation dans les rues de la boucle du centre Ville.

Venez à pied, en vélo et en couleurs pour marquer notre  détermination  pour

l'arrêt du nucléaire. Final et retour  Place des Droits de l'Homme là où

nous pique-niquerons ensemble, chacunE apportant son repas .

 

Stop Nucléaire Besançon

 

stopnuke25@gmail.com

 

Communiqué de presse

Le collectif anti-nucléaire de Besançon accueille lundi 3 septembre
  la
caravane à vélo Plogoff-Fessenheim.
 
Lundi 3 septembre, la caravane à vélo Plogoff- Fessenheim fait étape  à
Besançon. Partie de Plogoff le 5 août dernier , haut lieu d'une résistance
populaire  à un projet de centrale nucléaire de 75 à 81 ,  elle sillonne la
France en "côtoyant" les installations nucléaires civiles et militaires. La
centrale de Fessenheim , ultime étape de la caravane le 8 et 9 septembre
après  36 jours de route, est la plus ancienne centrale de France dont
l'arrêt nous est promis.
 
Fermement convaincu que le nucléaire ne constitue pas la solution
énergétique de nos pays, conforté  en cela par les catastrophes nucléaires
civiles de Tchernobyl et de Fukushima aux conséquences incalculables, le
collectif anti-nucléaire de Besançon, en accueillant la caravane ,
réaffirme  sa position radicale pour un monde sans nucléaire civil et
militaire, en exigeant pour commencer  l'arrêt de la construction de l'EPR
de Flamanville et  celui des centrales de plus de 30 ans.
 
Nos  vaillants cyclistes poursuivent plusieurs buts :
 
1) Réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison
nucléaire (Plogoff, Erdeven, Le Pellerin-Le Carnet , Wyhl, en ce qui
concerne le trajet de la caravane). C'est encore possible.
2) Exiger une date très prochaine pour le débat sur l’énergie promis par le
candidat Hollande et qu’il soit d’une durée suffisante afin que nous
sachions enfin tirer les enseignements des catastrophes nucléaires, et en
particulier celles de Mayak, Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima,
surtout de Fukushima ,
3) Réclamer une prise en compte du travail de tous les salariés des
centrales nucléaires, y compris bien évidemment les intérimaires, à tous les
niveaux de hiérarchie afin de maintenir à leur niveau le plus bas les
risques d’accident,
4) Et fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim.
 
Avant d'arriver à Besançon, la caravane aura fait une halte à Pontailler sur
Saône , lieu de  stockage. installation de stockage de déchets dangereux
ayant reçu des boues de décantation de faible activité provenant du Centre
d'Etudes de VALDUC.
 
Le collectif  anti-nucléaire  bisontin souhaite apporter un soutien
significatif aux  cyclistes de la caravane.
 
L'actualité récente concernant les déclarations de membres du gouvernement
( M. Montebourg : le nucléaire est une filière d'avenir) ne fait qu'attiser
nos inquiétudes  et donc la nécessité de renforcer plus massivement notre
mobilisation.
 
L'arrivée de la caravane, accompagnée de bisontins venus à leur rencontre,
est prévue à 17h  sur l'Esplanade des Droits de l'Homme en face de la
Mairie. C'est là que nous  donnons rendez-vous à tous  pour une déambulation
dans les rues de la boucle du centre Ville.  Venez à pied, en vélo et en
couleurs pour marquer notre  détermination  pour l'arrêt du nucléaire. Final
et retour  Place des Droits de l'Homme là où nous pique-niquerons ensemble,
chacunE apportant son repas .
 
Le lendemain celles et ceux qui le souhaitent et sont disponibles pourront
faire un bout de chemin en vélo avec la caravane en direction de
Baume-les-Dames et même jusqu’à Fessenheim !
 
Pour les encore plus courageux, ils ou elles pourront rejoindre Bure, futur
site d'enfouissement nucléaire,  le WE du 14 au 16 septembre et participer
au Petit Festival contre la Grosse Poubelle.
 
http://caravane-plogoff-fessenheim.overblog.com/
http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Segreen.-Des-indignes-du-nucleaire-de-
passage_40771-2105379-pere-pdl_filDMA.Htm
http://blogs.mediapart.fr/blog/cest-nabum/120812/la-caravane-velo-des-indign
es-du-nucleaire-dimanche-12-aout-arrivee-muzi
http://www.saint-nazaire.maville.com/actu/actudet_-La-caravane-a-velo-pour-s
ortir-du-nucleaire-a-Frossay_fil-2197710_actu.Htm
http://leblogdejeudi.wordpress.com/2012/08/05/plogoff-fessenheimla-caravane-
a-velo-des-indignes-du-nucleaire/
http://www.chroniques-ovales.com/article-la-caravane-plogoff--fessenheim-107
796219.html
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/la-caravane-a-velo-d
es-indignes-du-120848
Lire la suite

Un jeûne pour le désarmement nucléaire

9 Juillet 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

 

 

nucleaire.gif               Un jeûne pour le désarmement nucléaire



J’ai décidé de me joindre au mouvement initié par un mouvement citoyen sans

affiliation politicienne, Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire, pour obtenir l’arrêt total du nucléaire militaire en France.

Si, il fut un temps, la possession d’une « force de dissuasion » face à la menace soviétique pouvait sembler se justifier, la situation actuelle du monde ne permet plus ce genre de fantasme.

La France dépense des millions d’euros pour fabriquer chaque année des ogives nucléaires supplémentaires (chacune dix fois plus puissante que la bombe d’Hiroshima) alors que le monde recèle déjà plus qu’il n’en faut pour éradiquer toute trace de vie sur terre.

La France fait circuler en permanence deux ou trois sous-marins nucléaires chargés d’ogives : comment récupèrerait-on un sous-marin coulé par 4 000 m de fond suite à une collision ou une avarie ? Devrait-on attendre que la corrosion libère dans les océans des charges radioactives que nul ne pourrait maîtriser ?

A l’heure où l’on parle à juste titre de réduction des déficits publics et de transparence en matière financière, comment admettre que l’Etat consacre des millions d’€ par an à un outil inutile, dangereux et, j’ose le dire, criminel ?

Lorsqu’on considère les menaces qui pèsent sur notre pays, sur la démocratie, sur le monde, de quelle utilité peut bien être un arsenal nucléaire ? La force de dissuasion n’a eu aucune pertinence récemment en Lybie, elle n’en a aucune en Syrie, ne peut rien contre la piraterie en Somalie, le fondamentalisme au Mali, en Norvège ou au Pakistan, le blocus de Gaza, la déforestation au Brésil, la famine au Sud-Soudan, la traite des êtres humains ni toutes les mafias…
Ce sont le réchauffement climatique et le libéralisme économique qui représentent les pires menaces contre la civilisation et la Terre.
 
 
Pour toutes ces raisons, je jeûnerai 24 h le mardi 10 juillet, en union avec les (à ce jour) 52 citoyens de Franche-Comté qui se relaient pour ce geste de détermination et d’interpellation jusqu’au 6 août, anniversaire d’Hiroshima.

Je serai toute la journée dans mon jardin, au 31 B chemin des Journaux à Besançon, et serai disponible pour tous ceux qui accepteront le dialogue.


Jean-Pierre CATTELAIN
Citoyen, objecteur de conscience
jp.cattelain@wanadoo.fr


www.acdn.net/
Lire la suite

Uranium, l'héritage empoisonné

9 Juin 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

FILM DEBAT

Uranium, l'héritage empoisonné (Gabon, Niger, France)

Organisé par Silence :

Film D. Hennequin et P. Lorent

Lundi 11 juin

20H au Café le Marulaz (place Marulaz)

A Besançon

 

A Mounana au Gabon, AREVA a cessé les activités de sa filiale, la COMUF, en 1999. Sur place, une pollution radioactive des sols et des maisons construites avec des stériles miniers provoque de nombreuses maladies.
A Arlit, au nord du Niger, AREVA exploite deux mines depuis quarante ans. On relève aux alentours les mêmes effets : des mineurs locaux et des expatriés souffrent principalement de cancers des poumons.
Pendant 18 mois, Dominique Hennequin et Pascal Lorent ont enquêté sur les conséquences de l
’exploitation de l’
uranium au Gabon et au Niger et rapporté des images exclusives.
A Mounana, Dominique Hennequin et Pascal Lorent ont filmé un vaste site contaminé à la radioactivité et rencontré des victimes. Dans les mines d
’Arlit, au Niger, l’équipe entre dans le futur site minier d’
Imouraren et donne la parole à la rébellion touareg.
Une enquête étayée par de nombreux témoignages et les analyses d
’échantillons réalisées par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité).

 

Lire la suite

Fukushima

5 Mai 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Les me(r)dias et les candidats présidentialistes ne parlent pas de Fukushima. c'est donc que tout va bien !

Ceux qui en doutent peuvent consulter le blog Fukushima (videos, photos, textes...) :

http://fukushima.over-blog.fr/

 

Où l'on voit notamment des enfants japonais encouragés à évacuer l'irradiation avec des chiffons...

Le futur s'annonce (ir)radieux.

Lire la suite

Une seule centrale nucléaire

27 Mars 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Le Japon tourne maintenant avec une seule centrale nucléaire !

Une telle nouvelle risque de terroriser les nombreux nucléocrates français, qui n'auraient plus alors comme perspective que de se reconvertir dans la production, nettement moins lucrative, de bougies...

 

Pour plus de détails, voir ci-dessous.

 

http://www.romandie.com/news/n/Le_Japon_tourne_maintenant_avec_une_seule_centrale_nucleaire250320122216.asp
 

Le Japon tourne maintenant avec une seule centrale nucléaire

 

Berne (AP) — C'est ce lundi, selon la Fondation suisse pour l'énergie (FSE), que l'avant-dernière centrale nucléaire japonaise sera découplée du réseau. Avant l'accident de Fukushima, 54 centrales étaient en activité. Grâce à des mesures d'économie, le Japon peut quasiment se passer de centrales atomiques. Dès lors, la FSE demande au Conseil fédéral d'activer fortement les mesures d'économie d'énergie. Ces mesures devraient permettre d'économiser l'équivalent de la production des centrales nucléaires de Muhleberg et de Beznau, soit celles dont les réacteurs sont les plus anciens.

Après Fukushima, selon la FSE, et en raison de l'attitude de plus en plus négative de la population face au nucléaire, les installations ont été arrêtées les unes après les autres. Lundi 26 mars, c'est la centrale de Kashiwazaki-Kariha, dans la préfecture de Niigata, qui sera découplée du réseau. Il ne restera ainsi plus qu'une seule centrale en activité, selon la FSE, et cela sans qu'il y ait de coupures majeures.

Pour assurer l'approvisionnement, le Japon a lancé un plan d'économie devant réduire la consommation de 15 %. Beaucoup d'entreprises ont réussi à faire des économie bien plus importantes. Le grand groupe de communications Softbank a réussi en moyenne à réduire la consommation dans ses bureaux de près de 40 % La Citibank, selon la FSE, a pu réduire sa consommation de près de 20 % à son siège central de Tokyo. Les ménages ont également été priés de réduire leur consommation de 15 %.

Lire la suite

Fukushima + 1 an... et encore un convoi radioactif tenu secret

5 Mars 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

sortir du nucléaire

 

Communiqué de presse commun au Réseau "Sortir du nucléaire", à Sud Rail et le Réseau belge Nucléaire Stop – 05 mars 2012

Fukushima + 1 an... et encore un convoi radioactif tenu secret

Entre le 6 et le 8 mars prochains, un train transportant du combustible usé néerlandais hautement radioactif devrait quitter Borssele, aux Pays-Bas pour rejoindre le terminal ferroviaire de Valognes, dans la Manche. S'il est confirmé, il traversera une partie des Pays-Bas et de la Belgique, ainsi que 12 départements français : le Nord, le Pas-de-Calais, l'Aisne, l'Oise, la Seine-et-Marne, la Seine St Denis, le Val d'Oise, les Yvelines, l'Eure, la Seine Maritime, le Calvados et la Manche et empruntera les voies du RER grande ceinture en région parisienne. Il devrait entrer sur le territoire belge le 6 mars à 18h39, faire un arrêt d'une heure en gare de Mouscron pour un changement de locomotive et pénétrer sur le territoire français aux alentours de 22h20, pour arriver le 8 à Valognes, dans la matinée.

A quelques jours seulement du triste anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le passage de ce nouveau convoi montre bien l'irresponsabilité des autorités, qui n'ont en rien tiré les conséquences de ce terrible accident nucléaire, en s’entêtant à enfermer la France dans l'impasse atomique. Alors que partout dans le monde, des millions de personnes se préparent à commémorer le 11 mars et exiger la fin du nucléaire - notamment via la grande chaîne humaine qui reliera Lyon à Avignon et une manifestation à Bruxelles - le Réseau "Sortir du nucléaire", le réseau belge "Nucléaire STOP" et le syndicat SUD-RAIL appellent à des manifestations tout au long du trajet.

Un transport à hauts risques
  
Hautement radioactif, le combustible usé, composé d’uranium, de plutonium et de produits de fission, dégage énormément de radioactivité et de chaleur. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi comporte des risques en termes de sûreté et de sécurité, risques accrus par la forte radioactivité émise par le combustible usé. On n’ose imaginer ce qu’il se passerait en cas d'accident ou de détournement, d’autant que le trajet emprunté traverse des zones fortement urbanisées.

Le réseau belge "Nucléaire, STOP!", le Réseau "Sortir du nucléaire" et le syndicat SUD-Rail tiennent à rappeler qu'il est vivement conseillé aux agents de la SNCF et de la SNCB et au public de se tenir éloignés d'un convoi hautement radioactif stoppé en gare. Le Réseau "Sortir du nucléaire" et SUD-Rail incitent les cheminots français à exercer leur droit de retrait s'ils devaient intervenir sur ces convois. En effet, outre le risque d'accident, il existe un risque d'irradiation : les conteneurs "CASTOR" émettent des rayonnements radioactifs "Gamma" qui se propagent à plusieurs dizaines de mètres du wagon, mettant ainsi en danger les riverains, les cheminots et les forces de l'ordre qui encadrent le convoi (2).

Un transport tenu secret

Malgré ces risques, les autorités françaises ne fournissent aucune information sur ce type de transports, et taisent leur dangerosité. Il est inadmissible que certains services de l'État et les collectivités et élus locaux, qui devraient être formés et avertis de ces convois pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d'urgence en cas de problème, soient maintenus dans l'ignorance la plus totale.

En Belgique, les autorités communales sont averties qu'un transport de déchets radioactifs passera ou stationnera en gare dans leur commune ; les riverains, eux, n'ont aucune information. Ils ne sont ni au courant du passage de ces déchets, ni de l'attitude à adopter en cas d'accident.

Un transport inutile

L'industrie nucléaire produit chaque année des tonnes de déchets dont on ne sait que faire (3). Certains pays étrangers, dont les Pays-Bas, envoient le combustible usé issu de leurs centrales à l'usine AREVA de La Hague pour qu'il y soit "retraité" : l'Hexagone est ainsi régulièrement traversé par ces convois de déchets. Pourtant, loin d'être une solution, le "retraitement" des déchets engendre des risques et des transports supplémentaires. Il contamine de manière irréversible l'environnement en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l'eau et l'atmosphère. Il est de surcroît inutile : le traitement à l'usine de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets, mais il augmente au contraire leur volume. Ainsi, pour une tonne de matière retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits. L'industrie nucléaire prévoit ensuite d'enterrer ces déchets dans des centres d'enfouissement à 500 mètres de profondeur, comme celui que l'ANDRA (4) prévoit d'implanter dans la Meuse, ou comme celui pressenti par l'ONDRAF (5) dans la région de Mol en Belgique.

Pourtant, ni le retraitement ni l'enfouissement ne sont des solutions ; la France et la Belgique ne peuvent plus continuer à s’enferrer dans cette impasse et à soumettre leur population à des risques insensés. Une seule solution, arrêter de produire des déchets et sortir au plus vite du nucléaire.

Le réseau belge "Nucléaire, STOP !", le Réseau "Sortir du nucléaire" et le syndicat SUD-Rail se mobilisent pour obtenir l'arrêt de ces transports et appellent à des rassemblements tout au long du trajet.

Pour en savoir plus sur ce transport, les horaires - donnés à titre indicatif - et suivre son trajet, les mobilisations prévues etc... consulter cette page de notre blog transport.

Pour plus d'informations, nous vous donnons rendez-vous lors d'une conférence de presse donnée à Paris, ce mercredi 7 mars 2012 à 10H30. Celle-ci sera consacrée à la chaîne humaine du 11 mars, mais nous serons disponibles pour répondre à vos questions et vous apporter des informations complémentaires sur ce transport. Lieu : Bourse du travail - 3, rue du Château d’eau – 75010 PARIS (M° République)

Pour en savoir plus sur la chaine humaine entre Lyon et Avignon, rendez-vous sur http://www.chainehumaine.org/
Pour en savoir plus sur la manifestation à Bruxelles, rendez-vous sur http://nucleaire-stop.blogspot.com/

Notes :
(1) Le Nord, le Pas de Calais, l'Aisne, l'Oise, la Seine-et-Marne, la Seine St Denis, le Val d'Oise, les Yvelines, l'Eure, la Seine Maritime, le Calvados et la Manche
(2) En 1998, le laboratoire de la CRIIRAD a mesuré, à 50 mètres d’un wagon transportant du combustible irradié, un flux de radiation gamma nettement supérieur à la normale. Le débit de dose gamma neutrons était plus de 500 fois supérieur au niveau naturel, à 1 mètre du wagon. Comme l'a régulièrement rappelé la CRIIRAD, la réglementation autorise ainsi la circulation, en des lieux accessibles au public, de wagons dont le niveau de radiation au contact peut être si important, qu’en seulement 30 minutes de présence, un individu peut recevoir la dose maximale annuelle admissible pour le public. Voir la note CRIIRAD N°11-20 Risques liés au transport des combustibles irradiés, Valence, 8 février 2011 :
http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/trains_italiens/risques_transport.html


Voir également l'expertise radiologique du dernier convoi de déchets nucléaires réalisé en novembre par l'ACRO
(3) 1 200 tonnes par an, uniquement pour la France.
(4) Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs
(5) Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies

Contacts presse :

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire"
Laura Hameaux : 06 85 23 05 11
Sophie Morel : 06 21 58 31 01

Pour SUD-RAIL
Philippe Guiter : 06 28 94 82 99

En Belgique :
Sylvia Vannesche – Nucléaire STOP :


0032 47 73 62 212
Relations presse :
Opale Crivello : 06 64 66 01 23

Suivez notre fil d'information http://twitter.com/sdnfr

 

 

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de plus de 930 associations et 56 000 personnes
Agréée pour la protection de l'environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/


Lire la suite

Sortir du nucléaire

1 Février 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

sortir du nucléaire

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de plus de 930 associations et 56 000 personnes
Agréée pour la protection de l'environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/

 

 

Communiqué de presse – 30 janvier 2012
 

Train de déchets radioactifs allemands La Hague-Gorleben – le Réseau « Sortir du nucléaire » soutient les militants inculpés

Entre le 23 et le 25 novembre derniers, un convoi de déchets nucléaires allemands hautement radioactifs a traversé la France pour rejoindre l'Allemagne. Initialement prévu le jeudi 24 novembre, le départ du train depuis le terminal ferroviaire de Valognes avait été avancé d'une journée par AREVA et la SNCF, pour tenter d'éviter la mobilisation d'ampleur en préparation. Le train avait finalement quitté le Cotentin en milieu d'après-midi, le 23 novembre, avec plusieurs heures de retard, grâce à l'action des militants présents.

A l'appel du Collectif Valognes STOP-CASTOR, plusieurs centaines de personnes s'étaient données rendez-vous dans le Cotentin, pour mener la première action française de blocage de masse d'un convoi de déchets radioactives. L'objectif : se montrer solidaire des antinucléaires allemands et entraver le départ du convoi pour ainsi rompre le « train-train quotidien» de l'industrie nucléaire. Car si les transports sont l'épine dorsale du nucléaire – sans circulation des matières radioactives, il ne pourrait y avoir d'industrie de l'atome – ils en sont aussi, et surtout, le talon d'Achille.

 

Une mobilisation sans précédent qui a entraîné une vive réaction des autorités

Le préfet de la Manche avait vivement réagi à cette mobilisation sans précédent, adoptant des mesures totalement disproportionnées, autoritaires et antidémocratiques, afin de tenter de décrédibiliser les antinucléaires. La préfecture de la Manche ordonnait la fermeture des deux collèges et du lycée de Valognes. Le maire de la ville publiait des arrêtés interdisant le stationnement, la circulation des véhicules et des piétons dans certaines rues de la commune. Le trafic SNCF était, quant à lui, interrompu entre Cherbourg et Caen.

Le jour de l'action, des centaines de membres des forces de l'ordre ont été mobilisés. Mais débordés par l'action en cours, ils n'ont eu comme seul recours que de prendre pour cible six personnes innocentes, pour tenter de leur faire subir seules les conséquences d’une action réalisée et assumée collectivement. Telles ces militantes, qui ont été arrêtées et envoyées en garde à vue au fort de Cherbourg, spécialement ouvert pour « l'occasion », alors qu'elles n'avaient même pas eu le temps de prendre part au rassemblement.

Par ces manœuvres, les autorités tentaient en réalité de détourner l'attention du public vers une pseudo-dangerosité des militants, plutôt que vers la dangerosité extrême de l'industrie nucléaire et de ses transports.

 

Le Réseau « Sortir du nucléaire » apporte tout son soutien aux « inculpés de Valognes »

Ces six personnes se retrouvent aujourd'hui poursuivies par la justice, pour des motifs futiles ou sans rapport avec l'action. Deux dates de procès sont prévues au TGI de Cherbourg : le mardi 31 janvier et le mardi 7 février 2012. Un rassemblement est organisé devant le Tribunal de Grande Instance à Cherbourg ce mardi 31 à 8h30 avant l'audience, qui sera suivie d'un concert de soutien à 20h30, au 26 rue de l'Union.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" se joint à cet appel à rassemblement et apporte tout son soutien à ces militants sur qui l'on tente de faire reposer la responsabilité d'une action collective.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle également que le rôle de la justice n'est pas de jouer le jeu de l'industrie nucléaire et espère qu'elle ne tombera pas dans le piège de l'instrumentalisation tendu par les autorités, au service du lobby de l'atome.

Pour en savoir plus sur les transports de matières radioactives, rendez-vous sur notre blog transport

Contacts presse :
Sophie Morel - 06 21 58 31 01
Laura Hameaux - 06 85 23 05 11
Attachée de presse :
Opale Crivello - 06 64 66 01 23

Suivez notre fil d'information
http://twitter.com/sdnfr

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>