Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

notre histoire

Kronstadt

8 Mars 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire



Le 8 mars 1921, les communistes commencent un bombardement aérien sur la population pacifique de Kronstadt*.

 *Le 28 février 1921, début de la révolte des marins de Kronstadt qui s'insurgent contre le pouvoir des commissaires bolcheviques et contre la pénurie de nourriture et de denrées diverses. Les marins, fers de lance de la révolution russe, se prononcent pour des "Soviets libres", dégagés de la tutelle politique des commissaires. Dès janvier 1921, 5000 marins avaient démissionné du parti communiste. Au mouvement pour de meilleures conditions de vie, se mêleront de fortes aspirations libertaires.

Source : http://ephemanar.net

 


Le Comité Révolutionnaire Provisoire de Kronstadt, via radiotélégramme :
"Kronstadt libérée parle aux ouvrières du monde entier : Nous, ceux de Kronstadt, sous le feu des armes, sous les mugissements des obus qui déferlent sur nous (...) adressons notre salut fraternel aux travailleuses du monde."
Lire la suite

Notre histoire

3 Février 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

 Le 3 février 1842, Pierre Joseph Proudhon, passe en procès devant les assises du Doubs; comparution causée par la sortie en janvier de son troisième mémoire sur la propriété "Avertissement aux propriétaires, ou lettre à M. Considérant, rédacteur de la Phalange"*. Il est finalement acquitté.
*3e mémoires sur la propriété

Source : Ephéméride anarchiste : http://ephemanar.net
Lire la suite

Notre histoire

24 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le 24 janvier 1911, exécution par pendaison de Shusui DenjiroKOTOKU, à Tokyo.

Une des figures les plus marquantes de l'anarchisme japonais.
Fils d'un pharmacien, il naît le 22 septembre 1871 à Nakamura (Japon). Il effectue des études de médecine. D'abord disciple du rousseauiste japonaisTsomin Nakae, il évoluera ensuite vers le socialisme puis l'anarchisme.
En 1901, journaliste et écrivain, il publie son premier livre "L'impérialisme, monstre du 20e siècle", puis en 1903 "L'essence du socialisme". Il crée avec Toshihito SAKAI l'hebdomadaire "La Plèbe" (Heimin Shimbun"), mais ce journal est interdit suite à un de ses articles contre la guerre Russo-japonaise. En 1905, Kotoku est emprisonné durant cinq mois pour propagande subversive et c'est là qu'il découvre l'anarchisme, à la lecture d'un texte de Pierre Kropotkine. Libéré, il part aux Etats-Unis où il prend contact avec des anarchistes. De retour au Japon en 1906, il réédite le journal "La Plèbe", et traduit la "Conquête du pain"(Pan no Ryakushu) de Kropotkine. En février 1907, il déclare dans un article publié dans "Heimin Shimbun" être partisan de l'action directe :
"Le suffrage universel et le parlementarisme ne conduisent pas à une véritable révolution sociale et il n'y a pas d'autre solution pour l'obtenir que l'action directe à travers l'union de tous les travailleurs." Il mène alors, malgré la répression, une active propagande : outre le journal "Heimin Shimbun" qui sera interdit, il crée la revue "Yaradsu Chohu" (Action Directe) et milite pour la création de syndicats à travers des tournées de propagande. Mais, en 1908, la répression s'intensifie encore et de nombreux anarchistes sont jetés en prison. Kotoku continue à écrire des essais qui dénoncent le militarisme ou qui démontrent l'inexistence du Christ. Auteur prolifique, ses articles compilés nécessiteront plusieurs volumes.
Mais en 1910, face au développement du mouvement libertaire, le gouvernement prétextant un complot contre l'empereur fait emprisonner 24 anarchistes. Kotoku est quant à lui arrêté en août alors qu'il tentait d'embarquer pour aller assister en Europe au Congrès socialiste international de Copenhague. Le 18 janvier 1911, un procès sommaire en condamne douze à la pendaison, dont Kotoku et sa compagne Sugo Kanno, les autres prévenus seront emprisonnés à vie.


Le 24 janvier 1911, à Tokyo, douze militant(e)s japonnais sont exécuté(e)s par pendaison : Denjiro KOTOKU et sa compagne Sugo KANNO (31 ans), ainsi que Heishiro NARUISHI, Rikisaku HURUKAWA (28 ans), Kenshi.OKUMIYA (54 ans), Seinosuke OOISHI (45 ans), Tadao NIIMURA (25 ans), Gudo UCHIYAMA, Unpei MORICHIKA, Uichiro NIIMI, Uichita MATUSO et Takichi MIYASHITA.
 
 Source : Ephéméride anarchiste : http://ytak.club.fr/index.html
Lire la suite

Le 4 janvier 1960.

4 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire



Albert Camus
Le 7 novembre 1913, naissance d'Albert CAMUS, à Mondovi (Algérie).
Romancier, dramaturge, journaliste, et sympathisant libertaire.
Orphelin de son père (tué à la guerre en 1914), il passe ses premières années à Belcourt (quartier pauvre d'Alger). En 1930, il obtient son baccalauréat, devient comédien dans une troupe de théâtre et joue dans une équipe de football. Mais, atteint de tuberculose, il est contraint de réduire ses activités et ne peut se présenter à l'agrégation de philosophie. Son désir de participer à l'avenir du peuple algérien le pousse, en 1935, à adhérer au parti communiste; il en est exclu 2 ans plus tard, les communistes désapprouvant ses liens avec les indépendantistes. Il crée une maison de la culture à Alger, travaille comme journaliste au "Alger républicain" où il dénonce les abus du pouvoir colonialiste, et publie ses premiers textes. "L'Envers et l'Endroit"(1937) "le Mythe de Sisyphe" et "L'Etranger (1942) qui rencontre le succès. En 1943, il s'installe à Paris, prend contact avec le réseau de résistance "Combat" et fait partie de la rédaction du journal clandestin durant la guerre, puis jusqu'en 1947, année où paraît "La Peste".
Camus s'implique de plus en plus aux cotés des libertaires et dénonce la répression franquiste en Espagne. Son ouvrage majeur "L'homme révolté" (1950), éloge de la révolte, remporte l'adhésion des anarchistes mais suscite les critiques des staliniens. En 1957, il reçoit le prix Nobel de littérature. Outre de nombreux textes et sa collaboration à la presse libertaire, il crée en 1959, la revue "Liberté", pour soutenir les objecteurs de conscience. Il meurt dans un accident de voiture le 4 janvier 1960.
"L'histoire d'aujourd'hui nous force à dire que la révolte est l'une des dimensions essentielles de l'homme."
 Source : Ephéméride anarchiste : http://ytak.club.fr/index.html

A lire l'exellent livre de Lou Marin
Albert Camus et les libertaires (1948-1960)
en vente dans la non moindre exellente librairie l'autodidacte
5 rue Marulaz 25000 Besançon 
Lire la suite

Ah si Marie!

23 Décembre 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire


Ah si Marie avait connu l’avortement, on n’aurait pas tous ces emmerdements !

Le 25 décembre 1936, la Generalitat de Catalogne publie le décret légalisant l'avortement. Revendication du mouvement anarchiste féminin "Mujeres Libres", sa réalisation est rendue possible par la forte présence des libertaires.
L'article 4 précise que le délai pour sa réalisation ne doit pas excéder trois mois, sauf en cas de nécessité thérapeutique.

  Source:

ytak.club.fr

Lire la suite

Les canuts

22 Novembre 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le 22 novembre 1831, à Lyon, suite de la Révolte des Canuts. Les ouvriers prennent possession de la caserne du Bon Pasteur, pillent les armureries. Plusieurs corps de garde de l'armée ou de la garde nationale sont attaqués et incendiés. Les ouvriers se rendent maître de la ville, qui est évacuée par les autorités.
Des barricades sont érigées et le drapeau noir fait son apparition avec l'inscription : "Vivre en travaillant ou mourir en combattant".
La bataille est rude. Environ 600 victimes dont environ 100 morts et 263 blessés côté militaire, et 69 morts et 140 blessés côté civil.
Le 22 novembre 1936, les funérailles de DURRUTI à Barcelone furent le théâtre d'une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l'enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l'espérance d'un monde nouveau devenue possible. Ce fut l'une des manifestations ouvrière les plus importantes de l'histoire du prolétariat.
Source: Ephéméride anarchiste

ytak.club.fr

Lire la suite

Garcia Lorca

19 Septembre 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire


La famille du poète Garcia Lorca autorise l'ouverture de sa fosse

La famille de Federico Garcia Lorca a annoncé au quotidien "El Pais" qu'elle ne s'opposerait pas à l'ouverture de la fosse commune où est enterré, aux côtés de trois autres hommes, le poète espagnol. Celui-ci a été fusillé en 1936 près de Grenade (sud) par les franquistes.

"Nous ne l'empêcherons pas. Même si nous aimerions que cela ne se fasse pas, nous respectons le désir des autres parties impliquées", a déclaré au journal Laura Garcia Lorca, nièce du poète et porte-parole de la famille, dans une interview.

La famille de Garcia Lorca s'était jusqu'à présent toujours opposée à l'ouverture de cette fosse qui contient également les restes de deux toreros anarchistes et du maître d'école Diascoro Galindo. Tous ont été exécutés en même temps que le poète par des anti-républicains.

La petite fille du maître d'école, Nieves Galindo, veut vérifier que les restes de son aïeul se trouvent bien dans la fosse. Elle a présenté une demande en ce sens vendredi dernier auprès du juge d'instruction Baltasar Garzón.

La nièce de Garcia Lorca a expliqué que les réticences de la famille du poète à l'ouverture de la fosse résidaient en partie dans la crainte "que tout cela ne se transforme en spectacle". "Si cela doit se faire, nous voulons que cela soit fait avec beaucoup de respect, de manière privée, dans l'intimité", a souligné Laura Garcia Lorca.

(ats / 18 septembre 2008 20:54)

Source : Romandie News

 

Lire la suite

Charles Gogumus

25 Août 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le 25 août 1873, naissance de Charles GOGUMUS, à Dijon.

Militant syndicaliste révolutionnaire, anarchiste et antimilitariste.
D'abord employé dans un magasin de Nouveautés à Dijon, il y créé un syndicat. En 1906, il se fixe à Paris où il vend des lainages. En 1908, il fonde le "Syndicat des employés de la région parisienne". En 1909, en tant que secrétaire de ce syndicat, il dirige plusieurs actions dans les grands magasins. Membre du comité de la C.G.T, mais aussi de la "Fédération Anarchiste Communiste Révolutionnaire", il préconise à plusieurs reprises dans des réunions de grévistes l'emploi de l'action directe, du boycottage et du sabotage. Notes de la police: "- Mai 1911, prépare le sabotage des magasins qui ne fermeraient pas à 7 heures, en formant des équipes de 10 hommes, chargées de renverser les étalages, briser les glaces. - Juin 1911, des bombes soufrées de l'acide sulfurique et des oeufs remplis d'encre doivent être utilisées. Un sabotage a déjà été commis dans ces conditions au magasin -Aux Elégants- avenue du Maine."

Fin 1911, il devient administrateur du journal "La Bataille syndicaliste" qui sera à l'origine de la création en juin 1913 du "Comité de Défense des Soldats" créé dans le but de soutenir les appelés frappés pour avoir protestés contre le maintien sous les drapeaux de leur classe et assurer une aide matérielle aux victimes de la répression. Charles Gogumus en est le trésorier.
Mais tuberculeux, il meurt à Paris à l'âge de 42 ans, le 24 juin 1915.
Il sera incinéré au cimetière du Père-Lachaise.

Lire la suite

Joe Hill

19 Août 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Joe Hill
Le 7 octobre 1879, naissance de Joe HILL, à Gävle en Suède (de son vrai nom Joël Emmanuel HAGGLUND).
Poète-ouvrier, chanteur populaire et militant anarcho-syndicaliste.
En 1902, il émigre aux Etats Unis, qu'il traverse tout en exerçant divers métiers. A San Pedro, (Californie) il adhère à l
'I.W.W
(Industrial workers of the World).
Il travaille ensuite dans les mines de l'Utah où il y répand les idées anarcho-syndicalistes (d'autant plus facilement qu'elles passent par sa poésie et ses chansons). Mais, en 1914, il est arrêté et accusé à tort du crime d'un droguiste. Machination qui lui vaut d'être condamné à mort. Le 19 novembre 1915, il est fusillé malgré les protestations de milliers de sympathisants.
"
Don't waste any time mourning. Organize".(Ne perdez pas de temps à pleurer. Militez), écrira-t-il à "Big Bill" Haywood
, la veille de sa mort.
 Source : l’Ephéméride Anarchiste http://ytak.club.fr/index.html
Lire la suite

Alexandre Sapoundjiev

6 Juillet 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Alexandre Sapoundjiev
Le 6 juillet 1975, mort d'Alexandre SAPOUNDJIEV en Bulgarie.
Militant et propagandiste anarchiste bulgare.
Il est né le 18 février 1893. Etudiant en philosophie puis en droit, il milite très tôt aux cotés des anarchistes, puis il est mobilisé en 1915. En juin 1919, il participe au congrès constitutif de la
F.A.C.B (Fédération Anarchiste Communiste Bulgare).
En 1921, après plusieurs arrestations, il est radié définitivement de l'enseignement. Il se consacre alors à la publication de journaux clandestin : "
Anarchiste", "Pensée ouvrière", "Société libre". Après le coup d'Etat du 9 juin 1923 et l'insurrection de septembre, il est de nouveau arrêté et emprisonné. Libéré, il reprend ses activités de propagande mais, à cause de la répression, il s'exile en France en 1928, à Toulouse où il entre en contact avec les anars espagnols et français. En 1931, à l'amnistie, il retourne en Bulgarie et parcours le pays pour reconstruire le mouvement. Après le 2e coup d'Etat pro-fasciste du 19 mai 1934, il se retire dans le village de Biala pour se consacrer à la viticulture et au mouvement coopératif. En 1942, il est encore inquiété et emprisonné durant 6 mois. En décembre 1948, il sera de nouveau victime de la répression anti-anarchiste, dirigée cette fois par les communistes. Libéré, il restera un infatiguable militant.
 Source: Ephéméride anarchiste ytak.club.fr
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>