Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

notre histoire

La véritable histoire de la Libération de Paris

24 Août 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

La véritable histoire de la Libération de Paris par Paco

 

Longtemps, les manuels d’histoire ont prétendu que la Libération de Paris a commencé le 25 août 1944. Après avoir lu le livre de la journaliste Evelyn Mesquida paru au Cherche-Midi, ils vont devoir corriger leur « erreur ». C’est en effet le 24 août 1944 que la 9ème compagnie de la 2ème division blindée du général Leclerc est entrée dans Paris par la porte d’Italie. Le capitaine Raymond Dronne était à la tête de la « Nueve », un régiment composé de républicains espagnols, dont pas mal d’anarchistes, qui espéraient finir leur lutte antifasciste à Madrid. Un espoir déçu pour ne pas dire trahi.

Impossible de parler de la Nueve sans remonter à la guerre d’Espagne, guerre civile et révolutionnaire… la suite sur :

La véritable histoire de la Libération de Paris
Le Mague

Lire la suite

Notre histoire

17 Août 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

mitev_tocho.jpgLe 17 août 2002, mort de Thodor MITEV dit Tocho ou Théo.
Militant anarchiste bulgare.
Il est né le 21 mars 1926. En 1947, étudiant en médecine, il milite avec les anarchistes bulgares, mais inquiété par la police politique communiste (qui lui proposera de trahir ses compagnons) il s'exile en 1950, en Yougoslavie. Son refus de travailler pour Tito lui vaut de connaître la prison. A nouveau exilé en Italie, il est interné dans un camp à Trieste d'où il s'évade et rejoint la France. Il reprend alors ses études de médecine et poursuit son militantisme au sein des "Groupes Anarchistes d'Action Révolutionnaire" qui éditent à partir de 1956, la revue "Noir et Rouge" et qu'il marque de son empreinte notamment par ses articles sur l'autogestion en Yougoslavie et sa critique du marxisme. Après l'arrêt de "Noir et Rouge"en 1970, il exerce sa solidarité envers les compagnons que ce soit financièrement, médicalement où intellectuellement. Il participe à la revue libertaire sur les pays de l'Est "Iztok" édité par Nikola Tanzerkov ou publie à ses frais, en 1993, un ouvrage sur Kristo Botev.
Atteint d'un cancer du cerveau, qu'il a lui même diagnostiqué, il s'éteindra sereinement ce 17 août 2002.
L’éphéméride anarchiste  http://epheman.perso.neuf.fr/
Lire la suite

Pendant que la musique marche au pas...

14 Juillet 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

ferre_leo.jpg

 

Le 14 juillet 1993, mort de Léo FERRE

Le 24 août 1916, naissance de Léo FERRE à Monaco.
Poète, anarchiste, auteur-compositeur-interprète de chansons et écrivain.
Il naît dans une famille aisée et très jeune se passionne pour la musique. A 9 ans, ses parents le placent en pension dans un collège religieux à Bodighera en Italie; il y passera 8 ans (lire "Benoît Misère") et découvrira à 14 ans le mot "anarchie" dans les pages d'un dictionnaire. En 1935, il arrive à Paris pour y étudier le droit. Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé jusqu'en août 40. De retour à Monaco, il commence à composer. En février 1941, il se produit pour la première fois en public. En 1946, il retourne à Paris, où commence véritablement sa vie d'artiste. Il se produit dans des cabarets, il y rencontre Jean-Roger Caussimon, rencontre fertile en amitiés et en créations. Mais le succès tarde à venir et sa compagne le quitte "La Vie d'artiste". Edith Piaf lui vient en aide en interprètant une de ses chansons "Les Amants de Paris". En juin 1950, il enregistre son premier disque (78t). En 1952, Catherine Sauvage enregistre sa chanson "Paris-Canaille" qui devient rapidement un succès national. Léo est véritablement lancé. En mars 1955, il est en vedette à l'Olympia. Dès lors tout va très vite, il adapte les textes des poètes, Rimbaud, Verlaine, Aragon, Baudelaire. Le succès est au rendez-vous et l'argent aussi. Mais en 1961, il est victime de la censure, un de ses albums est pilonné: "Mon général", "Regardez-les", etc. Dès lors ses chansons se font plus engagées: en 1964, c'est "Franco la muerte", mais aussi "Ni Dieu ni Maître". Début 1968, il collabore au "Monde libertaire" (qu'il aidera ensuite par des galas de soutien comme ce 10 mai 68) et à la revue "La Rue". En 1969, il enregistre son spectacle à Bobino, puis part s'installer en Toscane (Italie). Sa carrière et son succès se poursuivront au delà des frontières, mais il continuera de soutenir "Le Monde libertaire", "Radio Libertaire" et le "Théâtre Libertaire de Paris".
Malade, il meurt en Toscane le 14 juillet 1993.
" Cette parole d'Evangile
Qui fait plier les imbéciles
Et qui met dans l'horreur civile
De la noblesse et puis du style
Ce cri qui n'a pas la rosette
Cette parole de prophète
Je la revendique et vous souhaite
NI DIEU NI MAITRE "
Extrait de "Ni Dieu ni Maître"

 

http://epheman.perso.neuf.fr/

Lire la suite

Notre histoire

20 Avril 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

quebec_01.jpg
La police antiémeute à l'oeuvre
Le 20 avril 2001, à Québec, alors que débute le "Sommet des Amériques" réunissant 34 chefs d'Etat et de gouvernement dans le but de créer une zone économique à l'échelle du continent (où les USA imposeront leur hégémonie), les militants antimondialisation (ONG, organisations syndicales et radicaux -comme les anarchistes du Groupe Emile-Henry-, qui ont depuis la veille organisé un contre sommet et un carnaval anticapitaliste, tentent (comme à Seattle), de s'opposer à l'ouverture. Mais une barrière de sécurité de trois mètres de haut sur près de quatre kilomètres clôture pour l'occasion le centre ville. Vers 15 heures, elle cède au premier assaut des manifestants les plus déterminés. La police les refoule en utilisant du gaz lacrymogène qui, comme à Nice, ira incommoder les chefs d'Etat et retarder l'ouverture du sommet. Des affrontements avec la police se poursuivront tard dans la nuit et la journée du lendemain. Plusieurs dizaines de personnes seront blessées et la police procédera à des centaines d'arrestations avec comparution immédiate, par le biais de la vidéo. Le militant anarchiste de la CLAC (Convergence des Luttes Anti-Capitalisme), Jaggi SINGH, sera même enlevé dans la rue par des policiers en civil.

 

emilelogo_.gif

 

 

Source : l’excellent site

Ephéméride anarchiste
epheman.perso.neuf.fr/

Lire la suite

La phrase du jour

13 Février 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

ni-dieu-ni-maitre.jpg

 

 

Ni dieu ni maître
Mieux d'être

 Jacques Prévert

Lire la suite

11 novembre

11 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d'entraînement, on peut arriver à en faire des militaires.

                          Pierre Desproges

arme-2-copie-1.jpg

Lire la suite

Notre histoire

12 Février 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le 12 février 1900, naissance de Fernand PLANCHE, en Auvergne.
Ouvrier coutelier, écrivain et militant libertaire de la "Synthèse anarchiste" (qui fera le lien entre toutes les tendances de l'anarchisme).
De 1934 à 1935, il publiera le journal-revue "La Conquête du pain", et participera à la "Brochure mensuelle". Pendant l'hiver 1939-1940, il est incarcéré à la prison de la Santé, à Paris, pour "complicité de désertion". On l'internera ensuite comme "Elément subversif". Après un passage en Allemagne, il rentre chez lui, à Boulogne Billancourt, mais un bombardement détruit sa maison. Il est relogé à Paris, et hébergera de nombreux compagnons de passage, ou en difficulté. A la libération, il prend part à la reconstruction du mouvement libertaire. En 1950, il part s'installer en Nouvelle Calédonie : il s'opposera au régime colonial, prenant la défense (comme l'avait fait Louise Michel) du peuple Canaque.
Renversé par un chauffard alors qu'il circulait à vélo, il meurt le 19 avril 1974.
Il est l'auteur de plusieurs livres dont : "Durolle au pays des couteliers" (1946), une biographie de Louise Michel et, avec Jean Delphy, une autre de Kropotkine.
  Source Ephéméride anarchiste
epheman.perso.neuf.fr/
Lire la suite

Proudhon en Suisse

8 Février 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

A ESPACE NOIR

Rue Francillon 29, 2610 St-Imier
032/ 941.35.35 – www.espacenoir.ch <
http://www.espacenoir.ch/> - info@espacenoir.ch



Samedi 13 février 2010 à 20h 00

La conférence sera précédée d’un repas convivial à 18h 30 (réservation recommandée)

Conférence débat
Proudhon et l’anarchisme aujourdhui.


Proudhon fut le premier penseur connu à se déclarer anarchiste et fut sans conteste un grand inspirateur du socialisme libertaire. Ces concepts de mutualisme, de fédéralisme, d’autogestion continuent aujourd’hui à être des fondements de la pensée et de l’action libertaire.

L’année du bicentenaire de sa naissance étant maintenant achevée (1809-2009) nous avons décidé d’organiser un dernier événement autour de ce théoricien. Nous nous étions interrogés avec le POP et les Colonies Libres Italiennes à savoir si le mur de Berlin avait existé  si Marx avait écouté Proudhon, au mois de décembre à l’ABC à La Chaux-de-Fonds. A Espace Noir, nous parlerons de son actualité dans le mouvement libertaire et dans la philosophie.

Avec la participation de :
Vivien Garcia
, titulaire d’un master en philosophie de l’université de Grenoble et auteur du livre "l’anarchisme aujourd’hui".

Lire la suite

Pépita CARPENA

4 Juin 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire



Le 19 décembre 1919, naissance de Pépita CARPENA (Josefa CARPENA-AMAT), à Barcelone.
Militante anarcho-syndicaliste et féminine anarchiste espagnole.
Aînée d'une famille ouvrière de six enfants, elle commence à travailler à 12 ans comme couturière et milite à 14 ans à la CNT et aux "Jeunesses Libertaires" (JJLL). En juillet 1936, elle prend part à la révolution et assiste le 20 juillet comme aide-soignante à l'assaut de la caserne Atarazanas. Le 17 novembre elle s'unit au compagnon Pedro Perez Mir (qui sera tué sur le front). Elle prend part aux événements de mai 1937 et rejoint, fin 1937, le mouvement anarchiste féminin "Mujeres Libres" puis travaille dans une fabrique d'armes. Désignée par "Mujeres Libres" comme secrétaire à la propagande du Comité régional de Catalogne, elle effectue des tournées dans les villages et sur le front et rencontre Emma Goldman. Malade, elle quitte Barcelone le 25 janvier 1939 (veille de l'entrée des troupes franquistes dans la ville) pour la France, où elle sera internée dans un camp près d'un an à Clermont-l'Hérault, à côté de Montpellier. Elle se marie avec un Français puis le quitte pour rejoindre Marseille où se retrouvent de nombreux réfugiés espagnols. Elle y devient la compagne de l'anarchiste Juan Martinez Vita dit Moreno, et poursuit son militantisme après la Libération. En avril 1945, elle est déléguée à Toulouse, pour le 1er congrès de la "FIJL" en exil. Elle prend ensuite part aux activités théâtrales de la troupe "Acratia" et milite à la CNT en exil. Dès 1979, elle participe aux activités du CIRA de Marseille, elle en sera la coordinatrice de 1987 à 1999. En 1992, elle rédige dans un court récit son cheminement "De toda la vida", texte qui sera publié en français dans une brochure des éditions du Monde Libertaire et Alternative Libertaire. Elle a par ailleurs collaboré à divers ouvrages historiques sur le mouvement "Mujeres libres" ainsi qu'à deux Bulletins du CIRA, et à la presse libertaire espagnole et française. Elle apparaît dans le film de Richard Prost "Un autre futur"et dans celui de Lisa Berger et Carol Mazer "De toda la vida".
Après une dure vie bien remplie, elle meurt à Marseille le 5 juin 2005, trois ans après le compagnon Moreno. "L'homme et la femme doivent avoir les mêmes droits et la même liberté"
"Vivre, c'est servir à quelque chose et, si en plus c'est pour des idées, que demander de plus."
 Source : Ephéméride anarchiste : http://ephemanar.net
Lire la suite

Anarchisme en Corée

21 Avril 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire



Le Congrès des anarchistes coréens de 1946


Du 20 au 23 avril 1946, à Anwui (Corée) s'est déroulé l'important congrès anarchiste coréen qui marque l'influence considérable qu'à eu la pensée de
Kropotkine en Asie. Shin CHAE-HO (1880-1936), historien coréen, fut un des précurseurs de l'anarchisme dans ce pays. Puis, plus tard, les frères LI JUNG-KYU (1897-1983) et LI EUL KYU (1894-1972) (ce dernier étant surnommé "Le Kropotkine coréen) seront les artisans de ce congrès, tout comme une autre figure marquante et attachante de l'anarchisme coréen: HA KI RAK, qui participait encore, en 1987, au congrès de la Fédération Anarchiste Coréenne.
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>