Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

luttes sociales

Les activistes les plus conséquents de la gauche juive israélienne

15 Juillet 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Anarchistes : Les activistes les plus conséquents
de la gauche juive israélienne

Par Noam Sheizaf

Beaucoup d'accusations absurdes, et pour la plupart mensongères, sont proférées contre les activistes anarchistes d'Israël, un petit groupe de citoyens impliqués dans la désobéissance civile et les protestations non violentes contre l'occupation. En réalité ces anarchistes sont le seul groupe engagé, en Israël, dans un militantisme réellement sérieux d'opposition à l'occupation.

La droite israélienne vient d'apprendre un nouveau mot : "anarchiste". 
Le député Miri Regev a qualifié les leaders de la "Révoltes des tentes" "d'anarchistes 
qui sapent activement l’État" ; le journaliste économique de Channel 10, Sharon Gal, 
a dit que les manifestants étaient "un type d'anarchistes" ; en ligne, des commentaires 
sur Facebook reflètent des sentiments similaires. Foutaises. Le mouvement pour 
la justice sociale est dirigé par la classe moyenne : il y a toujours eu dans les 
manifestations beaucoup plus d'Israéliens moyens que de révolutionnaires professionnels.
La suite sur : http://www.ism-france.org/analyses/Anarchistes-Les-activistes-les-plus-

consequents-de-la-gauche-juive-israelienne-article-17176



Mais parlons des anarchistes eux-mêmes. Au cours des deux ou trois dernières années, j'ai participé avec eux à de nombreuses manifestations en Cisjordanie et j'ai appris à en connaitre quelques-uns - surtout des membres du groupe Anarchistes contre le mur (AATW).

Lire la suite

La mobilisation continue à Belfort Montbéliard

3 Juillet 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

La mobilisation continue à Belfort Montbéliard
Une action est prévue pour le 5 juillet

Diffusez l'information et leur pétition

APPEL AUX USAGERS

Les personnels du Centre Hospitalier de Belfort- Montbéliard sont en grève depuis le 13 juin 2012 à 20h. Ils refusent le projet de la Direction visant à réduire les effectifs (logistique, soignant, secrétaires médicales …). L’intersyndicale CASAP, CFDT, CGT, CNI et FO s’oppose à ce projet dans le contexte de fort absentéisme et de souffrance au travail que connaît le CHBM.

L’intersyndicale CASAP, CFDT, CGT, CNI et FO adresse une lettre ouverte aux maires des communes de l’aire urbaine et demandent leurs soutiens. N’hésitez pas vous aussi à solliciter vos municipalités.

Nous demandons le retrait de ce projet de suppression d’effectifs. Nous exigeons de réelles actions pour améliorer les conditions de travail des personnels du CHBM ; conditions de travail qui impactent directement sur votre prise en charge…

RASSEMBLEMENT

JEUDI 5 JUILLET 2012 à 15h30

Site de Belfort

Venez nombreux accueillir les membres du Conseil de Surveillance,

La présentation de la démarche visant à réduire

nos effectifs de 95 ETP est à l’ordre du jour.

Les 5 organisations syndicales de l’établissement vous appellent d’une même voix à vous mobiliser avec les professionnels.

Ensemble, nous devons dire STOP à cette dégradation programmée de nos conditions de travail et de la qualité des soins.

 

 

 

 

PETITION USAGER

Avec les syndicats CASAP, CGT, CFDT, CNI et FO du Centre Hospitalier de Belfort Montbéliard, nous demandons l’attribution de moyens à la hauteur des missions de l’hôpital public afin de garantir l’accès aux soins pour tous.

 

Pétition à retourner à : Syndicats CASAP, CGT, CFDT,CNI et FO

Maison des syndicats du centre hospitalier 2 rue du Dr Flamand BP 209 25 209 MONTBELIARD

Maison des syndicats du centre hospitalier 14 rue de Mulhouse BP 499 90 016 BELFORT

Pétition à déposer au piquet de grève entrée HOPITAL site de Belfort ou Montbéliard

Nom prénom

Profession

Ville

Signature

 

 

 

 

 

Lire la suite

Camponovo c'est maintenant

5 Juin 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

CAMPONOVO

C'EST MAINTENANT

 

Toute l'équipe de la librairie/papeterie Camponovo remercie les 4500 signataires de l'appel à soutien et les 250 personnes qui se sont rassemblées Place Saint-Pierre le 30 mai à 17H00.

Nous remercions également les pouvoirs publics qui montrent une volonté commune de conserver la librairie Camponovo au cœur de la cité.

                                                 NOUS RESTONS MOBILISÉS Car une procédure de licenciement des 39 salariés pourrait être lancée dès la fin de la semaine prochaine, si un accord entre les parties n'était pas trouvé.

Mais vos voix ont porté, elles ont un sens et nous élargissons la mobilisation au niveau national.

 

RENDEZ-VOUS

le jeudi 7 juin à 18H00 place Saint-Pierre.

NOUS AVONS ENCORE BESOIN DE VOUS

 

Le Livre et la Librairie Indépendante ont encore de beaux jours !

Lire la suite

Vélo Besançon

11 Mai 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Nous vous rappelons que la grande manifestation annuelle

aura lieu le samedi 12 mai.

Départ à 15h de l'esplanade des Droits de

l'Homme.

 

Il est important de venir en nombre à cette manifestation : en effet,

même si des progrès sont faits sur certains axes, il en reste encore

énormément à faire et la politique de la ville envers les cyclistes est

encore largement insuffisante. D'autre part, le manque de prise en

compte des cyclistes durant le chantier du tramway est flagrant,

notamment sur l'itinéraire « cyclable » « prioritaire » Centre-ville -

Planoise ! Montrons donc que nous sommes là, nombreux, et déterminés à

être pris en compte.

 

 

À bientôt,

 

Association Vélo Besançon

Lire la suite

Occupation

30 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Ci-dessous des informations concernant l'occupation par des ouvriers agricoles des terres d'un domaine (finca) de 400 hectares qui appartient au gouvernement d'Andalousie, et fait partie d'un ensemble (20 000 hectares) qu'il a prévu de vendre aux enchères (voir l'article de Ramón Pino dans Le Monde Libertaire n° 1666).

Pour des informations plus complètes :

http://www.lavoiedujaguar.net/Somonte-les-jornaleros-sont

 

A noter que le syndicat SOC-SAT qui est partie prenante de ces actions directes, et qui regroupe plus de 20 000 membres, est considéré comme "illégal" par les "grands" syndicats, UGT et Commissions Ouvrières, car 90 % de ses adhérants sont étrangers, notamment d'Afrique du Centre et du Nord.

Le SOC-SAT appelle à défiler le 1er mai avec la CNT, la CGT et l'USTEA (syndicat andalou d'enseignants et de fonctionnaies) :

Leur site :

http://www.sindicatoandaluz.org/

 

 1) EXPULSION

 Somonte, les jornaleros sont expulsés par la force le 26 avril mais réoccupent la finca dès le lendemain

 À 84 pour cent, les militants régionaux d’Izquierda Unida viennent dapprouver la participation de leur organisation au gouvernement andalou, la Junta de Andalucía, sous la présidence du dirigeant du PSOE José Griñán. Cette participation démarre sur les chapeaux de roues, avec lexpulsion brutale de travailleurs agricoles qui occupaient depuis le 4 mars dernier la Finca Somonte, à Palma del Río, province de Cordoue. Les policiers (Gardes civils et « antiterroristes ») ont frappé à terre Lola Alvarez, porte-parole du SOC (Syndicat des ouvriers de la campagne), et évacué sans ménagement la vingtaine d’occupants qui se trouvaient sur place.

Expropriée (après indemnisation) en 1983 par la Junta de Andalucía, cette terre de 400 hectares allait de nouveau être privatisée. La vente aux enchères devait se faire le 5 mars. Alors que plus de un million d’Andalous sont au chômage, cette action était une réponse superbe de la part des jornaleros, qui démontraient ainsi qu’ils ne voulaient pas vivre daumône, mais de leur travail collectif sur une terre quils connaissent et aiment avec passion.

Suite au communiqué des jornaleros ci-dessous, vous trouverez une proposition de courrier à envoyer au nouveau gouvernement et aux partis qui le composent.

Communiqué envoyé le 26 avril 2012 par les jornaleros
du Syndicat des ouvriers de la campagne (SOC-SAT)
À diffuser !

Brutale expulsion à Somonte
Appel à soutien urgent !!!

Compañeros et compañeras,

Ce matin (du jeudi 26 avril 2012) les forces de la Garde civile sont entrées dans la finca et ont délogé brutalement une vingtaine de compañeros qui dormaient dans la maison.

Une fois encore, comme en 1939 et dans bien d’autres occasions, les forces de répression expulsent les journaliers et les paysans de leur terre, pour la livrer aux gros propriétaires, aux évêques et spéculateurs. Cette fois-ci, c’est le PSOE qui sest mis dans la peau des fascistes, alors quil vient de signer un accord pour continuer à gouverner la Junta dAndalousie avec Izquierda Unida (Gauche unie). Les termes restent les mêmes : largent pour les banques, la terre pour les riches, les restrictions et la répression pour les travailleurs.

Nous appelons à accourir de toute urgence à Somonte, nous résisterons sur la finca, préserverons le travail effectué et continuerons à cultiver la terre pour nous alimenter et vivre dignement.

Merci denvoyer courriers, fax et appels de protestation et dindignation à la presse, à la Junta de Andalucía, au PSOE, à Izquierda Unida et au Partido Comunista (maintenant partenaires de gouvernement).

Le 1er mai, toutes et tous à Somonte !
Résistons, créons, vivons... Somonte pour le peuple !
Aucun pas en arrière !
Tous ensemble nous obtiendrons qu
ils nous laissent en paix !
Vive la révolution agraire !

Pour écrire aux autorités andalouses, si vous ne connaissez pas lespagnol, faites-le en français, ou sinon les mots suivants devraient suffire :

SOLIDARIDAD CON LOS Y LAS JORNALEROS DE SOMONTE
LA TIERRA PARA QUIEN LA TRABAJA
REPUDIO TOTAL A LA REPRESION
VIVA LA REVOLUCION AGRARIA

Merci de mettre en copie les jornaleros : somontepalpueblo(at)gmail.com

José Griñán
Consejería de
la Presidencia
Junta de Andalucía
Av. Roma, S/N
41013 Sevilla Espagne

fax : 955 035 522 (Présidence) ; 955 035 526 (Conseil de la Présidence) ; 955 032 134 (Consejería de Agricultura).
juntadeandalucia.es/presidente/contact
juntadeandalucia.es/organismos/presidente/correo

PSOE Andalucía
San Vicente, nº 37
41002 Sevilla Espagne
fax : 955.550.001
courriel :
info(at)psoeandalucia.com

Izquierda Unida Los Verdes
courriel :
grupo.iulv-ca(at)parlamento-and.es
tél. : 954.592.133
fax : 954.592.134

2) REOCCUPATION

Les journaliers andalous ont réoccupé la finca de Somonte, à Palma del Río (Cordoue), après lexpulsion réalisée hier matin par la Garde civile. Les journaliers y sont retournés à 0 h 30 du matin et quelque cent personnes se trouvent de nouveau à lintérieur.

Après avoir été délogés hier matin par la Garde civile espagnole, quelque cent journaliers ont réoccupé dans la nuit de ce vendredi à laube, la propriété agricole de Somonte, récupérant ainsi pour le peuple ce que le gouvernement de la Communauté dAndalousie veut mettre entre les mains de propriétaires fonciers et/ou de spéculateurs.

Les journaliers, réunis en assemblée après lexpulsion dhier, ont décidé de continuer la lutte et doccuper à nouveau la propriété pendant la nuit, en ayant pu compter pour cela avec lappui solidaire de plusieurs dizaines de compañeros et compañeras arrivés de divers points dAndalousie, et spécialement des villages proches.

Pour linstant, la Garde civile ne sest pas manifestée dans la journée par une présence physique dans le lieu, bien que, comme lont dit certains des présents à Kaosenlared, les policiers se sont montrés dans les alentours, en demandant leurs papiers à ceux qui voulaient rejoindre la propriété pour sincorporer au groupe des journaliers et journalières qui sont déjà là en train d’effectuer leurs tâches, cest-à-dire la culture de la terre et lélevage des animaux.

En sadressant à Kaosenlared, les journaliers assurent quils ne pensent pas abandonner la propriété et que si les autorités veulent les faire partir, elles devront ouvrir à nouveau une procédure judiciaire, et aussi de nouveau appeler la Garde civile pour les déloger. De même, disent-ils, si cela devait se produire, la réponse des journaliers serait une et seulement une : réoccuper dès quils le pourront.

Et ainsi jusquà ce que la terre soit pour ceux qui la travaillent et non pour ceux qui peuvent se la payer à des prix soldés dans une vente par adjudication (enchères) du gouvernement andalou, et ensuite pour ne pas offrir de travail ni produire aucune sorte de richesse dans le secteur avec lesquels il serait possible de faire face aux graves problèmes de chômage que vivent ses habitants.

Somonte ne se rend pas, Somonte est au peuple,

disent les journaliers sur un ton de défi.

Lire la suite

Silence, crime en huis clôt !

16 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Israël dissimule ses crimes de guerre ! Silence, crime en huis clôt !

Tabassage de militants pacifistes européens par l'armée d'occupation israélienne :

http://www.youtube.com/watch?v=lj0WUF_1rAo

Ces derniers jours, les forces d'occupations israéliennes ont multiplié les actions contre les pacifistes du mouvement international qui, en solidarité avec le peuple palestinien, se mobilisent pour le respect et l'application du droit international par Israël.
Ainsi sur cette vidéo, on aperçoit un lieutenant colonel de l'armée d'occupation frapper un jeune homme et une jeune fille, lesquels participaient à une manifestation cycliste dans la Vallée du Jourdain, territoire palestinien occupé par l'armée et les colons israéliens, le militant pacifiste prenant un coup de crosse au visage.
Mercredi dernier c'est une manifestation de 150 personnes participant à la 7ème Conférence internationale sur la résistance populaire non-violente en Palestine, qui a été violemment réprimée à Hébron, comme en témoigne le vice-président de l'AFPS, Taoufiq Tahani
http://www.france-palestine.org/Des-militants-pro-palestiniens
Enfin, ce WE en Europe près de 1500 pacifistes, participant à l'évènement "Bienvenue la Palestine", notamment à l'inauguration d'une école à Bethléem, ont été empêchées d'embarquer par les forces de l'ordre et les compagnies aériennes européennes, à la demande d'Israël qui a constitué et fournie des listes de noms de ressortissants européens...
Voir la vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=EEJEe6ey1-Q
Israël craint le regard de militants pacifistes qui témoignent sur ses crimes de guerre, notamment ceux de l'occupation et de la colonisation, fière de son caractère "démocratique" elle s'en prend aux militants pacifistes internationaux qui apportent aux Palestiniens leur solidarité pour le droit.

Silence crime en huis clôt !

Lire la suite

C’est le froid social qui tue

31 Janvier 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

C’est le froid social qui tue

 « Je veux, si je suis élu président de la République, que d’ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid, parce que le droit à l’hébergement, je vais vous le dire, c’est une obligation humaine, mes chers amis, comprenez-le bien, si on n’est plus choqué, quand quelqu’un n’a pas un toit lorsqu’il fait froid et qu’il est obligé de dormir dehors, c’est tout l’équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix, qui s’en trouvera remis en cause »

Discours de Sarkozy , 18 décembre 2006, Charleville-Mézières

 

 En France, l’INSEE dénombre 250.000 personnes privées de logement, et plus de 3 millions de personnes mal-logées. Mais aussi 2,1 millions de logements vacants, et 3,2 millions de résidences secondaires.

Plus de logements sont construits, plus encore augmente le nombre de sans-domicile. Le problème ne consiste donc pas à offrir toujours plus de contrats juteux aux bétonneurs pour fournir de nouveaux parcs de logements destinés aux seuls esclaves capables de se les payer, toujours plus d’accaparement privé de l’espace public, toujours plus de destruction écologique et sociale. Le problème consiste à construire une force révolutionnaire capable de se saisir des logements qui existent.

Voici la seule exigence raisonnable d’un mouvement pour le logement. De la même façon, quand la planète produit de qui nourrir 12 milliards d’êtres humains, la réquisition est le seul moyen de nourrir le milliard de personnes en sous-nutrition ou crevant de faim. Ce n’est pas par erreur que les supermarchés jettent 30 à 40% de leur nourriture. Ce n’est pas par erreur que la justice demande huit mois de prison dont deux fermes pour deux personnes faisant de la récup de bouffe périmée dans une poubelle. Un enfant meurt de faim toutes les quatre secondes dans le monde, parce que jeter la nourriture est indissociable à un système fondé sur l’exclusion sociale.

Le capitalisme, en tant que système générateur de valorisation du capital, est fondé sur la privation. Il suppose en effet (en plus de l’exploitation de la force de travail et la dépossession des populations en matière de décisions réelles sur les productions), l’établissement d’une certaine rareté, pour toutes les marchandises. C‘est-à-dire, pour une partie de la population, la privation délibérée des produits de leurs activités, y compris les produits de nécessité vitale. Le prix conditionne la possibilité d’accès, en fonction de cette privation.

Voici cette réalité sordide, qui sous-tend les modes de production existants. Y compris dans les pays dits  »d’abondance » comme la France. C’est pourquoi, aucune politique d’aménagement du capitalisme, aucune politique ne remettant pas en cause l’accaparement privé ou étatique des biens existants, ne peut résoudre ces problèmes.

Entre sauver des vies, libérer les populations de l’étau des loyers à payer ou de crédits à « rembourser », et préserver ses rentes juteuses, la bourgeoisie préférera toujours l’esclavage et la mort des pauvres plutôt qu’une vie décente pour tous. Dans ce système odieux, les personnes qui meurent de froid ou de faim sont nécessaires à la mise sous coupe réglée de l’immense majorité de la population.

Alors que la loi de réquisition des logements vides existe, elle n’est jamais appliquée. Des associations grassement subventionnées gèrent la charité publique, dont les limites sont définies par le seuil de tolérance de l’intolérable, c’est-à-dire par le seuil de résistance et d’auto-organisation sociale des populations. La gauche au pouvoir au sein d’un système de domination capitaliste (privé et-ou d’Etat), expulse les squats tout autant que la droite. Condamne le « vol » à la prison tout autant que la droite. Il n’y a rien à attendre des promesses de gens dont le métier consiste à préserver la rareté et la privatisation des biens communs.

L’occupation, la réquisition et la réappropriation sociale ne sont pas seulement légitimes, elles sont une urgence révolutionnaire. La répression bourgeoise frappe les actes isolés de survie. Seule une convergence collective, réappropriatrice des biens communs existants, peut éviter l’extension des drames humains.

Juanito, groupe Pavillon Noir, 30 janvier 2012

http://fa86.noblogs.org/?p=3399

Posted on by Pavillon Noir

Lire la suite

Droit au logement en Espagne

5 Janvier 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

"Chaque jour, en Espagne, 300 familles sont expulsées de leur maison ou de leur appartement. Dans la lignée du mouvement des Indignés, des collectifs pour le droit au logement se multiplient. À Barcelone, des occupations d’immeubles vides viennent d’être reconnues « légitimes » par la justice. Le début d’un mouvement social massif face à la spéculation immobilière ?"

 

Lien : http://www.bastamag.net/article1958.html

Lire la suite

Expériences concrètes

22 Décembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Lundi 19 décembre, dans l'émission de Daniel Mermet Là-bas si j'y suis, a été évoquée la commune andalouse de Marinaleda (2 700 habitants), où se pratiquent depuis plus de 30 ans collectivisation des terres, démocratie directe, salaire égal pour tous... :

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2329

 
                           Marinaleda, utopie égalitaire ?

 

“Il nous a fallu trente ans pour en arriver là. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que ce sont nos solutions qui marchent. La spéculation immobilière, elle, ne pouvait rien donner de bon. C’est la cupidité qui a plongé le monde dans la crise. Les gens sont surpris lorsqu’ils voient qu’ici il n’y a presque pas de chômeurs et que tout le monde a sa propre maison. Mais c’est pourtant ça qui est normal. Ce qui n’a pas de sens, c’est ce qui se fait ailleurs. Et qu’on ne vienne pas me dire que notre expérience n’est pas transposable : n’importe quelle ville peut faire la même chose si elle le souhaite.”

 

L’aventure a commencé il y a trente ans, quand les habitants ont décidé d’appliquer à la lettre le slogan “la terre appartient à ceux qui l’exploitent” et de confisquer 1 200 hectares en friche appartenant au duc de l’Infantado – un coup de force qui a valu aux habitants de Marinaleda plusieurs années de lutte, de manifestations et de batailles judiciaires. “Le taux de chômage était très élevé, le peuple avait besoin de ces terres, explique le maire. Nous les avons utilisées pour construire l’usine de conserve de légumes qui fonctionne toujours et qui a presque permis d’éliminer le chômage. Cela a changé la vie de beaucoup de monde ici.”

 

Le système est simple : les habitants ont créé une coopérative qui ne redistribue pas les bénéfices. “On a tout réinvesti pour créer encore plus d’emplois. C’est aussi simple que cela. Chacun a ce qu’il lui faut pour vivre, et c’est tout.” Le salaire des travailleurs (“de tous les travailleurs, quel que soit le poste qu’ils occupent”) est de 47 euros par jour, six jours par semaine, à raison de six heures et demie de travail quotidien – c’est-à-dire 1 128 euros par mois. Mais, en regard, lesdits travailleurs n’ont pas beaucoup de dépenses, car ceux qui se sont inscrits au plan de logement de la mairie paient 15 euros par mois pour leur maison. “Les maisons sont construites sur des terrains municipaux. Celui qui fait la demande s’engage à construire sa propre maison, mais il est aidé par un chef de chantier et un architecte rémunérés par la mairie. Nous avons un accord avec le gouvernement régional d’Andalousie, qui fournit les matériaux. En deux ou trois ans, les travaux sont terminés, la maison appartient à celui qui l’a bâtie et il n’a plus qu’à payer 15 euros par mois.” Un prix dérisoire pour une maison de 90 mètres carrés qui peut être agrandie au fur et à mesure que la famille s’élargit.

 

Le plein emploi et les logements à prix imbattable sont probablement les aspects les plus visibles de la politique municipale, mais Marinaleda réserve d’autres surprises. Exemple : il n’y a pas de policier. “Nous en avions un, mais nous avons décidé d’économiser ce salaire quand il a pris sa retraite.” N’y a-t-il donc pas de délinquants à Marinaleda ? “Il n’y a pas de vandalisme, par exemple, parce que tout a été construit par les gens du village. Si un jeune ou son père ou un ami a installé un banc, il n’y a pas de raison de le dégrader ou d’y faire des graffitis, non ? Le fait que les budgets soient approuvés par tous contribue également à l’absence de délinquance”, poursuit-il.

 

La confiance de ses administrés, Sánchez Gordillo la doit peut-être aussi à sa gestion de la mairie. “Avant d’accepter le mandat, nous devons nous engager par contrat à toujours être les derniers à percevoir un quelconque bénéfice. C’est-à-dire que si nous décidons, lors d’une assemblée, d’attribuer de nouvelles maisons et qu’un élu en a besoin, il sera toujours le dernier sur la liste. Pour ce qui est de la rémunération, nous ne touchons rien du tout. Je n’ai jamais rien touché pour faire de la politique. Je suis enseignant et c’est de ce travail que je vis.”

 

Juan Manuel Sánchez Gordillo maire depuis 30 ans

"Les moissons de la révolte" de Richard HAMON et Allessandro STELLA - 2006 -durée : 52 mn

 

Une histoire de l'Espagne à travers la question de la terre :

70 ans après le coup d'Etat de Franco, les paysans Andalous demeurent soumis, pour une large majorité, à l'arbitraire des grands propriétaires terriens : ils sont, aujourd'hui encore, engagés comme journaliers, ce qui signifie pour eux misère, précarité, soumission et parfois révolte. Au

temps de la République, en 1933, les paysans Andalous s'étaient soulevés, la réforme agraire que la République avait promise ne voyant pas le jour.

A Casas Viejas, après une révolte, 22 journaliers furent massacrés par la garde civile, pour l'exemple. Et comme le dit Abel Paz « L'Espagne toute entière est devenue Casas Viejas ».

A Casas Viejas, la mémoire de ce massacre reste vive. Et si l'injustice règne toujours dans les champs, certains paysans se sont organisés pour travailler autrement. Ils ont conquis des terres sur les domaines de grands propriétaires, fondé des communes agricoles et crée des coopératives. De façon pacifique, par une lutte quotidienne et en faisant appliquer la loi. Ils ont parachevé l'idéal égalitaire, pour lequel avaient lutté leurs parents, au temps de la République et de la guerre civile.

A Marinaleda, selon les slogans peints sur les murs, « l'utopie égalitaire est en marche ».

Lire la suite

Tahrir russe

18 Décembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

poutine.jpgCe texte de Mikhail Magid est adressé aux anarchistes russes mais il nous semble intéressant de le traduire en français car, à notre avis, il reflète bien l’ambiance qui règne aujourd’hui en Russie et les questionnements qui se posent aujourd’hui devant les anarchistes russes.

 

 

Tahrir russe

D’où ça vient ?

J'ai remarqué que tous les militants politiques, tous ceux qui étaient actifs ces dernières années, commencent à se demander les uns les autres : mais qu’est-ce qui se passe ? Comment se fait-il que la société russe, si apolitique, absolument non encline à protester, s’est soudainement soulevée ?

L’indifférence politique qui durait depuis 15-20 ans s'est terminée. Elle a pris fin rapidement, soudainement, de façon inattendue. Comment expliquer ça ? Bien sûr, en Russie, il y a des problèmes fondamentaux, ils ont certainement un impact sur la situation dans le pays. On peut parler de la pauvreté d’une grande partie de la population (surtout en province)… Mais, aujourd’hui, c’est Moscou qui se rebelle, la ville la plus riche de la Russie. On peut évoquer la corruption, mais elle existe déjà depuis longtemps. On peut parler de la crise économique mondiale qui affecte également la Fédération de Russie, mais la situation n'est pas aussi difficile qu'en 2009 ... Dans la recherche de réponses, je suis allé sur la place de Triomphe...

"La jeunesse mène la danse"

Il est intéressant de voir des milliers de jeunes, essentiellement des étudiants, dont beaucoup ont participé pour la première fois dans les actions et manifestations. Beaucoup sont venus par groupes. (…) En fait, l'ambiance sur place est plutôt gaie, les gens sont un peu excités, les jeunes ont clairement pris plaisir à la participation à ce meeting, il y a des émotions et de l'adrénaline. (…)

Aujourd’hui, le mécontentement couvre divers segments de la population. Sans doute, ce sont les élections qui en ont joué le rôle important : d'abord, des publicités ennuyeuses, puis les falsifications trop évidentes, trop flagrantes. Le fait que Poutine s’est fait sifflé à l’Olympique (1) (grand centre sportif à Moscou, NdT) a également joué un certain rôle : il semble que c’est ce sifflement qui ait fait éclater un barrage d’obéissance et de silence (ces «bouuuu" et sifflets sont maintenant devenus symboles de la protestation). Mais c’est la jeunesse étudiante qui sort sur l’avant-scène : une nouvelle génération qui était élevée dans une relative stabilité politique et sociale. Ils n'ont pas peur des cataclysmes sociaux, parce qu’ils ne se souviennent pas des années 90, mais la dictature d’un vieillissant colonel les irritent visiblement. Ils veulent des changements. En outre, le système politique et économique corrompu crée très peu d’ascenseurs sociaux pour eux, et les réformes d’éducation ne mènent à rien de bon. Soudain, la Russie est confrontée à la révolte des jeunes, des étudiants. Bien sûr, ce mouvement n’est pas aussi radical que celui des années 1968 -1977 en France et en Italie, mais c’est déjà quelque chose. 5-10 mille de participants aux manifestations à Moscou pendant deux jours d'affilés est une situation impensable dans le passé récent.

En cas de nouvelles protestations, d’autres groupes sociaux et forces politiques commenceront à s’y impliquer en influençant sans doute le cours d’événements et les slogans des manifestants.

Les différentes forces

Si les manifestations continuent, ils vont inévitablement attirer toutes les forces hostiles au régime. Hier, un groupe de nationalistes est apparu lors du meeting. La presse écrit qu'ils tentaient de se battre avec les « Nashi » (sbires de Poutine, une jeune branche du parti « Russie unie »), et ont même jeté sur ces derniers des torches enflammées, mais je ne le voyais pas. Une fois, j’ai entendu des slogans "Russes en avant", mais à cause du bruit général et des sifflets, on ne pouvait pas dire qui l’a crié (A noter que certains manifestants ont tenté de résister aux « Nashi », quand ceux-ci ont forcé, rangs serrés, avec le battement des tambours, sur la foule.) (…) J’ai également aperçu des trotskystes distribuant leurs journaux.

Les anarchistes et Tahrir russe

C’est peu probable que dans un proche avenir aura lieu un vrai Tahrir russe : l'ampleur des protestations n’est pas encore la même. Mais pour toutes les forces politiques d'opposition, il est évident qu'elles ne peuvent pas se tenir à l'écart. Les jeunes venus au meeting sont prêts à discuter, à débattre. Hier, dans la foule, se sont spontanément formés, un peu partout, de tels points de discussion. D'autre part, spontanément, il y règne les humeurs démocrates. Les gens parlent au sujet des élections, de la corruption. Mais cela ne signifie pas qu'on ne peut pas discuter avec eux.

Nous pouvons et nous devons discuter, propager les idées du socialisme anti-autoritaire (libertaire) et international. Pour le moment, il n’y a pas d’autre révolution pour nous. En tout cas, travailler avec le "Tahrir russe" et différents mouvements est assez productif. Cette stratégie serait plus utile que de rester chez soi, dans l'espoir que «le prolétariat lui-même va faire une révolution auto-organisé», ou de jeter des bouteilles avec des cocktails Molotov dans les commissariats de police.

Cette stratégie n'implique en aucun cas aucune alliance avec les libéraux-démocrates ou avec des socialistes autoritaires (bolcheviks, sociaux-démocrates). Etre dans la foule avec quelqu’un ou collaborer avec lui c’est très différent. Sinon, nous commencerons à penser que, en 1905 ou en 1917, les anarchistes n’auraient pas dû aller à des rassemblements de masse et de prendre la parole là-bas, parce qu'il y avait les bolcheviks et les cadets.

Au contraire, si nous allons à ces actions c’est afin d’y défendre notre ligne, pour mener une campagne en faveur de nos idées. Il est inacceptable de faire des actions communes, par exemple, avec des léninistes ou avec des social-démocrates du Vpered (En avant) et d'autres groupes semblables, sinon les masses ne comprendront jamais toute la spécificité des socialistes anti-autoritaires (des anarchistes et communistes à gauche) et en quoi elles diffèrent des socialistes autoritaires.

Bien sûr, si les flics commencent à arrêter et tabasser des gens manifestant pacifiquement sur la place, vous essayez de résister avec tout le monde, mais ça c’est autre chose.

En menant notre campagne, nous devons souligner la nécessité pour les masses de décider par elles-mêmes ce dont elles ont besoin, insister sur leur capacité de bloquer les actions du pouvoir et, dans la même mesure, du business (les libéraux n’en parlent pas). Il faut parler de la pauvreté de la majorité de la population et que les libéraux-démocrates ne seront jamais capables de résoudre ce problème (parce qu'ils ont déjà été au pouvoir dans les années 90 et que nous avons donc une expérience pratique de leurs idées). Il faut parler de l'inadmissibilité du remplacement des oligarques de Poutine par d’autres, parce que « les deux sont pires ». Il faut parler de l'alliance des gens de différentes nationalités qui se forme dans la lutte (la division ethniques profite uniquement au pouvoir). Enfin, il faut dire qu’il est inadmissible de restaurer le bolchevisme qui est aussi une dictature et un système d'exploitation.

Où on va

 

Si les résultats des élections reflètent, dans une certaine mesure, les résultats réelles, il s'avère que les grandes villes sont fortement opposés au Poutine-Medvedev, d’autres s’y opposent à cinquante-cinquante. Il y a une opinion (que certains sociologues partagent) que les grandes villes vont, en général, en avant et définissent la tendance du pays. Si c’est vrai, cela signifie que les humeurs dans la province sont en train de changer et vont changer. Ce processus peut être accéléré par de nouvelles élections présidentielles : la publicité de Poutine et de nouvelles falsifications vont irriter la population de plus en plus. Peut-être, les élections du président rassembleront des centaines de milliers des manifestants et non seulement à Moscou. Mais ce sera un long marathon sans issue prévisible à l'avance. Une "révolution arabe" russe ? Ça peut être elle.

On a ici le grand processus qui ne se limite pas à la Russie, il y a une vague révolutionnaire mondiale provoquée par la crise économique mondiale et l'épuisement des masses par le capitalisme néolibéral, qui, partout dans le monde, conduit vers l’accroissement de l'inégalité sociale, de la criminalité, de la pauvreté, vers la formation des dictatures (car il n'y a pas d'autre moyen pour contrôler la société pillée.)

Il n'existe aucun moyen pour éviter une révolution mondiale, se cacher de ce fait-là, bien que personne ne garantisse sa victoire. Nous ne sommes que des pions dans ce mouvement grandissant. Je vois cette vague avec un sentiment presque mystique. Même Navalny (2) n’est qu’un petit agent de changement, il ne fait que commencer à monter sur la crête d’une vague et rien de plus.

Cependant, la nouvelle révolution russe ne sera probablement ni socialiste, ni libertaire. Jusqu'à présent, dans la société, l’opposition est déterminée par deux tendances : démocrate-libérale et ethno-nationaliste. Ces éléments commenceront à s’ajuster les uns aux autres. Peut-être, ils s’uniront, dans une certaine mesure, grâce à Navalny, leader de l'opposition le plus populaire, participant régulier à la fois des rassemblements démocratiques et des marches russes (manifestation annuelle de l’extrême droite en Russie, NdT). Cela signifie que l'énergie de la protestation sociale ira dans un mauvais sens, conduira à la seconde édition des années 90. Certains oligarques seront remplacés par d'autres, avec une seconde édition d’Eltsine, en tête.

***
Les anarchistes et communistes de gauche ne peuvent pas actuellement avoir un impact majeur sur le processus révolutionnaire. Mais ils peuvent désormais utiliser le redressement social et les protestations pour fortifier leurs propres rangs et pour augmenter leur influence sur les masses. Mais pour ce faire, il faut, premièrement, participer aux événements, deuxièmement, se distinguer clairement de toutes les forces hostiles au socialisme anti-autoritaire (les démocrates, nationalistes et bolcheviks), et, troisièmement, il est nécessaire d'apprendre à parler aux gens et agir dans les conditions d’un vrai mouvement de masse.

Mikhail Magid

publié le 7/12/2011, http://shraibman.livejournal.com/739704.html

________________________________

(1) (NdT) Poutine s’est fait sifflé par le public, lors de sa prise de parole après la victoire de Fedor Emelianenko contre Jeff Monson (combats « free fight »). Voici cette vidéo qui a été regardé par beaucoup de russes : http://www.bloodyelbow.com/2011/11/26/2587629/vladimir-putin-booed-video-mma-russia-fedor-emelianenko-vs-jeff-monson

(2) (NdT) Une des personnes les plus connues parmi les opposants libéraux en Russie, en partie, grâce à son blog. Connu pour sa critique virulente de la corruption et du parti de Poutine « Russie Unie ». Pour plus de détail, voir l’article dans le Monde http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/12/07/l-encombrante-popularite-du-blogueur-alexei-navalny_1614261_3214.html Il a aussi un autre visage, celui d’un nationaliste qui vient à chaque marche russe (manifestation annuelle de l’extrême droite en Russie) : http://sidosido.livejournal.com/3902.html

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>