Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

communiques

Laisserez-vous relancer le nucléaire sans réagir ?

2 Juillet 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

 
Le saviez-vous ?

Le Premier ministre François Fillon a affirmé le 12 juin à la télévision que le gouvernement réfléchissait à la construction d'un deuxième réacteur nucléaire de type EPR. "Nous voulons que l'énergie nucléaire soit une des réponses principales à la crise du pétrole que l'on connaît", a-t-il ajouté.
D’autre part, le Ministère de l'écologie a lancé le 5 juin un appel à candidature pour la recherche d'un site de stockage de déchets radioactifs de “faible activité et à vie longue” dans 20 départements (essentiellement dans les régions Centre, Alsace, Lorraine et dans le Sud-Ouest).

Laisserez-vous relancer le nucléaire sans réagir ?

Ne ratez pas le grand rassemblement à Paris, le samedi 12 juillet (3 actions spectaculaires sont prévues) :
http://www.sortirdunucleaire.org/12juillet-paris/

Il reste encore 280 000 tracts, 23 000 petites affiches et 4 600 grandes affiches.
Commandez les rapidement en quantité :
http://www.sortirdunucleaire.org/12juillet-paris/spip.php?article6

Rejoignez l’un des 34 départs groupés sont organisés de toute la France :
http://www.sortirdunucleaire.org/12juillet-paris/spip.php?rubrique4

Si vous ne pouvez pas venir, votre don (déductible à 66 % de vos impôts) est essentiel pour couvrir les frais de cette manifestation : Réseau Sortir du nucléaire – 9, rue Dumenge – 69317 Lyon cedex 04. Chèque à l’ordre de “Sortir du nucléaire”.

Merci beaucoup pour votre engagement à nos cotés.

Philippe Brousse
Directeur du Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 820 associations
Lire la suite

Communiqué d'Intersquat Dijon

26 Juin 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Communiqué d'Intersquat Dijon :


Article et photos sur :
http://www.brassicanigra.org/contributions/le-toboggan-repousse-l-expulsion.html

En parallèle, voilà ce qu'en dit le Bien Public (le quotidien local) qui vaut toujours le coup d'être lu pour se marrer en jettant un coup d'oeil sur les réactions enflammées, que provoque tout article sur les squats :                                            
http://www.bienpublic.com/actu/faitsdiv/20080625.BPA3629.html                                                                


Peu après 15h, ce mardi 24 juin 2008, une soixantaine de CRS a bloqué la rue Charles Dumont, pour tenter de procéder à l'expulsion du squat "Le Toboggan".

Les policiers ont défoncé les portes du bâtiment à l'aide de béliers, grimpé quatre à quatre les escaliers jonchés d'obstacles et répandu sans vergogne du gaz lacrymogène à l'intérieur du grenier dans lequel étaient barricadés les occupant·e·s. Cependant, ils n'ont pas réussi à venir à bout des barricades du dernier étage, ni à gagner le toit de la maison, sur lequel s'étaient retranché·e·s la petite vingtaine de squatteur·euse·s.

Dépitée et jugeant manifestement l'évacuation techniquement impossible dans ces conditions, la police a sonné la fin de l'opération et a quitté les lieux, non sans casser et renverser tout ce qui se trouvait sur son passage.

En parallèle, la police s'attaquait au Mât-Noir alors qu'aucun occupant ne se trouvait sur les lieux. Les issues du bâtiment ont été murées, le toit démonté.

Le Toboggan a été rebarricadé après le passage énergique mais sans succès des CRS. Un an après la première expulsion du Toboggan, la résistance collective a permis aujourd'hui une joyeuse revanche !
Merci encore aux voisin·e·s solidaires et celleux qui se sont déplacé·e·s dans la rue.

Contre la gestion capitaliste du logement, et contre l'accumulation de biens sans usage par des propriétaires ou institutions, nous continuerons à occuper des espaces vides pour en faire des lieux de vie et d'activités autonomes, hors des logiques de profit et de consommation !

# Le Toboggan et le Mât-Noir, c'est quoi?

La première occupation du Toboggan remonte à septembre 2006, quand une dizaine de personnes avaient investi ce bâtiment abandonné depuis de nombreuses années, appartenant à la Mairie de Dijon. Celle-ci avait alors mené campagne pour tenter de criminaliser une occupation fort bien accueillie par le quartier, et d'en expulser les habitant·e·s, prétextant l'urgence d'un projet sur le bâtiment. Le premier Toboggan fut expulsé le 24 mai 2007, et de nouveau laissé à l'abandon.

Le 18 avril 2008, soit un an plus tard, le Toboggan était réoccupé, voir :
ttp://april2008.squat.net/index.php/2008/04/12/reoccupation-du-toboggan/,

dans le cadre des journées internationales de soutien aux squats et espaces autonomes. Outre la création d'un lieu de vie et d'activités (restaurant végétalien, projections vidéo, débats et réunions, concerts, etc.), l'occupation avait pour but de mettre à nu les mensonges et manipulations de la Mairie, prête à tout pour se débarrasser d'un lieu jugé "dérangeant" par sa remise en cause de la politique institutionnelle.

De son côté, le Mât-Noir avait ouvert en décembre au 19 rue de l'Île dans une maison elle aussi laissée à l'abandon par la mairie de Dijon. Depuis l'occupation, les habitant-e-s du Mât-Noir proposaient aussi diverses activités publiques : repas de quartier, ciné-club, concerts, recyclage collectif, débats...

Les quartiers du Mât-Noir et du Toboggan sont plein de maisons vides (il y a plus de 8000 logements vides dans l'agglomération dijonnaise) alors que nombre de personnes sont en galère de logement, à la rue ou recherchent des espaces pour développer des activités.

Démonstration en est faite une nouvelle fois ce jour: en parallèle des grands discours sur le droit au logement auxquels se livre la municipalité, c'est par l'expulsion et la répression que la mairie répond à l'initiative, quand certain·e·s recyclent ce qui est sciemment abandonné, mettent en pratique leurs idées, et explorent collectivement d'autres façons d'habiter, de résister.

Lire la suite

Rassemblement de soutien à Dijon

28 Avril 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Rassemblement de soutien à trois inculpés dijonnais du mouvement social de
novembre 2007

Mercredi 30 avril à 16h devant la cité judiciairede Dijon à l'occasion de leur
procès.

plus d'infos sur http://brassicanigra.org

Le mardi 20 novembre à Dijon, comme dans le reste de la France, se
déroulait une manif unitaire contre la réforme des retraites et contre le
mouvement de privatisation des universités par le biais de la LRU dite loi
Pécresse. Cette manifestation de plusieurs milliers de personnes
s'inscrivait dans un mouvement social marqué par des blocages de
nombreuses universités, de gares, des manifestations et occupations...

Pendant le début de la manifestation et comme cela a souvent été le cas à
Dijon dans des contextes de ce type, des slogans et silhouettes ont été
peintes au sol, notamment pour dénoncer les expulsions d'étudiant-e-s
sans-papiers. Mais ce jour-là, les divers policiers en civil de La Brigade
Anti-Criminalité avaient semble-t-il pour ordre de se montrer
particulièrement agressifs et pressants envers certain-e-s
manifestant-e-s, les suivant pas à pas et gesticulant brutalement. Au beau
milieu de la manif, une quinzaine de ces petits soldats de choc en civil
ont finalement sauté sur trois personnes qui distribuaient des tracts pour
une initiative d'"assemblée populaire" (1) au sein du cortège et dans les
boîtes-aux-lettres sur le parcours. Ces trois personnes, enfermées dans
une cour d'immeuble se sont vues immédiatement menottées, frappée au
visage pour l'une d'entre elles, et copieusement insultées, avec pour
objectif de les emmener en Garde à Vue. Heureusement une partie de la
manifestation a pu être prévenue avant la dispersion et quelque 300
personnes se sont rassemblées devant la cour d'immeuble pour protester
face à cette arrestation. Après quelques coups de matraques et autres
tentatives de dégager le passage, les agents de la BAC ont dû constater
avec dépit qu'ils n'entameraient pas la détermination des manifestant-e-s
à venir à la rescousse de leurs camarades, et ont préféré se retirer et
relâcher les 3 personnes arrêtées. Malgré tout, celles-ci se sont vu
convoquées au commissariat dès le lendemain et inculpées des diverses
incriptions à la peinture réalisées pendant la manifestation.

Contre la criminalisation croissante des mouvements sociaux et de la
solidarité, contre l'Etat policier que nous réserve la politique
sarkoziste ou la vidéosurveillance par la Mairie de Dijon, il nous semble
indispensable de porter un soutien visible et collectif aux inculpé-e-s,
qu'ils et elles soient arrêtés à la suite de manifestations et actions
politiques, ou simples cibles de la répression quotidienne de la police
française à l'encontre des classes populaires et des immigré-e-s. C'est
pourquoi nous appelons à un rassemblement public de soutien lors du procès
des trois inculpés dijonnais du 20 novembre 2007, accusés de tags lors
d'une manifestation intersyndicale et étudiante contre la LRU et la
réforme des retraites.

1. Lors du mouvement social de novembre, les assemblées populaires ont
permis à travers des discussions et repas partagés, d'échanger sur les
objectifs et actions des divers secteurs en lutte et de développer des
liens et entraides entre étudiant-e-s, lycéen-ne-s, cheminots, profs,
chômeur-euse-s et travailleur-euse-s syndiquées ou non, soutiens aux
sans-papiers...

Collectif de Solidarité aux Inculpé-e-s 21
soliinculpee21@riseup.net

Lire la suite

Après Louis, Lazare est mort. "Maudite soit la guerre"

14 Mars 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

undefined

Lazare Ponticelli 

Dès le début de la Première Guerre mondiale, en trichant sur son âge, il s'engagea dans le premier régiment de marche de la Légion étrangère, de Sidi-Bel-Abbès, où il retrouva d'ailleurs l'un de ses frères, et fut envoyé sur le front à Soissons.

En mai 1915, il se trouve près de Verdun, lorsqu'il est démobilisé. En effet, avec l'entrée en guerre de l'Italie, il doit rejoindre l'armée italienne. Refusant de quitter l'uniforme français, c'est accompagné de deux gendarmes qu'il est amené à Turin. Il est enrôlé dans le 3e régiment de chasseurs alpins, les Alpini, et combat les Autrichiens dans le Tyrol.

Il connaît alors les fraternisations entre troupes autrichiennes et italiennes(beaucoup d'Alpini du Tyrol italien parlent l'allemand). Sa compagnie est alors sanctionnée par l'État-major et envoyée dans une zone de combats plus rude, à Monte Cucco. aujourd'hui en Slovénie. En charge d'une mitrailleuse, il sera blessé sérieusement à la joue par un éclat d'obus lors d'une sanglante offensive italienne contre les positions ennemies. Il est opéré sur place à vif et envoyé en convalescence à Naples. Il retourne au front en 1918 à Monte Grappa où il est confronté aux attaques au gaz, tuant des centaines de ses camarades :

« Des hommes, touchés par les gaz, gonflaient et mouraient par paquets. Ceux qui arrivaient derrière étaient obligés de leur marcher dessus. Les corps éclataient comme des ballons... »

C'est là qu'il apprend la signature de l'armistice.

Source: wikipedia.org

 

Louis de Cazenave témoigne :

« Je me rappelle du village de Jouy, on disait : Le général Mangin a joui à Jouy avant le Chemin des Dames. »

« C'était un mauvais coin ça bagarrait tout le temps. J'ai vu des centaines de tués, moi je n'ai rien eu du tout. »[]

« Il faut avoir entendu les blessés entre les lignes. Ils appelaient leur mère, suppliaient qu'on les achève. C'était une chose horrible. Les Allemands on les retrouvait quand on allait chercher de l'eau au puits. On discutait. Ils étaient comme nous, ils en avaient assez. »

Il a le souvenir de veiller dans les tranchées nuit et jour et il n'a pas oublié la chanson de Craonne. Durant l'année 1917, il raconte :

« Nous avions fraternisé mais quand c'est arrivé aux oreilles de l'État-major, il a ordonné une attaque. »[

 

Source: wikipedia.org

Lire la suite

collectif des précaires de Franche-Comté

28 Février 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

à diffuser largement à vos listes et dans vos réseaux
Merci
Le collectif des précaires de Franche-Comté
organise une Assemblée Générale
 
Le Vendredi 7 Mars 2008 à 18H30
à la Faculté des Lettres de Besançon
(Amphi Donzelot)

Précaires de tous poils : intermittents, intérimaires, CDD, CNE, RMI, CES, CAV, CAE, RMA, CEC, saisonniers, apprentis, sans droits, etc. vous vous sentez concernés?
REJOIGNEZ-NOUS!
* * *
PS: Ce vendredi 29 mars nous nous retrouvons dans les locaux d'AC (2, rue Victor Hugo à Besançon) à 18H30 pour partager le travail d'information et de diffusion. Les bras et pots de colle sont les bienvenus.


***
Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations du collectif des précaires, envoyez nous un mail:

precairesfc@yahoo.fr

***
http://precaires.fc.free.fr

Réunion d'information
tous les vendredis soirs à partir de 18H30

dans les locaux d'AC au 2 de la rue Victor Hugo à Besançon.
Lire la suite

L'impasse électorale et le projet anarchiste

25 Février 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

 
L'impasse électorale et le projet anarchiste
 

Le mythe du droit de vote comme une liberté chèrement conquise au fil des siècles doit être combattu, car la réalité est presque inverse. Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui, lassés des politiques antisociales mises en oeuvre par les gouvernements successifs, n'ont plus l'espoir d'un quelconque changement par le vote. Pourtant, le discours citoyenniste qui souligne l'importance du vote en tant que "devoir civique", conduit invariablement à mener le peuple aux urnes afin qu'il réaffirme sa soumission électorale.

La délégation de pouvoir propre à la démocratie parlementaire revient à admettre des chefs, accepter la soumission et oublier que personne n'est mieux placé que nous pour gérer notre propre vie. C'est pourquoi les anarchistes ne se présentent pas à ces élections et vous invitent régulièrement à les boycotter. Le passé récent l'a bien montré : les élections présidentielles en 2002, suivies de la victoire de la gauche aux régionales de 2004 et le "non" au référendum de 2005 n'ont en rien modifié l'état des rapports de forces sociaux. Le Patronat et l'Etat se soucient bien peu du résultat de ces échéances. En revanche ils s'inquiètent du score de l'abstention, significative à leurs yeux d'une population incontrôlable. Les anarchistes ont mieux à proposer : la construction d'une société où nous pourrons tous agir pour prendre en main collectivement notre avenir. Il nous faut repenser notre organisation sociale et rapprocher les prises de décision des individus concernés, en prenant en compte la décroissance. Les anarchistes défendent l'idée d'une représentation des travailleurs et des citoyens basée sur la démocratie directe, mise en place par le fédéralisme autogestionnaire et le principe du mandatement impératif et révocable. C'est le seul moyen de se réapproprier notre propre existence, la meilleure façon de remettre à l'endroit un système qui bénéficie aujour'dhui à une minorité de la caste capitaliste et étatique, au détriment de la majorité de la population et des travailleurs. Plutôt qu'élire, il nous faut donc plus que jamais agir.

24/02/2008 20H15 PARIS 17ème

Source indymédia Paris île-de-France

Lire la suite

Condamnation de Romain pour outrage.

18 Février 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Condamnation de Romain pour outrage.
La justice complice du pouvoir !

 

(JPG)

Le jeudi 14 février, notre camarade Romain Dunand, animateur dans le Jura, a été condamné à une amende de 800 euros.

La justice est allée plus loin que les exigences du procureur qui accusait Romain d’outrage et qui demandait 750 euros.

Romain, au nom du RESF et de la CNT interco du Jura, avait écrit un courriel dans lequel il comparait la politique migratoire de M. Sarkozy à la politique de discrimination raciale opérée par le gouvernement de Vichy.

Il s’agissait de soutenir un syndicaliste poursuivi pour s’être mobilisé en soutien aux sans-papiers et qui a été relaxé.

Comment est-il possible de condamner une telle pensée à l’heure où la traque s’intensifie, où les objectifs chiffrés sont martelés, où les foyers de travailleurs sont saccagés par les forces de police, où les sans-papiers sont enfermés dans des camps de rétention, où les réseaux mafieux s’abattent avec encore plus de violence sur des populations condamnées à l’illégalité, où les expulsions ont pour conséquences la misère, voire même la mort à l’arrivée ... ?

La justice estime que ses décisions n’ont pas à être commentées dans une démocratie. Mais qu’en est-il lorsqu’elle se rend complice d’un pouvoir qui cherche à baillonner toute critique ?

La criminalisation des luttes sociales ne suffisait plus, il faut maintenant interdire la critique, si elle ne prend pas les formes voulue par Sarkozy.

Cette condamnation prouve par l’absurde combien est fondée notre résolution à défendre les dernières libertés qui nous restent -à commencer par la liberté d’exprimer notre solidarité active avec les victimes de la politique de l’Etat.

La CNT-FTE dénonce la condamnation de notre camarade.

Elle réaffirme, à cette occasion, l’exigence d’une régularisation de tous les sans-papiers.

CNT-FTE

 

Publié le 15 février 2008, par Secrétariat fédéral.
Lire la suite

Travailleurs étrangers

12 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Source : Le Quotidien de la formation n° 757, 07/11/2007 (Centre Inffo)

 

Les huit syndicats de l’ANPE dénoncent unanimement un décret concernant les travailleurs étrangers

 

7 novembre 2007, par GR

 

Les syndicats de l’ANPE ont unanimement demandé l’abrogation d’un décret imposant la transmission systématique à la préfecture d’une copie des pièces d’identité des demandeurs d’emploi étrangers, ont-ils expliqué dans un communiqué transmis vendredi 2 novembre à l’AFP.

 

Les huit organisations syndicales de l’ANPE ont condamné une « mesure qui stigmatise tous les travailleurs étrangers considérés a priori comme suspects de fraude » ; « nous ne serons pas complices de telles ignominies, contraires à la Constitution et à nos valeurs républicaines », ont-ils martelé. Les syndicats exigent "l’abrogation immédiate du décret du 11 mai 2007"

 

En réponse, le directeur général de l’ANPE Christian Charpy « a répondu que c’était une loi et un décret, donc pas illégal et qu’il attendait de nouvelles consignes ministérielles, vu les difficultés que cela impliquait dans la mise en œuvre du décret », a rapporté à l’AFP Régis Dauxois, secrétaire général FO de l’ANPE.

 

Lire la suite

Qui célèbre la guerre, prépare la suivante

7 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

QUI CELEBRE LA GUERRE, PREPARE LA SUIVANTE !

 

Le 11 novembre, nous serons conviés à célébrer le souvenir de la grande boucherie de 14-18. Un million et demi de morts, trois millions et demi de blessés et mutilés (rien que pour la france)seront mis en avant par l?État pour glorifier patriotisme, nationalisme, esprit de soumission, de sacrifice et culte de la charogne. Derrière les trémolos des discours officiels, il s?agira de faire croire que ces foutaises sont des valeurs positives et glorieuses alors que ceux qui meurent actuellement en Irak pour le pétrole ne sont que les descendants de ceux qui sont morts jusqu?en 1918 pour les Krupp, Schneider, de Wendel?

 

 

Militarisme de gauche ou de droite : on ne marche pas !

 

 

Cette commémoration patriotico-virilo-sexiste s?inscrit dans un cadre français et international particulièrement inquiétant ou gauche et droite ne se distinguent guère.

 

 

En france, le budget militaire est toujours le deuxième de l?État et celui-ci s?est engagé dans un important programme de missiles nucléaires (M 51) destinés à mener des attaques préventives. Le plan Vichy Pirate (qui est un état d?exception déguisé) est en place depuis plus de 10 ans dans l?indifférence générale. On reparle d?un service « civique » obligatoire pour réapprendre la patrie à la jeunesse.

 

 

L?armée se prépare depuis longtemps à intervenir dans les banlieues, les manifestants se heurtent systématiquement à la gendarmerie mobile. Lles outils de surveillance et d?intervention militaire se banalisent dans le maintien de l?ordre social et politique (drones de surveillance). L?armée racole ouvertement dans les établissements scolaires, les gares, les banlieues.

 

 

Internationalement la Rance est toujours un des plus gros marchands d?armes du monde. Sarkozy propose et vend du nucléaire civil (Maroc) comme militaire (Allemagne). L?armée rançaise intervient de plus en plus ouvertement en Afghanistan aux côtés du cher allié américain. Le retour dans l?OTAN est programmé (traité conçu et dirigé par les USA). Les mercenaires, services spéciaux et militaires français interviennent partout en Afrique. Les USA quant à eux, relancent sciemment la course aux armements nucléaires entre eux et la Russie tandis qu?ils continuent à massacrer le peuple irakien.

 

 

Ni bleue, ni blanche, ni rouge, à bas toutes les armées .

Pour les libertaires, il ne peut pas y avoir de compromis avec les massacreurs du passé, du présent et du futur qui ont noms État, Capitalisme, Armées. Nous refusons toutes les logiques guerrières, la barbarie militariste, le bourrage de crâne patriotique et affirmons haut et fort notre antimilitarisme, notre solidarité avec les victimes du colonialisme et de l?impérialisme, les déserteurs et les insoumis de tous poils et toutes nationalités.

 

 

 

 

Lire la suite

Marie-Antoinette

5 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

En 1789 Marie-Antoinette aurait demandé l'origine des troubles révolutionnaires. On lui aurait dit que les gens manquaient de pain. À quoi elle aurait répondu : « s'ils n'ont plus de pain, qu'ils mangent de la brioche ! »

 

Christine Lagarde, la ministre de l'économie et des finances dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France, avouait n’avoir d'autres remèdes à proposer aux Français  que de faire de la marche à pied, du vélo ou de recourir au covoiturage pour atténuer  les conséquences de la hausse jugée durable du prix du pétrole.

 A l’une l’échafaud et à l’autre : notre mépris 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>