Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

communiques

Communiqué de la F A

5 Janvier 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

La Fédération anarchiste soutien l'appel du ministère de la régularisation globale de tous les sans-papiers à une manifestation à Paris le 9 janvier et elle sera présente pour dénoncer l'exploitation dont sont victimes les sans-papiers.

Sarkozy et Besson mentent sur la situation des sans-papiers : ils
mènent une politique purement arbitraire, vouée à plaire à l'électorat
xénophobe. Cet arbitraire régularise certains et condamne d'autres. Cette politique a réinventé les camps de la honte, elle a aussi fait des morts.

Soyons raisonnables : revendiquons l'abolition des frontières et la libre circulation des êtres humains.

Fédération anarchiste

Lire la suite

Répression sanglante dans l'Amazonie péruvienne

8 Juin 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Répression sanglante dans l'Amazonie péruvienne

 

Le 15 mai, Alberto Pizango, président de l'AIDESP (Association interethnique de développement de la forêt péruvienne) regroupant 1350 communautés, 65 groupes ethniques, 600 000 personnes, déclare que les communautés indiennes se déclarent en état d'insurrection face aux projets miniers ou pétroliers dans le Nord-Est du Pérou : Cet état d'insurrection signifie que nos lois ancestrales ont désormais force de loi et que nous considérons comme une agression l'entrée d'une quelconque force sur nos territoires. La solution passe par une abrogation des décrets  qui assouplissent le cadre de l'exploitation minière, pétrolière, forestière ou de l'eau, par des entreprises multinationales sur des terres que les indigènes considèrent comme ancestrales.

 

Le 4 juin, Alberto Pizango appelle à faire du 11 juin une journée de mobilisation générale des populations autochtones pour protester contre le report de la discussion au Congrès sur l'abrogation des décrets encourageant les entreprises étrangères à investir dans les zones habitées par les autochtones.

 

Le 5 juin, à 5 heures du matin, par terre et par air avec des hélicoptères, en utilisant des gaz lacrimogènes et des balles réelles, l'armée et la police dégagent la route « La cuerva del diablo » occupée par les autochtones. Les désordres se sont étendus à la ville de Bagua, où les manifestants ont mis le feu à tous les les locaux officiels qu'ils rencontraient. Les blessés sont très nombreux, les hôpitaux sont débordés, et on dénombre près de 40 morts (25 amérindiens, 9 policiers, 2 journalistes). Les corps des amérindiens tués sont brûlés par les policiers de la DIROES (Direction des opérations spéciales) et jetés dans la rivière Marañon.

 

Après une première manifestation vendredi soir dans les rues de Lima, de Arequipa, et d'autres villes, les différents secteurs sociaux, associatifs, politiques se mobilisent.
Comme l'avait déjà annoncé Alberto Pizango (en fuite et recherché par la police), un ensemble d'organisations sociales et politiques dont la CGTP ont annoncé que le 11 juin serait une journée de mobilisation générale dans le pays pour exiger l'abrogation des décrets pris par le gouvernement. 

 

Communiqué de la CNR (Coordination nationale de 80 radios)  6 juin 2009 (extraits)

Le Pérou vit des heures tragiques depuis hier 5 juin à l'aube. Des dizaines de péruviens ont perdu la vie ces dernières heures, résultat des affrontements qui ont répondu à la violente opération, menée par les forces conjuguées de la, police et de l'armée, pour dégager la route au « Tournant du diable », près de Bagua, province d 'Amazonias.

Pendant des siècles les intérêts privés, étrangers et nationaux, ont primé sur les droits et les libertés des habitants d'origine de l’Amazonie. Aujourd'hui la spoliation et le mépris envers nos communautés continuent.

Le gouvernement d'Alan García, élu en 2006 pour changer de modèle économique, a trahi la volonté populaire en accentuant les politiques néolibérales et en violant la Constitution et les accords internationaux. En juin 2008, le Congrès, dans le cadre des accords TLC (Traité de libre commerce) avec les Etats-Unis, le gouvernement a promulgué un ensemble de décrets s'attaquant aux droits des communautés indigènes de l'Amazonie. Le conflit s'est encore aggravé ces deux derniers mois, car le gouvernement a mené diverses manœuvres dilatoires en essayant de briser l'unité des organisations amazoniennes et en ajournant les débats au Congrès, après l'avis de la Commission de la Constitution, favorable à l'abrogation des décrets. La dernière mesure est la violente intervention à Bagua, entraînant une tragédie encore en cours.

 

Coordination générale CAOI (Coordination andine des organisations indigènes) Lima 5 juin

Le gouvernement apriste d'Alan García Pérez a déclenché ce matin une répression sanglante dans l'Amazonie péruvienne. Une fois de plus, on cherche à imposer la mort sur la vie, le massacre sur le dialogue. C'est la réponse dictatoriale après 56 jours de lutte pacifique des autochtones et de pseudo dialogues et négociations, qui se termine par les balles de toujours, les mêmes depuis plus de 500 années d'oppression. Aujourd'hui plus que jamais, il est urgent de mettre en oeuvre les accords de la quatrième rencontre continentale des peuples et nationalités indigènes de l'Abya Yala (qui s'est déroulée à Puno, au Pérou, du 27 au 31 mai) et de rendre effective notre solidarité avec les peuples de l'Amazonie péruvienne, par des rassemblement devant les ambassades du Pérou, dans chaque pays, chaque jour, jusqu'à ce que s'arrête le bain de sang et que soient abrogés les décrets-lois du TLC avec les États-Unis. Et poursuivre en justice Alan García Pérez et son gouvernement, pour sa soumission et la répression qu'il a déclenchée. Cela s'est produit quelques heures après que le Congrès de la République, dans un acte de pure provocation, a décidé de reporter une fois de plus l'examen de l'abrogation des décrets-lois pro-TLC qui facilitent l'invasion des territoires indigènes, pendant que l'exécutif envoyait en grand nombre de nouveaux contingents de la police en Amazonie. Nous appelons les organisations autochtones, les mouvements sociaux et les organisations des droits humains dans le monde entier à prendre des mesures concrètes : envois de lettres au gouvernement péruvien, au Rapporteur spécial de l'Organisation des Nations unies pour les peuples autochtones, à Amnesty International, à Survival International, au Prix Nobel de la paix, à la Commission interaméricaine des droits de l'homme, à l'Organisation internationale du travail (convention OIT 169), pour qu'ils envoient immédiatement des missions au Pérou, afin de mettre fin à cette violence et que soit respecté les droits des autochtones. Les Nations unies doivent agir fermement, en se joignant à la demande soulevée par la présidente de l'Instance permanente sur les questions autochtones, Victoria Tauli, de lever l'état d'urgence, de ne pas utiliser la répression et de respecter les règles internationales garantissant l'exercice des droits des autochtones. Assez de répression ! Abrogation immédiate des décrets-lois anti-autochtones du TLC !

 

 

Solidarité internationale anarchiste

Les anarchistes péruviens de l'Unión Socialista Libertaria appellent à la solidarité internationale avec les peuples originaires et amazoniens du Pérou dans leur lutte en défense de leurs terres et culture ancestrale. Celle-ci est atteinte et menacée par le gouvernement péruvien en alliance avec l'impérialisme, les multinationales et la droite (principalement l'APRA, l'Union nationales et le fujimorisme), à travers des décrets législatifs inconstitutionnels et violateurs, dans le cadre de la signature du Traité de libre commerce avec les Etats-Unis.

Ils appellent leurs camarades à cosigner cet appel et à le relayer dans tous les espaces de diffusion possible listes e-mail, journaux, revues, bulletins, communiqués, affiches, forum, action publiques, culturelles, politiques... Pour cela, nous appelons les camarades libertaires à organiser, en relation avec d'autres secteurs proches et en lutte, des mobilisations et des rassemblements devant les ambassades du Pérou dans chaque pays, pour dénoncer les actions de l'Etat et des multinationales dans notre pays.

Nous en appelons à la solidarité qui nous caractérise comme révolutionnaires libertaires pour faire cause commune, pour nos frères amérindiens et pour leur faire savoir qu'ils ne sont pas seuls, que leurs luttes sont les nôtres, jusqu'à parvenir à la véritable société de pleine liberté, autonomie, progrès humain, sans exploités ni exploiteurs.

Premiers signataires : Unión Socialista Libertaria (Lima - Perú), Red
Libertaria Popular Mateo Kramer (Colombia), Journal Barrikada (Uruguay),
Convergencia Anarquista Específica (Chile), Corriente Acción Libertaria (Chile)

Lire la suite

Communiqué de la Fédération anarchiste

15 Mai 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués


Arrestations de 74 travailleurs en lutte : l’Etat révèle sa vraie nature !

 

 

La Fédération anarchiste condamne la répression dont ont été victimes jeudi 14 mai 2009 74 gaziers en lutte contre toutes les régressions sociales qu’ils subissent depuis que l’ouverture à la concurrence est entrée en application dans le secteur professionnel de l’énergie. Ajoutée à la détention inique de Julien Coupat, à l’adoption du décret dit « anti-cagoule », aux récentes exactions policières de Strasbourg et au recours quasi-quotidien aux forces dites «  de l’ordre » pour protéger le vol que constitue la propriété privée des moyens de production, elle conforte  les anarchistes dans leur conviction que l’Etat ne saurait donner plus longtemps le change : il va désormais jouer pleinement son rôle de chien de garde du Capital, et il va le faire toujours plus brutalement.

La seule violence qui s’exerce actuellement et en France dans le monde n'est pas le fait des salariés; c’est celle de la barbarie capitaliste, celle de la mise en concurrence des travailleurs entre eux pour les faire vivre sous le régime du moins-disant, celle qui consiste à instrumentaliser les organisations syndicales pour en faire les auxiliaires serviles du patronat, celle qui précarise toujours davantage la jeunesse et qui culpabilise les chômeurs, celle qui détruit les services publics de l’hôpital, de l’école, pour en faire de nouveaux gisements de super-profits, c’est cette violence qu’ont le courage de combattre les 74 interpellés, quelques dégradations matérielles ne sont rien comparées à cela.

La Fédération anarchiste exige qu’aucune poursuite ne soit entamée à l’occasion de cette action, et que cessent toutes celles actuellement en cours contre les militants investis dans les luttes, depuis les sans-papiers jusqu’aux étudiants en passant par les salariés ; elle réaffirme que seule l’organisation du mouvement social par et pour lui-même est apte à aboutir à la création d’un rapport de forces enfin favorable à ceux qui de leur vie entière n’ont connu qu’une longue crise.

 

Fédération anarchiste

 

Contact sur Besançon

Groupe Proudhon de la F.A. c/o CESL, BP 121, 25014 Besançon Cedex

E-mail : groupe-proudhon@federation-anarchiste.org


Ou à la librairie l’Autodidacte

5, rue Marulaz à Besançon

(Le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00)


Site Web
 : http://lautodidacte.org

 

Lire la suite

LES SÉQUESTRER, OU BIEN SE PASSER D’EUX ?

27 Avril 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

LES SÉQUESTRER, OU BIEN SE PASSER D’EUX ?

"Oui, il y a une forte colère qui s’exprime dans notre pays, oui, il y a un risque révolutionnaire en France". Ces mots auraient pu être prononcés en 1788 par un ministre de Louis XVI, ou en 1870 par Michel Bakounine, mais ils sont on ne peut plus actuels, en effet leur auteur n’est autre que De Villepin, qui s’y connaît en matière de fraternité avec les classes laborieuses, puisqu’il avait voulu refiler le CPE à la jeunesse de ce pays. Ceci dit, comme observateur de la vie sociale, il ne fait qu’enfoncer des portes ouvertes, car la réalité est bien pire que ce que veulent bien nous laisser croire les grands médias : ça pète de partout. Ce sont plus de mille conflits sociaux qui se déroulent actuellement en France, soit des dizaines de milliers de travailleurs du privé comme du public ; on connaît les plus emblématiques : SBFM à Caudan, Continental à Clairois, Molex, 3M, Sony, Heuliez, Caterpillar à Grenoble ; on sait que les constructeurs automobiles et leurs sous-traitants sont au cœur de la tourmente, et que les fonds publics ne servent qu’à préparer une productivité toujours croissante, alors que dans le même temps on prépare psychologiquement tous les chômeurs, les lourdés et ceux qui ne le sont pas encore à devoir accepter des baisses de rémunération de 30%, on les amène en douceur à se faire à l’idée de devenir auto-entrepreneur, c’est-à-dire une forme actualisée de la condition de journalier.

Dans ces conditions, on comprend que les crispations deviennent la règle, que revienne le temps joyeux des séquestrations de dirigeants d’entreprise, des occupations, voire même des saccages de sous-préfectures, la Fédération anarchiste y voit des actions de légitimes défense : ceux qui sont violents, ce ne sont pas les ouvriers de Caterpillar qui bloquent leur taule, mais bien ceux qui foutent sur le carreau plus de 700 d’entre eux.

Au demeurant, si la situation actuelle a une vertu pédagogique, c’est bien de montrer quel rôle joue l’Etat dans la vie sociale : ce sont des jugements en faveur des patrons, des promesses de répression (décret anti-cagoule en manif, Sarko nous veut transparents et dociles) ; tous ceux qui pensent que l’Etat est un gentil régulateur des conflits sociaux habité par un fort sentiment d’équité en sont pour leurs frais, les cognes frappent sans discernement. Gageons que la brutalité policière de Strasbourg pendant le sommet de l’Otan n’est qu’un faible aperçu de ce qui peut nous tomber dessus…

Face à la barbarie du Capital et au comportement autoritaire- le masque tombe- de l’Etat, les forces politiques parlementaristes offrent un spectacle pitoyable : c’est un PS, à l’instar de la CFDT, qui a pour toute ambition de rechercher les meilleurs reclassements possibles et qui pas un instant ne remet en cause la pertinence des licenciements, pas plus qu’il ne se rappelle qu’il a pu avoir été opposé à la propriété privée des moyens de production. Plus à gauche, que font le PCF, le Parti de Gauche, le NPA, LO, le POI, en demandant l’interdiction des licenciements, si ce n’est demander de bons patrons pour la classe ouvrière, qui accepteraient d’abandonner quelques miettes pour que tout continue comme avant, l’Etat représentant pour eux le nec plus ultra en matière d’employeur !

De leur côté, les hiérarchies syndicales ont accouché pour toute réponse à la gravité de la situation d’un « premier mai offensif » , le patronat tremble dans ses escarpins et le pouvoir fait dans son froc ! A qui fera-t-on croire à l’efficacité d’une telle sornette ?

Nous sommes à un tournant de l’histoire : le capitalisme montre désormais clairement qu’il est une machine à fabriquer la misère, l’exploitation, l’aliénation, mais il réussit encore à faire croire qu’il est le seul système possible… Et pourtant, des lieux de production qui fonctionnent sans patron, sur le mode de la gestion directe, comme en Espagne en 1936, ou plus récemment en Argentine, ne peuvent pas faire pire que ce qui se fait actuellement ! Et pourtant, débarrassés des parasites qui prélèvent les profits, et de la pieuvre qui prélève les taxes pour entretenir les flics et l’armée, ceux qui n’ont rien pourraient vivre décemment, mettre sur pied des services publics gratuits et des solidarités égalitaires !

Bien évidemment, les puissants de ce monde ne se laisseront pas déposséder sans réagir de l’immensité de leur richesse, et seul un mouvement social généralisé, expropriateur, gestionnaire et international est à même de faire bouger les choses, alors, si au lieu de séquestrer les patrons, on les foutait à la porte ?

Fédération anarchiste

Le 22 avril 2009

Lire la suite

Bombardons l'OTAN !!

3 Mars 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués



BOMBARDONS L'OTAN !!

La fabrication et le transport d'explosifs ça coûte cher... On a besoin de votre soutien !


Les révoltes qui secouent actuellement l'Europe et le reste du monde sont une réaction à la situation économique et sociale globale qui s'aggrave à un rythme exponentiel. L’appauvrissement des ressources occasionne également de nombreux conflits. Le FMI a ainsi demandé aux pays de se préparer à faire face à de nombreuses insurrections en raison de la récession généralisée, insistant sur l'importance de pouvoir contrôler ces résistances pour assurer la sécurité du capitalisme.
A l'heure actuelle, l'OTAN semble vouloir se placer comme force armée au service d'une sécurité globale, fusionnant sécurité intérieure et extérieure, ce qui implique une vision militaire de la gestion de tout type de crises. Dans les faits, nous savons que se sont uniquement leurs propres intérêts qu'ils tentent de protéger et d'élargir…
 
Les 3 et 4 avril les représentantEs des pays membres de L'OTAN se réuniront de nouveau pour fêter certes leurs 60 ans de domination, mais surtout afin de mettre au point leur nouveau plan de « défense des libertés» et selon les termes de leurs généraux : « une grande stratégie pour un monde incertain ».
Du 1er au 5 avril 2009 nous serons donc présentEs à Strasbourg et nous nous opposerons à leur « mondialisation par la force » de par la créativité de nos actions résistantes : actions directes, blocages, désobéissances civiles, rencontres, village autogéré, centres de convergence, arts autonomes,…

Lire la suite

GUADELOUPE, MARTINIQUE, REUNION, GUYANE, ILS OSENT !

18 Février 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués


GUADELOUPE, MARTINIQUE, REUNION, GUYANE, ILS OSENT !

Depuis désormais un mois en Guadeloupe, les plus démunis redressent la tête et osent braver les potentats locaux, héritiers racistes de ceux qui bâtirent leur fortune sur l’esclavagisme, et qui maintiennent l’économie de l’île dans un oligopole au rendement plus que confortable en contrôlant la distribution de vivres par le biais de grandes enseignes nationales d’hypermarchés et l’approvisionnement en pétrole par le biais d’une filiale de Total : La SARA. Depuis désormais un mois, les plus démunis osent revendiquer des augmentations de salaire, sortir d’un magasin sans payer, manifester quotidiennement, braver les forces dites « de l’ordre ». Dès lors, la Martinique l’a rejointe dans le mouvement, et ce sont maintenant la Réunion et la Guyane qui sont en passe d’entrer en action.

La Fédération anarchiste apporte son entier soutien à tous ceux qui refusent la mise en coupe réglée du fruit de leur travail, la vie chère, la privatisation du littoral par les riches, le mirage de l’économie touristique, l’empoisonnement par les pesticides employés dans les exploitations bananières, en un mot l’injustice sociale, et condamne l’intervention brutale de la police pour réprimer leur légitime recours à la grève générale.

La Fédération anarchiste se reconnaît dans les revendications et prises de position du Manifeste pour les « produits » de haute nécessité (1), notamment dans son affirmation que la « très haute nécessité est [...] de s’inscrire dans une contestation radicale du capitalisme contemporain qui n’est pas une perversion mais bien la plénitude hystérique d’un dogme. » et que « Ce mouvement se doit donc de fleurir en vision politique, laquelle devrait ouvrir à une force politique de renouvellement et de projection apte à nous faire accéder à la responsabilité de nous-mêmes par nous-mêmes et au pouvoir de nous-mêmes sur nous-mêmes. »

Par leur détermination et leur dignité, les grévistes de Guadeloupe, de Martinique, de la Réunion et de Guyane montent que le capitalisme n’est pas un horizon indépassable, qu’il peut être battu en brèche à condition d’être organisé.

Fédération anarchiste, le 16 février 2009.

(1) auteurs : Ernest BRELEUR, Patrick CHAMOISEAU, Serge DOMI, Gérard DELVER, Edouard GLISSANT, Guillaume PIGEARD DE GURBERT, Olivier PORTECOP, Olivier PULVAR, Jean-Claude WILLIAM

Lire la suite

Réseau "Sortir du nucléaire"

1 Février 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués



Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations


Communiqué de presse du vendredi 30 janvier 2009
Contact presse : 06.64.100.333

Nucléaire : annonce d'un nouvel EPR

Réunit ce week-end en Assemblée générale à La Rochelle,
le Réseau "Sortir du nucléaire organise la résistance citoyenne.


L'Elysée a annoncé le 29 janvier au soir la construction en France d'un nouveau réacteur EPR, à Penly (Seine-Maritime).

Le Réseau "Sortir du nucléaire" se réunit en Assemblée générale nationale dès ce week-end à La Rochelle (17) et va à cette occasion organiser la résistance citoyenne.
 
En attendant, le Réseau "Sortir du nucléaire" conteste les affirmations de M Gadonneix (PDG d'EDF) qui prétend que la construction de ce réacteur serait "une bonne nouvelle pour l'emploi". La réalité est en fait exactement inverse : des études montrent que, pour un investissement égal, les économies d'énergie et les énergies renouvelables créent jusqu'à 15 fois plus d'emplois que le nucléaire (*).
 
D'ailleurs, après avoir longtemps soutenu le nucléaire, le puissant syndicat allemand IG Metall vient de fustiger une "technologie vieillissante et arriérée" par la voix d'un de ses dirigeants, Hartmut Meine, qui a pris la parole dans le cadre d'une manifestation contre les transports de déchets radioactifs le 9 novembre dernier. Cette conversion s'explique sans peine : en quelques années, les énergies renouvelables ont créé 250 000 emplois en Allemagne, chiffre en augmentation continuelle. A titre de comparaison, après 50 ans d'investissements massifs, le nucléaire emploie moins de 100 000 personnes en France.
 
Le projet de construire de nouveaux EPR n'est donc pas seulement irresponsable sur le plan environnemental, il est aussi absurde sur le plan économique. Plus que jamais, la "France nucléaire" fait fausse route : il y a quelques jours à peine le 26 janvier, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) a été officiellement créée par cinquante pays, notamment l'Allemagne, l'Espagne et le Danemark, qui se sont engagés de longue date en faveur des énergies vertes. La France, elle, a tout tenté d'empêcher la naissance de cette organisation et n'y participe que du bout des pieds.
 
Il faut dire que la construction d'un nouvel EPR empêchera la France de respecter son engagement européen de 20% d'énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergie en 2020. Qui plus est, la vague de froid de cet hiver a démontré que la France manquait de moyens de production "de pointe" : elle ne doit donc surtout pas ajouter de nucléaire (qui produit "en base").
 
Face à ce nouveau coup de force, le Réseau "Sortir du nucléaire" annonce d'ores et déjà qu'il attaquera en justice les autorisations de construction du nouvel EPR annoncé à Penly (Seine-Maritime).

Les incroyables déboires rencontrés par EDF et Areva, respectivement sur les chantiers des EPR de Finlande et de Flamanville, devraient suffire à écarter tout nouveau projet d'EPR.

Le nucléaire est une industrie du siècle passé, dangereuse et archaïque, chère et polluante. L'avenir est aux économies d'énergie et au développement des énergies propres et renouvelables.
 
(*) Cf Etude "Un courant alternatif pour le Grand-Ouest", avril 2006. Voir
ici

Contacts presse : 06.64.100.333

 

Lire la suite

Asile politique pour Cesare Battisti

15 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

AFP/Archives/Evaristo Sa

Cesare Battisti à son arrivée le 19 mars 2007

 à l'aéroport de Brasilia en provenance de Rio



13 JANVIER 2009 : LE BRESIL ACCORDE L'ASILE POLITIQUE A CESARE BATTISTI

http://www.vialibre5.com/index.htm



ON A GAGNÉ !!!!
Croyez-le ou non, mais oui c’est vrai ! Après 4 ans et onze mois de combat
incessant, nous avons réussi : Cesare, le 13 janvier 2009, vient d’être déclaré
Réfugié politique par le ministre de la justice brésilien Tarso Genro !!!
Tous, je vous remercie. Tous “juntos”, (comme disent les Brésiliens :
 “ensemble”), nous avons gagné cette cause que l’on craignait perdue.
A vous tous !!!
 Chaleureusement,
Fred (Vargas)

Lire la suite

Un petit problème informatique...

21 Décembre 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Un petit problème informatique et plus de blog, plus d'info,
plus de message, plus de renseignement...
Alors ils nous faut réapprendre à regarder les affiches en ville, à parler aux voisins,
nos collègues, à visiter les lieux alternatifs, à passer voir nos syndicats et que sais je encore
A bientôt donc...

Lire la suite

Condamnation minorée, mais condamnation confirmée pour Romain

27 Novembre 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Face à la justice de classe, la solidarité est notre arme !*

Condamnation minorée, mais condamnation confirmée. Romain Dunand, militant RESF du Jura et syndicaliste de la CNT a été condamné en appel, mercredi 26 novembre à 800 euros d’amende dont 600 euros avec sursis. Il avait été condamné en première instance, le 14 février 2008, à 800 euros ferme pour un message électronique envoyé le 19 décembre 2006 en protestation contre l’arrestation d’un militant RESF, Florimond Guimard, message dans lequel il comparait la politique du ministre de l’Intérieur de l’époque (Sarkozy)
à celle de Vichy.

*Nous dénonçons avec fermeté cette condamnation, et tenons à remercier ici
tous les soutiens de Romain. C’est en effet, et avant tout, une large
mobilisation de solidarité qui a permis de faire reculer la «justice» et
d’infléchir la peine.*

Ce qui a été condamné, c’est un message de solidarité : une protestation
parmi d’autres auprès du ministère de l’Intérieur au moment de la garde à
vue de Florimond Guimard suite à une manifestation anti-expulsion.
Florimond avait par la suite été relaxé de l’accusation farfelue de
violence ; quant à la vraie violence, celle de la terreur des rafles et
des expulsions massives, elle reste un combat quotidien.

*Les mots d’ordre sont plus que jamais :*
 *Fermeture des camps de rétention !*
 *Régularisation de tou(te)s les sans-papiers !*

Ce qui a été condamné, c’est une référence historique, confirmant la
jurisprudence : faire allusion au régime de Vichy en interpellant un homme
d’État sur la politique qu’il mène effectivement constitue bel et bien un
délit. La xénophobie d’État actuelle et les grands moyens légaux,
administratifs, policiers  mis en oeuvre... Chut ! Outrage.

Ce qui a été condamné, c’est un engagement militant : quand ce n’est pas
l’État qui s’en prend à la liberté d’expression, c’est le patronat qui
sanctionne durement d’autres camarades, pour fait de grève par exemple à
la Poste ou ailleurs.

*Face à la répression syndicale et sociale,*
 *la solidarité ne se divise pas !*
*La solidarité est notre arme !*


CNT-FTE, 26 novembre 2008.

<http://www.cnt-f.org/fte/>

--
CNT INTERCO JURA
BP39, 39260 Moirans-en-Montagne
Tél/fax 03 84 73 06 12
<cnt-jura@cnt-f.org>

Site confédéral : http://www.cnt-f.org/
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>