Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

communiques

Ils sont libres

16 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Nous venons juste d'avoir la confirmation par les compagnons de la section

serbe de l'AIT du verdict du procès des 6 de Belgrade :


 Ils sont libres et un non lieu a été prononcé. En effet, le court a jugé
qu'il était impossible de prouver qu'ils aient commis le "crime" dont ils

étaient accusés.
 
Les compagnons remercient tous ceux qui ont témoigné leur solidarité.
 
Ils feront sûrement un communiqué plus tard mais pour le moment ils se
consacrent à la joie de se retrouver ensembles et libres.
 
Vive la solidarité internationale,
 
pour le communisme anarchiste, par l'anarchosyndicalisme
 
Vive l'AIT !

 
Source CNT AIT Besançon
Lire la suite

pour votre information

14 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Salut à tous,

A ceux qui ont soutenu la lutte de la FAU Berlin et pour
la liberté syndicale en Allemagne :
 Depuis hier le syndicat anarcho-syndicaliste berlinois peut affirmer 
 être un syndicat.

 Ce n'est pas le paradis sur terre, mais une première étape a été franchie.
 
 "Hier, le 10 juin 2010, la Cours de cassation berlinoise a levée
 l’interdiction à la FAU Berlin de se nommer syndicat ou syndicat de
 base. Les juges ont souligné l’importance du droit fondamental de la
 liberté d’expression.
 
 La FAU Berlin remercie tous les organisations et personnes qui à un
 moment ou à un autre ont envoyé messages de soutiens à la FAU et ont
 fait des actions de solidarité."
 
 Plus d'infos sur : www.cnt-f.org/international/spip.php?article489
 
 Vive la solidarité internationale,
 Andreas, pour le GT Europe au SI de la CNT-F

Lire la suite

Solidarité avec les 6 de Belgrade !

8 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Solidarité avec les 6 de Belgrade !


La Fédération anarchiste, réunie en son 67e congrès à Rennes les 22, 23 et 24 mai 2010, a réitéré son soutien aux compagnons de l'ASI face à la répression et aux accusations dont ils sont victimes. Le procès injuste auquel ils sont soumis est une illustration de plus de la criminalisation du mouvement social et syndical.

En France (condamnation de syndicalistes), en Allemagne (interdiction de la FAU), en Serbie (procès pour « terrorisme ») et ailleurs, le pouvoir entend faire taire la contestation, surtout si elle devient radicale. Pour cela, il use de toutes les armes en sa possession : violence, intimidation, police, tribunaux, etc.

Notre arme est la solidarité et la lutte internationale contre le capitalisme. La Fédération anarchiste réaffirme son soutien à toutes les organisations anarchistes, anarchosyndicalistes, libertaires, et plus globalement à toutes celles et tous ceux qui, dans le monde, se battent pour la justice sociale.

Contre la répression. Pour l'anarchisme, vive la solidarité internationaliste.

 

Fédération anarchiste francophone.

 

Une souscription est ouverte. Chèque à envoyer à "Publico" (mention soutien ASI), 145 rue Amelot, 75011 Paris

Lire la suite

Communiqué LDH

7 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Communiqué LDH

Paris, le 7 juin 2010

 

 

Le ministre de l’Intérieur condamné pour injure raciste : une « République irréprochable » ?

 

 

La Ligue des droits de l’Homme a pris acte de la condamnation de Brice Hortefeux pour « propos outrageants » envers les personnes d’origine arabe par la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Ainsi donc, les « Auvergnats » qui posent « des problèmes » parce qu’ils sont trop nombreux en France étaient bien, dans la bouche du ministre de l’Intérieur, ce que chacun avait compris : des Maghrébins.

 

A l’évidence, l’exercice des fonctions de ministre de l’Intérieur par un citoyen raciste, le fût-il « en privé », n’est pas compatible avec le respect des devoirs constitutionnels du gouvernement. Nicolas Sarkozy lui-même, venant d’être élu président de la République, n’avait-il pas promis de « faire de la France une République irréprochable et une démocratie exemplaire » ?

 

« Je ne tolèrerai jamais que des propos racistes ou discriminants soient tenus dans notre pays, d’autant plus par un représentant de l’Etat, quel qu’il soit. Ces comportements sont indignes des valeurs de la République ». Parce que la LDH approuve ce jugement sévère émis par Brice Hortefeux lui-même le 23 août 2009, elle ne doute pas que, si la condamnation du ministre pour injure raciste est confirmée en appel, il aura à cœur de ne pas attendre que les autorités constitutionnelles en tirent les conséquences qui s’imposent. Comme ce serait le cas dans tout autre pays démocratique.

Lire la suite

Austérité pour les pauvres, abondance pour les riches...

1 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Austérité pour les pauvres, abondance pour les riches...
Se démentant de tout plan de rigueur, le gouvernement va néanmoins supprimer les mesures d'aides aux plus modestes, notamment la prime de 150 euros (3 millions de personnes en ont bénéficié l'année dernière). Le gouvernement compte ainsi redresser les finances publiques faisant passer le déficit en dessous de 3 points (il est de 5,6% actuellement). Encore une fois les prétendues "mesures responsables" touchent les ménages les plus pauvres: qu'en est il du bouclier fiscal qui profite aux plus riches? Il ne sera pas touché. Qu’en est il de l'argent prêté aux banques responsables de la crise, notre argent? Leurs bénéfices ne seront pas touchés. C’est donc encore et toujours
nous qui devrons payer.

Loin de réclamer une gestion plus responsable du capitalisme la fédération anarchiste  propose son renversement et la construction d'un système basé sur une juste répartition des richesses. elle appelle pour cela, à rejoindre toutes les luttes dans le monde du travail et ailleurs, pour construire un rapport de force gagnant, faire reculer ce gouvernement et mettre en place une véritable égalité sociale.


Lire la suite

A vous qui rêvez de manger des OGM

20 Mai 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

A vous qui rêvez de manger des OGM et d'en faire déguster à vos enfants

 
Salut a tous,
 
La Commission Européenne vient d'autoriser l'entrée et la culture d'OGM en Europe, contre le souhait des citoyens, et contre l'avis de plusieurs Etats Membres.
La gouvernance européenne nous permet de déposer une demande officielle auprès de la Commission, pour peu qu'elle soit soutenue par un minimum de 1 million de citoyens européens. Aujourd'hui, et après 1 mois d'action, Greenpeace et Avaaz ont réussi à rassembler près de 610.000 signatures.

Voici le lien vers la pétition : ça vous prendra 30 secondes, nous laissera peut-être une chance d'obtenir un moratoire au niveau européen, et d'éviter l'entrée massive en Europe de cultures invasives (elles menacent la biodiversité), potentiellement nocives pour notre santé (de nombreux avis médicaux mettent en garde contre les conséquences de la consommation d'OGM), potentiellement dangereuses pour l'indépendance économique des agriculteurs (les semences sont chères car brevetées, doivent être rachetées chaque année, et demandent l'utilisation de produits spéciaux disponibles uniquement chez les semenciers), et polluantes (ces cultures nécessitent l'utilisation d'énormement de produits chimiques).
 

https://secure.avaaz.org/fr/eu_health_and_biodiversity/


Merci!!
Et surtout, si vous soutenez cette initiative, faites passer le message.

Lire la suite

« grèver plutôt que de céder »

22 Avril 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Six mois déjà, les grévistes sans papiers sont toujours là !

 

Ca fait 200 jours ! Et 200 nuits que plus de 6 000 salariés sans papiers sont en grève pour obtenir le seul papier qui leur manque pour être reconnus pour ce qu'ils sont, des travailleurs comme les autres. Que n'a t-on dit sur ces personnes qu'on ose encore appeler des clandestins. Ils envahissent la France dit-on ? Mais ils sont là depuis des années ! Ils apportent leur misère et celle de leurs proches ? Mais on n'arrête pas de nous dire que la mondialisation a ouvert toutes les frontières ! Ils viennent pour profiter des allocations et autres bienfaits de « notre » protection sociale ? Mais sans rechigner, elles et ils travaillent sans en avoir aucun des bénéfices et transferts puisque pour l'administration ils n'existent pas ! Ils prennent le travail des « Français » ? Mais elles et ils ne prennent le travail de personne, elles et ils occupent les emplois dont personne ne veut ! Ils profitent des services publics au même titre que ceux qui payent des impôts ? Mais ils payent des impôts quand ils sont déclarés, et ne demandent que ça d'en payer si on les rétablissait enfin dans leurs droits de salariés !

 

Cette grève déterminée, puissante, unitaire a contribué à changer la donne politique sur les migrants. Déjà, la situation avait bougé grâce au combat opiniâtre que mène le RESF pour que l'intérêt supérieur des enfants, conformément à la Cide, prime sur tout autre texte réglementaire. Et personne après personne, père après mère, les militantes et les militants du réseau font avancer les solidarités contre les iniques et régressives politiques d'immigration.

 

Grâce à eux, grâce à ces grévistes et à ces militants solidaires, quatre batailles essentielles ont été gagnées ou sont en passe de l'être. La première est celle de l'opinion publique. Aujourd'hui l'image de l'immigré a changé : ce n'est plus celle du profiteur de la sécurité sociale, c'est celle du travailleur qui bosse dur, très dur, qui est une partie intégrante de cette France qui se lève tôt, très tôt. Elles et ils travaillent pour faire vivre leur famille dans des conditions certes précaires, mais dignes et courageuses. La deuxième est celle de la place sociale : ce sont des travailleurs comme les autres, qui vivent comme les autres, ce sont pour ainsi dire des travailleurs « de souche » et tout le reste n'est que phantasmes et xénophobie. La troisième est celle des droits du travail égaux pour tous. Car ce qu'elles et ils combattent est le déni qui leur en est fait. Il s'agit d'une discrimination caractérisée : alors qu'ils sont suffisamment salariés pour être payés, subordonnés à un contrat, il ne leur manque qu'un seul papier, le titre de séjour qu'au nom d'une imbécile régulation des flux migratoires, le gouvernement leur refuse, alors qu'elles et ils sont là depuis des années. La quatrième enfin est celle de la citoyenneté, car par leur grève elles et ils ont montré leur capacité à prendre position, à agir au sein d'un mouvement collectif, à apparaître au grand jour pour lutter et affirmer une opinion.

 

La grève a donc démontré publiquement qu’en refusant la régularisation de tous les travailleurs sans papiers, déclarés ou non, c'est le gouvernement et lui seul qui organise la clandestinité. Tout le monde sait que des secteurs entiers fonctionnent uniquement ou quasi en recourant à ces salariés, dans le bâtiment, la restauration, la manutention, le nettoyage, l'aide à la personne et même la sécurité, alors que ces derniers devraient posséder une autorisation préfectorale d'exercice ! Et pendant des années, le gouvernement s'est contenté, avec l'assentiment des différents patronats, de gérer une situation cachée. Mais aujourd'hui, ce n'est plus possible, les tensions sont trop fortes et la demande d'emplois stables dans ces secteurs va grandissante. A tel point que des organisations d'employeurs demandent au gouvernement de sortir de son immobilisme et de l'hypocrisie. C'est le sens de l' « Approche commune » adoptée, avec l'accord des associations partenaires du G 11,  par les organisations syndicales qui soutiennent la grève, et certaines organisations patronales. C’est incontestablement un résultat de la grève que cette avancée.

C'est pourquoi, comme le disent les grévistes eux-mêmes, la tâche de l'heure est de « grèver plutôt que de céder ». Puisque ça craque, ce n'est pas le moment de faiblir.

 

On entend encore dire ici ou là que ce n'est pas une lutte efficace, qu'il s'agit d'une régularisation par le travail, et que l'on est loin de la régularisation de tous les sans-papiers... C'est une position bizarre que celle-ci qui revient à préférer les incantations sans résultat, aux résultats sans incantation ! Les parents sans papiers d'enfants scolarisés se battent pour leur cas ? Nous les défendons. Des salariés sans papiers se battent pour leurs droits de travailleurs ? Nous les soutenons. Des demandeurs d'asile d'Afghanistan ou de Tchétchénie sont sur le point d'être déboutés ? Nous les aidons. Au bout du compte et du combat, quand nous aurons aidé à la régularisation de tous les salariés sans papiers, déclarés ou non, quand nous aurons imposé le maintien de tous les parents d'enfants scolarisés, et qu'enfin nous aurons réussi la demande d'asile de tous les demandeurs, on peut penser que nous ne serons pas très loin de l'adéquation entre les grands principes et les histoires individuelles.

 

Il est vrai que cette lutte est difficile et que la stratégie choisie est dure à tenir au long cours. Les besoins de grévistes sont énormes et tous les jours la même question se pose : comment tenir ? Ici ou là, il est dit que le moment est venu de déposer les dossiers des grévistes en préfecture pour obtenir leur régularisation. Il convient dès lors de savoir s'il s'agit d'une stratégie nouvelle, ou de l'effet de la lassitude, légitime au bout de tant d'efforts. Notre avis est qu'il ne peut s'agir d'une nouvelle stratégie, tant elle est synonyme d'échec collectif. Nous nous battons pour qu'un texte réglementaire stable, constant et égal pour tous permette la régularisation de tous les salariés sans papiers. On ne nous fera pas croire qu'il existerait un raccourci qui permettrait d'obtenir la même chose en quittant de fait la lutte, sauf à parier que ça va marcher pour quelques centaines d'entre eux. Il est même possible que ça plaise au gouvernement qui voyait, dixit Besson, un millier de régularisations possibles... Autrement dit, il ne s'agit pas d'une stratégie alternative. Quelqu'un pense-t-il raisonnablement que des régularisations seront accordées sur la base de la circulaire du 24 novembre ? Allons alors jusqu'au bout du raisonnement. S'agit-il de penser que la régularisation des seuls grévistes est possible en l'absence de la possibilité réglementaire de régularisation de tous ? La formuler ainsi, c'est déjà répondre à la question : impossible. A moins de renoncer non seulement aux grands principes mais aussi au cas par cas... parce que ça ne marchera pas. Au bout de l'analyse, il ne reste que le sentiment de l'échec : organiser aujourd'hui individuellement le dépôt en préfecture des dossiers des grévistes, c'est siffler la fin de la grève. La LDH ne le fera pas et nous ne souhaitons pas les accompagner dans une démarche qui n'a aucune chance de réussir et ainsi les bercer d'illusion.

 

La tâche de l'heure, la préoccupation de la LDH n'est donc pas de trouver une illusoire autre stratégie, de trouver un raccourci, d'imposer un biais dans la conduite de la grève. Membre du G 11 qui soutient et organise la lutte depuis le début, elle ne peut se désolidariser d'une action en cours, aussi importante, aussi stratégique. Elle ne prendra pas de décisions contraires à celles que prend l'assemblée des délégués des piquets de grève chaque semaine. Elle ne se livrera pas à des opérations de diversion ou de détournement qui n'auront pour résultat que de la diluer dans un regroupement sans stratégie apparente perceptible. Bien sûr, il existe des groupes qui organisent des activités substitutives. Certains ont un pied dedans et un pied dehors, d'autres les deux pieds dehors,  d'autres encore n'attendent qu'une seule chose : que la grève échoue. Nous n'avons pas suffisamment de forces à consacrer à des actions non convergentes. Aujourd'hui, ce qui est stratégique n'est pas de marcher de Paris à Nice à l'appel d'un manifeste qui réussit à ne pas dire un mot de l'un des plus importants mouvements collectifs de travailleurs immigrés de notre histoire. Ce qui est stratégique c'est de tout faire pour que la grève gagne, présence, aide, collecte, soutien... Toutes les solutions sont à étudier.

Et cela porte un beau nom, camarade ligueur, cela s'appelle la solidarité.

 

Analyse du Bureau national (22 avril 2010).

Lire la suite

Réseau Sortir du nucléaire

18 Avril 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Fédération anarchiste

(Secrétariat aux Relations Extérieures)

 

 

 

Précédemment mis à pied, Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau Sortir du Nucléaire s’est vu signifier son licenciement le jeudi 8 avril 2010. La Fédération anarchiste condamne une décision susceptible de rompre le fragile équilibre établi à l’issue de l’Assemblée générale de Lyon les 6 et 7 février derniers. Outre qu’elle a été prise en totale contradiction avec la volonté d’apaisement qui avait présidé aux débats du dimanche, elle révèle l’existence de pratiques dictatoriales dont le Directeur administratif est seul à l’origine, puisqu’il a été demandé à Stéphane Lhomme rien moins que de rédiger des excuses écrites ! De plus, cette éviction est en totale contradiction avec le contrat qui lie le porte-parole au Réseau, et qui le place sous la responsabilité directe du Conseil d’administration. Or c’est bien le directeur administratif, qui est également en charge des Ressources Humaines, qui a procédé au licenciement.

 

Face à une telle forfaiture, la Fédération anarchiste réclame l’annulation de la procédure de licenciement et affirme le droit de Stéphane Lhomme à la réintégration inconditionnelle ; elle estime que, loin de se résumer à une simple querelle de personnes, la situation actuelle du Réseau  est le résultat d’une inflexion politique vers un recentrage inquiétant : la signature de l’appel pour l’urgence climatique à l’occasion du calamiteux sommet de Copenhague a été l’événement fondateur de ce dévoiement de l’orientation originelle du Réseau ; les acteurs en ont été un certain nombre de salariés et le Directeur administratif. Pour la Fédération anarchiste, ce sont eux, et non leur porte-parole, qui causent du tort au Réseau ; le devoir impérieux du Conseil d’administration, qui est leur employeur et le garant de l’application des décisions de l’Assemblée générale, est donc de rappeler à l’ordre  ceux qui par cette menée indigne d’une organisation jusque là exemplaire ont trahi la volonté des adhérents. Il en va de la survie du Réseau. Si le Conseil d’administration actuel persistait dans une dérive bureaucratique et politiquement portée à l’accompagnement, s’il continuait à accepter d’être pris en otage par une fraction des salariés, alors il porterait l’écrasante responsabilité d’une scission que ne souhaite pas la Fédération anarchiste.

 

Fédération anarchiste

 

Lire la suite

Souriez, vous êtes « vidéoprotégés » !

23 Mars 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

 

Souriez, vous êtes « vidéoprotégés » !

 

 

La semaine dernière, cinq pompiers catalans ont été présentés à des millions de téléspectateurs comme des assassins de policiers : ils avaient été filmés à leur insu, à Dammarie-les-Lys, dans un supermarché où ils faisaient leurs courses en parlant entre eux... le catalan. Les fins limiers qui avaient récupéré la bande de vidéosurveillance de cette entreprise privée (destinée à « protéger » le commerçant contre les chapardages, chacun l'avait compris) n'ont pas hésité à prendre le catalan pour du basque, ni à considérer que parler basque en public signait une appartenance à ETA (les terroristes étant bien sûr si stupides qu'ils parlent toujours des langues étrangères en public...).

 

Ces cinq pompiers ont eu plus de chances de survie que le touriste brésilien tué « par erreur » par la police dans le métro de Londres en 2005 parce que la caméra de vidéosurveillance l'avait montré avec... un sac à dos « suspect ». Mais il est peu probable qu'ils reviennent de sitôt en France pour une autre formation de lutte contre le feu. Il est même permis de penser qu'ils se sentent mieux « protégés » depuis leur retour en Catalogne.

 

Lundi 22 mars, on apprend que dans certaines villes du sud-est de la France les caméras de vidéosurveillance sont utilisées pour verbaliser les propriétaires de véhicules en stationnement interdit. La « vidéoprotection » contre les dangers de la vie urbaine progresse à pas de géant...

 

Avant que les fumeurs et les propriétaires de chiens ne « respectant pas le caniveau » ne soient à leur tour l'objet de pareille sollicitude sécuritaire, la Ligue des droits de l'Homme tient à alerter les citoyens sur le rythme effréné de la contamination de certains élus locaux par le virus de la surveillance généralisée. La société des « miradors invisibles » n'est ni plus sûre, ni simplement supportable... y compris pour les « honnêtes gens qui n'ont rien à cacher », qu'ils soient français ou catalans.

Communiqué LDH

Paris, le 23 mars 2010

Lire la suite

Communiqué

9 Mars 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Samedi 6 mars 2010 vers 23H50, 3 militants de la CNT Education 69 ont été
violemment agressés place Saint Jean dans le 5e arrondissement de Lyon,
alors qu’ils sortaient d’un restaurant.

Une douzaine d’individus se sont abattus sur eux, par derrière et par
surprise, les jetant à terre et les frappant à coups de pied, de poing
mais aussi de nerfs de bœuf, de ceintures cloutées ou encore de bouteilles
en verre en criant « Lyon est fasciste » et en proférant des « Sieg Heil »
accompagnés du salut nazi.
Incontestablement, les 3 CNTistes agressés l’ont été pour leur engagement
syndicaliste et libertaire connu. L’un d’entre eux a dû être transporté
aux urgences où ont été constatées diverses blessures témoignant des
violences subies : un pouce cassé, de nombreux coups au visage et sur le
crâne, entraînant la réalisation de 12 points de suture.

Cette agression fasciste s’inscrit dans un contexte déjà bien lourd
(action de harcèlement auprès des bibliothèques du 4e et du 8e, attaque
d’un rassemblement contre la tenue du débat sur l’identité nationale,
encerclement et intimidation de militant-e-s reconnus sur les pentes de
la
Croix-Rousse, etc. ).
Dans le climat social actuel, ces individus et groupuscules
d’extrême-droite ont tenté, en agressant ainsi nos camarades, d’imposer
une nouvelle étape dans l’escalade de la violence. Une réaction de
l’ensemble des forces sociales, syndicales et politiques qui ne veulent
pas voir l’extrême-droite semer la terreur dans nos rues semble dès lors
de plus en plus urgente.

La CNT rappelle, qu’elle et ses militant-e-s, ne renonceront pas pour
autant aux objectifs d’émancipation et de justice sociales qui sont les
leurs. Elle poursuivra son action aux côtés de toutes celles et tous ceux
qui luttent contre le retour de « la bête immonde » et au delà pour un
autre futur.

No Pasaran !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>