Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

communiques

Le cynisme patronal n’a pas de limites

2 Décembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Communiqué de la Fédération anarchiste

Le cynisme patronal n’a pas de limites

Du 1er au 5 décembre,

le Medef, la CGPME et quelques autres organisations patronales appellent les entrepreneurs à se mobiliser dans la France entière pour « libérer l’entreprise ».

Les patrons ont compris qu’ils pouvaient attendre beaucoup du gouvernement en place. Ils ne comptent pas se contenter des 30 milliards d’euros de cadeaux fiscaux déjà engrangés suite au crédit impôt compétitivité emploi (CICE) de 2012 et au pacte de responsabilité de 2014. Ni, d’ailleurs, des avantages qu’ils tirent déjà de la flexi-sécurité instaurée comme mode de gestion du marché du travail par l’accord national interprofessionnel de 2013 (faciliter les licenciements pour faciliter les embauches, disent-ils...).

Ils réclament donc désormais d’aller plus loin, pour obtenir davantage de baisse de cotisations et une simplification du Code du travail (dernier rempart à leurs abus). Cette mobilisation d’ampleur s’inscrit plus largement dans une campagne politico-médiatique qui, depuis des mois, nous assène sur les ondes, les écrans et dans les journaux que les patrons seraient les victimes de l’injustice des lois sociales aujourd’hui en vigueur.

Et tandis qu’ils geignent, trouvant des échos favorables dans les médias bourgeois, ils ne tiennent pas les promesses faites et maintes fois renouvelées, à savoir la création d’un million d’emplois en échange de ce qu’ils ont déjà obtenu en matière de cadeaux fiscaux.

De fait, le chômage ne cesse d’augmenter, franchissant désormais le cap des 3 400 000 demandeurs d’emploi.

Nous, anarchistes, ne croyons de toute façon pas en leur politique du plein-emploi, qui n’est jamais qu’un leurre, un mirage destiné à nous faire accepter les conditions de l’exploitation économique et l’oppressante morale basée sur le travail.

Dans l’immédiat, nous considérons comme impératif de défendre les derniers acquis sociaux et de construire des luttes pour en obtenir de nouveaux.

Rien n’est jamais acquis dans la lutte des classes ! Et elle demeurera tant que nous ne nous serons pas débarrassés des patrons parasites qui créent et administrent la misère sociale en captant les richesses produites par les travailleurs.

Fédération anarchiste 30 novembre 2014

Le cynisme patronal n’a pas de limites
Lire la suite

La mort de Rémi Fraisse est un crime d’État

4 Novembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

La mort de Rémi Fraisse est un crime d’État

Le 25 octobre, Rémi Fraisse mourait lors d'une manifestation d'opposition à un projet de barrage à Sivens, dans le Tarn. Il a succombé à l'explosion d'une grenade offensive lancée par la gendarmerie.

La Fédération anarchiste dénonce ici un assassinat. Les forces répressives de l’État et du Capital portent la responsabilité de la mort du jeune homme.

Dans ce sens, nous dénonçons les interventions politiques honteuses concernant cet événement. Le retournement effectué nie à Rémi Fraisse le statut de victime d'un crime policier en le posant coupable d'avoir participé à une manifestation jugée violente.

De plus, nous exprimons notre inquiétude vis à vis de cette situation inédite où le ministre de l'Intérieur assume cet assassinat, soutenu en cela par nombre de parlementaires. La prochaine victime des forces de l'ordre lors d'une manifestation, une grève, une expulsion, un contrôle d'identité,... sera-t-elle considérée comme responsable de sa propre mort pour sa potentielle participation à un acte illégal ?

A propos des mobilisations légitimes qui ont suivi l'événement, nous condamnons les provocations et intimidations étatiques, via le déploiement policier digne d'un état totalitaire, et la campagne mensongère menée dans les médias .

Contre l'impunité de la police

Contre les projets inutiles

Nous n'abandonnerons pas le combat

Fédération anarchiste,

le 04/11/14

Lire la suite

Aux amis étudiants et enseignants de l’École normale rurale "Raúl Isidro Burgos"

1 Novembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Aux amis étudiants et enseignants de l’École normale rurale "Raúl Isidro Burgos" de Ayotzinapa, Guerrero (Mexique)

Aux parents des morts et des disparus de l’École normale rurale "Raúl Isidro Burgos"

Aux peuples du Mexique Camarades, La répression sanglante de l'État contre les étudiants de l’École normale rurale "Raúl Isidro Burgos" de Ayotzinapa, Guerrero, les 26 et 27 Septembre, a conduit à l'assassinat de six compagnons et vingt blessés. 43 élèves sont toujours portés disparus.

Les assassins étaient des policiers municipaux, provinciaux et fédéraux, soutenus par l'armée mexicaine. Les gouvernements municipaux, provinciaux et fédéraux ont conspiré pour mener à bien et couvrir le crime odieux de l’État.

Nos cœurs sont endolori, la mort de nos frères nous fait mal. La disparition et l'absence de nos pairs nous blesse. Nous pleurons la douleur des parents, des camarades de classe et des enseignants de la normale rurale "Raúl Isidro Burgos" de Ayotzinapa, Guerrero. La douleur, la mort et la disparition de nos frères de Ayotzinapa nous indignent et nous révoltent.

Camarades de l’École normale rurale "Raúl Isidro Burgos", votre douleur est notre douleur, votre révolte est notre révolte.

Nous embrassons avec les bras des compagnons de lutte.

Nous vous les avons envoyés vivants ! C'est vivant que nous les voulons !

Fédération Anarchiste du Mexique Mexico, Octobre 2014.

Lire la suite

Communiqué de solidarité avec la lutte yaqui.

1 Novembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Communiqué de solidarité avec la lutte yaqui.

Le 11 septembre dernier, Mario Luna, secrétaire des autorités traditionnelles de la Tribu yaqui (Sonora, nord du Mexique) était arrêté par la police de l’Etat du Sonora alors qu’il se trouvait dans la ville de Ciudad Obregón, avant d’être transféré par hélicoptère et incarcéré dans le Cereso n°2 de la ville d’Hermosillo.

Le 23 septembre dernier, c’est Fernando Jiménez Gutiérrez, un autre membre de la tribu yaqui, qui subissait le même sort. Tous deux étaient parmi les porte-parole les plus visibles de la lutte engagée depuis une dizaine d'année par la Tribu Yaqui contre la spoliation de ses cours d’eau et l’assèchement du fleuve Yaqui, du fait de la construction par le gouvernement du Sonora, en amont du fleuve, d’un barrage et d’un aqueduc de 175 kilomètres de long, qui en détourne les eaux au bénéfice des zones industrielles et de différents complexes résidentiels de la ville d’Hermosillo, capitale de l’Etat.

Au long de ces cinq derniers siècles, les yaquis ont été parmi les peuples indiens ayant combattu le plus durement pour la conservation de leur autonomie politique et territoriale. Cela leur a valu de subir de sanglantes campagnes d’extermination au milieu du 19e siècle, et la déportation de milliers d’entre eux au début du 20e siècle vers le sud du Mexique, condamnés aux travaux forcés sur les plantations de tabac et de sisal (une variété d'agave) des grands propriétaires mexicains, européens et américains.

Plus récemment, c’est sur leur territoire qu’ont été organisées, en octobre 2007, les premières rencontres continentales des peuples indiens d’Amérique (rencontres de Vicam), avec le concours du Congrès National Indigène et des zapatistes.

Aujourd’hui, avec l’assèchement de leur fleuve sacré, c’est leur autonomie alimentaire et le maintien de leur existence sur leurs propres terres qui se trouvent à nouveau menacés. Bien que la tribu ait gagné tous les recours juridiques opposés à la construction de l’aqueduc par le gouvernement du Sonora, le chantier s’est poursuivi, et leurs eaux sont spoliées dans l’impunité la plus totale. Face à cela, la tribu a eut recourt à des blocages d’autoroute périodiques et a organisé de nombreux forums de défense de l’eau pour faire entendre sa voix.

C’est cette voix et cette résistance que Guillermo Padrés Elías, gouverneur du Sonora cherche aujourd’hui à faire taire, afin d’éteindre les scandales qui l’éclaboussent en ce moment (découverte d’un barrage agricole privé sur ses terres et pollution par les entreprises minières des eaux du fleuve Sonora).

En lien avec la célébration ce 12 octobre de la journée de solidarité internationale avec les résistances des peuples amérindiens, nous exprimons tout notre soutien à la lutte entreprise par la Tribu yaqui pour la défense de ses eaux et de son autonomie politique et territoriale. Aux côtés du Congrès National Indigène, de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale et des compas de la Sexta du Mexique et du monde entier, nous exigeons la libération immédiate de Mario Luna Romero et de Fernando Jiménez Gutiérrez, porte-paroles de la lutte pour la sauvegarde du fleuve Yaqui, ainsi que l’arrêt du harcèlement judiciaire et policier à l’œuvre contre les Troupes et les Brigades de défense de l’eau de la Tribu Yaqui. Nous exigeons l’arrêt effectif des travaux de construction de l’aqueduc « Independencia », qui a déjà été exigé par la Cour Suprême de Justice de la Nation mexicaine, et l’arrêt de la spoliation des eaux du fleuve Yaqui par le gouvernement de l’Etat du Sonora et les multinationales de l’industrie et du bâtiment.

Nous réaffirmons aussi notre profonde douleur et exprimons toutes nos condoléances envers les dizaines d’étudiants de l’Ecole Normale Rurale d’Ayotzinapa que les autorités de la ville d’Iguala (Guerrero) et les cartels de la drogue, protégés par tous les niveaux du gouvernement mexicain, ont massacré et fait disparaitre le 26 septembre dernier ; ainsi qu’une pensée pour tous les morts et tous les disparus des peuples indiens du Mexique et de toutes les Amériques.

Nous exigeons enfin l’arrêt des persécutions et la libération immédiate de Léonard Pelletier aux Etats-Unis, et de tous les prisonniers et prisonnières du Congrès National Indigène au Mexique.

VIVE LA LUTTE DU PEUPLE YAQUI POUR LA SAUVEGARDE DE SES EAUX, DE SON TERRITOIRE ET DE SON AUTONOMIE !

VIVE LE CONGRES NATIONAL INDIGENE, ET LA SOLIDARITE ENTRE TOUS LES PEUPLES DU MONDE !

VIVE LA SEXTA ET L’ARMEE ZAPATISTE DE LIBERATION NATIONALE !

SIGNATURE: Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte, Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques -Nitassinan, Secrétariat International de la Confédération National du Travail (France), Fédération SUD Education, Union syndicale “Solidaires”, association berbère Tamazgha, Alternative Libertaire, Fédération Anarchiste, collectif “Grains de sable”

Lire la suite

Fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

31 Octobre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Mexico :

fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

Communiqué sur la fin de la grève de la faim des prisonniers anarchistes

Aux gens solidaires

Aux médias libres

De manière collective et coordonnée, nous avons décidé, ce 17 octobre, de mettre fin à notre grève de la faim. Nous estimons que nous avons formulé notre revendication de négation et de mépris profond envers les prisons et le système pourri qui depuis ses racines les régit, et nous continuerons de le nier depuis la quotidienneté de nos vies, à l’intérieur ou à l’extérieur de la prison.

Le but de cette action a été de casser l’isolement et la dispersion, pour soutenir, pour créer un lieu de lutte et pour démontrer que même si nous sommes derrière les barreaux, ils n’ont pas pu refroidir nos esprits rebelles.

En tant qu’anarchistes, une part de la rupture que nous choisissons de réaliser consiste à nier le contrôle et la régulation qu’essaie d’exercer l’état et n’importe quelle forme d’autorité sur nos corps et nos vies. C’est nous, d’une manière individuelle et consciente, qui devons décider pour nous mêmes, et personne d’autre.

Pour cela nous avons repris le contrôle de nos corps, la grève de la faim a été un clair exemple de cela. Nous pouvons résumer notre action comme un petit apport à la guerre irréductible contre la domination du pouvoir établi, pour la dignité de ceux et celles qui peuvent regarder en face l’ennemi sans baisser les yeux.

Un acte de révolte et de désobéissance et non un acte de victimisation ; un acte qui unit nos coeurs et qui nous fait sentir partie prenante d’une lutte conséquente qui ne s’arrêtera pas.

Nous n’écartons pas la possibilité de recommencer à employer la grève de la faim ou n’importe quel autre outil que nous considérons nécessaire pour mener à bien nos luttes.

Nous remercions profondément toutes les personnes qui ont été attentives pendant notre protestation, pour leur accompagnement et leur solidarité, en leur rappelant que les prisons n’arrêteront pas notre révolte.

Parce qu’il ne suffit pas de parler d’anarchie, nous devons être l’expression de cette dite anarchie.

Jusqu’à ce que tous nous soyons libres!!

Mario González García Carlos López “Chivo” Fernando Bárcenas Abraham Cortés

Source: CNA MEXICO Traduit par les trois passants Plus d'infos: https://liberonsles.wordpress.com/

Lire la suite

Communiqué de la Fédération anarchiste

10 Août 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Alors que l'état d'Israel prétend avoir terminé ses opérations dans la bande de Gaza mais continue ses bombardements, la Fédération anarchiste s’associe à la mobilisation de soutien au peuple palestinien, contre les offensives meurtrières de l’armée israélienne. Nous saluons les diverses initiatives et manifestations.
En revanche, la Fédération anarchiste condamne les amalgames délibérés faits entre antisionisme et antisémitisme. Cette confusion est entretenue d’un côté pour discréditer tout mouvement d’opposition à la politique d’apartheid menée par l’Etat d’Israël, et d’un autre pour justifier une éternelle haine envers les juifs. Le combat que nous soutenons ne s’appuie pas sur des considérations nationalistes ou religieuses, mais c’est celui d’un peuple pour le droit à disposer de lui-même.
De même nous soutenons toute initiative palestinienne, israélienne ou internationale visant à instaurer la paix et le respect là où règnent la guerre et l’arbitraire.
Contre le colonialisme, contre tous les racismes, pour la dignité, l’égalité, la solidarité.
Fédération anarchiste
Communiqué de la Fédération anarchiste
Lire la suite

MEXICO: Solidarité avec les prisonnier-e-s anarchistes

26 Janvier 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Depuis l’Europe : Solidarité avec les prisonniers et les prisonnières
anarchistes de la ville de Mexic
o

À Mario González

Au Comité de Solidarité avec Mario González
Aux compagnons et compagnonnes Anarchistes
Aux compagnons et compagnonnes de la Sexta
Aux compagnons et compagnonnes solidaires

13 janvier 2014

Aujourd’hui 12 janvier, nous avons pris connaissance de la sentence
condamnant Mario González à cinq ans et neuf mois de prison. Nous n’avons
pas le moindre doute : la justice ne viendra pas des tribunaux, elle ne
viendra pas de ceux qui là-haut imposent leurs lois arbitraires et
contradictoires.

Il est très clair que derrière cette sentence contre Mario, se cache une
sentence contre tous les compagnons et toutes les compagnonnes
anarchistes, contre tous ceux et celles qui se mobilisent, qui dénoncent,
qui s’organisent, qui se rebellent, qui ne se rendent pas… Avec l’attitude
adoptée par la juge Marcela Ángeles Arrieta, ce sont non seulement les
mouvements anarchistes qui sont visés mais aussi les mouvements étudiants
et les jeunes. Cette criminalisation va à l’encontre du droit de
manifestation, d’expression… Cette justice-là relève donc d’une totale
imposture. La véritable justice viendra – c’est clair – de l’organisation
de ceux et celles d’en bas, de la nôtre, elle viendra de la solidarité
dont émergent la camaraderie, la cohérence et l’organisation collective.

Cette sentence est dirigée contre l’activisme politique de Mario depuis
toujours. Ils n’ont pas trouvé d’autre solution que de l’accuser, sans
preuves, mais sous le prétexte mensonger d’attaque à la paix publique. Or,
«l’offense à la société » vient de toute la classe politique de là-haut et
de son mauvais gouvernement, elle vient des tribunaux remplis d’injustice
et de corruption. Mais cette classe politique qui, là-haut, se nettoie les
mains très souvent pour occulter sa répression et son insolence, se trompe
si elle croit étouffer la mobilisation solidaire avec Mario, qui se
développe de jour en jour. Elle ne se rend pas compte que ce qu’elle est
en train de faire, c’est d’élargir encore plus le soutien à Mario. Partout
émergent des preuves de solidarité, car sa condamnation renforce la rage,
l’organisation et la solidarité, non seulement avec lui mais avec tous
ceux et celles qui font l’objet d’humiliation et de mépris de la part de
toutes les autorités. Aujourd’hui nous élevons notre voix pour la
libération immédiate de Mario González et celle de toutes et tous les
détenu-e-s du 2 octobre 2013 : José Alejandro Bautista Peña, Abraham
Cortez Ávila, Víctor Efrén Espinoza Calixto, José Daniel Palacios Cruz,
Ilia Daniel Infante Trejo, Miguel Adrián Gutiérrez, Salvador Reyes
Martínez et Iribar Ibinarriaga Ramír
ez.

Nous exigeons également la libération immédiate de Carlos López Martin, de
celle des deux compagnonnes canadiennes arrêtées le 5 janvier dernier à
Mexico : Fallon Poisson et Amélie Pelletier, accusées de dégâts matériels,
sabotage, délinquance en bande organisée et terrorisme. Les compagnons et
compagnonnes sont tous et toutes anarchistes.

Nous sommes également au courant des arrestations de Luis Fernando
Bárcenas Castillo arrêté le 13 janvier avec deux mineurs, entre eux,
Isabel de la Madrid Flores.

Pour eux tous et toutes nous exigeons la liberté !!!
Sachez que ici en bas, quand la rage inonde notre coeur, nous ne nous
fatiguons pas, nous ne nous rendons pas !

La lutte continue ! Nous sommes là !

Les Trois Passants (Libérons-Les !) France
Collectif Digne Rage de Lille, France
Plataforma de solidaridad con Chiapas y Guatemala de Madrid
International des Fédérations Anarchistes (IFA)
Fédération Anarchiste (France, Suisse, Belgique)
Confederación General del Trabajo (CGT) Estado Español
Confédération Nationale du Travail (CNT-F) France
ASSI (Acción social Sindical Internacionalista)
Gruppe B.A.S.T.A., Münster, Allemagne
Comité de Solidarité avec les peuples du Chiapas en Lutte, France Centro
de Documentación sobre Zapatismo -CEDOZ- Estado Español

Plus d'infos: http://liberonsles.wordpress.com/

Lire la suite

Non à la coopération policière ! Vive la solidarité internationale !

12 Décembre 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Non à la coopération policière ! Vive la solidarité internationale !

Fin novembre 2013, la police française, les CRS (Compagnie Républicaine de Sécurité), est allée entraîner les policiers du « Bataillon de choc » (Batalhão de Choque – BPCHq) de la police militaire de Rio de Janeiro suite aux manifestations qui ont eu lieu au Brésil, ces derniers mois.
Le but de l'échange entre les deux forces de police était d'échanger des informations sur la façon d'agir dans les émeutes, actes de vandalisme, de contrôler des groupes violents, et d'autres déprédations enregistrées en vue des événements lors de la Coupe du Monde de Foot et des Jeux Olympiques de 2016.
La police française est, paraît-il, spécialisée dans la gestion des mouvements de protestation et dans le contrôle des foules.
Le gouvernement français a déjà prouvé par le passé sa célérité à apporter une aide répressive et militaire :
Lors de « l'opération Condor », qui a consisté à une contre-révolution préventive de la part des dictatures d'Amérique du Sud, dans les années 1970, conduisant à la mort et à la disparition des milliers d'opposants politiques. La police française a apporté son « savoir faire » (torture, techniques de contre-guérilla, quadrillage des quartiers) hérité de la guerre d'Algérie. Cela s'est traduit, notamment, par les actions des « escadrons de la mort ».
Plus récemment, le gouvernement français proposait ses services pour intervenir en Tunisie, au début de la révolution, pour aider le régime en place à réprimer les mouvements de contestation. La France a, par ailleurs, envoyé du matériel policier à Ben Ali.
En 2010, la police française est intervenue en Égypte auprès d'officiers des services d’ordre public et de la sécurité d’État, pour leur enseigner « la gestion des foules et des grands événements ».
sans parler des interventions armées en Afrique et ailleurs...

Les États policiers mettront tout en place pour étouffer et réprimer les mouvements de contestations au Brésil, au Mexique, au Maghreb et ailleurs. Au Brésil, les sommes engagées dans les projets pharaoniques de Coupe du monde se heurtent à la réalité d'une population qui lutte pour ces droits, pour une plus grande égalité et justice sociale.
Notre réponse doit être la construction de solidarité concrète face à la répression policière, face à la misère et à l'exploitation.
Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces politiques répressives et invitons l'ensemble des organisations libertaires à se joindre à ces mouvements afin de leur apporter aide et soutien logistique et technique, de diffuser leurs actions et de mettre en place des réseaux de solidarité face à la répression policière.

Décembre 2013.
Fédération anarchiste, Terra livre (Brésil)
Lire la suite

Non à l’intervention en Syrie

8 Septembre 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Non à l’intervention en Syrie

Non à l’intervention en Syrie Non à l’intervention en Syrie Non à l’intervention en Syrie

Non au néocolonialisme français


L’ OPINION PUBLIQUE INTERNATIONALE fait en ce moment l’objet d’un matraquage médiatique sans précédent destiné à la convaincre de la légitimité d’une attaque contre le régime de Bachar el-Assad en Syrie. Le prétexte d’une telle intervention est l’usage de gaz toxiques dont aucune enquête pour l’instant n’a fourni la preuve qu’elle a été ordonnée par le gouvernement syrien. Rappelons-nous les « armes de destruction massive » irakiennes que personne n’a jamais réussi à trouver. Les États soumis au pouvoir des grandes multinationales bafouent la légalité juridique qu’ils ont eux-mêmes instituée, puisqu’ils veulent engager les attaques sans avoir consulté les Nations Unies. Le président français dispose du pouvoir invraisemblable de lancer des agressions contre d’autres pays sans consulter ni le Parlement ni les électeurs !!! Le gouvernement français joue dans cette affaire le rôle de supplétif du gouvernement des États-Unis, François Hollande cherchant sans nul doute à faire oublier le bilan catastrophique de son mandat, le déni de toutes les promesses qu’il avait faites et la régression sans précédent des droits sociaux qu’il met en place. Fort de son aventure néocoloniale au Mali, qui n’a jamais été motivée par le souci de la démocratie mais par la nécessité de protéger les nombreuses sociétés françaises qui exploitent le pays, il veut maintenant jouer à la grande puissance avec des moyens qu’il n’a pas. Une intervention prétendument humanitaire des États-Unis et de la France ne pourra conduire qu’à une extension de la guerre civile en Syrie. Des forces politiques extrêmement complexes, des intérêts économiques violemment antagoniques s’affrontent dans une véritable guerre qui oppose les puissances occidentales, États-Unis en tête, d’une part, et de l’autre l’Iran, la Syrie et le Hezbollah libanais, avec la Russie et la Chine jouant les arbitres. D’ores et déjà, nous n’avons plus affaire à une guerre civile mais à une guerre internationale larvée qui ne demande que le bombardement de la Syrie pour devenir une guerre ouverte. Pour les États-Unis il s’agit d’éliminer toutes les forces qui s’opposent encore à leur mainmise sur la région. L’élimination de la Syrie, puis du Hezbollah libanais, est une étape vers une guerre contre l’Iran. Ce dont il s’agit aujourd’hui, c’est d’une guerre non déclarée entre les États-Unis et l’Iran alors même que le nouveau président Rohani a été élu sur la promesse de retisser des liens avec l'Ouest et de rechercher un accord sur la question syrienne, ce dont l’administration US ne veut tenir aucun compte. En restant indifférents aux menaces de guerre auxquelles le gouvernement Hollande s’associe stupidement, nous nous ferions les complices d’une escalade sans précédent : il faut être d’une naïveté extrême pour imaginer qu’on peut renverser un régime comme celui de la Syrie sans envoyer des troupes au sol. Si cette éventualité devait survenir, les troupes occupantes auront alors à faire face à une grande multiplicité de factions armées opposées qui les pousseront à un embourbement inévitable. En Syrie, certaines de ces factions qui animent la révolte oppriment aujourd’hui la population aussi durement que ne le faisait le régime de el-Assad : corruption, racket, enlèvements et exécutions sommaires. Des groupes proches d’Al-Qaïda se voient renforcés par des djihadistes surentraînés venant d’Irak, d’Arabie saoudite, de Lybie, de Tchétchénie, voire de Tunisie. La guerre civile en Syrie n’est pas une manifestation du « Printemps arabe », qui a soulevé une sympathie générale, mais qui a été dévoyé par les mouvements intégristes musulmans. Jamais nous n’avons été si près d’une guerre régionale généralisée dont les victimes seront la population syrienne, y compris les nombreuses minorités religieuses et culturelles du pays, mais aussi l’ensemble des populations du Proche et du Moyen Orient. L’histoire a révélé que la guerre du Golfe de 1990-1991 aurait pu être évitée car des propositions de négociation avaient été faites par les différentes parties en présence, en particulier l’Égypte, mais que l’administration américaine a tout fait pour les écarter. De telles propositions de négociation et de compromis existent aujourd’hui sur la question syrienne, mais elles sont, elles aussi, écartées par les États-Unis et leur industrie de guerre. Nous, anarchistes, nous opposons fermement à une intervention militaire. Malgré notre faculté minime à intervenir concrètement, nous exprimons notre solidarité la plus totale envers l’ensemble des populations opprimées de Syrie, des deux côtés , et exprimons le vœu qu’elles seront en mesure un jour de prendre en main leur destin après avoir, ensemble, renversé leurs oppresseurs.

Non au bombardement de la Syrie

Non au néocolonialisme français

La France ne doit pas devenir un supplétif des États-Unis

Relations internationales de la Fédération Anarchiste, 8 septembre 2013.

http://www.federation-anarchiste.org/ relations-internationales@federation-anarchiste.org lfa@federation-anarchiste.org

Lire la suite

Soutien à la lutte contre les grands projets inutiles !

31 Mars 2013 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

Soutien à la lutte contre les grands projets inutiles !

L'Internationale des Fédérations anarchistes (IFA), lors de la CRIFA dans Hradic Krakalove (République tchèque) les 24 et 25 Novembre, a décidé de :

- dénoncer la stratégie politique visant à construire des grands projets d'infrastructure qui détruisent l'environnement pour les seuls avantages de grandes entreprises. Ces projets ne répondent pas aux besoins des habitants, ils se désintéressent leur vie et de leurs souhaits. Les gouvernements dépensent des milliards pour le seul profit d'une minorité, pour les grandes entreprises comme Vinci, par exemple. En fait, ces projets répondent à un choix politique de contrôle des territoires, de soutien aux potentats locaux, à des fins électoralistes, etc


- soutenir toutes les luttes contre ces projets, comme le mouvement No-TAV en Italie ou contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes en France, en occupant et en résistant à l'État, à la police et aux entreprises.

Nos Fédérations sont impliquées dans ces luttes et appelent tous les anarchistes à rejoindre et soutenir ces mouvements.

CRIFA - Hradic Krakalove (République tchèque) les 24 et 25 Novembre

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>