Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

appels

Rassemblement populaire antiraciste à 17h à Montbéliard

20 Janvier 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Suite à l'annonce du Front Comtois (http://www.front-comtois.com/) de la venue de Serge Ayoub (alias Batskin) à l'espace associatif de Montbéliard le Samedi 22 Janvier et face à l'impuissance des politiciens pour interdire cette conférence, le SCALP Montbé, les syndicats FSU et CGT du Pays de Montbéliard appellent à un rassemblement populaire antiraciste à 17h à la Pierre à poissons, place Denfert à Montbéliard.


Pas besoin de décrire très longtemps Batskin, très actif dans les années 80, c'est LE "héros" néo-nazi en France et si vous avez la simple curiosité de taper Batskin sur google vous allez vous rendre compte trés vite de la nature du personnage.En octobre 2010, il lance le réseau syndical « Troisième voie, pour une avant-garde solidariste » (http://www.3emevoie.org/), c'est dans ce contexte qu'il vient samedi à Montbéliard.

Batskin veut ainsi récupérer la classe ouvrière. Certes une partie de cette classe est blanche, catholique, hétérosexuelle et surtout pas syndiquée avec les "gauchistes crasseux". Mais le néo-nazi parisien doit se mettre dans la tête que la classe ouvrière à plusieurs couleurs à Montbéliard (comme ailleurs) et la "révolutionnaire" 3ème voie de Batskin n'est pas au goût de la majorité de la classe qu'il veut récupérer.

Malgré plusieurs alertes de différents groupes antiracistes, la mairie persiste à prêter la salle pour la troisième fois à un groupuscule d'extrême droite: le Front Comtois, qui avant de vouloir s'approprier la classe ouvrière, s'est déjà approprier le terroir Comtois. En effet, c'est grâce à cette couverture de défense du patrimoine que le groupe se camoufle et  peut ainsi obtenir une salle dans un espace associatif.

L'histoire nous a prouvé que les institutions seules ne peuvent pas nous protéger du fascisme, alors défendons notre ville par un rassemblement populaire. Le but de ce rassemblement est de se rendre devant l'espace associatif et de tenir le pavé afin que la conférence ne puisse pas avoir lieu.

Notre rassemblement se veut le plus large et le plus ouvert possible, dans l’idée de mobiliser tous les acteurs du front social (groupes, collectifs, associations, syndicats, partis) comme cela a pu se faire à Lyon le 10 avril dernier, à Nancy le 13 Novembre ou encore à Besançon le 20 Novembre (
http://scalpbesak.wordpress.com/).

Montbéliard ne sera jamais le point de ralliement des nazis de Franche-Comté.

Samedi mobilisons-nous afin que l'extrême droite ne se sente nulle part chez elle.

Venez nombreux, offensifs et déterminés :

Rassemblement populaire antiraciste à 17h à la Pierre à poissons, place Denfert à Montbéliard


SCALP Montbé


Scalp Besak
Solidaires - Egalitaires - Libertaires
http://scalpbesak.wordpress.com/

 

Lire la suite

La prison ne sera jamais une solution !

17 Janvier 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

 

Rassemblement devant la préfecture à 18h,

 

Ce mercredi 19 janvier 2011

 

 

  

La prison ne sera jamais

Une solution !

BRUNO ET IVAN.... ET TOUS LES AUTRES

Le 19 Janvier 2008, à Vincennes, Bruno et Ivan partent pour une manifesta­tion au centre de rétention. Ils ont sur eux un mélange fumigène (chlorate de soude, farine et sucre), quelques pétards et des clous tordus (crève pneu), le tout pour se faire voir et entendre des sans-papiers retenus et pour ralentir l’arrivée de la répression. Ils sont arrêtés avant même de partir et accusés de « transport et détention, en bande organisée, de substance ou produit incendiaire ou explosif, d’éléments composant un engin incendiaire ou explosif pour préparer une destruction, dégradation ou atteinte aux per­sonnes. Association de malfaiteurs en vue de commettre un crime de des­truction volontaire par l’effet d’un incendie, d’une substance explosive ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, commis en bande organisée ». Bref de terrorisme sous prétexte que ces éléments pourraient servir à fabriquer une bombe.

Mais le prétexte est bien entendu fallacieux et leur arrestation ne sert qu’à alimenter le fantasme de l’anarcho-autonome comme terroriste dangereux mais arrêté à temps sur le dos de celleux qui cherchent à lutter de manière différente et indépendante, hors de cadre préétablis.

Bruno a été placé en détention à Fresnes durant quatre mois et demi puis sous contrôle judiciaire. Limité dans ses déplacements au territoire de Belfort et à la Haute-Saône en attendant son procès, il s’y est soustrait assez vite pour pouvoir vivre socialement à nouveau jusqu’au 20 décembre 2010 date à laquelle un contrôle d’identité l’a renvoyé derrière les barreaux.

Que Bruno ait lutté à nos cotés à Besançon lors du LMD et du CPE nous force à nous interroger sur son cas, mais il est loin d’être isolé...

Force est de constater que depuis les révoltes de novembre 2005 où nombre de contestataires ont été incarcérés, le phénomène ne cesse de s’amplifier et qu’à chaque contestation alternative (élection de Sarkozy, mort d’un jeune à Villiers-le-Bel, entrée dans l’OTAN à Strasbourg, sommet de l’immigra­tion de Vichy, ouverture d’une prison à Poitier, assassinat d’un braqueur à Grenoble, fin de manifestation contre la réforme des retraites...) suit son lot de condamnations souvent lourdes.

Et avec un pouvoir qui assène aussi durement des réformes et des idées aussi impopulaires, on ne peut douter que ce type de contestation va conti­nuer, et que le nombre de prisonniers politiques va augmenter !

 

LA PRISON AU CENTRE D’UNE POLITIQUE

Mais l’incarcération des militants politiques n’est que l’arbre qui cache la forêt, et ce que cherche le pouvoir actuellement, c’est de condamner toutes alternatives, qu’elle soient politiques, ou de simple vie.

Car à travers une superposition de lois tou­jours plus liberticides (de la LSQ à la LOPPSI en passant par la sécurité routière, l’aide aux sans-papiers et la lutte contre le terroris­me), et avec l’aide des peines planchers (ou peines automatiques), c’est une partie gran­dissante de la population qui est touchée par l’incarcération directe (en prison) ou détour­née (chez soi avec un bracelet électronique).

Ainsi, nous passons allègrement de 47 837 écroués en 2001 à 66 089 en 2010 auxquels peuvent s’ajouter les 4 500 condamnés à rester prisonniers chez eux. En élargissant la marge, nous finissons par tous devenir des marginaux potentiellement incarcé­rables, l’affaire Tarnac le prouve volontiers puisque que de militants politiques créant une alternative concrète, ils deviennent des « anarcho-autonomes terroristes ».

De plus, avec cette augmentation manifeste du nombre d’affaires à traiter, la justice se trouve débordée et le temps de traitement judiciaire explose, les non jugés représen­tent aujourd’hui 25 % des détenus alors même qu’ils sont censés être présumés innocents.

Ainsi, cela fait trois ans que Bruno a été ar­rêté et placé en détention et pourtant, aucun jugement n’a été prononcé (pas plus qu’à l’encontre d’Ivan, qui ne s’est pas soustrait à son contrôle judiciaire). S’il n’était parti vivre sa vie, cela ferait trois ans qu’il n’aurait plus de vie sociale encore moins militante.... juste pour avoir voulu témoigner sa solidarité.

Solidarité avec les sans-papiers qui eux aussi paient cher la politique du tout-car­céral et de la chasse à la marginalité, et qui sans n’avoir rien fait de répréhensible (si ce n’est de respirer de l’air français et d’user des rues françaises, le tout sans papier !) gonflent nos tribunaux et sont incarcérés dans des camps (appelés centres de réten­tion) sans aucune humanité.

 

Rassemblement devant la préfecture à 18h,

 

Ce mercredi 19 janvier 2011

 

Collectifs et individus mobilisés contre les

incarcérations automatiques et inhumaines…

Lire la suite

Semaine de solidarité avec les Neuf de Reykjavik !

10 Janvier 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Semaine de solidarité avec les Neuf de Reykjavik !

Semaine internationale d'actions en solidarité avec les Neuf de Reykjavik – du 10 au 16
janvier 2011

Un appel a été lancé pour une semaine d'actions en soutien aux Neuf de Reykjavik (RVK9),
du 10 au 16 janvier 2011. Ces neuf individus, anarchistes et gauchistes radicaux,
risquent jusqu'à 16 ans de prison ferme pour avoir manifesté contre le Parlement
islandais.

En décembre 2008, la balle qui tua Alexandros Grigoropoulos mit le feu aux rues
d'Athènes, un feu qui se propagea rapidement à toutes les villes de Grèce.

Ce même mois de décembre, à l'autre bout de l'Europe, en Islande, une autre révolte était
en route, née des décombres de l'économie qui s'était effondrée à l'automne. Au cours de
l'hiver 2008, l'Islande, première victime de la crise mondiale, assistait à la plus large
mobilisation de son histoire. Des manifestations, rassemblements de masse et assemblées
populaires, actions directes et confrontations quotidiennes, et pour finir des émeutes,
réussirent à faire tomber le gouvernement de droite de l'époque.

Pourtant, tout comme en Grèce cette balle n'était qu'une seule des causes d'une révolte
qui tenait à des milliers de raisons, en Islande la bulle qui éclata cet automne n'était
que l'étincelle nécessaire à la rage et à la frustration refoulées au cours de deux
décennies contre le gouvernement néo-libéral — et plus largement, contre le système
politique et économique tout entier.

À l'heure actuelle, l'État islandais menace d'emprisonnement neuf individus, choisis
comme bouc-émissaires de l'insurrection qui mena à la chute du gouvernement en janvier
2009. Ils et elles sont les Neuf de Reyjavik.

Le 8 décembre 2008, pendant qu'en Grèce des milliers de personnes descendaient dans la
rue, à Reyjavik, en Islande, un groupe d'une trentaine de personnes prenait d'assaut le
Parlement. Elles entrèrent dans le but d'interrompre l'assemblée et de lire un communiqué
de protestation. Malgré le fait que l'accès aux tribunes publiques est ouvert à tous, la
police, secondée par les gardes, bloqua l'entrée et arrêta le groupe dans l'escalier.
Seuls deux des trente personnes parvinrent à accéder à la tribune. Après une légère
échauffourée, plusieurs personnes furent arrêtées et les autres forcées de se disperser.

Un an plus tard, les autorités ciblèrent 9 de ces 30 personnes. Ils et elles sont
principalement accusé-e-s, entre autres, d'avoir menacé l'autonomie du parlement. La
peine associée est d'un an de prison minimum, jusqu'à la perpétuité (soit 16 ans en
Islande) !

Cette action n'en était qu'une parmi une pléthore d'actions qui eurent lieu
quotidiennement en Islande au cours de l'hiver 2008 : manifestations massives, visites
aux domiciles des ministres et banquiers, sabotages de propriétés de l'État,
perturbations des réunions gouvernementales et sabotage massif du système de transmission
en direct du débat annuel des partis politiques. Une part intrinsèque de cette
insurrection fut le mouvement anarchiste en pleine expansion, qui trouve son origine dans
des années de luttes contre l'industrie lourde et la destruction environnementale qui en
résulte, toujours au nom d'un «développement vert» !

Les racines de cette insurrection apparurent clairement lorsqu'elle adopta en masse et
pour la première fois des tactiques de confrontation, comme lors de l'attaque sans
précédent du commissariat central de Reykjavik par une foule de 500 personnes répondant à
l'arrestation d'un anarchiste.

La révolte atteint son paroxysme les 20 et 21 janvier 2009, lorsque des milliers
d'individus se rassemblèrent devant le Parlement afin d'empêcher sa première assemblée de
l'année. Le début de la fin pour ce gouvernement fut signé par un nouveau groupe formé
d'étudiant-e-s, Oskra, lorsque celui-ci brisa les lignes de police devant le Parlement.
Cette action fut suivie de 48 heures de rage et de furie, accompagnées de bruit, de feu
et de pierres. Le sapin de Noël fut sacrifié sur le feu et toutes les vitres du Parlement
furent brisées sans exception. Pour la première fois en 60 ans les gazs lacrymogènes se
répandirent dans l'air de Reykjavik. La police à bout de nerfs, il restait deux options
pour l'État : faire appel à l'armée danoise (colons historiques de l'Islande) qui
attendait depuis 3 mois dans le port extérieur de Reykjavik, ou dissoudre le
gouvernement.

Le procès de Neuf de Reykjavik est un cas flagrant de persécution politique. Les
enregistrements des caméras de vidéo-surveillance utilisés comme preuves ne prouvent rien
d'autre, et sans que le moindre doute soit possible, que le fait que la violence était du
côté de la police et des gardes.

Le gouvernement actuel «de gauche» a pris le pouvoir en mai 2009 sur le dos du mouvement
populaire qui avait renversé le précédent. Ce gouvernement refuse de se mêler de ce
procès. Il ne s'agit pas d'un manque de volonté politique, mais bien d'une volonté
politique claire de criminaliser les éléments radicaux de la révolte, après avoir utilisé
cette même révolte et ignoré les exigences populaires de rétribution à l'encontre des
politiciens et des banquiers responsables de la crise, dont aucun n'a été amené devant la
justice !

Tout comme dans d'autres pays d'Europe, le «socialisme» semble être le médium le plus
approprié pour la plus vicieuse restructuration néo-libérale de l'économie. En Islande,
le gouvernement de gauche, avec la bénédiction des syndicats vendus et sous la
surveillance stricte du FMI, est celui qui réalise les réductions budgétaires massives,
la privatisation et la grande braderie des ressources naturelles pour développer plus
avant l'industrie lourde. Tout ceci bien sûr au nom de «la crise» et dans un climat de
nationalisme, néo-fascisme et xénophobie qui en sont la conséquence. Il est à noter que
des groupes néo-nazis ont soudain émergé et participé aux récentes manifestations «contre
la crise» à Reykjavik en 2010 ! Ils ont heureusement été attaqués par des manifestants
anarchistes.

L'audience finale du procès de Neuf de Reykjavik aura lieu au tribunal de Reykjavik les
18, 19, et 20 janvier 2011. Un appel a été lancé pour une semaine d'actions
internationales en soutien aux Neuf de Reykjavik, la semaine précédant le procès, soit du
10 au 16 janvier.

Pour cette petite île-État à la périphérie de l'Europe, toute attention négative venant
de l'étranger a un impact fort sur les autorités, l'élite et les médias institutionnels.
Pour cette raison il est impératif que nous leur donnions toute l'attention négative
qu'ils méritent. Que les autorités islandaises sachent que le monde les regarde, qu'elles
sachent qu'il y aura des conséquences sérieuses si les Neuf de Reykjavik sont condamné-e-
s !

Nous appelons à TOUT TYPE D'ACTIONS en solidarité avec les RVK9 et contre l'État
islandais !

LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !

Lire la suite

Indonésie.

3 Juillet 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Indonésie.

 

Appel à solidarité Institut-A-Infohouse de Djakarta

 

Cela fait un an que l'Institut-A-Infohouse existe grace aux soutiens extérieurs. Même si cela a été difficile, cette première année a aussi été riche en émotions. L'institut-A est le premier lieu de ce type en Indonésie. Un autre lieu similaire s'est ouvert à Bandung. Nous oeuvrons selon 3 principes : la création d'une librairie, la création d'un Centre communautaire et d'un Espace libre. Nous structurons notre activité économique autour d'un atelier DIY et d'un café végétarien.Si la plupart de nos projets ont pu être mener à bien, nous nous heurtons encore à des difficultés.
Ce que nous avons réalisé.

 

Un infoshop qui contient plusieurs centaines de livres, fanzines, des brochures et des films. Nous avons une bibliothèque mobile et nous traduisons des livrets en indonésien.
Le Centre communautaire et l'Espace libre où nous organisons des débats, des projections de films.
Atelier DIY et Café végétarien. Nous pensions ouvrir un café végétarien pour financer nos actions mais nous n'avons pas eu les moyens nécessaires. Du coup, nous nous concentrons sur l'atelier. Nous utilisons des matériaux récupérés pour fabriquer des objets divers.

 

Nous participons à d'autres actions et manifestations sociales.

 

Nous sollicitons donc à nouveau l'aide internationale pour nous permettre de mener à bien nos activités.

 

Jl. Arteri Permata Hijau No. 14, Kebayoran Lama, Jacarta Selatan, Indonésia.

 

 Contact: instituta@alphabetthreat.co.uk ou detha@riseup.net http://instituta.webs.com

 

Lire la suite

LIBERTE POUR SIVA

16 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

LIBERTE POUR SIVA

PARCE QUE QUAND ON VIT ICI ON RESTE ICI

RASSEMBLEMENT POUR EXIGER SA REGULARISATION

JEUDI 17 juin 2010

17H30

PREFECTURE

SIVA est en France depuis 10 ans. Sa femme est française

Toute sa famille en Inde est morte dans le tsunami de 2004.

SIVA est informaticien. Il pourrait être embauché du jour au lendemain comme chef de projet s’il était régularisé.

Siva, le petit vendeur de roses, doit vivre en France

Mais il est retenu en vue de sa déportation depuis le 28 mai à Geispolsheim .

Le préfet doit se prononcer sur sa libération, seule notre mobilisation pourra l’influencer.

 

Pour plus d’infos:

http://www.educationsansfrontieres.org/article29974.html

http://siva-besancon.over-blog.com/

 

Lire la suite

les 7 du Mirail

14 Juin 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Pour le retrait des plaintes contre les 7 du Mirail

 


Signer la pétition - Voir les signataires


Revenir sur le portail des Luttes Etudiantes

 

Du 2 février au mois de juin 2009, un important mouvement contre des réformes imposées sans concertation a soulevé, ensemble, personnels enseignants, chercheurs, Biatoss et étudiants de la plupart des universités françaises, dont la nôtre.
Après des convocations au commissariat au cours de l'été 2009, sur plainte de la direction de l'université, sept étudiants ayant participé, parmi des centaines d'autres, à ces événements sont accusés de « vols » et de « dégradations ». Ils passent en procès le 24 juin 2010, et risquent de très
lourdes peines, « pour l'exemple ».
Nous sommes étudiants, enseignants, chercheurs, Biatoss, travaillant sur les différents sites de l'université de Toulouse - Le Mirail. Quelle que soit notre opinion sur les faits en question et leur exactitude (ou plus généralement sur le mouvement de l'année dernière), nous n'acceptons pas
qu'une université, qui a déjà requis l'intervention des forces de l'ordre à l'intérieur du campus, poursuive en justice certains de ses étudiants, connus et identifiés par leur engagement militant, pour des événements ayant eu lieu dans le cadre d'un mouvement social, national et massif.
Nous demandons le retrait immédiat et inconditionnel des plaintes déposées à l'encontre de ces étudiants.

Comité de soutien personnels-étudiants aux sept inculpés du Mirail.

Nous appelons les étudiants, enseignants, chercheurs, Biatoss des universités françaises, et toute personne de bonne volonté, à se joindre à cette demande.

 


Signer la pétition - Voir les signataires


Revenir sur le portail des Luttes Etudiantes

pétition réalisée avec le logiciel libre phpPetitions

Lire la suite

La solidarité est notre arme !

2 Mai 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Visite de M. Batakovic, ambassadeur de la République de Serbie en France qui donnera une conférence intitulée : "Les relations entre la France et la Serbie hier et aujourd'hui" à Besançon le lundi 3 mai 2010 à 18h, Faculté des Lettres, salle Préclin (20 rue Chifflet).


Certains d'entres vous doivent savoir que des militants de l'Initiative Anarcho-Syndicaliste (ASI, section serbe de l'Association Internationale des Travailleurs), subit actuellement une violente répression (les 6 compagnons sont sorti de prison mais sont toujours poursuivis, et menacés par les fachos, voir ci-dessous le récapitulatif actualisé).
En solidarité, rendons nous  à cette conférence lundi 3 mai 2010 à 18h, Faculté des Lettres, salle Préclin (20 rue Chifflet) pour interpeler publiquement l'ambassadeur.



La classe dirigeante serbe poursuit contre le mouvement libertaire sa répression exacerbée, qui a commencé en septembre 2009 avec l’arrestation des six de Belgrade - Sanja Dojkic, Tadej Kurepa, Ratibor Trivunac, Ivan Vulovic, Nikola Mitrovic et Ivana Savi. Depuis lors, un groupe anarchiste inconnu, « Black Ilija », a revendiqué l’envoi de deux bouteilles de liquide brûlant sur un trottoir avoisinant l’ambassade grecque à Belgrade, en réaction au traitement barbare des rebelles par l’État grec, causant alors à l’ambassade un dommage s’élevant à 18 euros. Les médias du régime, aidés par des analystes et des sources « bien informées », ont lancé une chasse à la seule organisation anarchiste qui opère publiquement en Serbie – la confédération syndicale « Initiative Anarchosyndicaliste » (ASI), section de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT). Ce qui avait commencé comme des spéculations de la part des médias sur la connexion entre l’ASI et les événements devant l’ambassade a été complété par l’arrestation de quatre membres du groupe local de l’ASI à Belgrade et de deux autres anarchistes de Belgrade et, plus tard, après l’intervention de la présidence dans les médias, l’élévation de la première mise en accusation en Serbie pour le crime de « terrorisme international ». Les six de Belgrade ont passé les cinq mois et demi suivants dans de terribles conditions d’isolement et de torture à la prison centrale de Belgrade.

La réaction à l’arrogance apparente et aux actions répressives manifestes de l’État, reflétées par la fabrication de preuves contre les anarchistes et la qualification absurde de « terrorisme international » de cet événement, a servi de base à la mobilisation massive d’un public considérable contre ce procès, qui a été étiqueté immédiatement comme étant le procès politique des détracteurs du régime. Pendant la période de détention des six de Belgrade, le public, en Serbie, dans sa région et dans le monde entier, a réagi fortement contre le comportement des autorités serbes. Outre le grand nombre de pétitions publiques et de lettres de protestations, le mouvement libertaire a organisé une série d’actions de protestation, en Serbie ainsi qu’en Croatie, Macédoine, Slovénie, Pologne, Slovaquie, Portugal, Autriche, Australie, Grande-Bretagne, Russie, Ukraine, Grèce, République tchèque, Pays-Bas, Bulgarie, Allemagne, Hongrie, Portugal, Italie, France, Turquie, États-Unis, Suisse, Suède, Espagne, etc. De très nombreux intellectuels, artistes et figures publiques de première file de tout le territoire de l’ancienne Yougoslavie se sont joints aux protestations et aux activités de soutien aux anarchistes détenus. L’intérêt suscité par le cas et la pression exercée par le public a joué indubitablement un rôle crucial dans la remise en liberté des six de Belgrade. Après la première audition des détenus, qui s’est tenue le 17 février et à laquelle plus de 200 personnes ont tenté d’assister en se déplaçant de Serbie et du reste du monde, la cour a décidé de suspendre la détention et a permis aux anarchistes de préparer leur défense hors de prison.

Malgré la victoire du public avec la remise en liberté des accusés pour qu’ils défendent leur cause, l’État, pendant toute cette période de détention et de procès des six et encore ensuite, a fait savoir clairement qu’il n’a pas l’intention de réduire la pression sur notre organisation et le mouvement libertaire en général. Dès la fin du mois d’octobre 2009, trois membres du ASI local de Vršac – Ivan Feher, Nenad Horvat, et le jeune RK – ont été arrêtés pour avoir collé des affiches portant l’inscription « Liberté pour les anarchistes détenus ». Les autorités ont lancé contre eux des poursuites pénales pour le crime nouvellement institué et fortement controversé d’ « obstruction à la justice ». Des poursuites pénales pour le même crime concernent deux autres anarchistes – Živadinovic, citoyen serbe et résident permanent de Vienne et Davor Bilic, ressortissant croate – qui sont allés au procès à Belgrade pour soutenir leurs compagnons détenus. Dans le hall du tribunal, ils ont arboré un papier portant le slogan « l’anarchisme n’est pas du terrorisme » écrit à la main et l’ont placé contre la fenêtre du prétoire pendant quelques secondes. Les deux compagnons ont été immédiatement mis en garde à vue et ce au-delà du délai légal, puis relâchés pour leur défense sans leur passeport, qui ont été saisi.

Cela fait plus d’un mois et demi que l’interdiction de quitter la Serbie a été prononcée, et les investigations ont démontré que le juge chargé du cas des six de Belgrade, Dragomir Gerasimovic, n’a pas été gêné par leur geste pendant l’accomplissement de ses fonctions. Malgré cela, le 23 mars, le procureur général adjoint, Svetlana Nenadic, a confirmé la mise en accusation ouvrant un nouveau procès politique, qui cette fois met en avant le fait qu’il n’y a aucune partie lésée. Expérimentant sa première défaite dans le cadre du procès des six, l’État a décidé d’employer des façons alternatives de répression et d’intimidation à l’égard des anarchosyndicalistes. Début mars, des affiches fascistes « Fais la connaissance de ton voisinage — apprends à connaître les ennemis de la Serbie » ont émergé près de l’entrée de l’une des tours d’immeubles de Belgrade. Les affiches font figurer la photo d’un des anarchosyndicalistes de Belgrade et membre des six de Belgrade, Ivan Vulovic, qui vit dans un des blocs susmentionnés. L’appel au lynchage est assorti d’une liste fictive de « crimes » commis par l’ASI, et de la phrase « Il en existe pour les juger si un tribunal corrompu ne le fait pas », avec un slogan menaçant : « Nous savons où vous vivez, nous savons où vous dormez ».

Depuis le début de cette vague de répression contre l’ASI, de nombreux membres de l’ASI sont sous surveillance policière constante et régulièrement menacés et interrogés par la police. Une atmosphère de peur a été créée par la police au sein du mouvement et a causé la paralysie de nombre de nos compagnons ; c’est seulement à partir du relâchement des six que nous avons pu observer les premiers pas d’une sérieuse reconstruction du mouvement et de l’initiative anarchosyndicaliste. Bien qu’elle ait déstabilisé et apeuré certains membres du mouvement, et pendant un certain temps poussé de fait notre organisation dans l’illégalité, la vague de répression ne nous a pas détruits, et désormais, enrichis de nouvelles expériences et d’idées d’autant plus solides, nous avons réussi à affirmer des positions qui nous permettront de commencer à riposter.

Au cours de la période qui a suivi la première audition, les membres des six Ivan Savic et Ratibor Trivunac ont rencontré l’ombudsman de la République serbe, Saša Jankovic, et son délégué chargé des droits des personnes privés de liberté, Miloš Jankovic. Des preuves leur ont été présentées de la torture d’Ivan Savic, de qui des gardiens de prison ont tenté d’extorquer, en le strangulant, des aveux de tentative d’assassinat du consul grec à Belgrade avec deux bombes défensives, puis ils ont été informés des violations des droits de Ratibor Trivunac produites pendant sa détention. Pendant l’entrevue avec l’ombudsman, il a été stipulé qu’aucun autre détournement de la loi ne serait toléré, sous la forme de cas politiques fabriqués à l’encontre d’anarchosyndicalistes de Vršac et de saisies de passeports, étant donné que l’ombudsman a spécifiquement souligné la privation de liberté arbitraire subie par Rada et Davor après l’expiration du délai légal de 48 heures. Pendant la même période, des membres des six de Belgrade ont été contactés par des représentants de l’Union européenne proposant un entretien relatif à leur cas.

Le mardi 23 mars, une deuxième audition a eu lieu dans le cadre du procès politique contre les six anarchistes de Belgrade. Victimes d’un chantage leur signifiant la possibilité de retarder le procès d’un mois et sa prolongation indéfinie, les défendeurs ont été forcés de participer à la deuxième audition en l’absence de leur public, qui s’est à nouveau réuni en grand nombre dans les couloirs du tribunal. Même la présence de leurs proches les plus intimes a été empêchée. Les défendeurs et leurs avocats n’avaient eu vent de la modification de la charge de « terrorisme international » en « provocation de danger public » que par les médias, qui avaient diffusé la déclaration du porte-parole du bureau des procureurs généraux, Toma Zoric. Ni eux ni les avocats n’avaient été informés du changement de l’accusation avant la deuxième audition, et ne l’ont été que le jour du procès, pendant la pause d’une heure qui leur a été accordée avec ce motif par le juge Dragoljub Gerasimovic, désormais chargé du procès en procédure abrégée. Selon la nouvelle mise en accusation, les six anarchistes de Belgrade sont accusés d’avoir mis sur pied et mené l’attaque de l’ambassade grecque à Belgrade dans le but de soutenir le rebelle grec Todoris Ilioupulos « en commettant un crime de provocation de danger public ». Le changement de l’accusation a été créé le 22 mars par le biais d’un mémorandum du bureau du procureur de la République à Belgrade délivré à la Haute cour de Belgrade.

Le mémorandum indique dans la première phrase que les documents de l’objet criminel K-1633/10 sont renvoyés à la cour « ainsi que la mise en accusation modifiée indiquant que », et vient ensuite presque littéralement la déclaration de la première mise en accusation dans laquelle, sans aucune explication, seul le nom du crime dont les défendeurs sont accusés change et les paragraphes de la loi pénale généralement utilisés pour ce genre d’événements sont modifiés. Cette mise en accusation étant différente de la première et sous la pression du public, le bureau des procureurs a décidé d’abandonner la tentative de criminalisation de notre organisation dans cette accusation ; donc, dans cette version, la déclaration selon laquelle l’attaque a été organisée par l’ASI n’existe pas. En se basant sur une accusation fabriquée, en requalifiant le délit d’individus inconnus devant l’ambassade grecque comme un crime dont les six de Belgrade sont accusés, l’État poursuit sa répression contre les principaux membres libertaires de notre organisation. Les contradictions, qui composent la majeure partie de l’accusation, sont la base sur laquelle repose la défense des accusés pour démontrer, avec succès, le caractère vide des positions du procureur. Par exemple, il a été confirmé à nouveau qu’Ivan Savic et Nikola Mitrovic n’ont pas été présents sur les lieux, comme cela était indiqué dans la mise en accusation. La suite du procès, au cours de laquelle le verdict sera très probablement rendu, est prévue le 23 avril. Un autre témoin de la défense sera alors entendu, et les sentences finales seront communiquées.

La confédération syndicale « Initiative Anarchosyndicaliste », avec le soutien de tout le mouvement libertaire au sein du pays, dans le monde, et du public démocratique dans son ensemble, exige de l’État serbe le retrait de sa mise en accusation insensée contre les six de Belgrade et qu’il mette un point final au procès burlesque qui se déroule à leur encontre. Nous exigeons également que la mise en accusation des trois compagnons arrêtés à Vršac et des deux arrêtés lors du procès des six de Belgrade soit retirée, et que leur jugement prenne ainsi fin. Nous exigeons que leurs papiers d’identité soient restitués à Davor et à Rada pour qu’ils puissent enfin rentrer chez eux. Il est d’une importance capitale de maintenir la pression sur l’État de Serbie jusqu’à ce que le verdict de nos six compagnons soit rendu ; à cette fin, des actions de protestation sont attendues jusqu’au 23 avril ainsi qu’une grande participation au procès lui-même.

La solidarité est notre arme !

À Belgrade,
Le 4 avril 2010

Secrétariat international de la confédération syndicale « Initiative Anarchosyndicaliste », section de l’ Association Internationale des Travailleurs - ASI-AIT

Lire la suite

Salon du livre anarchiste à Montreal

16 Février 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

À notez dans vos agendas ...
LE SALON DU LIVRE ANARCHISTE DE MONTRÉAL 2010
Les 29 et 30 MAI, 10h-17h
Au CEDA, 2515 Delisle
(tout près du métro Lionel-Groulx)
GRATUIT. Bienvenue à toutes et tous!
Ni dieux, ni maîtres; ni frontières, ni patrons!
Pour les anarchistes et ceux/celles qui s'intéressent à l'anarchisme.

-> Avec des distributeurs de partout au Québec et en Amérique du Nord, des ateliers,
des films, des discussions, des expositions, des activités pour les enfants et bien
plus !
-> Tout le mois de mai 2010: Le Festival de l'Anarchie avec différents évènements en
divers lieux
-> NOTE: Pour le Salon du livre de cette année, il y aura des tables d'exposition
pendant deux jours : les 29 (samedi) et 30 (dimanche) mai, entre 10h et 17h.
----------

Le Salon du livre anarchiste de Montréal (ainsi que le Festival de l'Anarchie)
rassemble les idées et pratiques anarchistes, par les mots, les images, la musique,
le théâtre et les luttes quotidiennes pour la justice, la dignité et la libération
collective.

Le Salon du livre anarchiste s'adresse aux anarchistes, mais également à celles et
ceux qui ne se considèrent pas nécessairement comme anarchistes mais qui ont
développé une certaine curiosité vis-à-vis de l'anarchisme. Le Salon est un espace
où les anarchistes peuvent se rencontrer et échanger dans un esprit de respect
mutuel et de solidarité. Tous et toutes y sont bienvenu-e-s.

Le Salon du livre anarchiste est organisé dans un esprit d'ouverture vis-à-vis des
différentes traditions, visions et pratiques de l'anarchisme. Nous cherchons à
promouvoir l'anarchisme en mettant en pratique des valeurs comme l'entraide, la
démocratie par la base, l'action directe, l'autonomie et la solidarité, et en nous
opposant à toutes les formes d'oppression.

Le Salon du livre et le Festival de l'anarchie sont une occasion importante de
rassemblement et un point de référence pour les idées et les pratiques
anti-autoritaires en Amérique du Nord.

-> Pour savoir « Qu'est-ce qui se passe au Salon du livre anarchiste de Montréal? »,
suivez ce lien: http://www.salonanarchiste.ca/fr/node/1
-> Énoncé d'accessibilité: http://www.salonanarchiste.ca/fr/node/31
----------


APPEL À CONTRIBUTIONS
ateliers, tables d'expositions, oeuvres d'art et films

a) Propositions d'atelier: Appel à contributions

Nous vous encourageons à proposer des ateliers et des présentations pour les deux
jours du Salon du livre de cette année (29 ou 30 mai).

Vous pouvez soumettre des ateliers qui sont des introduction à l'anarchisme ou qui
explorent plus en profondeur des thèmes liés à l'anarchisme.

Les ateliers d'introduction doivent s'adresser à des gens qui sont curieux de
connaître les idées anarchistes ou pour qui ce sujet est nouveau. Ces ateliers
devront donc être accessibles aux non-anarchistes.

Les ateliers plus en profondeur devront d'adresser aux gens qui sont déjà familiers
avec l'anarchisme ou qui s'identifient comme anarchistes.

Nous vous invitons aussi à proposer des ateliers qui pourraient être présentés dans
une Salle des médias autonomes. Les ateliers sur les médias autonomes peuvent être
des ateliers pratiques et de partage des connaissances ou des ateliers qui explorent
en profondeur un aspect des médias indépendants, alternatifs et autonomes.

S'il-vous-plaît consultez le lien suivant pour plus de détails sur les propositions
d'atelier, dont les directives:
http://www.salonanarchiste.ca/fr/node/25

--> La date limite pour la réception des propositions d'ateliers est le 21 MARS 2010.


b) Tables d'expositions: Appel à contributions

Le coeur du Salon du livre est l'auditorium principal où se trouvent les tables des
libraires, des distributeurs, des journaux indépendant et des groupes politiques de
partout à Montréal, du Québec, de l'Amérique du Nord et de l'étranger.

Cette année, il y aura des tables d'exposition pendant les DEUX jours - samedi le 29
mai et dimanche le 30 mai, de 10h. à 17h.

Contactez-nous à info@salonanarchiste.ca pour faire une demande de table d'exposition.

S'il-vous-plaît, veuillez fournir TOUTES les informations suivantes clairement pour
faire une demande de table d'exposition au Salon du livre:
a) le nom de votre groupe et l'endroit d'où vous venez (dans les mots exacts que
vous voulez que nous utilisions dans nos publicités); b) les informations pour
communiquer avec vous (téléphone, courriel et l'adresse de votre site web); le
numéro de téléphone et le courriel sont pour l'usage des organisateurs et
organisatrices du Salon du livre seulement, mais l'adresse du site web servira de
lien à partir de notre site; c) indiquez si vous voulez votre table pour les deux
jours, seulement samedi ou seulement dimanche; d) indiquez si vous avez déjà eu une
table au Salon du livre; si vous n'avez jamais eu de table au Salon du livre avant,
s'il-vous-plaît joignez une brève description de votre groupe et une description du
matériel que vous prévoyez distribuer au Salon, ainsi que votre accord avec les
principes du Salon du livre: http://www.salonanarchiste.ca/fr/node/43

--> La date limite pour la réception des propositions de tables est le 1er AVRIL 2010.


c) Oeuvres d'art : Appel à contributions

Le Salon du livre anarchiste de Montréal réserve un espace pour la diffusion
d'oeuvres d'art liées à l'anarchisme, l'anti-autoritarisme, l'autonomie et les
luttes supportées par les anarchistes. Faîtes nous part de vos propositions
d'expositions de photos, d'affiches, de créations originales ou de reproductions. Le
collectif du salon du livre considèrera toutes les oeuvres respectant les principes
de base du salon. Les oeuvres devront être accrochées ou suspendues aux murs, voire
placées dans un espace délimité.

Si vous faites une proposition artistique, s'il-vous-plaît fournissez clairement les
informations suivantes: a) un titre clair et une courte description (pour notre
publicité); b) le médium utilisé (affiche, photo, sculpture, etc.); c) les
informations pour vous contacter; d) si possible, s'il-vous-plaît envoyez nous aussi
un fichier jpg ou pdf des oeuvres d'art que vous voulez exposer.

--> La date limite pour les propositions pour l'exposition artistique est le 1er
AVRIL 2010.


d) Films : Appel à contributions

Le Salon du livre anarchiste réserve également un espace pour la projection de films
durant la tenue du Salon. Les films présentés doivent être en lien avec
l'anarchisme, avec des luttes soutenues par les anarchistes ou doivent concorder
avec les principes de base du Salon du livre.

Si vous faites une proposition de film, s'il-vous-plaît fournissez clairement les
informations suivantes: a) le titre du film et une brève description pour notre
publicité; b) la durée du film; c) la langue du film et des sous-titres, s'il y en
a; d) le format du film; e) indiquez où une copie du film est disponible.

--> La date limite pour les propositions de films est le 1er AVRIL 2010.


e) Festival de l'Anarchie: Appel à contributions

Le mois de mai dans son ensemble sera consacré aux idées ou pratiques anarchistes.
Le Festival de l'Anarchie prendra place dans les semaines qui précèdent le Salon du
livre (les 29-30 mai), avec des événements reliés à l'anarchisme, dans plusieurs
lieux publics de Montréal.

Le collectif du Salon du livre compile les événements à être placés et produira un
calendrier public. La seule fonction du collectif, en plus de diffuser le
calendrier, concernant le Festival, est de veiller à ce que deux évènements ne se
produise pas le même jour. Nous comptons donc sur vous pour organiser les événements
du Festival de l'anarchie. Réservez rapidement une date pour votre événements dans
le calendrier du mois de mai. PremierÈREs arrivéEs, premierÈREs serviEs!

S'il vous plait veuillez noter que les soirées des 18 et 19 mai sont déjà réservées
pour le Festival de théâtre anarchiste de Montréal et que la soirée du 28 est
réservée au Cabaret anarchiste.

Lorsque vous soumettez un événement pour le Festival de l'anarchie, svp incluez
l'information suivante: a) un titre, une date et une description claires; b) un
contact pour rejoindre les organisateurs.

--> La date limite pour soumettre un événement pour le Festival et pour être inclut
dans le calendrier qui sera diffusé est le 1er AVRIL 2010.


CONTRIBUEZ À PROMOUVOIR LE SALON DU LIVRE ANARCHISTE

Si vous souhaitez contribuer à la promotion du Salon du livre anarchiste et/ou du
Festival de l'Anarchie dans votre quartier, votre école ou votre communauté,
communiquez avec nous (info@salonanarchiste.ca )

Nous ferons la promotion du Salon du livre anarchiste dans la région de Montréal.
Avertissez-nous si vous pouver faire de l'affichage et du tractage.

Si vous résidez à l'extérieur de Montréal, communiquez avec nous si vous désirez
recevoir des affiches, prospectus et dépliants. Le matériel de promotion sera aussi
disponible pour téléchargement sur notre site Internet.

Pour ceux et celles qui sont sur facebook, nous vous encourageons à vous joindre à
notre groupe facebook: http://www.facebook.com/group.php?gid=71082453058

Vous pouvez aussi nous suivre sur twitter : http://twitter.com/BookfairAnarMTL


NOS COORDONNÉES

Si vous avez d'autres idées pour le Salon du livre ou le Festival de l'Anarchie,
n'hésitez pas à nous en faire part! Vous pouvez nous rejoindre par courriel, par
téléphone ou par la poste.

-> liste d'annonces : https://masses.tao.ca/lists/listinfo/salon-annonces
-> courriel: info@salonanarchiste.ca
-> web: www.salonanarchiste.ca
-> facebook: http://www.facebook.com/group.php?gid=71082453058
-> twitter: http://www.twitter.com/BookfairAnarMTL
-> tél: 514-679-5800
-> poste: Salon du livre Anarchiste de Montréal
1500 de Maisonneuve Ouest, Suite 204
Montréal, Québec H3G 1N1

Ni dieux, ni maîtres; ni frontières, ni patrons!

Lire la suite

Pour l’interdiction immédiate du Flash-ball

19 Juillet 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels



Pour l’interdiction immédiate du Flash-ball

Mercredi 8 juillet, Joachim Gatti, 34 ans, cinéaste, a perdu un œil touché au visage par l’un des nombreux « flash balls » tiré par des policiers contre un groupe de manifestants pacifiques qui protestaient contre l’expulsion d’un bâtiment occupé à Montreuil. Selon de nombreux témoignages, tous les tirs visaient au-dessus de la taille.

Nous ne saurions recenser l’ensemble des blessures irréversibles dues à l’utilisation de plus en plus fréquente de ces armes dans le « maintien de l’ordre », tant lors de manifestations que dans le quotidien des interventions des forces de police. Rappelons toutefois qu’en moins d’un an, au moins trois manifestants ont été grièvement atteints à l’œil : ce fut le cas de Pierre, 17 ans, un lycéen Nantais lors d’une manifestation à l’automne dernier et Joan, 25 ans, un Toulousain qui participait à une autoréduction dans un supermarché ce printemps.

En 2002, lors de la dotation en flash ball de la police le gouvernement et les syndicats de policiers s’étaient voulus rassurants (?) affirmant que ces armes étaient « non létales » et que leur usage resterait exceptionnel et rigoureusement encadré (suivant le principe de « proportionnalité de la riposte »)... Les faits démontrent qu’il n’en est rien.

Assurée de son impunité, la police utilise quotidiennement ces flash ball de façon offensive, ignorant délibérément ces fameux principes supposés régler leur utilisation et sans hésiter à s’en servir de manière à occasionner le maximum de dégâts (tirs à bout portant, tirs délibérés à la tête, etc.).

Ce qui c’est passé à Montreuil, Toulouse ou Nantes, s’inscrit dans une logique d’utilisation croissante et quotidienne d’une répression expéditive pour faire régner l’ordre : arrestations et interrogatoires d’enfants, multiplication des gardes à vues, criminalisation du syndicalisme, dispersions brutales et violentes de rassemblements « non encadrés » (manifestations, rassemblements, fêtes, concerts), etc.

Parce que nous ne pouvons accepter une telle surenchère de la violence policière ; parce que nous ne pouvons nous résoudre à accepter une société où la réponse à tout conflit ou tensions sociales soient les « tirs tendus » de flash ball : nous demandons l’interdiction immédiate de cette arme, avant que l’irrémédiable ne se produise.

Parmis les premiers signataires
Houria Ackerman, co-présidente de l’Union Juive Française pour la Paix. Daniel Bensaïd, enseignant philo Paris 8. Frédéric Bodin , Secrétaire fédéral SUD-Rail. Gerard Delteil, écrivain. Sylvain George, cinéaste. Eric Hazan, éditeur. Nicole et Jacques Lesage de La Haye. Christian Mahieux, Secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires. Antoine Moreau, artiste, Frédéric Neyrat, philosophe. Gilles Perrault, écrivain. Serge Quadruppani, écrivain, Diane Scott, metteur en scène. Siné, dessinateur. Peter Watkins, cinéaste...

Mis en ligne mercredi 15 juillet 2009

Source :  http://petitions.samizdat.net/flash-ball

Lire la suite

CONTRE LA REPRESSION EN IRAN

25 Juin 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Dans le cadre de la journée internationale "Justice pour les travailleurs d’Iran"

RASSEMBLEMENT LE 26 JUIN à 17 h 30

CONTRE LA REPRESSION EN IRAN

ESLPLANADE DES DROITS DE L’HOMME BESANCON

Face à l’arrestation de centaines de militants syndicaux lors du rassemblement du 1er mai à Téhéran et les dizaines de militants poursuivis, traînés devant les tribunaux et emprisonnés pour avoir milité afin de créer des organisations syndicales indépendantes, 4 organisations syndicales internationales (la CSI et les internationales de l’enseignement, des transports et de l’alimentation) ont décidé, avec le soutien d’Amnesty international, de faire du 26 juin une journée mondiale de solidarité pour les libertés et les droits syndicaux en Iran.

L'actualité récente de l'Iran, où chaque jour la population manifeste contre le régime islamique et pour l'obtention de droits démocratiques, donne à cette journée une tonalité particulière. Le monde entier a été témoin de la sauvagerie du régime avec l'assassinat de plusieurs dizaines de manifestants, dont la jeune Neda tuée par les miliciens bassidji.

Pour réclamer la libération des militants syndicalistes emprisonnés le 1er mai et des manifestants arrêtés ces derniers jours, pour soutenir la lutte du peuple d'Iran pour les libertés démocratiques, et en mémoire de Neda et de toutes les victimes de la répression, nous appelons à un rassemblement le vendredi 26 juin Esplanade des Droits de l'Homme à 17 h 30.

Vous pouvez venir avec des fleurs en mémoire de celles et ceux qui sont tombés sous les coups de la répression.

A l’appel des Unions Locales CFDT - CGT - SUD SOLIDAIRES

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>