Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

appels

Rassemblement de solidarité avec le peuple kurde

16 Janvier 2016 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Constitution du collectif « Besançon Solidarité Kurdistan »

En Syrie et en Irak, les forces progressistes et révolutionnaires kurdes – en particulier le PKK, les YPG et YPJ – constituent l’une des principales forces de résistance face aux terroristes obscurantistes de Daesh. En première ligne dans les combats, elles parviennent à faire reculer les positions de l’Organisation de l’Etat Islamique, comme à Kobané, Sinjar ou Tel Abyad.

Dans les territoires du Rojava (Kurdistan syrien), libérés par les YPG et YPJ, les peuples de la région ont proclamé en 2013 « l’autonomie démocratique », indépendante du régime dictatorial de Bashar Al-Assad. Ils ont créé un système d’auto-gouvernement contrôlé par des assemblées populaires et basé sur l’égalité des sexes, la défense des minorités ethniques et religieuses, des principes écologistes et anticapitalistes. Ainsi, à travers le combat armé qui oppose dans le Rojava les progressistes kurdes aux soldats de Daesh, ce sont deux projets de société antagonistes qui s’affrontent : l’un obscurantiste, fasciste et totalitaire, l’autre révolutionnaire, démocratique, égalitaire et féministe.

Depuis le début du conflit, les Kurdes doivent cependant faire face à un autre adversaire de taille : l’Etat turc, présidé par Erdogan et son parti l’AKP, qui préfèrent soutenir Daesh plutôt que de voir les forces progressistes kurdes gagner en influence et en autonomie.

Depuis cet été, l’Etat turc a repris ses bombardements contre les positions du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et mène une politique de terreur et de répression sanglante contre les forces progressistes et révolutionnaires. Les journalistes et la presse d’opposition sont muselés, les manifestations hostiles au pouvoir sont attaquées par la police, des milliers de militant.e.s de gauche ou syndicalistes sont emprisonné.e.s, de nombreuses villes et villages kurdes sont assiégés par l’armée et plusieurs centaines de civils ont été assassinés.

Malgré cela, ni la France, ni l’Union Européenne ne s’élèvent contre les multiples crimes et atteintes aux droits humains perpétrés par la Turquie (pays pourtant membre comme la France de l’OTAN et de la coalition militaire internationale en Syrie). Au contraire, en maintenant le PKK sur la liste des organisations terroristes, le gouvernement français est complice de la répression qui frappe les progressistes en Turquie et qui affaiblit la résistance à Daesh. Un accord de coopération policière signé en 2011 entre la France et la Turquie facilite même l’extradition de militant.e.s kurdes réfugié.e.s en France.

A Besançon, plusieurs organisations, qu’elles soient politiques, syndicales ou associatives, ont manifesté ces derniers mois leur solidarité avec les forces progressistes qui combattent l’obscurantisme et le fascisme et qui œuvrent pour la paix au Moyen-Orient. Elles ont décidé de se rassembler pour constituer le collectif Besançon Solidarité Kurdistan, qui se donne comme objectifs de :

- manifester notre solidarité et apporter une aide concrète aux forces progressistes qui luttent au Moyen-Orient,

- obtenir le retrait du PKK de la liste des organisations terroristes et l’abrogation de l’accord de coopération policière entre la France et la Turquie.

Ce collectif, ouvert à toutes les forces progressistes de Besançon et de sa région, rassemble des membres de diverses organisations (voir signataires ci-dessous) et des individu.e.s et citoyen.ne.s non encarté.e.s.

Le collectif appelle d’ores et déjà à un rassemblement de solidarité avec le peuple kurde pour dénoncer les massacres en Turquie, samedi 16 janvier à 15 heures place du 8 septembre.

Premiers signataires : Parti Communiste Français (PCF), Initiative Communiste Ouvrière (ICO), Fédération Anarchiste (FA), Action Populaire (AP), AMEB Solidaires Étudiant.e.s, Collectif Antifasciste de Besançon (CAB), Union de la Jeunesse de Mésopotamie (UJM), …

Contact : b-solidarite-kurdistan@riseup.net

Rassemblement de solidarité avec le peuple kurde
Lire la suite

Appel de la FRATERNELLE de Saint Claude (Jura)

11 Novembre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Au moment où l’existence de La fraternelle pourrait à court terme être menacée,
la Maison du Peuple fermée, le Conseil d’administration vient rappeler ce que cet
immeuble et ses équipements représentent pour la ville, le pays et la Rég
ion.


Héritière d’un mouvement ouvrier précoce, inventif et original (École de Saint-Claude) La fraternelle poursuit une action pluridisciplinaire qui rend la culture accessible à tous en valorisant un patrimoine unique, la Maison du Peuple, haut lieu de l’histoire coopérative du Haut-Jura et de la Résistance.

photoJ.M.Brellier

photoJ.M.Brellier

Lire la suite

11 novembre 2015

6 Novembre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

11 novembre 2015
Lire la suite

CAP sur la COP

13 Octobre 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

CAP sur la COP : en convoi depuis Notre Dame des Landes jusqu'à Paris

La COP21 se tiendra à Paris au Bourget du 30 novembre au 11 décembre. Elle est souvent présentée comme le « sommet de la dernière chance » pour enrayer le réchauffement climatique lié aux activités humaines. Pendant toute la quinzaine, ce rassemblement de 195 états (mais aussi de dizaines de milliers de lobbyistes) sera l'occasion de grandes mobilisations dans différents cadres... Un convoi en vélos et tracteurs du 21 au 28 novembre s'organise pour se rendre de Notre Dame des Landes à Paris à l'occasion de ce sommet intergouvernemental.

Nous viendrons y dénoncer l'hypocrisie flagrante entre, d'une part, la volonté affichée en décembre, par le gouvernement, de lutter contre le réchauffement climatique, et, d'autre part, la menace de revenir quelques semaines plus tard pour expulser la zad, détruire plus de 1600 ha de terres agricoles et de zones humides, des dizaines d'habitats pour y construire...un nouvel aéroport.

Nous cheminerons depuis Notre dame des landes avec toute l'énergie du mouvement anti-aéroport, en créant en route des espaces de rencontres et de mobilisation. Comme de nombreux habitant-e-s, paysan-ne-s, migrant-e-s d'autres parties du monde qui subissent déjà en première ligne les conséquences du réchauffement climatique, nous savons que notre salut ne viendra pas des échanges de marchés carbones entre lobbies industriels et gouvernements, encore moins du capitalisme vert. Nous voulons participer à une reprise en main, par les populations et mouvements de lutte, de l'avenir de la planète.

Il est temps de sortir enfin du productivisme industriel, de la privatisation des biens communs, de la destruction des terres nourricières et de la marchandisation du vivant. Pour qu'émergent des possibles, à Notre dame des landes comme ailleurs, il s'agit de bloquer concrètement dès maintenant l'avancée de leurs projets nuisibles, imposés et climaticides. Il faut continuer à libérer des espaces où puissent s'inventer, ici et maintenant, d'autres formes de vie commune, de cultures et d'habitats tels qu'ils s'expérimentent aujourd'hui à Notre Dame à landes.

Malgré les pressions politiques et judiciaires, les pseudos-enquêtes publiques et les troupes policières, nous portons depuis plus de 40 ans la conviction qu'il est toujours possible de résister victorieusement face aux aménageurs. Nous marcherons sur la COP 21 pour leur signifier que nous ne les laisserons pas revenir expulser la zad ni démarrer les travaux du chantier d'aéroport. Nous le ferons en solidarité avec toutes celles et ceux qui luttent aussi sur le terrain contre les causes du réchauffement climatique.

Fonctionnement

Il s'agit d'un convoi commun à différentes composantes du mouvement anti-aéroport. Il sera marqué par des, discussions, échanges, repas solidaires entre les participants et les personnes et groupes les accueillant, mais aussi rencontres, communication au fil du chemin. Sur ce convoi jusqu'à Paris le principe est que les actions soient discutées en amont et puissent être portées par l'ensemble de composantes présentes, avec un engagement collectif des participant-e-s à les mettre en œuvre et les gérer.

L’Assemblée d'organisation du convoi

Modalités pratiques

Le gros du convoi partira le 21 novembre de Notre Dame des Landes et sera essentiellement constitué de cyclistes. Des tracteurs et quelques véhicules transporteront les personnes ne pouvant pas faire un long trajet à vélo, ainsi que la logistique.

Préparez vos vélos ! Inscrivez-vous pour une vélorution historique. Même si le réchauffement climatique suit malheureusement son cours, pensez que nous serons en novembre ! Prenez des vêtements chauds et étanches, matériel de camping... Des possibilités de couchage en dur et au sec seront aussi assurées à chaque étape autant que possible.

D'autres précisions suivront.

Contact, inscriptions par mail à mslc@riseup.net

Les organisations opposées au projet d'aéroport sont invitées à signer cet appel (indiquer la signature par mail à mslc@riseup.net), à le relayer près de leurs adhérents et dans leurs réseaux.

Une première liste des signatures parvenues sera publiée le 18 octobre.

Rejoignez les commissions et AG de préparation du convoi:

prochaines AG de préparation

les vendredis 2 et 9 octobre, début à 20h30 précises à la Vache Rit.

Commissions :

- logistique 28 septembre 20h à la Transfu ; - déroulé événementiel 30 septembre 17h aux Domaines

- communication externe 2 octobre à 14h aux Domaines ; - trajet 2 octobre 11h à Bellevue ; - vie collective,

- communication interne : non fixée

CAP sur la COP
Lire la suite

Ne pas oublier Fukushima

5 Mars 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Ne pas oublier Fukushima

Il y a quatre ans maintenant survenait la pire catastrophe nucléaire
connue de l’humanité. Le 11 mars 2011, suite à un tsunami dont la
hauteur était jugée improbable par les « experts » de TEPCO, la centrale
de Fukushima au Japon, privée de courant, ravagée par le raz de marée, a
vu ses 4 réacteurs exploser les uns après les autres. D’énormes
quantités de radionucléides sont libérées dans l’environnement, cela
continue actuellement.

Le 6 août 2014 Tepco annonçait que la fusion du cœur du réacteur n°3 de
Fukushima était pire que prévue : fusion à 100% Cette annonce a pour but
de préparer l’opinion japonaise et mondiale à payer la construction de
sarcophages type Tchernobyl (dont le coût est de 1,5 milliards d’euros)

Ce qui se passe à Fukushima montre, s’il en était besoin, au monde
entier, qu’une catastrophe nucléaire est ingérable avec nos
connaissances et moyens humains.

Les Japonais, qui vivent sans nucléaire depuis septembre 2013, luttent
pied à pied contre la relance de 2 réacteurs prévus fin 2014 à Sendai,
ils ont fait appel à la justice qui s’est déjà prononcée en mai 2014
contre le démarrage des 2 réacteurs de Oi.

7,5 millions de personnes ont signé une pétition pour l’arrêt total du
nucléaire.

Une catastrophe de l’ampleur de Fukushima n’est pas impossible en France

Une note du 21 janvier 2015 des services de sûreté nucléaire de l’Etat
(IRSN : Institut de Radioprotection et Sécurité Nucléaire) jette un
éclairage inquiétant sur les risques réels que font courir aux
populations les réacteurs nucléaires en fonctionnement en France. On y
apprend ainsi qu’aucun réacteur nucléaire en France ne possède une cuve
assez robuste pour résister à la fusion rapide du combustible. Cette
faiblesse structurelle pourrait entraîner des rejets radioactifs massifs
dans l’environnement. Source
http://journaldelenergie.com/nucleaire/surete-nucleaire-des-failles-clairement-identifiees/


Malgré les dangers reconnus, EDF veut prolonger la durée d'exploitation
de ses centrales pour des questions de rentabilité, au mépris des
risques amplifiés par l'usure des matériaux et la vétusté des
installations.

En Europe plus de la moitié des habitants vivent sans nucléaire (147
millions) ou ont décidé d’en sortir (142 millions) pour 204 millions
nucléarisés, à qui on n’a pas demandé leur avis.

Le 11 mars, pour soutenir le peuple japonais dans son refus du
nucléaire, pour dire non aux risques insensés du nucléaire, , rendez
vous Place Pasteur (Besançon), à
17h30

 Ne pas oublier Fukushima

Ne pas oublier Fukushima

Lire la suite

Des fonds pour la révolution !

21 Janvier 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Des fonds pour la révolution !

La résistance dans Kurdistan syrien, face aux forces réactionnaires de l’État islamique, se double d'un processus de révolution sociale, le « confédéralisme démocratique ».

Depuis le début de ce processus, le comportement des anarchistes a été vers la compréhension des événements et le soutien à la résistance du Rojava a été très important et ce, d'une façon très organisée. Encore une fois, nous avons vu que la solidarité est notre arme la plus puissante. Cette solidarité qui a été créée entre les anarchistes fait inévitablement de la résistance à Kobanê un axe fort pour les anarchistes du monde entier.

Comme d’autres, la Fédération anarchiste et l'Internationale des Fédérations anarchistes (IFA) lancent une campagne de soutien financier.

L’argent que vous enverrez transitera par des circuits sûrs, par l’intermédiaire des anarchistes de Turquie (DAF), en qui le PYD et les organisations kurdes ont toute confiance. Il finira par alimenter l’action des YPG-YPJ, des maisons du peuple et des communes du Rojava.

Fédération anarchiste. Secrétariat de l'Internationale des Fédérations anarchistes (IFA)

Comment verser ?

• par virement : A :

Société d’entraide libertaire (SEL) IBAN : FR76 1027 8085 9000 0205 7210 175 BIC : CMCIFR2A • par chèque : A l’ordre de SEL, mention “Kurdistan” au dos, à expédier à SEL / CESL, BP 121, 25014 Besançon Cedex

Message de DAF (Devrimci Anarşist Faaliyet) :

« Kobane résiste depuis plus de deux mois et ISIS (État islamique) a dû faire marche arrière et quitter près de la moitié de la région qu'elle occupait. La Résistance de Kobane a également bouleversé les plans des États turcs et mondiaux. Les capitalistes et les États de la région ont peur de la lutte du peuple du Rojava. Une partie importante de cette résistance vient des révolutionnaires qui ont supporté la résistance de Kobane dans différentes parties du monde. Nous saluons toutes et tous les camarades qui ont montré leur solidarité avec la révolution au Rojava et avec la résistance de Kobane. » DAF

La souscription a déjà permis d'envoyer plus de 10.000 euros.

Lire la suite

Syndicat inter-professionnel CNT-25

9 Janvier 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

La CNT-25 organise un quatrième piquet devant l'Intermarché Palente (73 bd. L. Blum) pour obtenir que soit payée l'indemnité de précarité de S., ancienne salariée. Un autre cas similaire a déjà été réglé.

Ce sera dimanche *18 janvier de 10h à 12h*, nous aimerions être le plus nombreux possible, vous êtes donc invité-e-s à nous rejoindre : il s'agit d'informer la clientèle, le personnel et le voisinage par des tracts, affiches, slogans et banderole.

Si vous souhaitez y participer, un ou plusieurs covoiturages peuvent être envisagés, il vous suffit d’écrire à cette adresse : cnt-doubs@cnt-f.org

La date et l'heure peuvent être relayées publiquement afin de bénéficier d’une visibilité et d’un soutien maximum. ci-après le tract et la réponse au communiqué du patron, à diffuser sans modération et par tous les moyens.

Salutations anarcho-syndicalistes,

Le secrétaire pour la CNT25

Aujourd’hui, le monde du travail et ses conditions sont de plus en plus difficiles pour les salarié.e.s :

Les exigences et les cadences augmentent, les salaires stagnent, la pauvreté et la précarité se généralisent toujours plus. Celles et ceux qui se lèvent tôt le matin pour travailler dur, demeurent encore, et de multiples façons, victimes du patronat.

Comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que la direction d’Intermarché (73 boulevard Léon Blum à Besançon) ait pris une bien mauvaise et fâcheuse habitude, celle de “voler” les salarié.e.s, notamment, en leur sucrant certaines primes.

Notre action de la semaine dernière a permis que B. touche son indemnité de précarité, qui lui était refusée sous un faux prétexte. Mais S., une autre ex-employée, se voit toujours refuser cette même prime, au motif qu’elle aurait refusé un CDI. Or il s’avère que sa situation ne lui permet pas d’accepter le CDI proposé, et que le patron le sait très bien. Cette proposition n’étant pas de nature à mettre fin à la situation de précarité de S., nous considérons que l’indemnité doit être payée, et que ne pas le faire, c’est du vol.

En outre, par représailles sans doute, la direction a rempli sournoisement son attestation Pole Emploi pour lui compliquer les démarches déjà difficiles de l’inscription au chômage.

De l’argent, il y en a pourtant dans les poches de la direction, qui encaisse l’argent des consommateurs et qui en plus se paie sur le vol des petits contrats.

Nous demandons :

– Le paiement intégral et immédiat de l’indemnité de précarité de S.

Nous appelons tous les salariés à la plus grande vigilance quant à leur dû, à réclamer leurs droits, et à se battre pour les faire respecter.

Nous les soutenons et invitons les clients, pour qui ils travaillent et qui sont tout autant volés par la direction, à les soutenir.

Contre la misère et l’exploitation, unissons-nous, faisons respecter nos droits.

Syndicat inter-professionnel CNT-25

Lire la suite

Pas d'extradiction en espagne

6 Décembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

A signer et à diffuser très largement si vous le voulez bien

Salut y anarquia

http://www.petitions24.net/pas_dextradiction_en_espagne_des_prisonniers_politiques_basques

Pas d'extradiction en espagne
Lire la suite

Monter une brigade de clown à Besançon?

5 Décembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Monter une brigade de clown à Besançon?

L'ARTNEZ RECRUTE!

C'est quoi ? Le clown activiste ou le clown militant, c'est un mouvement artistico-politique et une autre façon de militer.

C'est où ? Un peu partout en France, des brigades de clowns se créent pour dénoncer les abus du système.

Pour qui ? Pour tout ceux qui croient à la force de l'humour et de l'amour ent tant qu'armes de " dérision massive "

ENRAGEZ-VOUS

Pour en savoir plus sur le clown activiste, les stages et les actions possibles...

Réunion d'information le jeudi 11/12/2014 à 19h00

au SPAM

www;devenez-vous-meme-clown.zici.fr

lartnezbesak@gmail.com

Monter une brigade de clown à Besançon?
Lire la suite

Rassemblement 29 Novembre, 14h devant la cathédrale st jean

25 Novembre 2014 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

39 ans après l'adoption de la loi Veil, le débat sur le droit à l'avortement est plus que jamais relancé.

Dans le cadre de l'examen du projet de loi pour l'égalité femmes-hommes, il a été voté (malgré les cris d'orfraies des parlementaires de droite), mardi 21 janvier 2014 un amendement qui supprime l'idée d'une nécessaire "situation de détresse" de la femme pour pouvoir recourir à l'IVG.

Désormais la simple volonté de la femme concernée de ne pas poursuivre une grossesse est suffisant. Il aura donc fallu 39 ans pour que le législateur comprenne que L'IVG n'est pas un événement exceptionnel mais une composante de la vie sexuelle et doit être pris en compte comme telle. CHAQUE ANNEE, EN FRANCE, PLUS DE 200 000 FEMMES AVORTENT. C'EST LEUR DROIT. ELLES N'ONT PAS A SE JUSTIFIER, SE SENTIR COUPABLE NI DEMANDER PARDON.

Des libertés conquises de hautes luttes mais qui restent fragiles face au démantèlement global du service public : Parallèlement à la diminution drastique des subventions des plannings familiaux, nous assistons ces dix dernières années à la fermeture de nombreux centres pratiquant l'IVG. La loi HPST dite Bachelot a permis par les regroupements hospitaliers, la fermeture de centres de proximité pratiquant l'IVG, provoquant l'inégalité d'accès aux moyens de contraception malgré les nouvelles mesures de gratuité, la fermeture de centres d'orthogénie ou la mise en place de restrictions par certains établissements, entraînant également sous couvert d'économie la pénurie d'un personnel médical et paramédical formé et volontaire(dans dix ans, il n'y aura plus assez de médecins pour faire des IVG en France).

Désormais près de la moitié des 857 services de gynéco-obstétrique (chiffre 2011) ne pratiquent pas d’avortement alors que la loi de 1979 a décidé la création d’un centre IVG dans chaque hôpital public. Ces divers éléments montrent que le droit à l'IVG est de plus en plus menacé. Si le droit à l'IVG est largement acquis en France, c'est la légitimité de se trouver en situation de pouvoir y recourir qui est en danger. Nous sommes en train de revenir doucement sur la liberté des femmes à disposer de leur corps par la diminution des moyens matériels.

Plus que jamais il est nécessaire de continuer de lutter pour :

• Une meilleure information et un meilleur accès libre et gratuit à la contraception et à l'IVG

• La défense d’un système de santé public, gratuit et accessible à tou-te-s

• Le droit pour chacun-e de disposer librement de son corps et de s'épanouir dans la sexualité qu'il ou elle choisit. Quelques dates clés:

• 1975: en janvier, loi dite Loi Veil qui instaure la dépénalisation de l'avortement en France.

• 1999: mise en vente libre de la "pilule du lendemain".

• 2013: Conformément à la promesse de campagne de François Hollande, le gouvernement décide, un an après son arrivée au pouvoir, de rembourser à 100% l'IVG par l'assurance-maladie.

• 2014: amendement qui supprime l'idée d'une nécessaire "situation de détresse" de la femme pour pouvoir recourir à l'IVG Quelques chiffres clés:

• 207 120 :C'est le nombre d'avortements pratiqués en au cours de l'année 2012 en France (Sources : DREES et CNAM-TS), en majeur partie grâce à la méthode médicamenteuse. Si cette donnée peut encore surprendre, elle demeure stable depuis 2006 après 10 ans de hausse (le nombre d'IVG a en effet légèrement augmenté entre le milieu des années 90 et 2006).

• 35% : aujourd'hui, environ une française sur trois a eu recours à un avortement au cours de sa vie et que 72 % des femmes ayant recours à l'IVG étaient sous contraception tous moyens confondus.(Sources : INED, DREES et CNAM-TS).

La majorité des femmes prennent en charge leur contraception et choisissent en connaissance de leurs droits, d'interrompre ou non une grossesse non prévue.

• 12 semaines: c'est le délai légal maximum pour recourir à l'IVG après le début de la grossesse (10 semaines jusqu'en 2001).

• 15 000: C'est le nombre d'avortements pratiqués tous les ans sur des mineures. La loi « Aubry-Guigou » autorise les mineures à avoir accès à l’IVG sans autorisation parentale.

• 2,7%: C'est le pourcentage de femmes de 20 à 24 ans qui a recours chaque année à l'avortement. Soit le taux le plus élevé parmi les différentes tranches d'âges.

• 5 000 : C'est le nombres moyen chaque année de femmes contraintes d'aller avorter à l'étranger faute de service public de proximité rapide UN RETOUR D'UN ORDRE MORAL D'UN AUTRE SIÈCLE ?

Il n'aura échappé à personne que depuis l'année passée avec les « manif pour tous », les paranoïaques de la « théorie du genre » et autres promoteurs du roman national, nous assistons à un retour d'un racisme et d'un sexisme « décomplexés ».

Les cibles ? : les musulmans, les Roms, les homosexuel-les mais également les femmes : il ne faut pas oublier les menaces de viols et les agressions dont ont été victimes des militantes syndicales ou féministes.

La « manif pour tous » et son modèle familial désuet qui veulent recoincer la femme entre le mari et les gosses sont la preuve que hélas notre société reste hétéro-sexiste, viriliste et encore dominée par une morale religieuse et patriarcale. Être mère est trop souvent présenté comme un passage obligé pour toute femme «qui se respecte». L'avortement est donc, dans ce cadre, bien souvent considéré comme un acte «irresponsable» voir «coupable». L'IVG est toujours pensée comme un mal honteux et traumatisant alors qu'elle est un moyen de maîtrise de son corps et de sa sexualité.

Ces considérations sont autant de violences faites aux femmes souhaitant avorter. Les témoignages sont multiples: mauvais accueils (y compris de la part des personnels soignants et de certains médecins), culpabilisation, humiliations, encouragement à renoncer au désir d'avorter. Autant de pratiques plus ou moins insidieuses qui se dressent contre l'émancipation des femmes. Les libertés sexuelles sont des libertés fondamentales en termes de santé publique, mais surtout en termes d'autonomie et d'indépendance dans le respect des différences. L'accès libre à la contraception et la liberté à avorter ne s'opposent pas, ils sont tous deux fondamentaux, inaliénables et complémentaires dans la maîtrise de la fécondité.

Chaque femme doit pouvoir, si elle le souhaite, accéder à l'avortement sans pression ni culpabilisation, dans le respect de sa décision. LE SILENCE A PROPOS DES IVG ET LA STIGMATISATION DE L’AVORTEMENT DOIVENT S’ARRÊTER ICI ET MAINTENANT !

Face au sabordage du service public de nombreuses associations soi-disantes « pro-vie » mais surtout « anti-choix », moralistes d'un autre siècle, ont profité de cette opportunité pour vomir leurs mensonges.

En septembre 2013 le gouvernement français a dû mettre en place le site internet www.ivg.gouv.fr, et le planning familial le site web ivg.planning-familial.org pour lutter contre la désinformation des sites anti-choix tel que SOS-IVG, IVG.net, SOS femme enceinte, SOS future maman ; il s'agit de sites créés par des militants religieux qui sous couvert d'aide et d'information, culpabilisent les personnes tenter par l'IVG en parlant d'avortements forcés et de traumatismes post-avortement systématiques, alors qu'en réalité il y a statistiquement plus de traumatismes post-naissance.

De plus les lobbies religieux sont très actifs à Bruxelles, et tentent régulièrement de faire passer des lois pour « la reconnaissance de l'embryon humain », ce qui équivaut à légiférer l'avortement comme homicide. Parmi ces moralisateurs, on trouve l'association SOS Tout-petits Sous un semblant de respectabilité familiale «bon enfant», se dissimule l’intégrisme religieux le plus intolérant et le plus hostile à toute idée de pouvoir vivre une sexualité propre à chacun-e. Leurs mots d’ordre : abrogation de la loi Veil, lutte contre l’euthanasie, mobilisation contre le PACS et le mariage pour tous, lutte contre les «perversions sexuelles» (ils considèrent les homosexuel-les comme «des malades» qu’il faut soigner), contre la liberté sexuelle (ils s'élèvent contre la gratuité des moyens contraceptifs pour les mineurs, et leur usage), ceci bien entendu afin de défendre la sacro-sainte «morale» publique, la famille et la chrétienté (Amen!).

Cette association mène couramment des manifestations à proximité d'établissements hospitaliers pratiquant des avortements ou en empêchant leurs accès (comme régulièrement l'hôpital Tenon à Paris), manifestations souvent épaulées par un service d'ordre composé de militants fascistes (GUD, bloc identitaire, renouveau français, et autres néo-nazis). Xavier Dor, médecin catholique, président de SOS tout petits, et ancien initiateur des commandos anti-IVG, a été condamné à plusieurs reprises pour délit d’entrave à l’IVG.

Cette année, il a été condamné en appel à dix mille euros d'amende pour délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse. Le but des anti-IVG est systématiquement d'intimider et de culpabiliser les femmes, de leur refuser la libre disposition de leur corps et de décider de leur vie à leur place.

Face à la prière de rue de SOS-Tout-Petit

Rassemblement 29 Novembre, 14h devant la cathédrale st jean

A BESANÇON COMME PARTOUT AILLEURS NE LAISSONS

PAS L' OBSCURANTISME RELIGIEUX RÉPANDRE SA MORALE NAUSÉABONDE !

CNT – FA – Libertaires
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>