Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

a lautodidacte.org

Vide-greniers de Battant

27 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Dernier rappel :

Le Vide-greniers de Battant
aura lieu
 dimanche 29 avril 
de 9 h à 17 h
dans les rues Marulaz, Thiémanté, de l'école et de Vignier

L'animation musicale sera assurée l'après-midi par Kalarash trio Klezmer

 

La librairie Associative l’autodidacte sera présente

                            avec de nombreux livres


l__autodidacte.jpg

Lire la suite

Dernier jour

27 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Autocollant ?

« Se dit d’une image qui adhère sans être humectée »

 

Ce Vendredi 27 avril jusqu'à 19h00

Besançon (25)

Fin de l'exposition « Quarante ans d'autocollants politiques ».

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 

Ces sales petits papiers collants sont partout : murs, mobilier urbain, Abribus, couloirs du métro, ils nous harcèlent et ne nous laissent aucun répit. Si la rue est le royaume des signes, l’autocollant en est tout à la fois le troubadour et le bouffon. Son objectif, capter l’attention, nous enrôler.

Pouvons-nous imaginer nos rues sans autocollants ? Nous qui sommes habitués à cette transpiration des murs, ne ressentirions-nous pas un manque, une sensation de vide ? Une ville sans autocollant est une ville morte, sans identité, privée de cette agitation de la pensée.

L’exposition, bâtie autours du livre : La Lutte des signes, vous embarque pour un centre du monde discret, mais captivant, de l’autocollant politique. Celui des grandes organisations, conçu et fabriqué par les directions centrales, mais surtout celui issu de ces myriades de collectifs, de groupes locaux qui donnent une visibilité à la vie citoyenne de nos villes et nos campagnes. Véritable boutons de fièvre d’une activité de fourmis d’où sortent des «objets graphiques» de qualité très inégale.

Cette exposition de 650 « vignettes, papillons, autocollants » a été présentée à la galerie Confluences

(Paris XXè) et à la librairie « les vents m’ont dit » (Pornic). Elle comprend une partie chronologique (de l’affaire Dreyfus à Sarkozy), des interviews de graphistes ayant conçu des autocollants, des parties thématiques : les élections, la guerre, l’antifascisme, le féminisme, les religions… et une analyse des signes politiques : le poing, la faucille et le marteau, le A cerclé, le tournesol, les symboles féministes, etc.

Zvonimir Novak / Wally Rosell

 

 

 

 

Lire la suite

Encore quelques jours

24 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Du Vendredi 20 au Vendredi 27 avril

Besançon (25)

Exposition « Quarante ans d'autocollants politiques ».

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 
La lutte des signes,
40 ans d’autocollants politiques
autocollant a
autocollant f
autocollant e
ETC...
Lire la suite

Cette semaine

22 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Autocollant ?

« Se dit d’une image qui adhère sans être humectée »

 

Du 20 au 27 avril

Exposition

40 ans d’autocollants politiques salle de l’ancienne poste

Un siècle d'histoire à travers les autocollants

Depuis 1968, il fleurit sur nos murs, les panneaux de signalisation, boîtes aux lettres et bancs publics. On le colle sur sa casquette de manifestant, sa voiture, son frigo et même sur les troncs d'arbre ! Irrévérencieux, il appelle à la « Rêve générale », dénonce le « Matraque. Charter. Kärcher » de Sarkozy, et roi du détournement, préviens : « Patrons, nous allons vous faire détester l'an 2000 ! »

« L'autocollant, signe de reconnaissance, à une fonction identitaire, mais aussi de promotion, d'expression libre. Facile à fabriquer et à poser, objet graphique, il a un côté individualiste et éruptif », décrit Wally Rosell. Fin 2009, ce militant a édité le livre de Zvonimir Novak, professeur d'arts appliqués, intitulé La lutte des signes, 40 ans d'autocollants politiques. Les deux complices parisiens en ont tiré une exposition,.

L'exposition est à la fois chronologique, de 1900 à nos jours, et thématique. Des 20 000 autocollants et vignettes (l'aîné qu'il fallait humecter) que Zvonimir Novak a collectionnés

À travers ces bouts de papier militants, qui ont grandi à l'ombre des affiches avant de s'émanciper, c'est tout un siècle d'histoire que l'on revisite. Les événements ressurgissent, car peu leur ont échappé : naissance du syndicalisme, montée du communisme, élections présidentielles, centrales nucléaires contestées...

« Pour connaître la situation sociale d'un quartier, d'une ville, il suffit de regarder ce que racontent ses murs ». Que disent ceux de Besançon ? « Pas la même chose que ceux de... »

Lire la suite

Ce soir à Besac

20 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

 

Ce soir, vendredi 20 avril à 18h00, Vernissage de l'exposition 

« Quarante ans d'autocollants politiques ».

Avec Wally Rosell (militant de la Fédération anarchiste).

 

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 

 

    autocollant-a.jpgautocollant-b.jpgautocollant-c.jpgautocollant-d.jpgautocollant-e.jpgautocollant-f.jpgaaaaaa.jpg

Lire la suite

Nouveautés de la librairie

18 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

situ.gifMIGUEL AMOROS

LES SITUATIONNISTES ET L’ANARCHIE

Les éditions de la Roue

mars 2012

12.00€

Ce livre analyse, dans le contexte d’effervescence souterraine des années 60, la rencontre entre les groupes de jeunes anarchistes et les idées de l’I.S. Il montre comment la réussite de cette rencontre, par exemple avec les Enragés, influença grandement le contenu de Mai 68, il fournit aussi des éléments indispensables à la réflexion sur la « nature » de son échec américain. Deux réalités utiles à la critique sociale de notre époque.

 

fuku.gifARKADI FILINE

OUBLIER FUKUSHIMA

Les Editions du bout de la ville

mars 2012

10.00€

 
La catastrophe nucléaire au Japon serait résolue. Catastropher, liquider, évacuer, réhabiliter, banaliser : autant d’épisodes d’un feuilleton destiné à nous faire oublier Fukushima.

 

 

precis.jpgCOLLECTIF  

PRÉCIS D'ANTI-ÉLECTORALISME ÉLÉMENTAIRE

120 Motifs de ne pas aller voter

Nuits Rouges (Les)

10.00€

Ce choix de textes inclinera fortement à l’abstention, mais il s’agit surtout de montrer la relativité des élections dans les sociétés contemporaines. Rien de mieux pour éclairer les électeurs lassés d’être les éternels dindons de la farce électorale que ce choix de textes. Choisis chez les anarchistes (d’hier et d’aujourd’hui), mais aussi chez des auteurs de toutes tendances, dont un certain François Mitterrand qui, dans son Coup d’Etat permanent, livra, au début des années 1960, une charge pertinente contre la « dangereuse » Constitution de la Ve République.

 

crises.gifLÉON DE MATTIS

CRISES

Entremonde

fev. 2012

12.00€

En octobre 2008, le système financier mondial a failli s’écrouler. Depuis, la crise financière s’est muée en une crise de la dette publique qui s’aggrave de semaines en semaines. Le fonctionnement de l’économie, à l’heure actuelle, repose la croyance en la capacité des États à maintenir la valeur de la valeur. Que cette croyance s’effondre et le système périt.

 

 

tue

JEAN-PIERRE LEVARAY      

 TUE TON PATRON                                           

Saison 2

Libertalia

mars 2012

8.00€

« On a tous rêvé, un jour, une nuit, de se débarrasser de son patron. Mais ce n’est pas si facile. Alors, si on s’y mettait tous ensemble ? C’est ce que les ouvriers d’une usine fabriquant des composants électroniques pour le secteur automobile mettent en œuvre lorsque le patron veut fermer la boîte. Cela se passe très vite, en quelques heures, à la faveur d’une réunion pour annoncer les licenciements. Mais pour que ce soit rapide et efficace, il faut avoir tout bien préparé. Tue ton patron, premier du genre, racontait l’acte individuel d’un chômeur. Pour ce deuxième opus, c’est le « tous ensemble » qui prévaut. Plus efficace ? Moins noir ? À voir et à lire. Imaginez un monde sans patron… 

 

woobies.gifJOYCE KORNBLUH

WOBBLIES & HOBOS

L’Insomniaque

fev. 2012

25.00€

Thèmes : mouvement ouvrier, syndicalisme - mouvements révolutionnaires (XXe siècle) - livres illustrés, beaux livres - contre-culture (musique)

 

Wobblies & Hobos relate l’histoire des IWW, un syndicat américain fondé en 1905 par des militants radicaux et qui joua un rôle essentiel dans la lutte des classes aux États-Unis, notamment dans l’ouest du pays – à peine conquis alors et où la force primait souvent sur le droit. Ils se firent connaître par une virulente campagne pour la liberté de parole, dont un épisode tragique, à Everett, dans l’État de Washington, se solda par de nombreux morts.

Le livre se compose d’une histoire thématique et chronologique des IWW due à la plume de Joyce Kornbluh ; de documents afférents (chansons, poèmes, récits, témoignages d’époque) ; de 110 illustrations (photos, dessins de presse) ; y est inclus un CD qui contient 22 chansons : des blues inédits écrits et chanté par des hobos noirs dont la plupart sont devenus célèbres à défaut de devenir riches (tel Sleepy John Estes) et des chants ouvriers et protest-songs dus à la plume de Joe Hill, de T-Bone Slim ou d’autres, soit dans d’anciennes versions, soit joués par un groupe de blues rock montreuillois.

 

Librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Heures d'ouverture:

le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00

 

Lire la suite

Exposition « Quarante ans d'autocollants politiques »

16 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Du Vendredi 20 au Vendredi 27 avril

Besançon (25)

Exposition « Quarante ans d'autocollants politiques ».

 

 

Affiche-autocollants.jpg

  

  Vernissage: vendredi 20 avril, à 18 heures.

Visite commentée : samedi 21 avril à 11 heures et 16 heures avec Wally Rosell (militant de la Fédération anarchiste).

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 
Lire la suite

Bientôt à Besançon

12 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

La lutte des signes,

40 ans d’autocollants politiques
couv_lutte_des_signes.jpgCes sales petits papiers collants sont partout : murs, mobilier urbain, Abribus, couloirs du métro, ils nous harcèlent et ne nous laissent aucun répit. Si la rue est le royaume des signes, l’autocollant en est tout à la fois le troubadour et le bouffon. Son objectif, capter l’attention, nous enrôler. 

Pouvons-nous imaginer nos rues sans autocollants ? Nous qui sommes habitués à cette transpiration des murs, ne ressentirions-nous pas un manque, une sensation de vide ? Une ville sans autocollant est une ville morte, sans identité, privée de cette agitation de la pensée.

L’exposition, bâtie autours du livre : La Lutte des signes, vous embarque pour un centre du monde discret, mais captivant, de l’autocollant politique. Celui des grandes organisations, conçu et fabriqué par les directions centrales, mais surtout celui issu de ces myriades de collectifs, de groupes locaux qui donnent une visibilité à la vie citoyenne de nos villes et nos campagnes. Véritable boutons de fièvre d’une activité de fourmis d’où sortent des «objets graphiques» de qualité très inégale.

Cette exposition de 650 « vignettes, papillons, autocollants » a été présentée à la galerie Confluences

(Paris XXè) et à la librairie « les vents m’ont dit » (Pornic). Elle comprend une partie chronologique (de l’affaire Dreyfus à Sarkozy), des interviews de graphistes ayant conçu des autocollants, des parties thématiques : les élections, la guerre, l’antifascisme, le féminisme, les religions… et une analyse des signes politiques : le poing, la faucille et le marteau, le A cerclé, le tournesol, les symboles féministes, etc.

Zvonimir Novak / Wally Rosell

 

Autocollant ?

« Se dit d’une image qui adhère sans être humectée »

 

Ne croyez pas que l’autocollant -tel que nous le connaissons- marque les débuts de la propagande de rue. L’outil « autocollant » est récent, il est importé des USA dans les années 1960. Au milieu du XIXe siècle, son prédécesseur assuré est la vignette (ou papillon), généralement décrite comme un petit papier illustré au recto et gommé au verso, que l’on humidifiait avec la langue (ou une éponge) pour le coller.

A ses débuts, la vignette politique est la réplique du timbre-poste, sa différence provient de son émission privée et non de celle de l’Etat. En France, tous les événements historiques, sociaux et politiques feront l’objet d’une irruption de vignettes gommées à l’exception de Mai 1968 et ses affiches sérigraphiées.

La première apparition française du papillon auto-collant, se situe en 1968 à l’ORTF (occupée par les grévistes). Sa généralisation a lieu dans le climat post-soixante-huit avec l’avènement des nouvelles pratiques militantes, d’avancées technologiques (micro-ordinateurs, PAO et papier adapté) et de nouveaux thèmes : féminisme, écologie, antimilitarisme, luttes urbaines.

Il doit son succès à sa facilité de fabrication et de pose. L’affiche reste coincée dans le cadre étroit du rectangle, l’autocollant adopte -au contraire- les figures les plus variées. Il peut se porter comme signe de reconnaissance et se distribue comme un tract.

Pour connaître la situation sociale d’un quartier, d’une ville, d’un pays, il suffit, paraît-il, de regarder ce que racontent ses murs.

 

Ils ont aimé l’exposition :

http://www.franceculture.com/2011-03-25-100-ans-de-colle-politique.html

http://www.liberation.fr/societe/01012325561-laissez-coller-les-p-tits-papiers

http://www.lepost.fr/article/2011/02/26/2418532_la-lutte-des-signes-un-siecle-d-autocollants-politiques.html

http://confluences.jimdo.com/la-galerie/la-lutte-des-signes/

http://www.tsfjazz.com/programme-detail.php?idd=4583

http://www.svobodanews.ru/content/article/2342980.html

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-siecle-d-histoire-a-travers-les-autocollants-_44131-avd-20110418-

60304363_actuLocale.Htm
Lire la suite

Nouveautés de l'autodidacte

17 Mars 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

 contre les publicites sexistes     Contre les publicités sexistes

 

 

Sophie Pietrucci, Chris Vientiane et Aude Vincent

 

 

La publicité exploite le corps des femmes pour susciter du désir, générer de l’envie, exacerber les frustrations et rendre le produit à vendre attirant. Soumise aux normes aliénantes d’une beauté stéréotypée, symbole du plaisir sexuel, ou encensant la ménagère passive cantonnée dans sa cuisine, l’image des femmes n’a jamais été autant instrumentalisée. Omniprésentes et conçues pour marquer les esprits, ces représentations modèlent notre imaginaire et participent à la construction des normes de genre: d’un côté, la féminité associée à la jeunesse, à la beauté et à la maternité et, de l’autre, la virilité à la force, à la puissance et à l’action. Loin d’être un art, tout sauf inoffensive –c’est-à-dire perçue au second degré par des consommateurs responsables–, la publicité véhicule les pires clichés sexistes et renforce la domination patriarcale.

 

tricolores Tricolores

Une histoire visuelle de la droite et de l’extrême droite

Zvonimir Novak

Lutte des signes et combat politique se mêlent. L’imagerie de la gauche et de l’extrême gauche occupe aujourd’hui bien plus l’espace public et notre imaginaire que celle des droites. L’image serait-elle par essence émancipatrice? La droite utilise-t-elle d’autres moyens pour convaincre et mobiliser? Ce livre montre que sa propagande graphique n’a pourtant jamais cessé. Elle a même été souvent surprenante et explosive! Campagnes de soutien au général Boulanger, activisme désespéré de l’OAS, multiplication des affiches sous Pétain, tribulations poujadistes, virtuosité visuelle du gaullisme à la Libération, qui sombre dans les pommes de la chiraquie 50 ans plus tard, Front national producteur d’images en tout genre, impact graphique des identitaires aujourd’hui… Ce livre raconte l’histoire visuelle de la droite et de l’extrême droite en France depuis 1880.
Analyser la production graphique et confronter les thématiques de ces courants politiques permet de saisir leur idéologie et de comprendre leur histoire. Quels symboles utilisent-ils
? Quelles valeurs défendent-ils? Qu’en est-il du racisme et de la xénophobie? Existe-t-il toujours une imagerie antisémite? Comment sont représentés la gauche, les femmes, les jeunes…? Laissons parler les petits papiers, en sachant qu’une bonne image ne s’oublie jamais!

 

 

l'occupationL'Occupation expliquée à mon petit-fils,

Jean-Pierre Azéma

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Français furent « occupés », la majorité d’entre eux pendant quatre ans, les autres pendant près de deux ans. Ils furent exploités, opprimés, réprimés par les Italiens et surtout les Allemands. Et ceux que le Reich tenait pour ses ennemis politiques ou raciaux furent traqués, exécutés, déportés.
Parallèlement s’était établi, sous la férule du Maréchal Pétain, le régime le plus autoritaire qu’ait connu la France au XXe siècle, un « État français » qui prônait une politique de collaboration avec le Reich. Ce furent des années sombres, noires, marquées par la faim. Mais il y eut aussi des accommodements avec l’occupant : allait-on vivre, à la Libération, une guerre civile ? C’est le travail dans les archives qui permet aux historiens de compléter les témoignages en démontant les mécanismes de l’oppression. Pour ne pas oublier que le monde actuel compte toujours des peuples occupés.

 

 

Librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Heures d'ouverture:

le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00

 

Lire la suite

Jean Pierre Levaray

24 Février 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

 

 

Son dernier livre: "Marius Gardebois dit le savoureux" est en vente à:

 

Librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Heures d'ouverture:

le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>