Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tunisie : les hirondelles et les rapaces

23 Juillet 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

dieu.jpgTunisie : les hirondelles et les rapaces
 
Une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais quand, le printemps venu,
quelques rapaces menacent de couper la tête des hirondelles, en toute
impunité, cela ne sent pas vraiment l’été. Plutôt le retour à l’hiver.
 
L’une des hirondelles s’appelle Nadia El Fani. Elle vient d’obtenir le
Prix international de la laïcité pour son travail. Des films qui
bousculent et font réfléchir. Le dernier en date, Ni Allah ni maître,
plaide pour la liberté de conscience en Tunisie. Il rend fou les
intégristes. Tout comme sa déclaration :« Je ne crois pas en Dieu. »
Depuis, la réalisatrice est menacée de mort. On promet de couper sa « tête
de truie ». Elégante référence à son crâne rasé, qui n’est pas le signe
d’une lubie d’artiste mais de son combat contre le cancer. Autant dire
qu’elle n’a pas l’intention de se laisser intimider par une poignée de
fanatiques rêvant de la précipiter dans l’au-delà.
 
Les mêmes appellent au meurtre du réalisateur Nouri Bouzid, ex-opposant au
régime de Ben Ali et auteur de films qui ont marqué le cinéma tunisien. Le
6 avril, il a été agressé en pleine rue par un fanatique qui l’a frappé à
la tête avec une barre de fer en criant « Allah Akbar ». Il s’en est tiré
avec quelques points de suture. Ces opérations commandos s’ajoutent aux
raids menés contre des femmes dont les tenues vestimentaires sont jugées
non conformes à la « morale islamique », et à toute une série
d’intimidations inquiétantes mais prévisibles.
 
On se doutait que des fanatiques, souvent fraîchement revenus de leur exil
londonien, tenteraient de confisquer la révolution. Eux qui n’ont pas
voulu la fin de l’autoritarisme par soif de liberté, mais pour le
remplacer par une autre dictature… Les menaces contre Nadia El Fani
constituent un test, parmi d’autres, pour savoir si la vitalité de la
société tunisienne saura résister.
 
La plupart des associations et des partis ont compris cet enjeu et
tiennent bon. Notamment à l’initiative du réseau Lam Echaml, qui a
organisé une soirée « Touche pas à mon créateur » au cinéma Africart. On
devait y projeter Ni Allah ni maître lorsqu’une soixantaine de fanatiques
ont débarqué pour tout casser en scandant « la Tunisie est un Etat
islamique « . Les participants ont dû se battre, physiquement, pour leur
tenir tête. Le directeur de la salle, Habib Belhedi, a été agressé. Et la
police a mis bien longtemps à arriver…
 
Le gouvernement provisoire et le ministère de la culture ont pris position
en faveur des créateurs, mais peinent à protéger les citoyens des
extrémistes. Ces derniers profitent de forces de l’ordre divisées ou en
grève pour faire régner leur loi en toute impunité. Mais le plus
inquiétant vient du manque de lucidité et de solidarité de certains
démocrates laïques qui, sans avoir la moindre sympathie pour les
fanatiques, enfoncent gentiment le couteau dans le dos de Nadia El Fani et
de son film : « pas le moment », « trop provocant », « irresponsable ». Ce
sont eux les irresponsables.
 
Il n’existe pas de moment plus opportun pour défendre la liberté de
conscience comme l’un des acquis de la révolution. Si les tentatives
d’intimidation contre cette liberté d’expression ne sont pas condamnées et
sanctionnées, elles continueront, et la Tunisie ne sera jamais libre. Pas
plus qu’elle ne sera en paix si elle renonce à s’émanciper de l’article 1
de sa Constitution, qui fait de l’islam « sa religion ». Ce seul article
contient à lui seul toutes les dérives redoutées. Il conforte les
partisans de la supériorité d’une religion sur les autres et discrimine
les non-croyants. Mais, surtout, il incite les rapaces à foncer sur les
hirondelles. Jusqu’à leur épuisement. Et que la Tunisie passe du printemps
à l’hiver.
juillet 5, 2011 par Caroline Fourest
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article