Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Occupation

30 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Ci-dessous des informations concernant l'occupation par des ouvriers agricoles des terres d'un domaine (finca) de 400 hectares qui appartient au gouvernement d'Andalousie, et fait partie d'un ensemble (20 000 hectares) qu'il a prévu de vendre aux enchères (voir l'article de Ramón Pino dans Le Monde Libertaire n° 1666).

Pour des informations plus complètes :

http://www.lavoiedujaguar.net/Somonte-les-jornaleros-sont

 

A noter que le syndicat SOC-SAT qui est partie prenante de ces actions directes, et qui regroupe plus de 20 000 membres, est considéré comme "illégal" par les "grands" syndicats, UGT et Commissions Ouvrières, car 90 % de ses adhérants sont étrangers, notamment d'Afrique du Centre et du Nord.

Le SOC-SAT appelle à défiler le 1er mai avec la CNT, la CGT et l'USTEA (syndicat andalou d'enseignants et de fonctionnaies) :

Leur site :

http://www.sindicatoandaluz.org/

 

 1) EXPULSION

 Somonte, les jornaleros sont expulsés par la force le 26 avril mais réoccupent la finca dès le lendemain

 À 84 pour cent, les militants régionaux d’Izquierda Unida viennent dapprouver la participation de leur organisation au gouvernement andalou, la Junta de Andalucía, sous la présidence du dirigeant du PSOE José Griñán. Cette participation démarre sur les chapeaux de roues, avec lexpulsion brutale de travailleurs agricoles qui occupaient depuis le 4 mars dernier la Finca Somonte, à Palma del Río, province de Cordoue. Les policiers (Gardes civils et « antiterroristes ») ont frappé à terre Lola Alvarez, porte-parole du SOC (Syndicat des ouvriers de la campagne), et évacué sans ménagement la vingtaine d’occupants qui se trouvaient sur place.

Expropriée (après indemnisation) en 1983 par la Junta de Andalucía, cette terre de 400 hectares allait de nouveau être privatisée. La vente aux enchères devait se faire le 5 mars. Alors que plus de un million d’Andalous sont au chômage, cette action était une réponse superbe de la part des jornaleros, qui démontraient ainsi qu’ils ne voulaient pas vivre daumône, mais de leur travail collectif sur une terre quils connaissent et aiment avec passion.

Suite au communiqué des jornaleros ci-dessous, vous trouverez une proposition de courrier à envoyer au nouveau gouvernement et aux partis qui le composent.

Communiqué envoyé le 26 avril 2012 par les jornaleros
du Syndicat des ouvriers de la campagne (SOC-SAT)
À diffuser !

Brutale expulsion à Somonte
Appel à soutien urgent !!!

Compañeros et compañeras,

Ce matin (du jeudi 26 avril 2012) les forces de la Garde civile sont entrées dans la finca et ont délogé brutalement une vingtaine de compañeros qui dormaient dans la maison.

Une fois encore, comme en 1939 et dans bien d’autres occasions, les forces de répression expulsent les journaliers et les paysans de leur terre, pour la livrer aux gros propriétaires, aux évêques et spéculateurs. Cette fois-ci, c’est le PSOE qui sest mis dans la peau des fascistes, alors quil vient de signer un accord pour continuer à gouverner la Junta dAndalousie avec Izquierda Unida (Gauche unie). Les termes restent les mêmes : largent pour les banques, la terre pour les riches, les restrictions et la répression pour les travailleurs.

Nous appelons à accourir de toute urgence à Somonte, nous résisterons sur la finca, préserverons le travail effectué et continuerons à cultiver la terre pour nous alimenter et vivre dignement.

Merci denvoyer courriers, fax et appels de protestation et dindignation à la presse, à la Junta de Andalucía, au PSOE, à Izquierda Unida et au Partido Comunista (maintenant partenaires de gouvernement).

Le 1er mai, toutes et tous à Somonte !
Résistons, créons, vivons... Somonte pour le peuple !
Aucun pas en arrière !
Tous ensemble nous obtiendrons qu
ils nous laissent en paix !
Vive la révolution agraire !

Pour écrire aux autorités andalouses, si vous ne connaissez pas lespagnol, faites-le en français, ou sinon les mots suivants devraient suffire :

SOLIDARIDAD CON LOS Y LAS JORNALEROS DE SOMONTE
LA TIERRA PARA QUIEN LA TRABAJA
REPUDIO TOTAL A LA REPRESION
VIVA LA REVOLUCION AGRARIA

Merci de mettre en copie les jornaleros : somontepalpueblo(at)gmail.com

José Griñán
Consejería de
la Presidencia
Junta de Andalucía
Av. Roma, S/N
41013 Sevilla Espagne

fax : 955 035 522 (Présidence) ; 955 035 526 (Conseil de la Présidence) ; 955 032 134 (Consejería de Agricultura).
juntadeandalucia.es/presidente/contact
juntadeandalucia.es/organismos/presidente/correo

PSOE Andalucía
San Vicente, nº 37
41002 Sevilla Espagne
fax : 955.550.001
courriel :
info(at)psoeandalucia.com

Izquierda Unida Los Verdes
courriel :
grupo.iulv-ca(at)parlamento-and.es
tél. : 954.592.133
fax : 954.592.134

2) REOCCUPATION

Les journaliers andalous ont réoccupé la finca de Somonte, à Palma del Río (Cordoue), après lexpulsion réalisée hier matin par la Garde civile. Les journaliers y sont retournés à 0 h 30 du matin et quelque cent personnes se trouvent de nouveau à lintérieur.

Après avoir été délogés hier matin par la Garde civile espagnole, quelque cent journaliers ont réoccupé dans la nuit de ce vendredi à laube, la propriété agricole de Somonte, récupérant ainsi pour le peuple ce que le gouvernement de la Communauté dAndalousie veut mettre entre les mains de propriétaires fonciers et/ou de spéculateurs.

Les journaliers, réunis en assemblée après lexpulsion dhier, ont décidé de continuer la lutte et doccuper à nouveau la propriété pendant la nuit, en ayant pu compter pour cela avec lappui solidaire de plusieurs dizaines de compañeros et compañeras arrivés de divers points dAndalousie, et spécialement des villages proches.

Pour linstant, la Garde civile ne sest pas manifestée dans la journée par une présence physique dans le lieu, bien que, comme lont dit certains des présents à Kaosenlared, les policiers se sont montrés dans les alentours, en demandant leurs papiers à ceux qui voulaient rejoindre la propriété pour sincorporer au groupe des journaliers et journalières qui sont déjà là en train d’effectuer leurs tâches, cest-à-dire la culture de la terre et lélevage des animaux.

En sadressant à Kaosenlared, les journaliers assurent quils ne pensent pas abandonner la propriété et que si les autorités veulent les faire partir, elles devront ouvrir à nouveau une procédure judiciaire, et aussi de nouveau appeler la Garde civile pour les déloger. De même, disent-ils, si cela devait se produire, la réponse des journaliers serait une et seulement une : réoccuper dès quils le pourront.

Et ainsi jusquà ce que la terre soit pour ceux qui la travaillent et non pour ceux qui peuvent se la payer à des prix soldés dans une vente par adjudication (enchères) du gouvernement andalou, et ensuite pour ne pas offrir de travail ni produire aucune sorte de richesse dans le secteur avec lesquels il serait possible de faire face aux graves problèmes de chômage que vivent ses habitants.

Somonte ne se rend pas, Somonte est au peuple,

disent les journaliers sur un ton de défi.

Partager cet article

Repost 0