Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouveautés de la librairie l'autodidacte

26 Juillet 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

leauthier_o_0.jpgLéauthier l’anarchiste

De la propagande par le fait à la révolte des bagnards

Yves Frémion 17€

 

« Crever le bourgeois ! » : un soir de novembre 1893, dans un restaurant parisien, Léon Léauthier, vingt ans, met à exécution ce mot d’ordre des anarchistes ; il poignarde au hasard un client décoré. Ce jeune cordonnier se venge ainsi de la société indigne que l’histoire a baptisé « Belle époque ».

Dans les mois qui suivent, Émile Henry fait sauter le café Terminus, Vaillant lance une bombe en pleine Assemblée nationale et Caserio assassine Sadi Carnot, le président de la République. C’est la panique chez les nantis ! Les auteurs de ces attentats revendiquent leurs « belles actions » et promettent vengeance à leurs bourreaux. La justice ne les rate pas. Le procès de Léauthier illustre la guerre à mort entre une bourgeoisie aux abois et les « bons bougres » qui la vomissent.

Condamné et envoyé au bagne de Cayenne, Léauthier sera victime de la pire des provocations de l’histoire pénitentiaire française, restée impunie. Il participera à la seule révolte de l’histoire du bagne : celle des anarchistes, en 1894. Moins illustre que Bonnot ou Ravachol, son destin exceptionnel, raconté ici pour la première fois, méritait d’être sauvé de l’oubli.

 

 

la_guerresociale.jpgLa Guerre sociale

André Léo

Préface de Michelle Perrot

 

Un an après la proclamation de la République sous la menace des canons prussiens, quatre mois après la répression dans le sang de la Commune de Paris, André Léo (de son vrai nom Léodile Bera), dans ce discours prononcé le 27 septembre 1871 au Congrès de la paix de Lausanne, en appelle à l’alliance des forces démocratiques contre les régimes de « privilèges », appuyés sur la « loi du capital », et entretenus « par le mensonge, la peur, la corruption, la calomnie ». Cette allocution, l’une des rares « irruptions d’une présence et d’une

parole féminine en des lieux qui leur étaient jusque-là           interdits »

 

 

Librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Heures d'ouverture:

le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article