Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur les traces du mythe zapatiste

31 Octobre 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

Sur les traces du mythe zapatiste.

Au Mexique, les élections se sont terminées par la victoire de la droite. Calderon succède à Fox. La gauche a tenté de mobiliser en surface contre des fraudes électorales manifestes.

 

Les élections se sont déroulées le 2 juillet. Et dès le 9, des mobilisations se mettent en place dans diverses villes mais la gauche, et son candidat, Lopez Obrador (AMLO), sont restés de fidèles serviteurs du système de domination étatique. Les manifestations officielles visaient à interpeller les tribunaux fédéraux, dont les juges ont été placés par la droite.

De leur côté, les manifestants qui ont voté pour la gauche sont très insatisfaits. C’est un vote de classe. Ce sont les pauvres, les vendeurs ambulants, les paysans, les ouvriers qui ont voté pour AMLO. Ce sont les riches, les commerçants qui ont voté pour la droite. Le PRI (parti au pouvoir pendant 70 ans) connaît la débandade.

Un énorme rassemblement se met en place à Mexico. Les manifestants occupent le zocalo (la place centrale) et plantent leurs tentes. Cela dure plusieurs semaines. Face à cette agitation, la gauche tente de suivre de mouvement et de le diriger. Il n’y aura pas d’agitation dans les régions et l’on tente de faire pression sur les tribunaux. AMLO va tout de même faire un discours très critique vis-à-vis des pouvoirs politiques en place et ira jusqu’à menacer d’une révolution mais la gauche est trop partie prenante du système de domination bourgeoise et elle trahira, comme elle l’a toujours fait, l’espoir des pauvres qui ont voté pour elle, des travailleurs qui se sont mis en grève, etc. Il faut dire que face à la mobilisation, il y a aussi le pouvoir des médias qui assomment à longueur de journée par des spots publicitaires en faveur de la victoire de la droite.

 

 Oaxaca dans tout ça.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la lutte du peuple d’Oaxaca, région pauvre ayant voté à gauche. Les profs en grève ont eu à subir les foudres de la police. Après les massacres de manifestants dont nous avons déjà parlé, les habitants de Oaxaca, qui eux aussi occupent leur zocalo, demandent la démission du gouverneur Ulises Ruiz (du PRI). La droite ne veut pas se défaire de ce gouverneur de peur de se voir confisquer sa victoire électorale. Il faut faire front contre la gauche. Les manifestants de Oaxaca ont vite compris l’attitude de AMLO et se sont coupés de toute mascarade de la représentation politicienne. Ils ont mis en place une Assemblée Populaire.

Nous avons là deux logiques différentes. Une logique électorale étatiste, centralisatrice et castratrice des espoirs ; et une logique sociale, fédératrice, localisée dans la réalité sociale et qui rayonne sur les autres régions.

 Et Zapata dans tout ça.

 

Des manifestations ont eu lieu dans le Chiapas, région la plus pauvre, mais là aussi les (mots d’) ordre ont été suivis. L’EZLN, armée zapatiste, avait entamé sa 6e campagne à travers le Mexique et avait pris fait et cause pour la gauche.

Il faut voir San Cristobal de las Casas. C’est une ville à bobos où la révolution se vend : café Révolution, boutiques de souvenirs zapatistes, T-shirts top mode… Les occidentaux ont apporté leur culture urbaine et l’on voit fleurir les tags situationnistes, les graphes de mangas… Que viennent faire ces gens ici ? Sûrement pas la révolution. Car la révolution vient du monde paysan. C’est une technique de guérilla avec des risques énormes pour la vie des indiens zapatistes. Nous sommes loin de la contre-culture occidentale à la mode punk.

Cela doit aussi nous interroger. Dans de nombreux pays (ex à l’est) la contre-culture punk a permis de conserver vivant un mouvement de contestation mais ces mouvements doivent faire le lien et s’inscrire dans les mouvements sociaux, dans les luttes ouvrières, paysannes pour avoir une chance de devenir les acteurs d’une révolution en devenir.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article