Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tract anti-CPE avril 2006

5 Avril 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Tract

C’est dans la rue que les batailles se gagnent !

 La démocratie, c’est vote et ferme ta gueule

 Certains ont cru qu’en appelant à voter Chirac en 2002, ce dernier tiendrait compte des voix de gauche. Dure leçon de politique et grave méconnaissance des fondements de la démocratie parlementaire ! Depuis toujours, les anarchistes rappellent que les élections ne servent qu’à donner un chèque en blanc à un gouvernement, qui fait ce qu’il veut le temps de son mandat. Il vote des lois, change la constitution, s’immunise, se protège, s’enrichit et sert des intérêts de classe. C’est cela la démocratie et le gouvernement actuel l’a bien compris.

 Le mépris en plus

 C’est pourquoi il renforce la précarité, la répression à tous les niveaux et impose ses lois de régression sociale.

 – Le CNE, pour toutes les entreprises de moins de 20 salariés, qui établit lui aussi une période d’essai de 2 ans et la possibilité de licencier à tout moment, sans motif. Ce contrat est passé en force, l’année dernière, à l’aide du 49.3 et sans réelle mobilisation syndicale ou politique pour l’empêcher.

 – Le CPE, pour les jeunes de moins de 26 ans, qui établit la période d’essai de 2 ans et la possibilité de licencier à tout moment sans motif. Ces deux points pourraient être discutés mais le principe de précarisation reste.

 – L’état d’urgence, voté en novembre 2005 contre les émeutiers, réactivant des lois datant de la période coloniale.

 – Les nouvelles lois Sarkozy en matière d’immigration (CESEDA), qui instaurent elles aussi l’immigration jetable et fragilisent encore plus les droits des immigrés.

 – L’apprentissage à 14 ans, la suppression des ZEP, le travail de nuit pour les jeunes.

 – La vidéosurveillance qui se généralise, la chasse aux chômeurs, la casse du système de santé, de retraite, de la sécurité sociale, etc.

 Depuis 4 ans, les gouvernements Raffarin et de Villepin arrivaient à tenir jusqu’au bout. Ils ne cédaient rien, conscients du manque de perspectives émancipatrices portées par les partis de gauche ou les directions syndicales.

 L’ensemble des lois déjà promulguées et de celles en préparation fait partie d’un projet global au service du patronat. Les lois sur l’immigration, elles, sont inspirées du programme du Front national et ont principalement pour but de recueillir les voix de cet électorat. Dire que certains ont voté Chirac pour faire barrage au FN !

 Avec le CPE, le pouvoir a peut-être fait sa première erreur. Ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qui a poussé la jeunesse dans la rue. Et les syndicats ont dû suivre !

 La dernière intervention de Chirac était bien sûr destinée à sauver de Villepin. Elle risque, si la mobilisation de s’intensifie pas, de rompre l’unité syndicale et de permettre aux partis de gauche d’appeler au retour au calme en nous donnant rendez-vous en 2007.

 Ne soyons pas dupes. Continuons la lutte jusqu’à la suppression de la loi sur l’égalité des chances avant d’imposer le retrait du CNE !

 Si les élections pouvaient changer les choses, elles seraient interdites

 Cette lutte contre le CPE montre que seule la lutte paie et qu’il est temps d’en finir avec la résignation de mise depuis de nombreuses années.

 A nous, de construire l’espoir d’un changement social radical en nous rencontrant et en faisant converger les luttes de toutes les victimes du système capitaliste : les précaires, les travailleurs, les chômeurs, les immigrés…

 A nous d’occuper nos lieux de vie et de travail, de développer les solidarités, de bloquer l’économie capitaliste, d’imposer nos revendications, de changer la donne avant d’aller plus loin vers une socialisation de l’économie, organisée sur la base du fédéralisme libertaire.

 Plus que jamais l’ennemi reste l’Etat, le capital,  sans oublier les religions !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article