Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloquons tout

2 Avril 2006 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Tract

Face à l’autisme du gouvernement, grève générale, occupations, autogestion , expropriation !
ON CONNAISSAIT le mépris du politicien pour la volonté générale. Chirac, en promulguant la loi sur l’égalité des chances, vient de montrer en quelle estime il tient l’immense majorité des habitants du pays, qui rejettent le CPE. Depuis maintenant plusieurs semaines, les jeunes luttent dans la rue par la grève et le blocage des établissements, des gares, des routes, contre la précarité et la misère que veulent leur imposer le patronat et le gouvernement. Le mouvement s’amplifie de jour en jour dans les facs et dans les lycées et ce malgré la répression. Les manifestations ont réuni des millions de personnes. Mais tout ce que voient les partis politiques dans cette affaire, c’est une bonne occasion de piquer la place du copain, ou un gros risque de perdre la sienne. Villepin et Sarkozy briguent le trône, les dents des « socialistes » rayent ostensiblement le plancher, l’extrême gauche guigne des strapontins... Leur avenir personnel leur importe bien plus que la précarité des travailleurs. Pourtant, il est possible d’agir, contre le mépris obstiné du gouvernement, et malgré les ambitions de la gauche des isoloirs, en qui on ne peut pas avoir confiance (Tuc, Emplois jeunes, etc.) Mais nous devons à tout prix éviter de reproduire l’échec du mouvement des retraites de mai juin 2003 où nous avions attendu vainement l’appel à la grève générale, l’arrêt massif et prolongé de la production, la paralysie de l’économie. Les grandes organisations syndicales et leurs bureaucraties, engluées dans la cogestion et financées par l’État et les entreprises, sont incapables de s’opposer efficacement aux attaques répétées que nous subissons. Alors que la jeunesse se bat, seule, depuis des semaines, les confédérations syndicales n’ont rien d’autre à proposer que la mortelle stratégie des « journées d’action » sans lendemain... Qu’attendent-elles, sinon le pourrissement du conflit ? Pourra-t-on faire reculer le patronat et l’État sans les frapper là où cela leur fait le plus mal, au portefeuille, aux profits ? Si faire grève est toujours un choix difficile, cela reste le seul moyen de renverser le rapport de force en notre faveur. Nous ne pourrons supprimer la misère et la précarité sans remettre en cause le salariat, qui n’est rien d’autre que le vol organisé et légalisé, du fruit de notre travail, sans exproprier le patronat. Nous ne pourrons conquérir l’égalité économique et sociale sans supprimer l’État, chien de garde des riches et des puissants, garant et créateurs des privilèges et de l’injustice, sans autogérer la société. Le gouvernement joue le pourrissement et la répression, l’opposition récupère à tout va... Nous devons impérativement faire preuve de solidarité dans toutes nos actions, dans toutes nos décisions. À nous d’amplifier le mouvement, de préserver et développer les pratiques d’action directe et de solidarité, de nous organiser de façon fédéraliste, sans domination ni soumission. Battons-nous jusqu’au bout et construisons la grève générale illimitée expropriatrice et autogestionnaire !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article