Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des chiffres à ne pas commenter.

14 Août 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Capitalisme en faillite

Comment transférer les charges patronales vers les salariés ?

 

D’après une étude de la Drees, (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques), le financement de la protection sociale depuis quinze ans en France a été largement transféré de l’entreprise vers les ménages. En 1990, ceux-ci en finançaient 31% et les entreprises 42%. Aujourd’hui, ils en paient 40% contre 36% pour les employeurs privés et 24% pour les employeurs publics.

Pour les quatre branches de la sécurité sociale (maladie, vieillesse,  accident du travail et famille), d’autres chiffres sont tout aussi révélateurs, comme le souligne le Figaro « Alors qu’en 1990 les impôts et les taxes finançaient seulement 3.5% de la protection sociale (hors transfert), ils en représentent 21.2% aujourd’hui. A l’inverse, le poids des cotisations sociales est passé de 80 à 66%. »

Ces résultats s’expliquent par l’invention, en 1991, par Michel Rocard premier ministre socialiste de l’époque, de la CSG, qui frappe tous les revenus des ménages ; salaires, épargne, revenus financier et foncier, indemnités etc. Pour faire avaler la pilule, le gouvernement décide alors d’une baisse des cotisations patronales. Et comme la CSG n’a cessé d’augmenter (de 1.1% à 7.5% en quinze ans) le poids des cotisations patronales a baissé proportionnellement d’autant.

Voilà en tout cas (conclut le Canard enchaîné qui à largement inspiré ce billet) des chiffres que les patrons du Medef, réunis pour leur université d’été à Palaiseau le 27 août, vont sûrement se faire un devoir de ne pas commenter.

 

Source : Le Canard enchaîné N° 4581

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article