Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jules Le Gall

27 Juin 2008 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

« Jules Le Gall, anarchiste et franc-maçon »

L'anarcho-syndicaliste Jules Le Gall est né le 13 décembre 1881 à Brest. : (DR)

Figure du mouvement ouvrier brestois, Jules Le Gall, anarcho-syndicaliste et franc-maçon, mort en déportation, devrait avoir une place à son nom.

Ce vendredi, le conseil municipal votera sur la proposition du maire de donner le nom de Jules Le Gall à une place du quartier de Kerargaouyat, sur la rive droite, près de l'École navale. Si les élus acceptent, la plaque portera la mention suivante : « Jules Le Gall, 1881-1944, anarchiste et franc-maçon, mort à Buchenwald. »

« Le sort fait à Jules Le Gall dans l'après-guerre constitue une anomalie par rapport à d'autres anarcho-syndicalistes brestois, analyse l'historien brestois Jean-Yves Guengant. Sans doute son itinéraire personnel, anarcho-syndicaliste et franc-maçon, ne correspondait-il pas aux critères de mémoire de l'après-guerre. »

À la demande de l'Association des Amis de Jules Le Gall, l'historien a rédigé un mémoire pour plaider la cause de cet homme, « d'une droiture exemplaire et qui n'a jamais renié ses valeurs », auprès de la municipalité. Il y retrace son parcours.

Jules Le Gall occupe une place conséquente dans l'histoire du mouvement anarcho-syndicaliste brestois, de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Avec son ami Victor Pengam, il fonde une section de la Jeunesse Syndicaliste de France, regroupant de jeunes ouvriers de l'Arsenal. Pengam et lui ont adhéré à la Fédération Communiste Anarchiste en 1911.

Il participe à la création de la Bourse du travail dès 1904. Lui qui fut inculpé pour incitation au meurtre et au pillage pour un discours prononcé le 1er mai 1907, se retrouva évidemment dans le combat pour mobiliser l'opinion contre l'exécution des deux syndicalistes américains, Sacco et Vanzetti, en 1927.

Il fit venir à Brest le chef du mouvement anarchiste ukrainien, Makhno, persécuté par le pouvoir soviétique. La création de la Maison du peuple, c'est encore lui.

Il n'est pas étonnant que cet homme, promoteur d'idéaux de fraternité, ait adhéré à la loge maçonnique Les Amis de Sully. Il en fut même le président de 1930 à 1938.

Anarcho-syndicaliste, franc-maçon, il fut bien évidemment la cible du régime de Vichy. La police française l'arrête en 1941. Il est interné à Compiègne, puis déporté en Allemagne, au camp de concentration de Buchenwald. Il y est mort le 14 juin 1944.

Y.G.

Source: maville.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article