Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ras-le-bol de la loi des patrons !

9 Avril 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA

Ras-le-bol de la loi des patrons !

Si nous sommes dans la rue et en grève ce jeudi 9 avril 2015, c’est
pour nous attaquer à la loi Macron, passée en force à l’Assemblée et en passe
d’être examinée au Sénat. Mais c’est aussi pour prévenir les nouvelles attaques
antisociales, déjà au programme d’un gouvernement qui prend prétexte de la
crise pour précariser le marché du travail et répondre aux exigences capricieuses
d’un patronat arrogant et cynique.


La loi Macron n’est pas une fatalité
Certes, la loi Macron est passée à l’Assemblée et son examen au Sénat n’est
qu’une formalité sans grandes conséquences. Mais ce n’est pas une raison pour
baisser les bras et passer à autre chose. En 2006, un puissant mouvement social
avait réduit à néant le CPE, pourtant lui aussi passé en force à l’aide de l’article
49-3. Les institutions parlementaires – qui traduisent bien souvent en lois la
destruction de nos droits – peuvent ne pas faire le poids face à des travailleurs
qui grèvent et marchent ensemble par milliers.


Rappelons-le, la loi Macron est un condensé d’attaques contre nos droits qui
n’augurent rien de bon pour notre condition de travailleurs : travail le dimanche
et la nuit, application des dispositions du Code civil au contrat de travail
(autrement dit : enterrer le Code du travail), sécurisation de la délinquance
patronale (sanctions financières en lieu et place d’un recours au pénal pouvant
aboutir à des peines de prison), casse des prud’hommes (possibilité d’envoyer les
affaires directement chez un juge professionnel), etc. Des mesures qui viennent
rejoindre celles de la loi dite de la sécurisation de l’emploi votée en 2013 :
mobilité forcée, baisse de salaire pendant deux ans sous prétexte de crise et
modification de la notion de licenciement économique.


Après Macron, Rebsamen
On en cause moins dans les médias, mais l’ombre de la loi Rebsamen se dessine
déjà à l’horizon. Marchant main dans la main avec celle de Macron, elle entend
s’attaquer au dialogue social (élargir la délégation unique du personnel qui
fusionne en une entité toutes les institutions représentatives, rogner sur les
prérogatives du CHSCT – notamment sa possibilité d’aller en justice et de
recourir à des experts privés –, etc.) et à la réglementation du temps de travail, en
« assouplissant » davantage les conditions permettant à une entreprise de baisser
les salaires tout en augmentant le temps de travail.


Notre combat n’a pas de limite

Si l’on peut saluer l’appel unitaire à la grève et à la manifestation lancé par la
CGT, Solidaires et FO, on est en droit de regretter que celui-ci ne concerne
qu’une journée. Il ne tient dès lors qu’à nous de faire en sorte qu’il soit reconduit,
à la base, dans nos boîtes. Car nos intérêts de travailleurs ne seront pas satisfaits
en une journée de balade sous le soleil printanier. Et si le gouvernement finit par
reculer, ce ne sera jamais que pour mieux réattaquer plus tard. Toutes ces lois
sont le produit logique et cohérent d’un système : celui de l’exploitation de
l’homme par l’homme dans la folle course à la valorisation du capital. Et ce n’est
qu’en s’attaquant frontalement à l’économie et à l’État que nos luttes porteront
en elles de réels espoirs d’émancipation.
FÉDÉRATION ANARCHISTE

Permanences du groupe Proudhon
de la Fédération anarchiste
Librairie L'Autodidacte, 5 rue
Marulaz, Besançon
Mercredi 16h-19h
Samedi 15h-19h

Manifestation à Besançon : Parking Battant, 14 h

Chercher les drapeaux noir

Ras-le-bol de la loi des patrons !
Lire la suite

Dans la rue et en grève ce jeudi 9 avril 2015

7 Avril 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Ras-le-bol de la loi des patrons !

Si nous sommes dans la rue et en grève ce jeudi 9 avril 2015, c’est
pour nous attaquer à la loi Macron, passée en force à l’Assemblée et en passe
d’être examinée au Sénat. Mais c’est aussi pour prévenir les nouvelles attaques
antisociales, déjà au programme d’un gouvernement qui prend prétexte de la
crise pour précariser le marché du travail et répondre aux exigences capricieuses
d’un patronat arrogant et cynique.


La loi Macron n’est pas une fatalité
Certes, la loi Macron est passée à l’Assemblée et son examen au Sénat n’est
qu’une formalité sans grandes conséquences. Mais ce n’est pas une raison pour
baisser les bras et passer à autre chose. En 2006, un puissant mouvement social
avait réduit à néant le CPE, pourtant lui aussi passé en force à l’aide de l’article
49-3. Les institutions parlementaires – qui traduisent bien souvent en lois la
destruction de nos droits – peuvent ne pas faire le poids face à des travailleurs
qui grèvent et marchent ensemble par milliers.


Rappelons-le, la loi Macron est un condensé d’attaques contre nos droits qui
n’augurent rien de bon pour notre condition de travailleurs : travail le dimanche
et la nuit, application des dispositions du Code civil au contrat de travail
(autrement dit : enterrer le Code du travail), sécurisation de la délinquance
patronale (sanctions financières en lieu et place d’un recours au pénal pouvant
aboutir à des peines de prison), casse des prud’hommes (possibilité d’envoyer les
affaires directement chez un juge professionnel), etc. Des mesures qui viennent
rejoindre celles de la loi dite de la sécurisation de l’emploi votée en 2013 :
mobilité forcée, baisse de salaire pendant deux ans sous prétexte de crise et
modification de la notion de licenciement économique.


Après Macron, Rebsamen
On en cause moins dans les médias, mais l’ombre de la loi Rebsamen se dessine
déjà à l’horizon. Marchant main dans la main avec celle de Macron, elle entend
s’attaquer au dialogue social (élargir la délégation unique du personnel qui
fusionne en une entité toutes les institutions représentatives, rogner sur les
prérogatives du CHSCT – notamment sa possibilité d’aller en justice et de
recourir à des experts privés –, etc.) et à la réglementation du temps de travail, en
« assouplissant » davantage les conditions permettant à une entreprise de baisser
les salaires tout en augmentant le temps de travail.


Notre combat n’a pas de limite

Si l’on peut saluer l’appel unitaire à la grève et à la manifestation lancé par la
CGT, Solidaires et FO, on est en droit de regretter que celui-ci ne concerne
qu’une journée. Il ne tient dès lors qu’à nous de faire en sorte qu’il soit reconduit,
à la base, dans nos boîtes. Car nos intérêts de travailleurs ne seront pas satisfaits
en une journée de balade sous le soleil printanier. Et si le gouvernement finit par
reculer, ce ne sera jamais que pour mieux réattaquer plus tard. Toutes ces lois
sont le produit logique et cohérent d’un système : celui de l’exploitation de
l’homme par l’homme dans la folle course à la valorisation du capital. Et ce n’est
qu’en s’attaquant frontalement à l’économie et à l’État que nos luttes porteront
en elles de réels espoirs d’émancipation.
FÉDÉRATION ANARCHISTE

Permanences du groupe Proudhon
de la Fédération anarchiste
Librairie L'Autodidacte, 5 rue
Marulaz, Besançon
Mercredi 16h-19h
Samedi 15h-19h

Manifestation à Besançon : Parking Battant, 14 h

Chercher les drapeaux noir

Dans la rue et en grève ce jeudi 9 avril 2015
Lire la suite

Repas de soutien

6 Avril 2015 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Samedi 11 avril 12h00

Repas de soutien suivi de la projection du film « Ne vivons plus comme des esclaves » de Yannis Youlountas au bénéfice du Collectif Citoyens Actifs de Larissa (Grèce)

(Energoi Polites Larissas)

MJC Palente 24, rue des roses Besançon

A partir de 5€ (Chèque à l’ordre de : CESL)

Les “Citoyens Actifs de Larissa” est un mouvement ouvert à tous, ne dépend d'aucune autorité politique ou autre et constitue un point de contact entre des citoyens qui, par le bénévolat, visent à:

1) informer, sensibiliser et mobiliser sur les sujets du quotidien et de la qualité de vie ;

2) faire ressortir des questions sous leurs dimensions sociale, économique, écologique et politique.

Le groupe “CA” refuse de s'organiser selon le modèle d'une association ou d'une ONG et ne dispose pas de conseil d'administration. Ses membres sont tous égaux et la répartition des devoirs n'est pas fixe. Le groupe est ouvert à tout citoyen sensibilisé qui souhaiterait participer à ses initiatives et actions.

Le principe fondamental des “CA” est son indépendance de tout parti politique.

Groupe Proudhon de la Fédération Anarchiste

Si vous ne pouvez participer envoyer vos dons (chèque à l'ordre du CESL: mention Soutien Grèce) à la librairie l'Autodidacte 5, rue Marulaz 25000 Besançon

Merci

Repas de soutien
Lire la suite
<< < 1 2