Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cette semaine

22 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

Autocollant ?

« Se dit d’une image qui adhère sans être humectée »

 

Du 20 au 27 avril

Exposition

40 ans d’autocollants politiques salle de l’ancienne poste

Un siècle d'histoire à travers les autocollants

Depuis 1968, il fleurit sur nos murs, les panneaux de signalisation, boîtes aux lettres et bancs publics. On le colle sur sa casquette de manifestant, sa voiture, son frigo et même sur les troncs d'arbre ! Irrévérencieux, il appelle à la « Rêve générale », dénonce le « Matraque. Charter. Kärcher » de Sarkozy, et roi du détournement, préviens : « Patrons, nous allons vous faire détester l'an 2000 ! »

« L'autocollant, signe de reconnaissance, à une fonction identitaire, mais aussi de promotion, d'expression libre. Facile à fabriquer et à poser, objet graphique, il a un côté individualiste et éruptif », décrit Wally Rosell. Fin 2009, ce militant a édité le livre de Zvonimir Novak, professeur d'arts appliqués, intitulé La lutte des signes, 40 ans d'autocollants politiques. Les deux complices parisiens en ont tiré une exposition,.

L'exposition est à la fois chronologique, de 1900 à nos jours, et thématique. Des 20 000 autocollants et vignettes (l'aîné qu'il fallait humecter) que Zvonimir Novak a collectionnés

À travers ces bouts de papier militants, qui ont grandi à l'ombre des affiches avant de s'émanciper, c'est tout un siècle d'histoire que l'on revisite. Les événements ressurgissent, car peu leur ont échappé : naissance du syndicalisme, montée du communisme, élections présidentielles, centrales nucléaires contestées...

« Pour connaître la situation sociale d'un quartier, d'une ville, il suffit de regarder ce que racontent ses murs ». Que disent ceux de Besançon ? « Pas la même chose que ceux de... »

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1669

22 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

ML-1669-recto.jpg

Le Monde Libertaire n° 1669 du 19 au 25 Avril 2012

 

«Bourrons les urnes et les cognes.»

Titata

 

Sommaire

Actualité

L’insoutenable légèreté de l’urne, Fabrice, page 3

Viveo dans la gueule du loup, J.-P. Germain, page 4

Rentokil: balayons les managers, G. Goutte, page 4

Chronique néphrétique, Rodkol, page 5

Météo syndicale, T. Impétueux, page 6

Harcèlement à Free Mobile, J.-P. Germain, page 6

Hommes publics, femmes privées, R. Pino, page 7

Courrier de la prison, Ringolévio, page 8

Pourquoi élire ? M. Sahuc, page 9

Front des idées, idées pour le front, Jean-Seb, page 10

International

Le mouvement étudiant chilien, D. Pinos, page 12

Liberté pour Francisco Sántiz López, G. Goutte, page 14

Souvenirs du Venezuela, E. Vilain, page 15

Histoire

1937 : la Tchéka en Espagne, J. Mac Govern, page 16

Culture

62e Berlinale, . Hurst, page 19

Yonk, l’invention de la religion, Paco, page 20

Mouvement

Finie l’inspection !, CNT-FTE, page 21

Radio libertaire, 22

Agenda, page 23

 

Editorial

Élections. Foire d’empoigne en Franchouillie. Traitement politico-médiatique condescendant réservé par la chiennerie de garde aux candidats «mineurs». Poutou, dépeint en bouffon, inexpérimenté parce que jeune, incrédible parce que prolo. Traitement obscène, xénophobe, jeuniste et sexiste pour Eva joly, ses lunettes, ses cicatrices, son accent étranger et guttural, son double ridicule de vieille et de femme, de vieille femme…

 

En cette époque de matraquages idéologiques et de titatas éhontés, la palme de la tartufferie revient sans doute au battage hypocrite réservé au film Les Intouchables. La bouche en coeur, le coeur sur la main et la main sur le portefeuille, les médias saluent avec un enthousiasme unanime et pesant cette belle histoire de réconciliation des générations, des origines diverses, des riches, des pauvres, de la carpe et du lapin. Las, dans la vraie vie, il n’est question que de slogans racistes, de lois scélérates, d’appel à la dénonciation de l’étranger, de l’émigré, du musulman, du terroriste… de l’autre.

 

Une bonne partie des programmes, y compris du président sortant, recourent à une analyse simpliste : tous nos malheurs sont dus à la crise. Le capitalisme, ses profits bancaires et financiers, sa mise à mort du Code du travail, du service public, ses délocalisations, n’y sont pas mis en cause. Par contre, à les en croire, les pauvres, et parmi eux surtout ces tricheurs d’émigrés noirauds ou basanés, « d’apparence musulmane », en portent une importante part de responsabilité, eux qui ruinent la nation à coup d’assistanat et de fausses déclarations.

 

Les candidats aux dents longues de la démocratie représentative pratiquent un dangereux grand écart : tout en feignant d’applaudir à l’angélisme bisounours et politiquement correct des Intouchables, ils soufflent, avec des accents dignes de Gobineau et de Vichy, la haine, le communautarisme et – laïcité nouvelle oblige – la guerre des religions. Que les voteurs (de troubles) s’étripent donc, il y aura bien un dieu bidon qui reconnaîtra les siens, avant de leur balancer le plafond de leur chapelle pour rire sur la tronche.

 

 

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

Chaque semaine les groupes de la Fédération Anarchiste diffusent une édition gratuite du Monde Libertaire.

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

 

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

 

Lire la suite

Rencontres internat. de l’anarchisme du 8-12 août 2012 St-Imier

21 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Rencontres internationales de l’anarchisme du 8-12 août 2012 St-Imier (Suisse)

Pour fêter les 140 ans du congrès de St-Imier, acte fondateur de l’Internationale anti-autoritaire, la Fédération anarchiste francophone (IFA) et la Fédération libertaire des montagnes (OSL) appellent les groupes, collectifs, individus qui se réclament de l’anarchisme social à participer aux Rencontres internationales de l’anarchisme en août 2012 dans le village de St-Imier. Sur le site internet www.anarchisme2012.ch se trouve plus d’information sur les contenus et l’esprit de ces rencontres.

L’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA) tiendra son propre congrès à St-Imier à l’occasion de ces Rencontres internationales. Nous attendons des organisations, groupes et individus de tous les pays. Nous souhaitons que soient représentés les mouvements et groupes d’un maximum de pays : Tunisie, Égypte, Chili, Mexique, Uruguay, Brésil, Israël, Palestine, Russie, Biélorussie, etc. Les contacts pris sont nombreux et intéressants. Ci-après, vous trouverez la présentation du journal El Surco (Chili) qui sera présent lors des Rencontres internationales de l’anarchisme.

 

El Surco est un journal anarchiste mensuel publié à Santiago du Chili depuis mars 2009. Aujourd’hui, il est tiré à 2000 exemplaires par mois et est diffusé dans des kiosques, des librairies, des centres sociaux et lors d’événements, grâce à des camarades, dans presque tout le pays. De temps en temps, des exemplaires sont envoyés à Buenos Aires, Lima, Montevideo et Caracas et d’autres coins du globe. En même temps que la version papier, les numéros sont diffusés sur Internet.

El Surco est né de l’initiative d’un petit groupe d’amis, animé d’une grande volonté d’agir, mais avec peu d’expérience et de connaissance technique concernant la propagande écrite. Au fil des mois le groupe a évolué et s’est consolidé humainement et politiquement. Certains sont arrivés et d’autres sont partis. Le groupe affinitaire qui maintenant gère le journal est formé de personnes qui dans leur majorité se sont connues en chemin, c’est-à-dire, au gré des ralliements au projet. C’est un groupe d’individus aux caractéristiques et expériences très hétérogènes, qui vont du militantisme libertaire du milieu des années 1990 aux publications et centre sociaux occupés de ces dernières années.

Pour cela, et pour d’autres bonnes raisons, il n’existe pas pour nous de pensée unique, car, même s’il existe une affinité de base, celle qui nous réunit et nous fait avancer, les points de vues diffèrent et les débats sont permanents. C’est ainsi que nous comprenons l’anarchie, comme une recherche constante, et non comme un système d’idée fermé. C’est pourquoi on ne doit pas voir le journal comme une unité parfaite et harmonieuse. Nous n’avons pas voulu homogénéiser les visions, et grâce à ça les colonnes de El Surco ont été nourries de la richesse qui naît de la multiplicité.

Il est important de préciser que le groupe est formé de personnes qui ont participé et qui participent aujourd’hui à différentes activités culturelles, économiques et sociales. Certains sont professeurs, d’autres designers, et une part importante fait partie des centres de recherches et des instances de diffusion de l’histoire de l’anarchisme dans la région : ils publient des livres et des articles et font tourner un centre de documentation (Archive Historique La Revuelta) et échangent lors de brainstormings sur ces thèmes entre autres. Le groupe en général participe constamment à des discussions dans différentes villes, sur des thèmes divers.

Le nom du journal vient d’une publication anarchiste qui a existé entre 1917 et 1921, puis entre 1924 et 1926, à Iquique (dans l’extrême nord du pays). C’était un journal de propagande qui se caractérisait par l’esprit critique de ses pages. On a voulu prendre la relève.

Plutôt que de répéter des vieilles consignes ou des grandes déclarations, la volonté du groupe anarchiste El Surco est de poser des problématiques, de lancer des débats. On ne veut pas être crus aveuglément, ou être suivis, mais plutôt que naissent des questionnements quant à tout ce que nous cherchons à dépasser et aussi sur « comment » nous voulons le dépasser.

La majorité des textes qui sont publiés sont inédits, écrits par le groupe ou envoyés par des collaborateurs volontaires. Nous réalisons des interviews et également des enquêtes et des reportages. Les thèmes abordés sont variés, on peut mentionner entre autres : des analyses de l’actualité, l’histoire libertaire, des débats théoriques, les mouvements sociaux, les prisonniers politiques, l’écologie.

Le journal a grandi dans tous les sens du terme (quant à la variété des thèmes, le nombre de collaborateurs, les réseaux de contact et de distribution, les voies de discussions) pendant son cycle de vie propre. On a été surpris par le bon accueil qu’il a reçu dans les rues et pas seulement dans les « cercles anti-système ». On a pu vérifier dans la pratique qu’il n’est pas nécessaire de cacher le mot « anarchiste » pour diffuser ces idées. L’accueil a été positif, résultat que nous attribuons au contenu original de ses pages et à sa mise en page particulière.

Bien sûr, tout ne nous a pas réussi. Nous avons eu des problèmes, par exemple, pour pouvoir répondre de façon adéquate à la « demande » des gens vis-à-vis du projet, surtout par rapport à la distribution. On manque de bras. Nous avons également eu des difficultés économiques. Nous organisons des activités pour le financement, qui donnent toujours de bons résultats, mais les dépenses et les coûts sont permanents et en augmentation (dû aux divers projets parallèles), surtout en ce qui concerne la distribution dans les régions, qui remet toujours en cause d’une manière ou d’une autre la continuité du projet. En ce qui concerne le contenu du journal, nous pouvons aussi faire diverses autocritiques : parfois on ne traite pas certains sujets assez en profondeur, certains y voient plus de critiques que de propositions, etc. Nous espérons affronter tous ces problèmes, aussi bien les problèmes techniques que les problèmes de fonds, avec sérieux et ténacité, en cherchant à nous surpasser.

C’était un bref compte-rendu de notre projet. Nous voulons avancer et aller plus loin. La réalisation de nos souhaits dépend de notre affinité, du soutien des camarades et du résultat de notre lutte quotidienne contre toute autorité. Quant à nous, avec simplicité et ardeur, nous voulons l’anarchie et nous lutterons pour elle.

 

Grupo Anarquista El Surco Santiago, Región chilena, Marzo 2012 elsurcoanarquista@gmail.com periodicoelsurco.wordpress.com

 

Appel à souscription

Nous attendons pour cette rencontre des organisations, groupes et des individu.es de tous les pays. Tout cela aura un coût important.

Les copains de la Coopérative d'Espace noir (St-Imier) ont ouvert un compte postal en Suisse, en France, c'est le groupe Proudhon (Besançon) de la Fédération anarchiste qui se charge de récolter l'argent en euros afin d'aider à la réussite de cette Rencontre internationale.

1- Vous pouvez faire un don par virement bancaire :

Banque PostFinance - Coopérative Espace Noir - Rencontre anarchiste 2012

N° de compte 12-840151-6 / IBAN CH46 0900 0000 1284 0151 6 / BIC POFICHBEXXX

2- Où envoyer vos chèques à l'ordre de : CESL, BP 121, 25014 Besançon cedex. (Mention au dos du chèque St. Imier).

Lire la suite

Le Monde Libertaire Hors-série n°44

20 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le Monde Libertaire Hors-série n°44 

du 19 Avril au 19 Juin 2012

 

Sommaire

Actualité

Travail social : état des lieux, S. Lecomte, page 3

La Russie homophobe, P. Schindler, page 6

Droits des psychiatrisés, Romain, page 8

Arguments

Éducation et lutte des classes, H. Lenoir, page 11

Dossier : abstention et démocratie(s)

Les anarchistes et l’abstention, R. Pino, page 14

Une abstention modérée ?, R. Constant, page 19

Je vote, donc tu suis, J.-P. Garnier, page 21

De la démocratie en terre zapatiste, G. Goutte, page 25

Entretien

L’éditeur libertaire Marc Silberstein, 28

Histoire

Max Nettlau et Ba Jin, A. Pino, page 31

La FA et la guerre d’Algérie, S. Boulouque, page 36

Mouvement

Salon du livre libertaire 2012, 40

La Fédération anarchiste

Liste des groupes de la FA, 42

Grille des émissions de Radio libertaire, page 43

 

La Fédération anarchiste

La Fédération anarchiste est un groupement de militants politiques organisé sur le principe du libre fédéralisme (c’est-à-dire la libre association) garantissant aux groupes et aux individus qui la composent la plus grande autonomie afin de permettre le pluralisme des idées et des actions, dans le cadre d’un pacte associatif que nous appelons nos «principes de base » (disponibles sur demande). C’est notre outil de lutte qui doit être fonctionnel et rationnel. Nous rejetons en effet tout fétichisme d’organisation. Pas de hiérarchie, donc pas de chefs chez nous! C’est à tous les militants et militantes qu’il appartient de faire progresser leur organisation. Nous ne reconnaissons pas la division dirigeants/exécutants, la participation effective des militants et militantes aux structures collectives de l’organisation est un principe d’éthique et de solidarité.

Ces structures fédérales sont: le Monde libertaire , Radio libertaire, hier parisienne, aujourd’hui planétaire, et la librairie du Monde libertaire, à Paris également. En dehors de ces oeuvres fédérales, les groupes ont aussi des locaux, souvent des librairies, éditent des revues, menant ainsi leur propre activité au niveau local.

 

Les buts de la FA

Nous sommes pour une révolution radicale et globale, à la fois économique, sociale et politique; pour détruire la société fondée sur la propriété privée ou étatique des moyens de production et de consommation; pour la suppression de toutes les formes d’exploitation, de hiérarchie, d’autorité. Cette phase de destruction est nécessaire et c’est sans doute pour cela que certains ne voient ou ne veulent voir les anarchistes que comme des partisans fanatiques du désordre. Qu’ils regardent autour d’eux et qu’ils nous expliquent comment faire pire!

Les anarchistes sont, au contraire, partisans d’une société organisée d’une manière beaucoup plus rationnelle et logique que la jungle capitaliste ou les dictatures marxistes-léninistes. Il s’agit, dans le cadre d’une société libertaire, non pas de gouverner les hommes mais d’administrer les choses au profit de la collectivité tout entière. Nous voulons construire une société libre sans classes ni État, sans patrie ni frontières, avec comme objectifs: l’émancipation des individus; l’égalité sociale, économique et politique; la liberté de création; la justice ; l’éducation libertaire et permanente; l’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs (autogestion); la démocratie directe; une économie tournée vers la satisfaction des besoins; l’abolition du salariat; l’écologie; la libre union des individus ou des populations; la liberté d’expression; la libre circulation des individus.

Voilà en quelques lignes un aperçu de ce que veulent construire les militants et militantes de la Fédération anarchiste. Rendre possible l’édification d’un ordre social fondé sur l’entraide, la solidarité, sur le respect absolu de l’intégrité physique et morale de l’individu, voilà l’idéal qui nous anime et que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre pour un monde meilleur.

 

 

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

 

Lire la suite

Ce soir à Besac

20 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

 

Ce soir, vendredi 20 avril à 18h00, Vernissage de l'exposition 

« Quarante ans d'autocollants politiques ».

Avec Wally Rosell (militant de la Fédération anarchiste).

 

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 

 

    autocollant-a.jpgautocollant-b.jpgautocollant-c.jpgautocollant-d.jpgautocollant-e.jpgautocollant-f.jpgaaaaaa.jpg

Lire la suite

Exposition « Quarante ans d'autocollants politiques ».

19 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Rendez-vous

Du Vendredi 20 au Vendredi 27 avril

 

Affiche autocollants 

Vernissage: vendredi 20 avril, à 18 heures.

Visite commentée : samedi 21 avril à 11 heures et 16 heures avec Wally Rosell

(militant de la Fédération anarchiste).

Salle de l'ancienne Poste, 98, Grande-Rue.

 

Besançon (25)

Exposition « Quarante ans d'autocollants politiques ».

Lire la suite

Nouveautés de la librairie

18 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #A lautodidacte.org

situ.gifMIGUEL AMOROS

LES SITUATIONNISTES ET L’ANARCHIE

Les éditions de la Roue

mars 2012

12.00€

Ce livre analyse, dans le contexte d’effervescence souterraine des années 60, la rencontre entre les groupes de jeunes anarchistes et les idées de l’I.S. Il montre comment la réussite de cette rencontre, par exemple avec les Enragés, influença grandement le contenu de Mai 68, il fournit aussi des éléments indispensables à la réflexion sur la « nature » de son échec américain. Deux réalités utiles à la critique sociale de notre époque.

 

fuku.gifARKADI FILINE

OUBLIER FUKUSHIMA

Les Editions du bout de la ville

mars 2012

10.00€

 
La catastrophe nucléaire au Japon serait résolue. Catastropher, liquider, évacuer, réhabiliter, banaliser : autant d’épisodes d’un feuilleton destiné à nous faire oublier Fukushima.

 

 

precis.jpgCOLLECTIF  

PRÉCIS D'ANTI-ÉLECTORALISME ÉLÉMENTAIRE

120 Motifs de ne pas aller voter

Nuits Rouges (Les)

10.00€

Ce choix de textes inclinera fortement à l’abstention, mais il s’agit surtout de montrer la relativité des élections dans les sociétés contemporaines. Rien de mieux pour éclairer les électeurs lassés d’être les éternels dindons de la farce électorale que ce choix de textes. Choisis chez les anarchistes (d’hier et d’aujourd’hui), mais aussi chez des auteurs de toutes tendances, dont un certain François Mitterrand qui, dans son Coup d’Etat permanent, livra, au début des années 1960, une charge pertinente contre la « dangereuse » Constitution de la Ve République.

 

crises.gifLÉON DE MATTIS

CRISES

Entremonde

fev. 2012

12.00€

En octobre 2008, le système financier mondial a failli s’écrouler. Depuis, la crise financière s’est muée en une crise de la dette publique qui s’aggrave de semaines en semaines. Le fonctionnement de l’économie, à l’heure actuelle, repose la croyance en la capacité des États à maintenir la valeur de la valeur. Que cette croyance s’effondre et le système périt.

 

 

tue

JEAN-PIERRE LEVARAY      

 TUE TON PATRON                                           

Saison 2

Libertalia

mars 2012

8.00€

« On a tous rêvé, un jour, une nuit, de se débarrasser de son patron. Mais ce n’est pas si facile. Alors, si on s’y mettait tous ensemble ? C’est ce que les ouvriers d’une usine fabriquant des composants électroniques pour le secteur automobile mettent en œuvre lorsque le patron veut fermer la boîte. Cela se passe très vite, en quelques heures, à la faveur d’une réunion pour annoncer les licenciements. Mais pour que ce soit rapide et efficace, il faut avoir tout bien préparé. Tue ton patron, premier du genre, racontait l’acte individuel d’un chômeur. Pour ce deuxième opus, c’est le « tous ensemble » qui prévaut. Plus efficace ? Moins noir ? À voir et à lire. Imaginez un monde sans patron… 

 

woobies.gifJOYCE KORNBLUH

WOBBLIES & HOBOS

L’Insomniaque

fev. 2012

25.00€

Thèmes : mouvement ouvrier, syndicalisme - mouvements révolutionnaires (XXe siècle) - livres illustrés, beaux livres - contre-culture (musique)

 

Wobblies & Hobos relate l’histoire des IWW, un syndicat américain fondé en 1905 par des militants radicaux et qui joua un rôle essentiel dans la lutte des classes aux États-Unis, notamment dans l’ouest du pays – à peine conquis alors et où la force primait souvent sur le droit. Ils se firent connaître par une virulente campagne pour la liberté de parole, dont un épisode tragique, à Everett, dans l’État de Washington, se solda par de nombreux morts.

Le livre se compose d’une histoire thématique et chronologique des IWW due à la plume de Joyce Kornbluh ; de documents afférents (chansons, poèmes, récits, témoignages d’époque) ; de 110 illustrations (photos, dessins de presse) ; y est inclus un CD qui contient 22 chansons : des blues inédits écrits et chanté par des hobos noirs dont la plupart sont devenus célèbres à défaut de devenir riches (tel Sleepy John Estes) et des chants ouvriers et protest-songs dus à la plume de Joe Hill, de T-Bone Slim ou d’autres, soit dans d’anciennes versions, soit joués par un groupe de blues rock montreuillois.

 

Librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Heures d'ouverture:

le mercredi de 16h00 à 19h00 et le samedi de 15h00 à 19h00

 

Lire la suite

Silence radio sur l'Islande ?

18 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Sans nouvelles d’Islande : Pourquoi ?

Si quelqu’un croit qu’il n’y a pas de censure actuellement, qu’il nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se passe en Egypte, en Syrie ou en Libye et pourquoi les journaux n’ont absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande :

En Islande,
-    le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,
-    les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière
-    une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire
la Constitution.
Et tout cela, pacifiquement.
Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise.
Voilà pourquoi rien n’a été publié pendant deux ans.
Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?

Brièvement, voici l’histoire des faits :
-    2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s’effondre, la bourse suspend son activité. Le pays est en banqueroute.
-    2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu’elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.
La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d’euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d’intérêt de 5%.
-    2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.
En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.
En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.
Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.
Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.
Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.
Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l’actuelle qui est une copie de la constitution danoise.
Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.
On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.
-    L’assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.
Elle doit être approuvée par l’actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives.

Voici, en bref, l’histoire de la Révolution Islandaise :
-    Démission en bloc de tout un gouvernement
-    Nationalisation de la banque
-    Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales
-    emprisonnement des responsables de la crise et
-    réécriture de la constitution par les citoyens

Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ?
En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?
A-t-on vu des images de ces faits à la TV ?
Bien sûr que non !
Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l’Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde.

Lire la suite

Rencontre autour du réseau No Borders

18 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

                   RT NOBORDERS                         Rencontre autour du réseau No Borders

Ce vendredi 20 avril, 20h30, à la librairie L’Autodidacte, nous recevons des Lillois du réseau No Borders qui militent en faveur des actions pour les sans-papiers et plus généralement sur la question des frontières… Venez voir la projection sur ces sujets, discuter du pourquoi et du comment des frontières et de leurs lois…, les rencontrer… et Beat The borders !!

 

Organisé par Resto trottoir
Collectif « Food Not Bombs »
Lire la suite

Documentaire

17 Avril 2012 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Ce soir

- Mardi 17 avril  à 18h 30 projection du film "Debtocracy" à la Fac des lettres amphi    32 rue Mégevand à Besançon .
Debtocraty est un documentaire important pour comprendre la crise mondiale et son impact sur la Grèce. Il envisage également les expériences argentine et équatorienne de lutte contre la dette comme remèdes possibles à la debtocratie.

- Vendredi 11 mai à 18h  : Conférence débat avec Damien Millet sur la dette publique à la Fac des lettres  amphi 32 rue Mégevand à Besançon
D’où vient la dette publique ? Doit-on tous la rembourser ?  Peut-on en annuler une partie ? Comment ?... »

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>