Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Combien ça coûte ?

7 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

nucleaire-fric.jpgCombien ça coûte ?

Quelques données sur le coût du nucléaire militaire en France :

• Budget nucléaire militaire en 2011 ………………..3,4 milliards d’euros

• Coût du programme de missiles M51……………..8,5 milliards d’euros

• Coût de construction du laser Mégajoule ………..3,0 milliards d’euros

• Prix d’un sous-marin nucléaire (SNLE) ……………2,5 milliards d’euros

Il s’agit bien sûr, d’estimations, tant l’opacité est grande. Notamment le montant du démantèlement des armes nucléaires, par exemple, ou le coût de la gestion des déchets nucléaires militaires ne sont pas pris en compte dans les chiffres ci-dessus issus de documents officiels.

 

Quelques éléments de comparaison

• Avec le budget consacré chaque année à la force nucléaire, nous pourrions construire : 17 CHU ou 170 lycées ou des éoliennes qui remplaceraient 3 réacteurs nucléaires…

• Avec 3,4 milliards d’euros par an, il est possible de payer 85 000 instituteurs. Or, à la rentrée 2012, 16 000 postes n’ont pas été renouvelés dans l’éducation.

 

Source: www.campagne2012desarmementnucleaire.org/

Lire la suite

Prix

6 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

crise-responsables-courent-toujours« Depuis le début du troisième millénaire, le salaire moyen a augmenté en France, dans la fonction publique, de 9% environ, le salaire moyen européen de 4,5%, les bonus et les salaires des super PDG de 500%.

  Pendant ce temps le prix du beurre a augmenté de 48%, celui de l’essence de 62%, la baguette de pain de 85%, le lait de 182%, le loyer d’un même logement à Paris est passé du simple au double. Quant au prix d’un café dans un bar parisien, il est passé de 2,50 francs à 2 euros cinquante, soit une augmentation de 500%. »

01.11.2011 - 07:36

Le Billet politique d'Hubert Huertas France Culture
Lire la suite

Attention au 11/11/11 à 11h00 au 11 rue Battant

5 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Rassemblement

Pour affirmer ensemble :

 chair-a.jpg

Pas de guerre entre les peuples

Pas de paix entre les classes

 

Non à toutes les guerres

 

Rassemblement

Vendredi 11 Novembre 2011 à 11h00 devant la maison du peuple

11 rue Battant

 

CNT FA SCALP ET Libertaires

Lire la suite

Appel à la création d’un collectif bisontin (des indignés ?)

5 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

Appel à la création d’un collectif bisontin (des indignés ?) pour un audit de la dette

Jeudi 10 novembre

2, rue Victor Hugo

au local d’AC ! Besançon

 

L’appel pour un audit de la dette vient d’organisations nationales, telle Attac.

Le mouvement des indignés est né en Europe (en Espagne et en Grèce en particulier)

sous la pression des politiques d'austérité, exercée sous la contrainte de le la dette.

C’est un mouvement mondial qui dure depuis plusieurs mois. Il serait donc intéressant de réussir à unir ces deux mouvements qui vont largement dans la même direction.

La création d’un collectif d’organisation et de citoyens ne devrait pas poser de problème, par contre la création d'un collectif bisontin des indignés pour un audit citoyen de la dette publique sera peut être plus compliqué. Ce sera aussi l'objet de la discussion avec les personnes présentes.

Le CA d’Attac Besançon


Texte de l
’appel national pour un audit de la dette

 C'est un appel à s'engager dans la démarche de l'audit citoyen pour que la dette publique fasse enfin l'objet d'un vrai débat démocratique, au plan local, national et européen. Le Collectif pour un audit citoyen est composé d'une vingtaine d'organisations syndicales et associatives, et soutenu par plusieurs formations politiques. Il tiendra une conférence de presse à Nice, le 2 novembre à 12h, lors de l'alter-forum qui précèdera et contestera le G20.


  Écoles, hôpitaux, hébergement d'urgence
… Retraites, chômage, culture, environnement... nous vivons tous au quotidien l'austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l'on nous ressasse dans les grands médias. Maintenant « il faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ».



Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe. Avons-nous trop dépensé pour l
’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 20 ans ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été tout entière contractée dans l'intérêt général, ou bien peut-elle être considérée en partie comme illégitime ? Qui détient ses titres et profite de l'austérité ? Pourquoi les États sont-il obligés de s'endetter auprès des marchés financiers et des banques, alors que celles-ci peuvent emprunter directement et pour moins cher à la Banque centrale européenne ?

Nous refusons que ces questions soient évacuées ou traitées dans notre dos par les experts officiels sous influence des lobbies économiques et financiers. Nous voulons y répondre nous-mêmes dans le cadre d'un vaste débat démocratique qui décidera de notre avenir commun.

En fin de compte, ne sommes-nous plus que des jouets entre les mains des actionnaires, des spéculateurs et des créanciers, ou bien encore des citoyens, capables de délibérer ensemble de notre avenir ?

Nous nous mobilisons dans nos villes, nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail, en lançant un vaste audit citoyen de la dette publique. Nous créons au plan national et local des collectifs pour un audit citoyen, avec nos syndicats et associations, avec des experts indépendants, avec nos collègues, nos voisins et concitoyens. Nous allons prendre en main nos affaires, pour que revive la démocratie.

* Premiers signataires:*



Marie-Laurence Bertrand (CGT), Jean-Claude Chailley (Résistance sociale), Annick Coupé (Union syndicale Solidaires), Thomas Coutrot (Attac), Pascal Franchet (CADTM), Laurent Gathier (Union SNUI-Sud Trésor Solidaires), Bernadette Groison (FSU), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Jean-François Largillière (Sud BPCE), Philippe Légé (Économistes atterrés), Alain Marcu (Agir contre le Chômage !), Gus Massiah (Aitec), Franck Pupunat (Utopia), Michel Rousseau (Marches européennes), Maya Surduts (Collectif national pour les droits des femmes), Pierre Tartakowsky (Ligue des droits de l'homme), Patricia Tejas (Fédération des Finances CGT), Bernard Teper (Réseau Education Populaire), Patrick Viveret (Collectif Richesse)

et Philippe Askénazy (économiste), Geneviève Azam (économiste), Étienne Balibar (philosophe), Frédéric Boccara (économiste), Alain Caillé (sociologue), François Chesnais (économiste), Benjamin Coriat (économiste), Cédric Durand (économiste), David Flacher (économiste), Susan George (écrivain), Jean-Marie Harribey (économiste), Michel Husson (économiste), Stéphane Hessel (écrivain), Esther Jeffers (économiste), Jean-Louis Laville (sociologue), Frédéric Lordon (économiste), Marc Mangenot (économiste), Dominique Méda (sociologue), Ariane Mnouchkine (artiste), André Orléan (économiste), Dominique Plihon (économiste), Christophe Ramaux (économiste), Denis Sieffert (journaliste), Henri Sterdyniak (économiste)

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1649

4 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

ml-1649.jpgLe Monde Libertaire n° 1649 du 3 au 9 Novembre 2011

 

Sommaire

Actualité

La lutte, c’est rébarbatif, mais impératif, J.-P. Levaray, page 3

116 emplois menacés à Hélio Corbeil, Jean-Louis, page 4

Météo syndicale, T. Impétueux, page 5

Chronique néphrétique, 5

Des brèves, un strip, 6

Accès à l’IVG: encore du chemin à faire, P. Schindler, page 7

Rennes sous un soleil antinucléaire, Stef@, page 8

Vers l’autogestion de l’énergie, Fédération anarchiste, page 9

La dette, c’est le vol, Fédération anarchiste, page 10

Sur la prostitution à Belleville, F. Le Roux, page 11

International

Israël-Palestine : considérations, P. Sommermeyer, page 12

Europe, Afrique: ça branle dans le manche, S. Pillias, page 14

L’Espagne, encore et toujours en lutte, R. Pino, page 15

Potkinisme

Gladiateurs de l’ère nucléaire, N. Potkine, page 16

Histoire

Répression de l’anarchisme en Russie, E. Vilain, page 17

À lire, à voir

Situtionnisme moderne, A. Bernard, page 18

Auriez-vous crié «Heil Hitler !»?, Macnovic, page 19

Courbet rencontre Proudhon, P. Schindler, page 20

Mouvement

Salon du livre libertaire de Florence, A. Dropsy, page 21

Jean-Bernard Pouy boit du rouge, G. Goutte, page 21

Radio libertaire, 22

Agenda, page 23

 

Supplément au n°1649, D'un Cuba libertaire, entretien avec D. Pinos et K. Negrete

 

Editorial

 

Les lecteurs ont sans doute apprécié le silence de la rédaction à propos des primaires des socialistes. C'est vrai qu'on voudrait pas être à leur place. Supposition qu'ils soient élus en 2012, après dix ans de hold up néolibéraux commis en toute impunité par une association de malfaiteurs méritant plus le nom de repris de justice que de représentants du peuple, il leur restera tout juste les yeux pour pleurer. Avec les trous et autres endettements, il va leur falloir continuer à prendre tout plein de mesures fiscales et antisociales parfaitement impopulaires. C'est la coutume en Franchouillie, qu'en période d'« alternance», la gauche se mange les dégâts du précédent pillage droitier. Il va en falloir des titatas pour faire passer l'amère pilule, il va en falloir des complaisances centralo-syndicales.

 

Mais, on le sait, ils y arriveront et la place sera bien propre quand les réacs, par la grâce de la prétendue démocratie représentative et du formatages des cerveaux, siffleront, dans cinq ou dix ans, la fin de la récréation. On va pas les plaindre, ces réformistes timorés, ces sociotraîtres comme on disait encore il y a peu. La soupe leur semble bonne à laper tout comme à leurs concurrents sortis des mêmes écoles.

 

Même goût prononcé pour les passe-droits et les faveurs galantes, même absence de programme (ou plutôt un seul: moi moi moi), même ambition égoïste, même déni de la lutte des classes, même abandon de toute justice sociale , même complaisante servilité devant le Médef, les puissances financières, bancaires, multinationales, même aveugle foi bigotte dans un capitalisme voyou considéré comme «fin de l'histoire», même surréaliste confiance en la divine croissance, même regards pudiquement détournés devant les violeurs et les assassins de la Nature, cette belle et bonne fille qui ne peut donner que ce qu'elle a et qui n'en peut plus.

 

Sombre période en perspective. Plus que jamais, à n'en pas douter, les anarchistes préféreront – au pélerinage quinquennal à Sainte-Mairie-de-mes-deux-urnes –s'investir quotidiennement dans les luttes, les réalisations autogérées, l'occupation de la rue, pour patiemment bâtir une société sans pouvoirs, fédérative et libertaire.

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

 

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

Lire la suite

Les IWW soutiennent Occupy Wall Street

4 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

Les IWW soutiennent Occupy Wall Street

 

Au nom de notre syndicat, la commission exécutive des IWW envoie son soutien aux occupants de Wall Street, à tous ceux déterminés à dénoncer les responsabilités de nos oppresseurs.

 

L'occupation de Wall Street met directement en cause les fondements du capitalisme, son désir insatiable de mettre le profit au-dessus de tout.

 

Quand la classe dominante,1 % de la population, s'accapare les richesses créées par les 99 % restant, n'est-il pas évident que les mots du préambule de nos statuts : « La classe ouvrière et la classe patronale n'ont rien en commun  sonne plus vrai que jamais ?  [...]

 

Partout dans le monde, de l'Égypte à la Grèce, de la Chine, à Madison, Wisconsin, la classe ouvrière commence à se soulever. Les IWW accueillent favorablement ces événements. Nous pensons que l'occupation de Wall Street est une autre étape - peu importe qu'elle soit grande ou petite -  dans ce processus.

 

[...] Nous affirmons que les vraies forces d'occupation sont les riches de la classe dominante, leurs institutions et les États qui légitiment leur pouvoir. La police et les forces militaires, qui protègent le richesse et le pouvoir de leurs maîtres sont aussi coupables qu'eux.

 

C'est seulement en s'unissant en tant que travailleurs et en se levant ensemble en tant que classe sociale que nous pourrons nous réapproprier nos rues et nos lieux de travail.

 

Solidarité Toujours !

 

 

 

Grève générale à Oakland (Californie, 400 000 habitants)

 

Je reviens juste d'Oakland. La fin de l'Assemblée générale a été formidable. Elle se tenait dans un amphithéatre de la Place Oscar Grant. [...]

 

Nous avons proposé à la foule que, dans une semaine, nous arrêtions le travail et déclarions une grève générale à Oakland. Il y eut beaucoup d'inquiétudes - pourrions nous l'organiser à temps, les travailleurs se mettront-ils en grève... Boots Riley (de l'excellent groupe radical de rap d'Oakland) mit au point que des milliers de syndicalistes cherchent une telle source d'inspiration pour agir. D'autres montrèrent qu'il faut déclencher la grève quand le fer est chaud.

 

Le vote fut le suivant :

Pour : 1484

Contre : 44

Abstentions : 76

 

Si des compagnons peuvent faire connaître le plus largement possible ce message, et lancer un appel pour une grève générale globale ou une journée d'action à la même date, ce serait magnifique.

 

Témoignage d'un militant des IWW

Lire la suite

Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation

4 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Le Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation (CATS) de Caen (et d'ailleurs...) vous annonce aujourd’hui la mise en ligne de 8 traductions, librement téléchargables sur notre site à l’adresse suivante suivante http://ablogm.com/cats/ .


En voici une brève présentation :

- L'anarchisme en Allemagne au sortir de la 2ème Guerre Mondiale :

3 courtes notices biographiques de militants anars allemands qui donnent un aperçu fragmentaire de la reconstruction du mouvement anar en Allemagne dans les années qui suivent la 2ème Guerre Mondiale.

- L'anarchisme et le ZZZ en Pologne 1919-1939 :

Un dossier assez long sur l'anarchisme et le syndicat ZZZ en Pologne dans l'entre 2 guerres.

- Les Gardes Noires Moscou 1918 :

Un récit de la constitution de détachements armés anarchistes à Moscou, et ailleurs, et de leur liquidation violente par les bolcheviques.

- Glasgow et les IWW :

Un petit texte sur l'influence des IWW américains dans l'émergence du syndicalisme industriel à Glasgow.

- 1915-1920, le Red Clydeside et le mouvement des shop-stewards :

Texte sur le mouvement des shop-stewards, des délégués d'ateliers issus de la base et coordonnés localement, qui marqua d'une empreinte radicale la fin des années 1910 à Glasgow.

- Clydeside 1919 et la grève des 40 heures :

Un récit de la grande grève de masse pour la semaine des 40 heures à Glasgow, grève qui se termina par l'occupation militaire de la ville.

- La lutte pour la liberté de parole dans le Glasgow Green 1916-1932 :

La longue lutte pour le droit de tenir librement des discours publics dans le principal parc de Glasgow, lutte longue mais victorieuse animée en partie par des anarchistes et qui se termina par une énorme émeute.

- La grève des apprentis du Clydeside en 1937 :

La puissante grève écossaise des apprentis qui les aida à passer du statut d’individus isolés sans droits sociaux à celui de travailleurs organisés et syndiqués.


Par ailleurs, le CATS remet en circulation aujourd’hui sur Internet quelques traductions effectuées il y a quelques années par un camarade de Caen. Ce faisant, nous espérons redonner « une seconde jeunesse » à ces traductions qui nous paraissent intéressantes.


En voici un résumé :

Les IWW en Afrique du Sud :

Les idées et pratiques des IWW américains arrivèrent assez vite en Afrique du Sud et y exercèrent une certaine influence au début du 20ème siècle aussi bien parmi les travailleurs/euses blancHEs que noirEs.

L'insurrection de Kwangju en Corée du Sud 1980 :

Un récit du soulèvement armé de la population de Kwangju contre la dictature militaire et de la répression qui suivit.

Le mouvement anarchiste coréen :

Un texte synthétique sur ce mouvement des origines aux années 1930.

Le marxisme de Karl Korsch :

Un rappel du parcours théorique de Karl Korsch par Paul Mattick, un autre communiste de conseil connu.

Le KAPD rétrospectivement, un entretien avec Bernard Reichenbach :

Un entretien avec un membre de ce parti communiste de conseils sur la situation révolutionnaire que connut l'Allemagne entre 1918 et 1923.

Karl Korsch, un ami marxiste de l'anarchisme :

Un article sur Karl Korsch, un communiste de conseil qui s'intéressa beaucoup à l'anarchisme sur la fin de sa vie.


Vu la quantité de textes (en anglais et en espagnol) qui semblent intéressants à traduire, le CATS lance un appel aux bonnes volontés afin qu'elles se mettent en relation avec lui pour prendre en charge certaines traductions. On peut nous contacter à l'adresse mail suivante : catscaen(a)voila.fr

Nous annoncerons dans quelques semaines la publication de nouvelles traductions.


Merci aux gens de partout qui nous filent des coups de mains pour les traductions. On en a bien besoin.

Merci de faire tourner l’information et de faire connaître notre site et les modestes ressources qu’il contient.

Salutations anarchistes.

Lire la suite

Réaliser l'impossible

3 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

indigne-3.jpgEn réalisant L'Impossible

Sur la pratique de la décision au consensus

 

Le 2 août, au tout premier rassemblement de ce qui allait devenir Occupy Wall Street, environ une douzaine de personnes s'assirent en cercle à Bowling Green1. Nous, « comité pour un mouvement social » auto-proclamé, qui espérait simplement exister quelques jours, avons évoqué une décision capitale. Notre rêve était de créer une Assemblée Générale à New-York : modèle pour des assemblées démocratiques que nous espérions voir surgir dans toute l'Amérique2. Mais comment voulions-nous que ces assemblées fonctionnent pratiquement ?

 

Les anarchistes réunis dans le cercle firent ce qui semblait, à ce moment, une proposition d'une ambition démesurée. Pourquoi ces assemblées ne fonctionneraient-elles pas exactement comme ce comité : au consensus.

 

Cela représentait, pour le moins, un risque énorme, car d'aussi loin que chacun d'entre nous se souvenait, personne n'avait jamais réussi à réaliser quelque chose de semblable auparavant. Le fonctionnement au consensus a été utilisé avec succès dans les spokes-council3 - activistes organisés en groupes affinitaires, chacun étant représenté par un simple porte-parole - mais jamais dans de grandes assemblées comme celle que nous espérions à New York. Même les assemblées générales en Grèce et en Espagne ne l'ont pas essayé. Mais le consensus était était la méthode la plus en correspondance avec nos principes. Aussi nous nous jetâmes à l'eau.

 

Trois mois plus tard, des centaines d'assemblées, grandes ou petites, fonctionnent maintenant au consensus dans toute l'Amérique2. Les décisions sont prises démocratiquement, sans vote, avec l 'assentiment de tous. D'après la sagesse courante, rien de cela ne serait possible, et pourtant cela s'est passé - de la même façon que d'autres phénomènes « inexplicables » tels l'amour, la révolution, ou la vie même (à partir d'une particule élémentaire), se sont réalisés.

 

La démocratie directe adoptée par Occupy Wall Street prend ses racines profondes dans l'histoire de l'Amérique2 radicale.  Elle fut largement utilisée par le mouvement des droits civiques et par SDS (Étudiants pour une société démocratique)4. Mais sa forme courante s'est pratiquée dans des mouvements tels le féminisme et aussi au sein de traditions spirituelles (Quakers et Amérindiens), autant que dans le mouvement anarchiste lui-même. La raison pour laquelle la démocratie directe, basée sur le consensus, a été si clairement adoptée par l'anarchisme et identifiée avec lui est qu'elle incarne ce qui en est peut-être le principe le plus fondamental : de la même façon que des êtres humains traités comme des enfants ont tendance à se comporter comme des enfants, le moyen pour les encourager à agir comme des adultes mûrs et responsables est de les traiter comme s'ils l'étaient déjà.

 

Le consensus n'est pas un système de vote à l'unanimité ; la possibilité de bloquer une décision n'est pas un vote négatif, mais un veto. Pensons à l'intervention de la Cour Suprême déclarant qu'une proposition est en violation des principes éthiques fondamentaux - sauf dans le cas où une robe de juge habille quelqu'un qui a perdu tout courage. Les participants savent qu'ils peuvent stopper à chaque instant des échanges qui sortent des principes de base, ce qui se traduit par le fait qu'ils le font rarement.

 

Cela signifie aussi qu'un compromis sur des points mineurs s'obtient facilement ; le processus conduisant à une synthèse imaginative est vraiment l'essence de ce fonctionnement. Enfin, ce qui compte, c'est moins la question de savoir comment la décision finale a été obtenue - par un appel aux intentions de bloquer la décision, ou par des choix montrés avec les mains - que le fait que chacun ait pu jouer un rôle pour affiner et mettre au point la synthèse finale. Peut-être ne pourrons-nous jamais prouver, par la logique, que la démocratie directe, la liberté, une société basée sur des principes de solidarité, sont possibles. Nous pouvons seulement le démontrer en agissant. Dans les parcs et les squares d'Amérique2 les gens ont commencé à témoigner de cela dès qu'ils ont décidé d'y participer. Les Américains comprennent de plus en plus que la liberté et la démocratie sont nos valeurs suprêmes, et que notre amour de la liberté et de la démocratie est ce qui nous définit en tant que peuple - même si, de façon subtile mais continue, nous apprenons que la liberté et la démocratie véritables n'ont peut-être encore jamais existé.

 

À l'instant où nous réalisons l'erreur de cet enseignement, nous répondons : combien d'autres choses « impossibles » pouvons-nous réussir ? C'est maintenant, c'est de cette façon, que nous commençons à réaliser l'impossible.  

 

David Graeber  

 

Notes du traducteur

1 - Petite ville américaine

2 - Etats-Unis

3 - Le spoke council est basé sur le fonctionnement collectif de groupes affinitaires ayant un mode d’organisation libertaire, non-hiérarchique et décentralisée, apanage de manifestants prônant l’action directe contre des symboles du capitalisme (maintenant dénommés Black Blocs) ou par des adeptes de la désobéissance civile non-violente pour l’action directe.

Le groupe affinitaire comprend de 5 à 15 personnes, fonctionne au consensus et peut mener seul ou en lien avec d’autres des actions directes. Il prend en charge une tâche spécifique au sein de l’action collective : chaîne de protection, ravitaillement en eau, observatoire légal, confrontation avec la police, samba, information/témoignages,équipe médicale, intervention graphique...

Le spoke council réunit un porte-parole pour chaque groupe affinitaire. C'est une réunion essentiellement organisationnelle où chaque groupe affinitaire présente ses intentions par rapport à l’action, de manière à ce que tous puissent en avoir une vision globale. Le porte-parole, seul habilité à prendre la parole, peut être présent seul ou venir avec l’ensemble de son groupe qu’il pourra consulter à chaque fois qu’il faudra prendre une décision.

Le réseau de groupes affinitaires constitue ainsi un ensemble éphémère de production d’action politique dans lequel la division du travail relève d’une économie du don et non d’une coordination hiérarchique.

4 - SDS est une organisation étudiante américaine qui s'est inscrit dans le mouvement étudiant de contestation des années 1960. SDS a fédéré le radicalisme étudiant dans le contexte de l'opposition à la guerre du Viêt Nam et en développant des pratiques de démocratie participative et d'action directe. SDS a atteint100 000 membres en1968.

Lire la suite

ILS INTIMIDENT, ILS INCENDIENT, NE LES LAISSONS PLUS FAIRE!

3 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

FA-sigle.jpgILS INTIMIDENT, ILS INCENDIENT, NE LES LAISSONS PLUS FAIRE!

 

Plus les violences du capitalisme se font précises, et plus la chasse aux prétendus responsables de la crise prend le visage de l'intolérance et du fascisme: on en veut pour preuve trois faits d'actualité.

Le premier n'a pas fait la une des média, et pourtant l'incendie à l'aide de cocktails Molotov de la Maison des Roms, le 24 octobre, 163 rue des Pyrénées à Paris, a causé la mort de Ion Salagean, qui n'avait commis d'autre crime que de fuir la misère et le racisme dont souffrent les Roms .

 Le second est la mobilisation de la mouvance catholique (Civitas) pour qui la proximité de l'extrême-droite tombe sous le sens, contre la pièce de Romeo Castellucci, "Sur le concept du visage du fils de Dieu", taxée de " christianophobe", terme calqué sur celui d'"islamophobe", vocable forgé par les Frères Musulmans pour  faire passer pour opprimés ceux dont le but n'est autre que de contrôler chaque instant de la vie humaine dans le carcan du rite religieux. Il est  à noter que, lorsqu'il s'agit de pratiquer l'intolérance et de détruire la liberté de création artistique, les religions concurrentes s'entendent comme larrons en foire pour crier au blasphème, puisqu'aux côtés de la soutane, on a pu voir barbus et femmes intégralement voilées.

Le troisième est l'incendie à l'aide de cocktails Molotov de la rédaction de Charlie Hebdo au moment même où il se "baptisait" provisoirement " Charia Hebdo" et prenait un individu qu'on n'est pas sensé pouvoir représenter comme rédacteur en chef.

Pour la Fédération anarchiste, ces récents événements montrent que les violences fasciste et religieuse prospèrent sur le terreau de l'exploitation capitaliste, et qu'on ne peut espérer les voir disparaître sans s'attaquer aux racines du problème. Tant qu'un modèle économique inégalitaire sera protégé par un modèle politique étatique et délégataire, les solidarités de classe, celles qui transcendent les frontières, et les libertés individuelles, y compris , et surtout, celle de blasphémer, seront menacées par les religions, fanatiques par définition, et par le fascisme.

 

Fédération anarchiste,

Secrétariat aux Relations extérieures.

2 novembre 2011.

Lire la suite

Festiv'ATTAC

2 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

                    atac.jpg  Festiv'ATTAC

Salle Battant, du samedi 5 novembre à 14h et au dimanche 6 novembre 19h
               
Des films-débats, des concerts...


ATTAC-Besançon vous propose deux jours de films militants, de débats, de
concerts et d'un apéro-rencontre festif,

salle Battant, du samedi 5 novembre à 14h et au dimanche 6 novembre 19h
Venez nombreux et faites passer l'info!
Films et débats :

Samedi 14h30

CONFLITS D’INTÉRÊTS CONTRE DÉMOCRATIE puis débat avec Séverine Tessier
Présidente d’Anticor France

Samedi 16h30

PRINTEMPS ARABE : débat avec Pierre-Olivier Poyard, rédacteur en chef de
la revue LRG - La Répétition Générale

Dimanche 14h30

FRANÇAFRIQUE : NÉO-COLONIALISME puis débat avec Florent Rodboum, Membre du
C.A de Survie

Dimanche 16h30

ÉNERGIES : QUELLES ALTERNATIVES ? puis débat avec David Martin,
réalisateur et Marie-Christine Gambérini - Les Amis De
La Terre

SOIRÉE CONCERTS SAMEDI :

19h30 Les Fée Minées (voir le site) : chanson électro-accoustique

20h30 You Touff (voir le site ou myspace) : ska-punk

21h30 Peanuts (voir le site ou myspace) : clown-rock

Entrée Projections à 3 euros - entrée Concerts à 5 euros
PASS SAMEDI À 7 euros PASS WEEK-END À 9 euros

Tarifs réduits pour les précaires

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>