Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué de presse

23 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

nucl_aire.jpgRéseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 924 associations et 54 000 personnes
Agréée pour la protection de l'environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/

 

 

Communiqué de presse commun avec SUD-RAIL - 19 novembre 2011

Information de dernière minute – Le transport à haut risque de la France vers l'Allemagne avancé d'une journée

Un transport de déchets nucléaires extrêmement radioactifs va à nouveau traverser la France d'Ouest en Est, ainsi qu'une partie de l'Allemagne, exposant ainsi les populations et les agents SNCF au risque nucléaire. Initialement prévu ce jeudi 24 novembre, le départ du train depuis le terminal ferroviaire de Valognes est avancé d'une journée par AREVA et la SNCF pour tenter d'éviter la mobilisation d'ampleur, actuellement en préparation. Le convoi devrait donc quitter Valognes le mercredi 23 à 14h36. Les deux trajets envisagés par les autorités à partir d'Amiens restent inchangées, le convoi pourrait prendre la direction nord vers Arras ou la direction sud vers Reims. Onze conteneurs transporteront 301 fûts de déchets de très haute activité « retraités » à l’usine Areva de la Hague (Manche).

Tchernobyl roulant : l’Europe à nouveau sous la menace d'un convoi nucléaire à haut risque

L’inventaire officiel de radioactivité de ce transport s’élève à 3756,5 péta becquerels (Pbq), soit 3,75 milliards de milliards de becquerels de becquerels. A titre de comparaison, ce convoi transportera donc plusieurs fois la radioactivité émise lors de la catastrophe de Tchernobyl [i]. Eparpillée dans l’environnement, la radio- toxicité potentielle [ii] de ce convoi suffirait à empoisonner l’ensemble de l’espèce humaine [iii].

Des protections insuffisantes pour transporter les déchets extrêmement radioactifs

Les colis de déchets radioactifs vont être transportés dans des emballages blindés (les castors HAW 28 M) mais les exigences de sûreté de ce transport imposées par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) sont notoirement insuffisantes pour résister aux hypothèses d’accidents et d’attaques les plus graves. [iv].

Ainsi un déraillement du convoi radioactif dans un tunnel à deux voies, suivi d’une collision par un train chargé de matières inflammables qui prendrait feu, pourrait conduire à la dispersion des déchets radioactifs [v]. Un feu d’hydrocarbures atteint près de 1 200°C en une vingtaine de minutes ; dans un tunnel, il peut monter jusqu’à 1 600°C et durer des heures. Or l’emballage des déchets vitrifiés est conçu pour résister à un feu de 800°C pendant 30 minutes. De même les emballages ne résisteraient pas à certaines attaques terroristes ou à un crash d'avion de ligne. Enfin, ce convoi doit s’arrêter plusieurs fois sur des triages dont l’état des voies de service est l’occasion de nombreux déraillements. Ce convoi dépassera les 2000 tonnes et un écartement de voie n’est pas à exclure. Loin de vouloir être alarmistes, nous pensons que ces hypothèses doivent être envisagées puisque pas moins de 5 % des accidents sont plus graves que les scénarios envisagés et que la catastrophe de Fukushima a démontré que l’impensable pouvait arriver.

Des travailleurs SNCF dangereusement exposés

Une fois de plus, sur ce convoi, ni les conducteurs, ni les agents de manœuvre ne seront équipés de dosimètres individuels, contrairement aux forces de police présentes dans le train. Avec ce transport très hautement radioactif compris dans les 500 trains de déchets radioactifs qui traversent la France chaque année, les cheminots sont réellement exposés et pour certains peuvent dépasser la dose limite annuelle. Tant que la SNCF ne fera pas une réelle évaluation des risques, le syndicat SUD-Rail appelle tous les agents pouvant intervenir sur ce train à exercer leur droit de retrait.

Un transport sans assurance réelle

Si la radioactivité de ce transport se dispersait à cause d’un accident ou d’un attentat, Areva serait quasiment déchargée de toute responsabilité. La responsabilité financière maximale d’Areva est limitée à 22,9 millions d’euros [vi]. Qui peut croire qu’un accident impliquant une telle radioactivité coûterait aussi peu ? Ce transport roulera donc quasi sans assurance réelle.

Une seule issue : sortir du nucléaire

Ce transport a pour seule raison d’être une transaction commerciale entre Areva et les industriels nucléaires allemands, qui ont envoyé ces déchets en France pour s'en débarrasser provisoirement. En outre, il fait peser sur la tête des populations une véritable épée de Damoclès et expose l’Europe entière au risque de contamination radioactive.

Aujourd'hui, le parc nucléaire français produit chaque année plus de 2 convois similaires de déchets vitrifiés aussi ingérables que dangereux, pour des durées extrêmement longues. Poursuivre dans cette voie en léguant des déchets radioactifs aux générations futures et en les transportant sur de si longues distances est totalement insensé. Il est urgent de sortir du nucléaire et il existe des alternatives crédibles au nucléaire, reposant sur les économies d'énergie et les énergies renouvelables, qui ne demandent qu'à être mises en oeuvre.

Plutôt que de jouer à des paris hasardeux en attendant l'accident, les responsables politiques français devraient plutôt arrêter les transports de déchets et s'engager immédiatement pour la sortie du nucléaire.

 

Informations, trajets et horaires:

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Transport-La-Hague-Gorleben



[i] En effet, selon une étude du Ministère de l’Énergie des États-Unis, la radioactivité émise lors de l’accident de Tchernobyl représente 1900 péta becquerels.

Health and environmental consequences of the Chernobyl nuclear power plant accident, U.S. Department of Energy, 1987.

[ii] La radio-toxicité est la toxicité radioactive que peut subir un organisme exposé à des éléments radioactifs par ingestion ou inhalation.

[iii] La toxicité radioactive des déchets nucléaires vitrifiés est mesurée en sievert et peut être rapportée à la production électrique du combustible usé. Les déchets radioactifs vitrifiés représentent ainsi des dizaines de milliards de sieverts par gigawatt électrique par an (Sv/GWe.an) à leur sortie des usines de La Hague.

[iv] En savoir plus sur les exigences réglementaires de sûreté pour ce transport :

http://asn.fr/index.php/Les-activites-controlees-par-l-ASN/Transports-de-matieres-radioactives/Les-colis2/Caracteristiques-des-differents-types-de-colis

[v] Etude Wise Paris 2002, p.42-46, Les transports de l’industrie du plutonium en France.

http://www.wise-paris.org/francais/rapports/transportpu/030219TransPuRapport.pdf

[vi] Ce régime est défini par la convention de Paris du 29 juillet 1960 modifiée, sur la responsabilité civile dans le domaine de l’énergie nucléaire et la convention complémentaire de Bruxelles du 31 janvier 1963 modifiée. Ces conventions ont ensuite été introduites dans les différents droits nationaux des pays signataires (en France, la loi n° 68-943 du 30 octobre 1968 modifiée, en Allemagne, la loi du 23 décembre 1959 modifiée).

Réseau "Sortir du nucléaire" - http://www.sortirdunucleaire.org

Lire la suite

Notre histoire

23 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

canuts_plaque.jpg
Plaque de souvenir des révoltes des Canuts lyonnais
Le 23 novembre 1831, à Lyon, suite de la révolte des Canuts. Les ouvriers occupent l'Hôtel de Ville. Une tentative de gouvernement insurrectionnel voit le jour. Mais, soit par manque de projet politique, soit par la ruse des autorités, ces dernières reprendront le contrôle de la ville à partir du 2 décembre 1831.
Source l'exellente site

http://www.ephemanar.net/

Lire la suite

Vendredi 25 novembre

22 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Vendredi 25 novembre, à 20h30, à la librairie L'Autodidacte

 

Présentation des Rencontres internationales de l'anarchisme à St-Imier (Suisse) en 2012

en présence de 2 militants d'Espace noir, Coopérative anarchiste de St-Imier

Lire la suite

Compagnie Marie Ruggeri

20 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Compagnie Marie Ruggeri - Maison du Pays de Langres - Square O.-Lahalle - F 52200 Langres 

Tél.: (0)3 25 87 60 34 - Fax: (0)3 25 88 99 07 - compagniemr@yahoo.fr - http://marieruggeri.free.fr/

 

- Femmes en danger, spectacle musical sur les violences faites aux femmes 

  (et sa variante pour jeunes à partir de 15 ans : Rose pour les filles, bleu pour les garçons?)

- Louise Michel, écrits et cris, spectacle musical sur Louise Michel.

 

Nous vous invitons à découvrir le travail de la Compagnie en assistant à l’une des représentations ci-dessous :

 

  

Nous vous invitons également dès aujourd’hui aux représentations arrêtées à ce jour (autres options en cours)

de Louise Michel, écrits et cris en 2012, à Paris, Draguignan et La Chapelle St-Luc à côté de Troyes

 

Date

Horaire

Spectacle

Lieu

23.11.11

18h

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ?

Opéra Bleu – Aubervilliers (93)

24.11.11

14h30

Femmes en danger

Théâtre – Sens (89)

25.11.11

20h30

Femmes en danger

Hôtel de Ville – Clichy la Garenne (92)

27.11.11

15h

Femmes en danger

Grange Dîmière – Fresnes (94)

29.11.11

13h30

Femmes en danger

MLC – Asnières (92)

Date

Horaire

Spectacle

Lieu

Du 19.1 au 15.4.12
Relâche les 26.2 ;
4,8 et 9 mars 2012

J/V/S à 20h
Dim. à 15h

Louise Michel, écrits et cris

Essaïon Théâtre – Paris 4e (75)

27.1/9.2/16.3.2012

14h30

Louise Michel, écrits et cris

Essaïon Théâtre – Paris 4e (75)

2.4.12

11h

Louise Michel, écrits et cris

Essaïon Théâtre – Paris 4e (75)

8.3.12

20h30

Louise Michel, écrits et cris

Théâtre – Draguignan (83)

27.3.12

19h30

Louise Michel, écrits et cris

Centre Culturel Didier-Bienaimé
La Chapelle Saint-Luc (10)

Lire la suite

Rassemblement le 19 novembre

18 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

19 nov 2

Lire la suite

Manif femmes

18 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

becassine.jpgManif femmes samedi à 14H place Pasteur

 Dans le cadre de la journée internationale
 contre toutes les violences faites aux femmes

(25 novembre),
 Manifestation ce samedi 19 novembre 14H Place Pasteur à Besançon
Comme l'année dernière, la municipalité monte un chapiteau   et Solidarité femmes a prévu une déambulation avec mise en  scène dans la rue.

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1651

17 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

ml-1651.jpg

Le Monde Libertaire n° 1651 du 17 au 23 Novembre 2011

 

« Les politiciens redoutaient le fascisme, mais ils avaient encore plus peur du peuple en armes. »

Abel Paz

 

Sommaire

Actualité

Procès des «incendiaires» de Vincennes, Nicolas, page 3

Saint-Ouen goes bunker, Fred, page 4

Météo syndicale, S. Bull, page 5

Chronique néphrétique, 5

Des brèves, un strip, 6

Le monde a soif, P. Schindler, page 7

Chineries, Tsi-Na-Pah page 8

De l’austérité… et du reste, E. Vilain, page 9

International

La Thaïlande sous le déluge, F. Lesueur, page 12

Arguments

Séjour chez les Prud’hommes, Kintpuash, page 15

Sur les rails du changement social, G. Goutte, page 17

Histoire

Pas de paix entre les classes, R. Pino, page 19

À lire

Provos dans les lignes, A. Bernard, page 20

Mouvement

N’Autre école sort un n’autre numéro, 21

Radios libres: histoire récupérée, 21

Radio libertaire, 22

Agenda, page 23

 

Editorial

Austérité. Dans leur grande et pitoyable soumission aux marchés financiers (et aux agences de notation), les États s’appliquent tous azimuts à échafauder des plans de redressement, histoire de faire ici et là quelques précieuses économies. Du moins, c’est ce qu’on nous dit. Ce qu’on nous rabâche. Les États seraient les faibles victimes de la Finance, les malheureux esclaves du tout puissant dieu Monnaie. Le discours sous-jacent, c’est celui de la possible existence d’un État porteur de préoccupations sociales, un État indépendant et entièrement dévoué au bien-être de son bon peuple. À droite comme à gauche, on nous le fait miroiter, sous des appellations différentes et à travers la mise en avant de stratégies et de modalités diverses.

 

Et pourtant, quand on jette un oeil (un seul, pas les deux, sinon on ne voit plus rien) sur le passé, on constate, sans difficulté aucune, que le rôle de l’État a toujours été celui du fidèle serviteur et du protecteur acharné du capital ; et ce même quand il s’enorgueillissait d’être «ouvrier ». Outil indispensable au maintien de la paix sociale dans un monde divisé en deux classes aux intérêts antagonistes, il s’est, dès le départ, rangé du côté des puissants, des dominants – les patrons, les actionnaires et autres « possédants» –, au détriment des plus faibles et des plus nombreux – les travailleurs. Et il n’y a pas de raisons que ça change.

 

Qu’on se le dise donc, tant que l’État existera, nous continuerons à subir les plans d’austérité, les économies drastiques et tout ce qui les accompagne (hausse des impôts impopulaires, baisse ou gel des salaires, licenciements, casse des quelques rares services publics, etc.) L’État n’est pas soumis aux marchés et à leurs avatars, il y est intrinsèquement lié, comme un enfant à ses parents : créé pour maintenir les privilèges, il ne changera jamais ses prérogatives. Hier comme aujourd’hui, notre seul espoir c’est de l’abattre.

 

 

Souscription

Pour poursuivre son oeuvre de propagation des idées et propositions anarchistes, Le Monde libertaire a besoin de votre soutien ! Par votre don à la caisse du soutien du Monde libertaire, vous contribuez à la sauvegarde de notre journal, que ce soit dans sa forme imprimée ou électronique. À une époque où nos ennemis politiques et économiques ne ménagent pas leurs attaques, à une époque où, ici et ailleurs, les libertaires déploient d’immenses efforts pour, non seulement parer les coups, mais aussi gagner les consciences et construire des espaces de solidarité et d’action, chaque apport, si minime soit-il, sera utile à notre cause. D’avance, merci à toutes et à tous.

Pour nous soutenir, rendez-vous sur le site web du journal (www.mondelibertaire.fr) ou envoyez un chèque à l’ordre des Publications libertaires à l’adresse ci-dessous :

Le Monde libertaire

145, rue Amelot

75011 Paris

 

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l’adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

Lire la suite

Des réservistes mobilisables en cas de crise

15 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

En face, ça s’organise…

Des réservistes mobilisables en cas de crise

De Vannes, du Mans ou de Rennes, ces 80 réservistes ont été appelés par téléphone et ont dû se mobiliser en quelques heures pour rejoindre le terrain. Pour la première fois, un exercice militaire implique des réservistes, prêts à tout lâcher en 48 heures pour rejoindre leur unité. Ce dispositif a fait l’objet d’un test grandeur nature, hier, au 2e Rima du Mans.

Reportage

Dans leur autre vie, ils sont étudiant, agent de collectivité, salarié d’une agence commerciale ou même militaire à la retraite. Et, depuis ce mercredi, ils sont quatre-vingts réservistes à dormir pour quatre jours sous des bâches, en pleine forêt, dans le gigantesque camp d’entraînement du 2e Régiment d’infanterie de marine (Rima), au Mans.

Par tradition familiale ou engagement personnel, ils consacrent jusqu’à un mois par an à leur deuxième métier, en kaki. Bien qu’habitués aux exercices mensuels auxquels ils sont régulièrement conviés, ces militaires réservistes participent, pour la première fois en France, à un test grandeur nature de mobilisation d’urgence.

De Vannes, du Mans ou de Rennes, ils ont été appelés par téléphone et ont dû se mobiliser en quelques heures. Dans un contexte de crise énergétique grave, il s’agit de sécuriser un dépôt de carburant fictif menacé par une situation de très haute tension sociale.

Sujet sensible

Aux militaires qui figurent des manifestants, ils opposent une interdiction formelle d’aller plus loin. Ils doivent conserver l’accès du site sans intervenir directement dans le maintien de l’ordre. Ce scénario, élaboré il y a quelques semaines, sert d’abord à mesurer les mécanismes de mise en oeuvre du système Guépard réserve, selon la terminologie militaire. Le dispositif a été voté au printemps et connaît là sa première application sur le terrain, en grandeur réelle. Sur les 45 000 réservistes recensés en France, il s’agit de garder en permanence environ 800 soldats intermittents disponibles et mobilisables en moins de 48 heures.

Sur réquisition du préfet, ils sont destinés à venir suppléer la police, la gendarmerie ou la sécurité civile en cas de crise majeure, de manière ponctuelle ou sur l’ensemble du territoire, si les forces de police étaient débordées par l’ampleur du phénomène.

Des militaires, même réservistes, intervenant en renfort dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre : cela amène nécessairement des interrogations, voire des inquiétudes républicaines que le commandant de brigade, le général François Lecointre, tient immédiatement à dissiper. « Nous savons bien que l’engagement des armées reste un sujet très sensible. »

Il explique que l’exemple d’aujourd’hui est réaliste mais ne serait mis en place qu’en cas d’état d’urgence, pour garantir des points vitaux par exemple et sous la seule responsabilité du Premier ministre. « En revanche les mêmes mécanismes de mobilisation peuvent être mis en oeuvre, et c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui, pour répondre à des situations catastrophiques, après une grave tempête par exemple. »

Leur presse – Ouest France, Camille Guillemois, vendredi 11 novembre 2011

 

Lire la suite

Gardez vos prières

14 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

19-nov-2.jpg

Lire la suite

Pour le droit des femmes

14 Novembre 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Besançon le 19 Novembre à 14H00

Rassemblement pour le droit des femmes à disposer librement de leur corps

 

227 000 IVG ont été pratiquées en France cette année, ce chiffre peut surprendre mais il s’agit d’un chiffre stable pour ces dernières années.

La majorité des femmes prennent en charge leur contraception et choisissent en connaissance de leurs droits d’interrompre ou non une grossesse non prévue.

Les statistiques de l’INED montrent que plus de 40 % des femmes auront recours à l’IVG à un moment donné de leur vie, et que 72 % des femmes ayant recours à l’IVG étaient sous contraception (tous moyens confondus).

L’IVG n’est donc pas un événement exceptionnel mais une composante de la vie sexuelle et doit être prise en compte comme telle.

Pourtant, la liberté d’avorter est aujourd’hui attaquée de toutes parts…

LE DROIT À L’AVORTEMENT ET L’ACCÈS À LA CONTRACEPTION : DES LIBERTÉS CONQUISES DE HAUTES LUTTES MAIS QUI RESTENT FRAGILES FACE AU DÉMANTÈLEMENT GLOBAL DU SERVICE PUBLIC

 Parallèlement à la diminution drastique des subventions des plannings familiaux, nous assistons ces dix dernières années à la fermeture de nombreux centres pratiquant l’IVG.

Près de la moitié des 857 services de gynéco-obstétrique ne font pratiquement pas d’avortements alors que la loi de 1979 a décidé la création d’un centre IVG dans chaque hôpital public.

Ceci est encore aggravé par le sabordage de l’hôpital public organisé par l’état sous couvert d’économie (loi Bachelot, du 25 juin 2009): pénurie d’un personnel médical et paramédical formé (dans dix ans, il n’y aura plus assez de médecins pour faire des IVG en France), disparition des structures de proximité, inégalité d’accès aux moyens de contraception, fermeture de centres d’orthogénie ou la mise en place de restrictions par certains établissements: certains établissements refusent de pratiquer une IVG au-delà de 10 semaines d’âge gestationnel, d’autres refusent de pratiquer des IVG chirurgicales, d’autres encore n’ont pas les moyens d’accueillir les femmes en demande d’IVG.

Ces divers éléments montrent que le droit à l’IVG est de plus en plus menacé. Si le droit à l’IVG est largement acquis en France, c’est la légitimité de se trouver en situation de devoir y recourir qui est en danger.

Nous sommes en train de revenir doucement sur la liberté des femmes à disposer de leur corps par des limitations des moyens matériels.

C’est dans ce contexte, et même si les délais pour avorter ont été allongés de 10 à 12 semaines, que tous les ans sont d’ores et déjà contraintes plus de 5000 femmes à aller avorter à l’étranger.

Plus que jamais il est nécessaire de lutter pour :

  •  Une meilleure information et un meilleur accès à la contraception et à l’IVG
  •  La défense d’un système de santé public, gratuit et accessible à tou-te-s
  • Le droit pour chacun-e de disposer librement de son corps et de s’épanouir dans la sexualité qu’il ou elle choisit.

DES LIBERTÉS EN BUTTE À UNE MORALE D’UN AUTRE SIÈCLE :

Hélas dans notre société hétérosexiste encore dominée par une morale religieuse et patriarcale désuète, être mère est trop souvent présenté comme un passage obligé pour toute femme «qui se respecte».

L’avortement est donc, dans ce cadre, bien souvent considéré comme un acte «irresponsable» voir «coupable». L’IVG est toujours pensée comme un mal honteux et traumatisant alors qu’il est un moyen de maîtrise de son corps et de sa sexualité.

Mais les témoignages sont là: mauvais accueils (y compris des personnels soignants et de certains médecins), culpabilisation, humiliations, encouragement à renoncer au désir d’avorter. Autant de pratiques plus ou moins insidieuses qui se dressent contre l’émancipation des femmes.

Les libertés sexuelles sont des libertés fondamentales en termes de santé publique, mais surtout en termes d’autonomie et d’indépendance dans le respect des différences. L’accès libre à la contraception et la liberté d’ avorter ne s’opposent pas, ils sont tous deux fondamentaux, inaliénables et complémentaires dans la maitrise de la fécondité. Chaque femme doit pouvoir, si elle le souhaite, accéder à l’avortement sans pression ni culpabilisation, dans le respect de sa décision.

Parmi ces moralisateurs, on trouve l’association SOS Tout-petits

Sous un semblant de respectabilité familiale «bon enfant», se dissimule l’intégrisme religieux le plus intolérant et le plus hostile à toute idée de pouvoir vivre une sexualité propre à chacun-e.

Leurs mots d’ordre : abrogation de la loi Veil, lutte contre l’euthanasie, mobilisation contre le PACS, lutte contre les «perversions sexuelles» (ils considèrent les homosexuel-les comme «des malades» qu’il faut soigner) et bien entendu défense de la «morale» publique (Amen!).

Cette association mène couramment des manifestations à proximité d’établissements hospitaliers pratiquant des avortements ou en occupant leurs accès.

Xavier Dor, médecin catholique, président de SOS tout petits, et ancien initiateur de commandos anti-IVG, a par ailleurs été condamné à plusieurs reprises pour délit d’entrave à l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse), sans jamais purger ses peines. Le but des anti-IVG est systématiquement de culpabiliser les femmes, de leur refuser la libre disposition de leur corps et de décider de leur vie à leur place.

À BESANÇON COMME PARTOUT AILLEURS

NE LAISSONS PAS L’OBSCURANTISME RELIGIEUX

RÉPANDRE SA MORALE NAUSÉABONDE

CNT – FA – SCALP – Libertaires

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>