Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trafic de déchets nucléaires

7 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 874 associations agréée pour la protection de l'environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/

 

Communiqué de presse commun au Réseau “Sortir du nucléaire“, au Réseau Nucléaire STOP (Belgique) et au syndicat SUD - Rail – 06 juin 2011

Le trafic de déchets nucléaires entre les Pays-Bas et la France reprend en catimini

Arrêtés officiellement depuis 2006, les transports de déchets néerlandais vers l'usine AREVA de La Hague vont reprendre cette semaine. Cette reprise fait suite à la signature d'un nouvel accord entre les gouvernements français et néerlandais entré en vigueur le 1er juillet 2010 (1).

Entre le mardi 7 et le mercredi 8 juin 2011, un train transportant du combustible usé néerlandais hautement radioactif devrait quitter Borssele, aux Pays-Bas pour rejoindre le terminal ferroviaire de Valognes (Manche). Il traversera une partie des Pays-Bas, ainsi qu'une partie de la Belgique et passera la frontière franco-belge à Mouscron aux alentours de 13h30 le 7. En France, il traversera 11 départements (2) et empruntera les voies du RER grande couronne en région parisienne. Une fois arrivés au terminal de Valognes, ces déchets seront acheminés par la route à l'usine AREVA de La Hague pour y être - selon le terme employé par l'industrie - "traités".

Un transport à hauts risques   

Hautement radioactif, le combustible usé, composé majoritairement d’uranium, mais aussi de plutonium, dégage énormément de chaleur. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi comporte des risques en termes de sûreté et de sécurité, notamment du fait de la concentration des déchets dans les wagons. L'itinéraire emprunté par ce train ne permet pas non plus d’éviter les zones urbaines.
Les rayonnements radioactifs “Gamma“ émis par les conteneurs “CASTOR“ se propagent à plusieurs dizaines de mètres du wagon et exposent à des radiations ionisantes les personnes situées à proximité, entraînant un risque pour les riverains et les cheminots. La réglementation sur le transport des matières radioactives autorise des débits de dose pouvant aller jusqu’à 2 milliSievert par heure au contact du wagon, soit un niveau de radiation environ 20 000 fois supérieur à la radioactivité naturelle (3).

Un transport tenu secret

Malgré ces risques, les autorités françaises ne fournissent aucune information sur ce type de transports, et taisent leur dangerosité pour les riverains, la population et les salariés concernés. Certains services de l'État et les collectivités et élus locaux, qui devraient être formés et avertis pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d'urgence en cas de problème, sont maintenus dans l'ignorance.
Le Réseau belge « Nucléaire STOP », le Réseau "Sortir du nucléaire" et le syndicat SUD-Rail tiennent à rappeler qu'il est conseillé aux agents et au public de se tenir éloignés d'un convoi hautement radioactif stoppé en gare. Le Réseau "Sortir du nucléaire" et Sud-Rail incitent les cheminots français à exercer leur droit de retrait en cas d’intervention sur ces convois.

Un transport inutile...

L'industrie nucléaire produit chaque année des tonnes de déchets dont on ne sait que faire (4). Certains pays étrangers, dont les Pays-Bas envoient le combustible usé issu de leurs centrales à l'usine AREVA de La Hague pour qu'il y soit “traité“ : l'Hexagone est ainsi régulièrement traversé par ces déchets.
Pourtant, loin d'être une solution, le “traitement“ des déchets engendre des risques et des transports supplémentaires. Il contamine de manière irréversible l'environnement en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l'eau et l'atmosphère. Il est de surcroît inutile : le traitement à l'usine de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets, mais il augmente au contraire leur volume. Ainsi, pour une tonne de matière retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits.

… Et des élus inquiets

En France, comme en Belgique, des élus s'inquiètent de voir passer ce type de convoi sur le territoire de leur commune. A Tourcoing, lors de la séance du Conseil Municipal du 26 mai dernier, sur proposition des élus Europe Ecologie Les Verts, la majorité du Conseil Municipal a adopté un vœu selon lequel la municipalité s'engage à étudier les possibilités d'interdiction de passage de ces convois sur le territoire tourquennois (5). A Gand, le bourgmestre Daniel Termont a, quant à lui, estimé inacceptable qu'un transport avec des radiations hautement ionisantes passe dans une ville fortement peuplée (6). Si le trajet du convoi n'est pas dévié, Gand introduira une action en référé ce lundi contre l'Etat belge et la SNCB. Si Daniel Termont met sa menace à exécution et obtient gain de cause, le convoi sera purement et simplement annulé. A Mouscron, enfin, une motion devrait également être déposée par Ecolo - le groupe  des élus écologistes de Mouscron - ce lundi lors du conseil communal pour tenter de faire interdire ce transport.

Le Réseau belge « Nucléaire STOP », le Réseau "Sortir du nucléaire" et le syndicat SUD-Rail appellent à une mobilisation tout au long du trajet et maintiennent leur position : le nucléaire ne peut être ni propre, ni sûr, et il n'existe aucune solution viable et pérenne pour ses déchets.


Pour connaître tous les horaires et voir notre page dédiée à ce transport, c'est ici.
Pour en savoir plus :
consulter notre blog dédié aux transports nucléaires
------------------------------
Contacts presse :

Laura Hameaux - Réseau "Sortir du nucléaire" : 06 85 23 05 11
Opale Crivello - Réseau "Sortir du nucléaire" : 06 64 66 01 23
Philippe Guiter - SUD-Rail: 06 28 94 82 99
Sylvia Vannesche – Nucléaire STOP (Belgique) : 0032 47 73 62 212

(1) Décret n° 2010-1167 du 30 septembre 2010 portant publication de l'accord sous forme d'échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas relatif au traitement en France d'éléments combustibles irradiés (ensemble un accord modificatif, signé à Paris le 9 février 2009), signées à Paris le 29 mai 1979.
(2) Le Nord, l'Aisne, l'Oise, la Seine-et-Marne, la Seine St Denis, le Val d'Oise, les Yvelines, l'Eure, la Seine Maritime, le Calvados et
la Manche.
(3) En 1998, le laboratoire de la CRIIRAD a mesuré, à 50 mètres d’un wagon transportant du combustible irradié, un flux de radiation gamma nettement supérieur à la normale. Le débit de dose gamma neutrons était plus de 500 fois supérieur au niveau naturel, à 1 mètre du wagon. Comme l'a régulièrement rappelé la Criirad, la réglementation autorise ainsi la circulation, en des lieux accessibles au public, de wagons dont le niveau de radiation au contact peut être si importante, qu’en seulement 30 minutes de présence, un individu peut recevoir la dose maximale annuelle admissible pour le public. Voir la note CRIIRAD N°11-20 Risques liés au transport des combustibles irradiés, Valence, 8 février 2011 :
http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/trains_italiens/risques_transport.html
(4) 1 200 tonnes par an, uniquement pour la France.
(5)
http://rueverte.hautetfort.com/archive/2011/06/03/vers-l-interdiction-du-passage-de-convois-de-dechets-nucleai.html
(6) http://levif.rnews.be/fr/news/belga-generique/gand-menace-un-transport-nucleaire-de-refere-pas-d-alternative-selon-la-sncb/article-1195027099268.htm#

Lire la suite

Larry Portis

6 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Nous apprenons la mort de notre camarade Larry Portis.
Larry Portis, ancien professeur à l’université de Montpellier, étasunien et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire sur le syndicalisme et le fascisme est décédé samedi dernier d'un infarctus foudroyant.

Brève bibliographie :
-Histoire du fascisme aux États-Unis
-La canaille ! histoire sociale de la chanson française
-Iww le syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis
Lire la suite

Fête et rencontre pour des Alternatives au capitalisme

6 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Rendez-vous

cac.jpgL'essorage des Alters :

Fête et rencontre pour des Alternatives au

capitalisme

Organisée par le CAC (Collectif pour des Alternatives au Capitalisme) :
Les Alternatifs / APIC / ATTAC / Charivari / FERC-SUP CGT / JC / MRAP /
NPA / PCF / PG / SUD Education

Programme :
15 h : Conférence / Débat sur les luttes altermondialistes
Avec Noufissa Mikou (ATTAC, déléguée au Forum Social Mondial de Dakar), Cybèle David (CSPCL :
Comité de Soutien aux Peuples du Chiapas en Lutte)

17 h : Projection du film "Oaxaca : Entre Rebellion et Utopie", puis
discussion avec Cybèle David (CSPCL : Comité de Soutien aux Peuples du Chiapas en Lutte)

19 h : Apéro-Concert, avec Alejandro Espinosa Camargo, chansons engagées et
traditionnelles de Oaxaca

Bar et restauration / Assiette buffet (5-7 euros)
Vente de livres / DVD / café


Nouvel événement mis en place par les organisateurs de "La Grande Lessive "(Octobre 2009)
et de "Politisez votre assiette" (Avril 2010)

Lire la suite

Lyon antifasciste

5 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Anti-fascisme

Face à la violence des fascistes et à la répression : rassemblement de soutien pour deux camarades antifascistes !

 

Deux camarades antifascistes sont convoqués devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon en tant que prévenus le jeudi 9 juin prochain, après qu’ils aient été agressés par des nervis fascistes. Le Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite appelle à un rassemblement devant le TGI,

67 rue Servient Jeudi 9 juin à 14h

 

Le jeudi 14 avril der­nier, deux de nos cama­ra­des anti­fas­cis­tes cher­chaient à garer leur voi­ture pour se rendre chez une amie, qui rési­dait à proxi­mité du local néo-nazi Bunker Korps/Lyon Dissident, local que le col­lec­tif de vigi­lance dénonce, preu­ves à l’appui, comme tel depuis plus de 6 mois. Alors que la voi­ture de nos cama­ra­des se ran­geait, deux nervis viru­lents de l’extrême-droite lyon­naise ont ameuté du monde de leur local tout en les blo­quant. Après une brève alter­ca­tion, nos deux cama­ra­des ont réussi tant bien que mal à s’échapper. Le len­de­main, ce sont nos cama­ra­des qui ont été placés en garde-à-vue. Les rai­sons invo­quées ont été que les deux fas­cis­tes avaient déposé plainte la veille au soir, par­lant d’une agres­sion de la part d’anti­fas­cis­tes, qui auraient été une quin­zaine selon leurs dires !

La police n’a en aucun cas cher­ché à écouter la ver­sion des mili­tants, pré­fé­rant donner du crédit aux décla­ra­tions tota­le­ment fal­la­cieu­ses des nervis d’extrême-droite, mon­trant une fois de plus la col­lu­sion entre fas­cis­tes et cer­tains poli­ciers. A noter que l’une de nos cama­ra­des s’était vue refu­ser le droit de dépo­ser une plainte contre les nervis du Bunker Korps dans ce même com­mis­sa­riat un mois plus tôt, ce qui est tota­le­ment illé­gal.

Le par­quet a même sou­haité dans cette affaire faire placer nos deux cama­ra­des en déten­tion pro­vi­soire. Pourtant, l’enquête a démon­tré qu’ils n’étaient en pos­ses­sion d’aucune arme, hormis une bombe de gaz lacry­mo­gène qui leur avait permis de pren­dre la fuite. Au nom de quoi les fas­cis­tes auraient une parole qui vau­drait plus que celle de nos cama­ra­des, alors que les deux nervis sont connus en outre pour leurs actions vio­len­tes ? De plus, il est à noter que l’un des deux plai­gnants auraient eu 3 jours d’ITT. Cependant, lors­que le com­mis­sa­riat l’a convo­qué pour une confron­ta­tion, il ne pou­vait s’y rendre car il pas­sait les épreuves phy­si­ques du concours d’entrée de l’admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire. Le même qui lors de la-dite confron­ta­tion, qui a fina­le­ment eu lieu, a demandé ce que fai­saient deux mili­tants anti­fas­cis­tes dans un quar­tier où « ils sont en danger de mort » !

Nos cama­ra­des sont convo­qués devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le jeudi 9 juin pro­chain à 14h. Afin de les sou­te­nir, mais aussi afin de dénon­cer la vio­lence des fas­cis­tes et de l’extrême-droite en géné­ral, nous vous appe­lons à venir vous ras­sem­bler devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon, situé 67, rue Servient dans le 3e arron­dis­se­ment (arrêts Métro B Place Guichard, tram­way T1 Palais de Justice-Mairie du 3e).

Lire la suite

Roland-Garros

5 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA

Roland-Garros : tous dans les filets d’IBM !

 

 

Sans vouloir vous gâcher le plaisir d’un bon match de tennis, nous vous proposons, chers spectateurs, de réfléchir un peu, ne serait-ce que pendant que vous faites la queue pour entrer…

Cette année, vous avez le privilège de fêter avec IBM ses 25 ans de collaboration technique avec la FFT, organisatrice de Roland-Garros.

Collaboration ? Qu’on en juge : « Chaque tournoi, dit-on à la FFT, est un révélateur important puisqu’il permet de tester d’une année sur l’autre de nouveaux produits, de nouveaux systèmes dans une situation où la montée en puissance est considérable[1]. » Et parmi ces nouveaux produits, il y a les puces RFID, qui permettent de pister n’importe quel individu. Depuis 2005, elles sont présentes dans les boutiques Roland-Garros ; en 2009, sur les badges des invités ; et cette année, c’est vous tous, spectateurs, qui y avez droit – histoire de contrôler les accès, de gérer les « flux » et, dixit IBM, de « faire du marketing plus intelligent ».

Autrement dit, chers spectateurs, vous êtes des cobayes, un peu comme les brebis ou les vaches, à qui on implante des puces pour les suivre à la trace de la naissance à l’abattage.

Bien sûr, vous vous dites : « Peu importe, je ne fais rien de mal, je ne fais que m’amuser… » Jusqu’au moment où vous découvrirez que ces technologies qui pénètrent de plus en plus dans la vie quotidienne servent surtout à vous contrôler. Pensez par exemple aux « opportunités » formidables d’une éventuelle interconnexion des bases de données : elle permettra à votre employeur de savoir si vous êtes vraiment malade ou si vous avez simplement besoin de souffler un peu ; pensez à la vidéosurveillance, qui permet d’ores et déjà à la police de savoir que c’est votre chien qui a lâché sur le trottoir la crotte qui vous vaudra une amende ; pensez à la biométrie, qui lui permet d’affirmer que c’est bien vous que le radar a photographié en train de dépasser la vitesse autorisée…

Mais IBM ne se borne pas à offrir ses solutions pour la bonne gestion des « flux » du public des grands matchs de tennis. Elle ne cesse d’en proposer de nouvelles aux entreprises – les grosses, de préférence. Tenez, prenez le « cloud », un concept innovant qui permet de gérer les banques de données de l’extérieur, en dispensant les entreprises de la charge d’un service informatique propre : imaginez les possibilités de dégraissage par licenciements massifs qui s’ouvrent ainsi ! Mais ce qu’IBM ne dit pas, c’est que les entreprises la paieront pour lui faire cadeau de toutes leurs informations les plus confidentielles.

Et comme tout ça, IBM le fait évidemment pour augmenter ses profits, qui peut dire où cela va mener ? A l’époque de la Seconde Guerre mondiale, rappelons-le puisqu’IBM ne s’en charge jamais, les machines et les cartes perforées qu’elle a fournies à Hitler n’ont pas servi qu’à faire marcher les trains.[2]

D’ailleurs, les avantages qu’elle promet aux entreprises, IBM ne manque pas de les produire en interne : structure très hiérarchisée, contrôle permanent, management par le stress engendrant des tentatives de suicide, délocalisations donc licenciements, et aujourd’hui, plus discret, multiplication des « ruptures conventionnelles »… le tout géré efficacement par ses systèmes informatiques. Et que l’on ne s’avise pas d’user de sa liberté de parole dans la maison : Marie-Christine, pour avoir osé alerter sa hiérarchie sur les ratés de l’application informatique imposée à son service, a été licenciée après 39 ans de maison pour… « abus de liberté d’expression ».

Alors vous qui pouvez encore abuser de la vôtre, pourquoi n’écririez-vous à la direction d’IBM ce que vous en pensez ?

Collectif de solidarité avec les harcelés et les licenciés d’IBM



[1] Alex Loth, responsable des nouvelles technologies à la FFT, dans un débat avec Alain Bernard, ingénieur d’IBM, à l’Ecole de Paris du management. Débat retranscrit dans « Les coulisses technologiques de Roland-Garros », janvier 2006.

[2] Edwin Black, IBM et l'holocauste. L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante multinationale américaine, Paris, Robert Laffont, 2001.

 

Ne me jetez pas sur la voie publique, faites-moi plutôt circuler – 4 juin 2011 – Imprimerie spéciale - zoppilebuzz@hotmail.com

Lire la suite

Merci de la part de ABC-Bélarus

2 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA


  
abcwr-ad787.jpgVous êtes les meilleur-e-s!
 
Merci de la part de ABC-Bélarus (Anarchist Black Cross - Croix Noire
Anarchiste)
 
Aujourd'hui, le jour du verdict de l'affaire des anarchistes biélorusses
le plus important pour l'ABC-Bélarus est d'exprimer les mots de
reconnaissance que nous avons nourris le long de ces huit mois et demi
d'attente et de lutte.
Notre expérience a confirmé le vieux dicton – c'est au besoin qu'on
reconnaît l'ami-e.
Tout d'abord, nous voulons remercier toutes les personnes, groupes,
collectifs et organisations qui ont réagi aux appels pour les journées de
solidarité avec les anarchistes biélorusses.
Nous avons été soutenu-es par  les actions de solidarité à Moscou,
Saint-Pétersbourg, Omsk, Novorossiysk, Irkoutsk, Vladivostok,
Ekaterinbourg, Oufa, Kazan, Cheboksary, Nizhny
Novgorod, Volgograd, Voronej, Belgorod, Riazan, Smolensk, Simferopol,
Mariupol, Donetsk, Kiev, Lvov, Kishinev, Minsk, Bobruisk, Gomel, Zhlobin,
Grodno, Biereza, Vilnius, Riga, Lublin, Varsovie, Shchetin, Budapest,
Prague, Sofia, Vienne, Tyrol, Berlin, Rostock, Hambourg, Marseille.
 
Au total, 74 actions de la solidarité en formes différentes ont eu lieu
durant ces 8 mois passés: commençant par lès soirées d'information et
distributions des tracts et jusqu'aux actions radicales
(blocage de l'autoroute Moscou-Minsk, les attaques contre les postes de
police, les bureaux de KGB et le centre de détention).
 
Au cours de certaines des ces actions  nos camarades ont été arrêtés et
aujourd'hui 3 d'entre eux sont condamnés à 7 ans (l'incendie du KGB à
Bobrouïsk) et 8 ans de prison ferme (Igor Olinievitch a cumulé d'autres
chefs d'inculpation avec l'attaque du centre de détention rue Okrestina en
revendiquant la libération des détenu-es).
 
Vous ne pouvez pas imaginer l'importance que prenait pour les personnes
derrière les barreaux chaque action, chaque nouvelle info qui témoignait
que personne n'était oublié et que rien n'était pardonné. Chaque fois dès
que cela était possible nous leur faisons part de votre non-indifférence.
 
Notre gratitude non pas moins intense va à tou-s-tes celle-ux qui nous ont
aidé financièrement en collectant de l'argent lors des concerts, en
organisant les soirées et les concerts de soutien, en s'en chargeant de
transferts de l'argent de la part des groupes et des personnes militantes.
Grâce à  votre aide les détenu-es recevaient à temps l'assistance
juridique et tout ce qu'ils et elles avaient besoin. Nous voulons
souligner tout particulièrement l'aide précieuse des camarades qui ont
aidé à organiser la  tournée pour recueillir les fonds.
 
Nous sommes également reconnaissant-es à chaque personne qui a aidé à
diffuser l'information sur la répression en Biélorussie par tous les
moyens disponibles, à chaque journaliste qui a suivi les événements et les
a relaté de manière impartiale. Nous voulons remercier tout
particulièrement les gens qui travaillent à « Belsat », « Nacha Niva »,
« Radio Liberté », « Euroradio », « Belgazeta »,
«Novaïa Gazeta», «ORT». Sans vos efforts les événements n'auraient pas eu
de résonance de telle ampleur dans la société.
 
Nous disons merci aux organisations de défense des droits de l'Homme, tels
que le centre « Vesna »,  Comité Biélorusse de Helsinki et Amnesty
International pour leur soutien juridique, logistique et informationnel.
Nous avons de quoi apprendre de vous.
Il nous semble que nous avons pensé à tout le monde, néanmoins, les
paroles les plus aimables vont aux forces de l'ordre. Nous savons que nos
sites sont vos préférés, c'est pourquoi nous vous adressons ce message
spécial.
Merci pour avoir agi en une sorte de purificateurs du mouvement, et en
avoir habilement extrait ceux qui n'ont pas été dignes de s 'appeler anarchiste. Ils
resteront à présent et pour la vie moins libres que ceux qui ont reçu aujourd'hui de la prison ferme. Merci pour nous avoir ouverts les yeux à temps et d'avoir montré
 qui était qui.
Merci de nous avoir appris comment se comporter avec vous, et d'avoir
rappelé à certain-es d'entre nous l'importance d'étudier nos droits.
Merci d'avoir changé la vision du monde de nos parents, qui se sont mises
à nous défendre avec tant de zèle que nous n'attendions pas de leur part.
Maintenant leurs critiques ne s'adressent plus à nous, mais à vous.
Merci de nous avoir fait peur par tous les moyens possibles, cela nous a
aidé de comprendre enfin ce qu'est pour nous le plus important dans la vie
et de gagner en force de volonté.
 
Merci pour cette leçon.
Mais nous allons nous corriger. Nous n'en sommes qu'au début.
Lire la suite

Les anarchistes biélorusses condamnés

2 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Les anarchistes biélorusses condamnés,

jusqu’à 8 ans de de prison, sans preuves.

 

Le 27 Mai,  le juge Zhanna Khvoynitskaya a condamné les anarchistes Ihar Alinevich, Mikalaj Dziadok, Aliaksandar Frantskievich, Maxim Vetkin and Yevgeni Silivontchik. Les jeunes hommes sont accusés de multiples actions politiques, parmi lesquelles figure l’attaque de l’ambassade de Russie à Minsk en Août 2010.

Ihar Alinevich est accusé des attaques contre l’ambassade de Russie et la BelarusBank ("Destruction de bien privé avec préméditation" article 218 paragraphe 3 du Code Pénal Biélorusse), une attaque contre le centre de détention provisoire de Minsk (même article), une attaque contre un casino et une manifestation illégale au quartier général de l'armée ("Hooliganisme aggravé" article 339 paragraphe 2 du Code Pénal Biélorusse). Le procureur demandait 9 ans en colonie pénitentiaire à régime strict (1), il a finalement été condamné à 8 ans.

Mikalaj Dziadok a été condamné pour les actions contre le casino, le quartier général de l'armée et un syndicat jaune (2) contrôlé par l'état, tout ça étant considéré comme "hooliganisme aggravé". Le procureur demandait une peine de 6 ans de colonie pénitentiaire à régime strict, il a reçu 4 ans et demi.

Aliaksandr Frantskievich a été condamné pour les actions contre le syndicat étatique, le quartier général de l'armée et un commissariat à Soligorsk, considérées comme "hooliganisme aggravé" ainsi que la dégradation du site internet de la ville de Novopolotsk ("Sabotage électronique", "accès illégal à des informations électroniques", "Développement, usage ou distribution de logiciel malveillant" (article 349 paragraphe 2, article 351 paragraphe 2, article 354 du Code Pénal Biélorusse). Le procureur demandait 5 ans de colonie pénitentiaire à régime strict, il a finalement reçu 3 ans. Des images du site piraté sont disponibles là : https://belarus.indymedia.org/20141

Maxim Vetkin a été condamné pour les actions contre la BelarusBank et l'ambassade de Russie. Il a collaboré avec les enquêteurs et a témoigné contre les autres. Il a reçu une peine de 4 ans de relégation dans un camp ouvert selon la demande du procureur. Il a été temporairement libéré.

Yevgeni Silivontchik a été condamné à 1 an et demi de relégation dans un camp ouvert pour l'attaque de Soligorsk. Il a, lui aussi, collaboré avec les enquêteurs et a témoigné contre les autres inculpés.

Les inculpés devront verser 100 millions de roubles biélorusses (environ 14 000 euros) de dommages et intérêts aux institutions concernées.

Alinevich, Dziadok et Frantskievich nient leur implication à l'exception de l'action au quartier général de l'armée. Ils pensent faire appel, mais la cour d'appel pourrait distribuer des peines encore plus sévères. La cour européenne de Strasbourg n'est pas une option pour les Biélorusses,  du fait que la Biélorussie est exclue du Conseil de l'Europe. 

Valentina Alinevich, la mère d'Ihar, a déclaré "Hier, les enfants d'un autre étaient arrêtés, et nous pensions que ce n'était pas notre problème. Aujourd'hui, ils ont arrêté nos enfants. Demain, ils arrêteront les enfants d'un autre. Prenez garde ! Ne laissez pas faire !" Elle a aussi souligné le rôle de la Russie dans l'affaire d'Ihar : "La Russie a accepté l'enlèvement d'une personne sur son territoire. C'est une violation scandaleuse des droits de l'Homme, qui c'est déroulée avec l'assentiment des autorités russes." Souvenez vous que le 28 novembre, Ihar Alinevich a été enlevé à Moscou par les agents d'une force spéciale non identifiée et transféré illégalement (en passant la frontière) au centre de détention provisoire du KGB à Minsk.

Aliaksandr Dziadok, le père de Mikalaj et avocat expérimenté, qui a aussi exercé comme juge, a fait la déclaration suivante à la presse : "Il y a eu beaucoup de violations au cours de l'instruction. Les chefs d'inculpations ne sont pas prouvés. La peine est injuste et illégale. Une cour objective et respectueuse des lois aurait n'aurait pas retenu les charges contre les inculpés." Aliaksandr Dziadok a comparé l'affaire des anarchistes avec l'affaire des inculpés du 19 décembre (la comparution des manifestants contre la falsification des élections présidentielles, qui avait largement attiré l'attention internationale).

Anarchist Black Cross Belarus considère que les peines sont politiques et que les charges ne sont pas prouvées. Par ailleurs, toutes les actions pour lesquelles les inculpés ont été condamnés peuvent être considérées comme non violentes. Aucun être vivant n'a été blessé a la suite de ces actions. La plupart des attaques étaient seulement symboliques et les dommages matériels insignifiants.

Le compte rendu de chaque jour du jugement est disponible sur Indymedia Belarus.

"Bravant la loi", un documentaire vidéo a propos de l'enquête et du jugement des anarchistes biélorusses est disponible la :

http://rutube.ru/tracks/4469719.html

Des versions sous titrées en Français et en Anglais seront disponibles d'ici quelques jours.

Anarchist Black Cross Belarus

1. "colonie pénitentiaire à régime strict" signifie des restrictions exceptionnelles en terme de visites, courrier, colis et autres "privilèges carcéraux".

2. Les syndicats jaunes rejettent la lutte de classe, s'opposent  aux grèves et favorisent la collaboration entre le capital et les travailleurs.

Ajout de l'Anarchist Black Cross Moscou :

Le 18 mai, une autre "affaire des anarchistes" a pris fin en Biélorussie : Yawgen Vaskovich, Paval Syramalotaw, et Artsyom Prakapyenka ont été condamnés à chacun 7 ans de prison pour une action directe contre les locaux du KGB dans la ville de Bobruysk. Le problème dans cette affaire étant que bien que les médias décrivent ces trois personnes comme des anarchistes, aucun d'eux n'avait de connexion avec le mouvement anarchiste existant et les tentatives de rentrer en contact avec leur proches et il n'a pas été possible de leur apporter du soutien avant le jugement. Cependant, cela sera sûrement possible durant leur longue peine de prison.

Source : http://avtonom.org/en/node/15830

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1638 du 2 au 8 Juin 2011

2 Juin 2011 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

ML-1638-recto.jpgLe Monde Libertaire n° 1638 du 2 au 8 Juin 2011

 

« On n’en met pas, allez, on arrête ! »

Le CRML

 

Sommaire

Actualité

Le G8 s’amuse, J. Langlois, page 3

Piège syndical, L. Barbesois, page 5

L’Autruche, F. Ladrisse, page 5

Des brèves, un strip, 6

Antifascistes rennais agressés, antifasciste rennais, page 7

Potkinisme

Le sang vert de la terre, N. Potkine, page 8

Arguments

Être éducateur et libertaire, Agnès, page 9

International

Grèce: face à la répression, la solidarité, , page 11

Espagne: révolution (?) du soleil, G. Goutte, page 12

Sciences

Une histoire de confiance et de pilules, P. Servigne, page 16

Histoire

1947 : grève chez Renault, M. Joyeux, page 18

Lectures

Les individualistes aux Éditions libertaires, J.-M. Raynaud, page 19

S’émanciper en s’éduquant, M. Crès, page 20

Mouvement

C’est pas du cinoche, 21

68e congrès de la Fédération anarchiste, 21

La plus michto des radios, 22

L’agenda vous appelle, page 23

 

Editorial

Pendant que nos journalistes nous gavent d’affaire DSK et de Roland Garros, le gouvernement syrien continue à massacrer les manifestants qui demandent sa chute et davantage de liberté. En dix semaines de contestation, les organisations de défense des droits de l’homme estiment à plus d’un millier le nombre de personnes tuées par les autorités syriennes qui tirent à balle réelle dès qu’elles croisent un insurgé. À Deauville, les grands de ce monde – réunis pour le G8 – se sont dit « consternés » par la férocité de cette répression et ont demandé à Damas de cesser immédiatement cette boucherie. Sinon quoi? Bah, sinon rien. Ah ah. Petit moment de «politiquement correct » pour tenter, vainement, de redorer le blason et de légitimer cette réunion qui, tous les ans, réorganise l’exploitation des travailleurs et la domination des États, le tout dans cette sempiternelle logique de course aux profits.

 

Pendant ce temps-là, au gouvernement français, on revient sur la décision de supprimer les panneaux de signalisation des radars parce que 73 pellos de l’UMP s’en étaient indignés. Exemple éloquent d’un gouvernement qui a snobé avec mépris la colère de plusieurs millions de travailleurs en 2010 pendant la mobilisation contre la réforme des retraites, mais qui change d’avis en deux jours lorsqu’il s’agit de la protestation de quelques dizaines de députés au sujet de panneaux routiers… Si avec ça on croit encore que les instances gouvernementales sont là pour garantir notre bien-être et que, jamais, ô grand jamais, ils ne se foutent de notre gueule, on se met le doigt dans l’oreille jusqu’au coude. Hypocrisie, violence, manipulation, contrôle, exploitation sont leurs maîtres mots, et le seul moyen d’en finir c’est de les abattre.

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l' Internationale des fédérations anarchistes

 Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org 

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr 

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr 

 

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

Lire la suite
<< < 1 2 3 4