Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RESF 25 et le Collectif de Défense des Droits et Libertés des Etrangers

14 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

RESF 25 et le Collectif de Défense des Droits et Libertés des Etrangers

(CDDLE Besançon)

 

Dans le cadre de la Semaine de Solidarité Internationale Besançon

16-20 novembre 2010

  

  

Projection du film de Tony GATLIF

 

LIBERTÉ

 

La vie des Roms dans la France de Vichy

 

C'est d'une carence documentaire, d'une faille de la mémoire collective, qu'est né « Liberté ». Peu de traces tangibles subsistent en effet de l'extermination des milliers de Tsiganes européens ainsi que des camps de concentration français conçus à leur intention. Cette population qui se défie des frontières a connu sous l'Occupation de violentes persécutions qui ont longtemps habité l'âme de ce peuple voyageur.

 

LUNDI 15 NOVEMBRE 2010 à 20h30

 

Petit KURSAAL Besançon

 

Tarif : 4€ 3,50€ 2,50€

 

Débat après la projection :

- Xénophobie d’État

- Nouvelles lois Besson sur les étrangers….

 

Lire la suite

A Oaxaca, il ne se passe rien

13 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

 A NE PAS MANQUER MERCREDI 17 NOVEMBRE

AFF_Debat_RT_FA_Solidario_2-1-.jpg

Lire la suite

Le Monde Libertaire n° 1612 du 12 au 19 Novembre 2010

13 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

 

monde_libertaire.gif

 

 

Le Monde Libertaire n° 1612 du 12 au 19 Novembre 2010

est en vente dans toutes les bonnes librairies

 

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à  l'Internationale des fédérations anarchistes 

Chaque jeudi en kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour deux euros cinquante

http://www.federation-anarchiste.org

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez vous :

http://www.trouverlapresse.fr

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr

 

En vente à la librairie à la librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz

25000 Besançon

Ouverte le mercredi de 16h00 à 19h00

Et le samedi de 15h00 à 19h00

 

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

Lire la suite

« Migrant’scène »

12 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

 

Programme de « Migrant’scène » Besançon

 

- Le 13 novembre à 16h, cinéma Victor Hugo :

En partenariat avec le festival « Lumières d’Afrique » au cinéma Victor Hugo, la Cimade

propose la projection du film « Hermanoko, en attendant le bonheur » (1h35)

d’Abderrahmane Sissako, suivie d’un débat avec Philippe Poutignat, chercheur de l’Unité

de Recherche Migrations et Sociétés du CNRS (Université de Nice), autour du film et des

questions migratoires en Afrique.

 

- Le 18 novembre, lycée Victor Hugo, 10h – 17h :

Journée dédiée aux élèves du lycée Victor Hugo. Deux sessions de projection du film

« Migrants sahéliens : larmes et alarmes » (26’), et débat avec le réalisateur Abba Kiari, de

l’association

Alternatives Espaces Citoyens –Niger.

Exposition de photographies d’Ezra Nehmad (Bamako, parmi les expulsés).

 

- Le 20 novembre salle Battant, 15h00 – 22h :

15h : Contes et animations par l’association « La case des cultures africaines », public

enfant et familial.

16h : Exposition de photographies d’Ezra Nehmad (Bamako, parmi les expulsés).

Animations interactives sur les migrations

Echanges avec les membres de la Cimade

17h 15 : Conférence de Michel Dupont (assistant parlementaire de José Bové et militant

de l’AMSED – Association Migrations Solidarités et Echanges pour le

Développement) : les différentes formes de solidarité Nord/Sud dans le cadre des

phénomènes migratoires.

18h : projection du film « Victimes de nos richesses » de Kal Touré (Mali)

19 h : débat avec Julien Brachet (chercheur à l’Institut Recherche et Développement sur

les migrations) et Michel Dupont (assistant parlementaire de José Bové et militant

de l’AMSED).

20h: concert festif du groupe PROWPUSKOVIC.

 

Entrée libre pour les contes, l’expo, la conférence et la projection.

Entrée payante à 2 euros pour le concert.

Avec le soutien :

- de la Mairie de Besançon

- du Conseil Régional de Franche Comté

Lire la suite

FAMINE AU SUD: MALBOUFFE AU NORD

11 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

AGRO-INDUSTRIE: FAMINE AU SUD

MALBOUFFE AU NORD

CFSI/ATTAC

BESANCON,  mardi 16 novembre à 20h

 

Au programme  - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Un film : « Food, Inc. », de Robert Kenner, 1h30 – 2009 – CTV International

Résumé du film : Que savons-nous de la nourriture que nous achetons dans nos supermarchés locaux et servons à nos familles ? FOOD, INC. décortique et analyse les rouages d’une industrie qui influence chaque jour notre environnement et notre santé. Des immenses champs de maïs aux rayons colorés des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste mène l’enquête pour savoir d’où viennent les produits que nous consommons tous les jours… Pour la bande annonce du film, cliquez ici !

Un débat avec :
Thierry BRUGVIN, sociologue, membre du Conseil Scientifique d’ATTAC

Jean-Baptiste CAVALIER, chargé de programmes, Comité Français pour la Solidarité Internationale

Infos pratiques
 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

Le lieu : Petit Kursaal, 2 place du théâtre à Besançon - vite un plan !

Prix d’entrée : Gratuit

Contact : RéCiDev – 3 avenue du parc 25000 Besançon - Email : contact@recidev.org

Tél. 03 81 41 05 87


En 2010, 1 personne sur 6 souffre de la faim
Alimentons le débat sur l'agriculture et l'alimentation de demain !

Festival ALIMENTERRE 2010 : plus 300 projections-débats dans 130 villes en France, au Togo, au Bénin, en Belgique et en Pologne. Tout le programme sur www.cfsi.asso.fr  

A faire circuler sans modération !

 



Lire la suite

11 novembre

11 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire

Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d'entraînement, on peut arriver à en faire des militaires.

                          Pierre Desproges

arme-2-copie-1.jpg

Lire la suite

rassemblement du 11 novembre

10 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

 

Rendez-vous jeudi 11 novembre, à 11 heures,

   devant la Maison du peuple, rue Battant.

 

 

bersot.jpg

       NON À TOUTES LES GUERRES

 

 

Si nous appelons à ce rassemblement un 11 novembre,c'est tout d'abord pour rendre hommage aux victimes de la boucherie de 14-18 ; mais également à celles de toutes les guerres, actuelles et passées, sacrifiées sur l'autel du capitalisme au nom du nationalisme, ainsi qu'à tous les insoumis, déserteurs et pacifistes d'aujourd'hui et d'hier. Mais aussi pour dénoncer l'armée en tant qu'institution, ainsi que l’avancée du militarisme dans les structures économiques, dans l’éducation et dans le contrôle de la société dans son ensemble.

 

 

L’ARMÉE, C’EST L’INSÉCURITÉ

 

Cette institution demeure un danger permanent qui pèse sur chacun de nous, en tant qu’individus, mais aussi sur toute la collectivité et en particulier sur le mouvement social, parce qu’elle est et a toujours été le dernier rempart,

l’ultime recours armé de l'État et du patronat.

Le MEDEF marseillais évoquait récemment la possibilité de faire intervenir les militaires dans le port de Marseille. Le plan Vigipirate participe au contrôle des populations sous prétexte de lutte contre le terrorisme. On croise quotidiennement des bidasses armés jusqu'aux dents dans le métro parisien, les transports urbains, les gares ou certains quartiers… L'histoire sociale n’est qu’une suite d’exemples sanglants de la nocivité intrinsèque de l’armée : de la Commune de Paris à celle de Kronstadt, des conseils ouvriers d’Allemagne ou d’Italie aux révolutionnaires espagnols, du Chili à la place Tian An Men, la liste est interminable de toutes les forfaitures et abominations de la gent militaire, sous les ordres de la « gauche » ou de la « droite ». Une instruction datée du 3 mai 2010, rédigée avec le concours des ministères de l'Intérieur et de la Défense par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), évoque d'ailleurs le fait de pouvoir mobiliser 10 000 hommes en cas de « crise majeure ». Ces hommes pourraient être également utilisés dans les quartiers dit « sensibles », où la rénovation urbaine en cours vise à faciliter les interventions policières, mais aussi éventuellement militaires.

 

PROPAGANDE MILITARISTE GÉNÉRALISÉE

 

Des affiches et des spots particulièrement cyniques («Devenez vous même») sont apparus ces derniers mois dans les rues et sur les écrans, financés par nos deniers. L'armée française a lancé une grande campagne publicitaire afin de recruter des jeunes, qui parfois se laissent tenter. C’est que les temps s’y prêtent : la crise aidant, rarement la pression pesant sur les épaules de la jeunesse ne s’est aussi bien fait sentir. Sans certitude aucune concernant la place éventuelle que voudront (peut-être) leur allouer les générations précédentes, elle est une proie de choix pour les sergents recruteurs, lesquels ne s’y sont pas trompés : sur les 15 000 postes prévus, 12 000 seront réservés à des jeunes sans qualification, promis à l’ambitieux statut de... militaire du rang.

Rappelons à cette jeunesse tant convoitée par les vautours en kaki que l'armée est l'école du crime, car elle est par essence l'école de la soumission totale de l'individu aux ordres de la hiérarchie. La contrepartie essentielle de la paye versée au soldat, c'est l'abdication totale du libre-arbitre, notamment si on lui ordonne de tirer, de tuer. L'armée est une institution hiérarchisée au sein de laquelle chaque individu est «modelé» à force de pression psychologique et d'astreinte physique. Le but étant de produire un modèle unique de militaire obéissant aux objectifs, quelles qu'en soient les conséquences humaines et politiques. Dans une société sécuritaire encadrée par le management au service du pouvoir capitaliste et étatique, l'enjeu du militarisme n'est pas seulement de fournir un bras armé, mais aussi un modèle social. Les programmes d'éducation civique lui donnent toute sa place et la gauche elle-même parle parfois de rééducation par l'armée. Or, pas plus qu'il n'y a de capitalisme émancipateur, il n'y a de militarisme émancipateur. Obéir aux chefs, sergents ou patrons, c'est renier notre légitimité à agir par et pour nous-mêmes.

 


 

L'ARMÉE, COÛTEUSE ET POLLUANTE...

 

La chose militaire pollue, et pas que les esprits, il suffit de songer aux essais nucléaires, et à toutes les saletés qui ont été fabriquées et le sont encore : armes chimiques, bactériologiques, etc. Et on ne finit pas d’en payer les conséquences, il suffit de demander, à tout-e-s les irradié-e-s ou a tous les mutilé-e-s pour cause de mines antipersonnel par exemple. Sans parler du gaspillage monstrueux de carburant (avions de chasse...). Le Sipri

(Institut national de recherche pour la paix, de Stockholm), dans son rapport annuel publié le 2 juin dernier, nous informe qu’en 2009 le monde a consacré 1 531 milliards de dollars au secteur militaire. Soit 49 % de plus qu’en 2000. Ce n'est pas la « crise » pour tout le monde, et si les États-Unis représentent à eux seuls la moitié de ce budget mondial, la France est en bonne place dans cette course à la « rigueur » avec... 63,9 milliards de dollars consacrés à l’armement. Le capitalisme porte la guerre comme les nuées portent l'orage...

 

LE CAPITALISME, C'EST LA GUERRE PERMANENTE DE TOUS CONTRE TOUS

 

Car derrière toutes les guerres et leurs prétextes piteux et grotesques, se cachent toujours les intérêts économiques, les prétentions impérialistes et les appétits militaristes. Et notamment le contrôle à tout prix des matières

premières par les multinationales. La présence française en Afghanistan aux côtés des troupes américaines et anglaises est là pour nous le rappeler, les multiples bases de l'armée française en Afrique et ses interventions régulières sur ce continent aussi (Tchad, Rwanda, Côte d'Ivoire...), avec soutien logistique et matériel aux États, y compris contre leurs propres populations locales révoltées, s'il faut les réprimer. L'accord franco-anglais signé le 2 novembre dernier laisse présager du pire : la création d'une force militaire conjointe de plusieurs milliers d'hommes, mobilisables pour des opérations extérieures bilatérales ou sous drapeaux de l'OTAN, de l'ONU ou de l'Union européenne, ainsi que la création d'un laboratoire d'essais nucléaires commun. Si les grandes puissances capitalistes souhaitaient réellement endiguer le « terrorisme », il leur suffirait peut-être de consacrer leur budget, aujourd'hui dévolu aux interventions militaires, aux « infrastructures », aux hôpitaux et aux écoles. Leur choix montre donc bien qu'ils n'ont pas intérêt à voir l'épouvantail du « terrorisme » disparaître. « Al-Qaida », réseau à ses origines développé par la CIA, s'il a échappé à celle-ci, demeure en tout cas un prétexte idéal à l'impérialisme occidental. C'est que la guerre, ça rapporte, aussi bien aux multinationales de l'énergie et des matières premières, qu'à celles de l'armement, qui en France contrôlent stratégiquement une grande partie des médias (jusqu'aux manuels scolaires), sans parler de leurs liens affichés avec le Pouvoir. Au nom des « intérêts de la France », ou de la  « démocratie contre le terrorisme », c'est un avenir de mort et de misère qui s'offre à tous les peuples opprimés.

 

Les anarchistes ne cesseront jamais de dénoncer et de lutter contre les marchands de canons, les armées, les nationalistes, les États et les systèmes économiques générateurs d'oppression et de logique guerrière.

 

PAS DE GUERRE ENTRE LES PEUPLES

PAS DE PAIX ENTRE LES CLASSES

 

Aujourd'hui que les « fusillés pour l’exemple » sont réhabilités, la municipalité à décidé d'apposer une plaque à l'entrée de la Maison du Peuple, 11 rue Battant, pour honorer la mémoire de Lucien Bersot, associée à celle d'Elie Cottet Dumoulin, ouvrier ferblantier de Battant condamné à 10 ans de bagne pour avoir protesté contre la sanction frappant son camarade.

En février 1915, après une parodie de procès de 2 jours, était fusillé un soldat franc-comtois. Son crime : avoir refusé de porter un pantalon en loque et maculé de sang pris sur un mort. Son nom : Lucien Bersot. En ce début 1915, cette guerre, qui fera des millions de morts, devenait impopulaire et le troufion renâclait à se faire trouer la paillasse. Il fallait resserrer les boulons. Faire des exemples. Lucien Bersot en fut un.

Depuis longtemps nous demandions que la rue Bersot soit soit débaptisée et rebaptisée en rue Lucien Bersot, fusillé pour l’exemple. En effet, Lucien Bersot n'est pas mort pour la France, mais mort par la France. C'est la

France qui l'a condamné et fusillé. Par cette action symbolique nous tenons à rappeler les horreurs de la guerre et la brutalité des tribunaux militaires et/ou d’exception. Combattons dès aujourd'hui le militarisme afin que nous n'ayons plus, dans le futur, à commémorer ce genre d'horreur. Crions notre dégoût de la guerre, de l'armée, de toutes les armées.

 

Les évènements actuels nous poussent d’ailleurs à continuer notre combat pour un monde solidaire.

 

Groupe Proudhon FA (Besançon) c/o CESL, BP 121, 25 014 Besançon cedex

 

 

 

 

        

Lire la suite

Ecole normale supérieure

10 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

"Lundi n'était pas un jour comme les autres au 45 rue de l'Ulm,
adresse de la prestigieuse Ecole normale supérieure (ENS). La future
élite française a en effet décidé, à 5h30 du matin, de bloquer
l'établissement. Cantine, bureau de la direction, bibliothèque sont
inaccessibles. Des banderoles décorent la façade et posent une
question : « Et si enfin on s'insurgeait ? »
En cause, le droit du travail, le « harcèlement moral et physique »
dont se plaignent certains salariés, le sous-effectif dans certaines
activités d'entretien et de maintenance et les faibles salaires des
agents contractuels (détenteurs d'un CDD) de l'établissement. Ce
mouvement normalien, qui mêle étudiants, techniciens du CNRS et
employés de maintenance, est né il y a plus de deux semaines, et s'est
substitué à la mobilisation contre la réforme des retraites."

http://www.rue89.com/2010/11/09/des-etudiants-bloquent-normale-sup-pour-defendre-les-salaries-en-cdd-175168

Lire la suite

Société nucléaire, société policière

9 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Communiqué de presse du 9 novembre 2010

Société nucléaire, société policière : répression scandaleuse contre les militants non-violents.

Suite à une mobilisation pacifique d'une ampleur inédite, le transfert des onze conteneurs de déchets hautement radioactifs depuis la Hague (Manche) jusqu'à Gorleben (Allemagne) a pris deux fois plus de temps que prévu. En France, la répression étatique et policière fait rage contre les  militants du GANVA (Groupe d'Actions Non-Violentes Antinucléaires) qui s'étaient enchaînés aux rails devant le « train d'enfer » à Caen (Calvados). Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle ses militants et tous les citoyens à soutenir le GANVA. L'aide financière est urgente. Le procès aura lieu le 8 décembre à Caen.


Violence policière et répression étatique : les autorités à la botte du lobby nucléaire

Il est inadmissible qu'en réponse à une action non-violente, les forces de l'ordre utilisent la violence et occasionnent volontairement des blessures. Les militants du GANVA ont donc décidé de déposer une plainte. La décision du procureur de la République et du juge des libertés montre bien la volonté du pouvoir de réprimer tout acte de désobéissance civile qui viendrait porter atteinte aux intérêts du lobby nucléaire. Cette décision s'inscrit dans la tendance actuelle à la répression systématique des mobilisations et actes de protestation politique. Ces faits montrent encore une fois que le nucléaire est incompatible avec la démocratie, et qu'il ne peut résister à une véritable transparence. Si la population avait été réellement informée des risques et dangers inhérents au recours à l'atome, l'industrie nucléaire n'aurait pas pu se développer si facilement en France.


Rappel des faits

Le 5 novembre 2010, un convoi de déchets vitrifiés allemands très hautement radioactifs, composé de 11 conteneurs « Castor », a quitté la gare de Valognes (Manche) pour rejoindre le site d'entreposage de Gorleben en Allemagne. À 15h40, 5 militants du GANVA se sont enchaînés aux rails à 100 m du Viaduc de la Cavée, juste avant la gare de Caen, forçant le train à s'arrêter. Celui-ci est resté immobilisé pendant 3h30. La philosophie de cette action pacifique et non-violente était de ne pas avoir à se confronter physiquement avec les forces de l'ordre. Le blocage effectif du train reposait sur des entraves matérielles sur lesquelles les 5 militants s'étaient enchaînés, enfilant leurs bras dans des tubes métalliques passés sous les rails. Il était de la responsabilité des gendarmes et policiers de les "désincarcérer" en toute sécurité ! Or, face à la pression de leur hiérarchie, les forces de l'ordre ont perdu leur sang froid et blessé trois personnes en coupant les tubes. L'une d'elles a eu deux tendons de la main sectionnés et a dû subir une opération, les deux autres ont été brûlées et doivent subir une greffe de peau. Les deux brûlés ont été directement placés en garde à vue après des soins minimum aux urgences, et n'ont pu consulter à nouveau un médecin que bien plus tard le lendemain. Le militant blessé au poignet a été directement conduit en garde à vue sous escorte policière dès sa sortie de l'hôpital. Au final, sept militants ont été maintenus en garde à vue pendant 24 h et font l’objet d’un contrôle judiciaire supposant le règlement de cautions, pour un montant total de 16 500 €, à payer avant le 15 Novembre. À défaut de paiement, elles seront incarcérées jusqu’à leur procès, qui se tiendra le 8 décembre à 14h au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Caen.

Face à cette répression intolérable, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à la solidarité financière, et au soutien massif des militants du GANVA au tribunal de Caen le 8 décembre.

Notre résistance ne connait pas de frontière ! Unser Widerstand kennt keine Staatsgrenzen !



Contacts presse du Réseau "Sortir du nucléaire" :

            Sophie Morel : 06 83 55 15 24
            Nadine Schneider : 06 85 50 82 77

Lire la suite

L’heure n’est pas à la résignation !

8 Novembre 2010 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales

L’heure n’est pas à la résignation !

Appel de la rencontre nationale de Tours du 6 novembre

Le 6 novembre à Tours se sont réuni-e-s les délégué-e-s mandaté-e-s ou observateurs/trices de 25 Assemblées Générales (AG) interprofessionnelles, AG de lutte, intersyndicales ouvertes à des non-syndiqué-e-s, collectifs, coordinations intersecteurs, etc..., de Laval, Le Havre, Angers, Béziers, Saint Etienne, Roanne, Chambéry, Nantes, Angoulême, Cognac, Bayonne, Chinon, Nîmes, Tours, Saint Denis, Rouen, Champigny, Paris-Est, Paris-Centre, Paris Ve/XIIIe, Paris XXe, Vannes, Lille, Grenoble et Nancy (sont excusées les villes de Aubenas, Agen, Brest, Rennes, Montpellier et Sarlat).

Les travailleur/se-s du public et du privé, les chômeur/se-s, les retraité-e-s, les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s se sont mobilisé-e-s massivement par la grève, la manifestation et les actions de blocage pour le retrait de la réforme des retraites, avec le soutien de la majorité de la population. Pourtant, le pouvoir n’a répondu que par le mépris, la désinformation, la répression, l’atteinte au droit de grève, et il décide de passer en force.

La lutte contre la réforme des retraites arrive à un moment charnière. Alors que le gouvernement et la plupart des médias nous annoncent depuis des semaines la fin de la mobilisation, des actions de blocage et de solidarité sont menées dans tout le pays et les manifestations sont encore massives. Cette loi doit être abrogée. Nous refusons l’enterrement du mouvement après le vote de la loi.

La stratégie de l’intersyndicale a été un échec pour les travailleur/se-s. Mais l’heure n’est pas à la résignation : nous sommes résolu-e-s à continuer le combat. Dans de nombreuses localités, celles et ceux qui luttent, syndiqué-e-s de diverses organisations et non-syndiqué-e-s, se sont retrouvé-e-s dans des Assemblés générales et des collectifs pour réfléchir et agir ensemble : informer, soutenir les secteurs en lutte, étendre la grève reconductible, organiser des actions de blocage. Nous voulons que cette dynamique de l’auto-organisation et de l’action commune se pérennise, s’amplifie et se coordonne.

Ce mouvement s’inscrit dans une perspective plus large pour donner un coup d’arrêt à la politique du gouvernement et du patronat, qui préparent de nouvelles attaques, notamment sur l’assurance maladie. Nous restons convaincu-e-s que le seul moyen de gagner contre le gouvernement est le blocage de l’économie et la grève générale.

Nous appelons à faire front contre la répression qui frappe de plus en plus brutalement celles et ceux qui participent au mouvement social.

Nous avons tenu cette réunion nationale pour commencer à discuter entre nous, à nous coordonner et à mener des actions communes.

Nous appelons celles et ceux qui luttent à se réunir en Assemblées générales s’il n’y en a pas encore dans leur localité.

Nous appelons toutes les AG interprofessionnelles, AG de luttes, intersyndicales étendues aux non-syndiqué-e-s, etc., à participer à la prochaine rencontre nationale à Nantes le samedi 27 novembre 2010, en envoyant des délégué-e-s mandaté-e-s.

Nous invitons les organisations syndicales à envoyer des observateur/trice-s à cette rencontre.

Nous appelons aux actions suivantes, venant renforcer les actions de toute nature qui se déroulent quotidiennement :

- une action symbolique le 11 novembre à 11h pour l’abrogation du projet de loi et en hommage aux morts au travail avant la retraite ;

- une journée d’action de blocage économique le 15 novembre, pour laquelle nous appelons au soutien international 

- une action symbolique consistant à brûler le texte de loi le jour de sa promulgation.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>