Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Notre histoire

15 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

« Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté,

espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n'ont ni titre, ni la science, ni la vertu »



Le 15 janvier 1809, naissance de Pierre-Joseph PROUDHON, à Besançon.

 

 

 Source : Ephéméride anarchiste : http://ytak.club.fr/index.html

 

 


Penseur, économiste, sociologue et révolutionnaire, considéré par certains comme le "Père de l'anarchisme", même si son oeuvre novatrice et variée n'est pas exempte de contradictions (en particulier sur la place des femmes dans la société, qui sera l'un des principaux griefs retenus contre lui).
Après avoir travaillé dans l'imprimerie, un de ses premiers ouvrages voit le jour en 1840 : "Qu'est-ce que la propriété?". Ce livre fait immédiatement scandale et Proudhon échappe de peu à des poursuites judiciaires. En 1841 et 1842, paraîtront le 2e puis 3e mémoires sur la propriété. Le dernier "Avertissement aux propriétaires" est saisi. Proudhon, poursuivi, sera finalement acquitté.
Pendant l'hiver 1844, il rencontre, à Paris, Bakounine, Marx, etc. Le 15 octobre 1846, est publié : "Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère". Il y a rupture avec Marx qui fait paraître, le 15 juin 1847 "La misère de la philosophie"; Proudhon y est traité de petit bourgeois.
Après la révolution de février 1848, (où il fait paraître le journal "Le Représentant du Peuple"), Proudhon est élu, le 4 juin, aux élections complémentaire de l'Assemblée nationale. Le 31 juillet, il y prononce un violent réquisitoire contre la bourgeoisie. En 1849, il tente la création d'une "Banque du Peuple" qui ne rencontrera qu'indifférence.
Suite à trois articles parus dans "Le Peuple", il est condamné à trois ans de prison. Il y restera jusqu'en juin 1852. "Les confessions d'un révolutionnaire pour servir à l'histoire de la révolution de février", écrites pendant son incarcération, sont publiées en octobre 1849. "La révolution sociale démontrée par le coup d'Etat du 2 décembre" sort en juillet 1852. "De la justice dans la révolution et dans l'église", paru en 1858, lui vaut à nouveau 3 ans de prison, mais il se réfugie en Belgique, où il continue à écrire.
Il rentre à Paris fin 1862. "Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution" paraît le 14 février 1863 alors que Proudhon est malade. "De la capacité politique des classes ouvrières" ne sortira qu'après sa mort, survenue le 19 janvier 1865.
Théoricien du fédéralisme et du mutualisme, sa pensée aura une profonde influence sur toute l'histoire sociale des 19ème et 20ème siècles.
Lire la suite

Asile politique pour Cesare Battisti

15 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

AFP/Archives/Evaristo Sa

Cesare Battisti à son arrivée le 19 mars 2007

 à l'aéroport de Brasilia en provenance de Rio



13 JANVIER 2009 : LE BRESIL ACCORDE L'ASILE POLITIQUE A CESARE BATTISTI

http://www.vialibre5.com/index.htm



ON A GAGNÉ !!!!
Croyez-le ou non, mais oui c’est vrai ! Après 4 ans et onze mois de combat
incessant, nous avons réussi : Cesare, le 13 janvier 2009, vient d’être déclaré
Réfugié politique par le ministre de la justice brésilien Tarso Genro !!!
Tous, je vous remercie. Tous “juntos”, (comme disent les Brésiliens :
 “ensemble”), nous avons gagné cette cause que l’on craignait perdue.
A vous tous !!!
 Chaleureusement,
Fred (Vargas)

Lire la suite

Des vœux et désaveux

13 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #luttes sociales


Des vœux et désaveux

 150 personnes se sont invitées à la cérémonie des vœux du directeur, du maire de Besançon et du président de la CME. Chacun a pris la parole à tour de rôle.

Tout d’abord, le Président du CME qui est « sorti de son devoir de réserve »  en condamnant les présentes et futures réformes gouvernementales, et trouvant de mauvais goût de présenter ses meilleurs vœux en cette période difficile.

Puis Monsieur Fousseret nous a de nouveau  confirmé son soutien entier à notre cause.

Quant à notre Directeur, Monsieur  Barberousse, sa phrase de conclusion à elle seule peut résumer son point de vue sur la situation actuelle, en paraphrasant J.F. Kennedy (espérons qu’il n’aura pas la même fin) « Ne vous demandez pas ce que votre hôpital peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre hôpital ». Abnégation est donc son maître mot.

Nous l’avons hué comme il se doit.

 Source: http://intersyndicale-chub.over-blog.com/

Lire la suite

Soutien au personnel de chez Campo.

12 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression

Pour une simple histoire de prime de fin d'année - sans doute révélatrice de malaises plus graves - ayant débouché sur un débrayage de 2 heures avant les fêtes de Noël la directrice et un libraire du rayon BD de Camponovo à Besançon ont été virés manu militari pour "faute grave". Dans un entretien publié dans l'Est Républicain, Jean-Jacques Schaer, propriétaire de la librairie, déclare : "En raison de quelques gauchistes, nous avons été pénétré par le virus de Sud. Cela a semé la terreur chez nos banquiers..." ça en dit long n'est-ce pas ?

pétition en soutien aux salariés.


 http://www.mesopinions.com/Soutien-de-la-clientele-au-personnel-de-Camponovo-petition-petitions-9448d338699837b34b243918baab7511.html

Lire la suite

Le 4 janvier 1960.

4 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #notre histoire



Albert Camus
Le 7 novembre 1913, naissance d'Albert CAMUS, à Mondovi (Algérie).
Romancier, dramaturge, journaliste, et sympathisant libertaire.
Orphelin de son père (tué à la guerre en 1914), il passe ses premières années à Belcourt (quartier pauvre d'Alger). En 1930, il obtient son baccalauréat, devient comédien dans une troupe de théâtre et joue dans une équipe de football. Mais, atteint de tuberculose, il est contraint de réduire ses activités et ne peut se présenter à l'agrégation de philosophie. Son désir de participer à l'avenir du peuple algérien le pousse, en 1935, à adhérer au parti communiste; il en est exclu 2 ans plus tard, les communistes désapprouvant ses liens avec les indépendantistes. Il crée une maison de la culture à Alger, travaille comme journaliste au "Alger républicain" où il dénonce les abus du pouvoir colonialiste, et publie ses premiers textes. "L'Envers et l'Endroit"(1937) "le Mythe de Sisyphe" et "L'Etranger (1942) qui rencontre le succès. En 1943, il s'installe à Paris, prend contact avec le réseau de résistance "Combat" et fait partie de la rédaction du journal clandestin durant la guerre, puis jusqu'en 1947, année où paraît "La Peste".
Camus s'implique de plus en plus aux cotés des libertaires et dénonce la répression franquiste en Espagne. Son ouvrage majeur "L'homme révolté" (1950), éloge de la révolte, remporte l'adhésion des anarchistes mais suscite les critiques des staliniens. En 1957, il reçoit le prix Nobel de littérature. Outre de nombreux textes et sa collaboration à la presse libertaire, il crée en 1959, la revue "Liberté", pour soutenir les objecteurs de conscience. Il meurt dans un accident de voiture le 4 janvier 1960.
"L'histoire d'aujourd'hui nous force à dire que la révolte est l'une des dimensions essentielles de l'homme."
 Source : Ephéméride anarchiste : http://ytak.club.fr/index.html

A lire l'exellent livre de Lou Marin
Albert Camus et les libertaires (1948-1960)
en vente dans la non moindre exellente librairie l'autodidacte
5 rue Marulaz 25000 Besançon 
Lire la suite

Informations des Anarchistes contre le mur

4 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Info (s)

Palestine - Israël : informations des Anarchistes contre le mur en provenance d’une zone de guerre

 

dimanche 4 janvier 2009

(Traductions d’articles du site des anarchistes contre le mur et du blog de Ilan Shalif)

L’assaut le plus brutal d’Israël contre Gaza depuis 1967 - sous le nom de code “Opération Plomb Chargé” - qui a commence le samedi 27 décembre et a tué 250 palestiniens dès le premier jour, a rencontré une condamnation généralisée partout dans le monde, et des protestations en Israël aussi.

Vendredi 26 décembre. Les protestations avaient déjà commencé le jour précédent l’offensive aérienne israélienne « choc et crainte », quand des activistes ont manifesté dans le cœur de Tel Aviv, pour avertir contre l’escalade des menaces et l’appel à des pour-parler de paix avec les officiels démocratiquement élus de Gaza. Cette manifestation, appelée par la Coalition contre le siège de Gaza, a été virtuellement ignorée par les principaux médias israéliens.

Le samedi 27 décembre, alors que nous apprenions le carnage et la dévastation cause par les avions de guerre israéliens infligés au matin sur une population gazaouie assiégé et déjà souffrante, les activistes des Anarchistes contre le mur (ACM) ont rejoint une centaine de manifestants en colère dans une manifestations spontanée dans la ville de Jaffa (beaucoup d’habitants locaux ont de la famille dans la bande de Gaza, étant donné qu’une grande part de la population de Jaffa a été forcée de fuir vers Gaza en 1948)

Au même moment, des manifestations ont explosé dans une douzaine de villes et de village de Cisjordanie, ainsi qu’à Jérusalem est, la plupart du fait d’affrontements entre de jeunes Palestiniens et les troupes Israéliennes. Plus tard dans l’après-midi, les ACM ont participé avec des membres d’autres organisations, dans une marche de protestation de plus d’un millier de juifs et d’arabes dans les rues de Tel Aviv. Les manifestants ont mené une marché énergique et chargée d’émotion du square de la Cinémathèque jusqu’au ministère de la défense, en criant « l’occupation est du terrorisme » et portant des pancartes « les ministres israéliens sont des criminels de guerre ». En cours de route, les manifestants ont été attaqués sans raison par une Unité spéciale de patrouille soutenue par des membres de la police montée agressifs. D’autres affrontements ont eu lieu par la suite devant le Ministère de la défense, quand des anarchistes ont mis à bas la barrière de sécurité et ont essayé de bloqué la circulation sur la rue Kaplan. Six manifestants ont été arrêtés, qui ont ensuite été relachés par un juge le lendemain.

Le dimanche 28, alors que le nombre de morts à Gaza s’approchait de 300 pour le second jour de l’attaque israélienne, les activistes d’ACM ont rejoint une manifestation dans le village de Ni’ilin contre les crimes de guerre d’Israel à Gaza. Les forces israéliennes ont ouvert le feu sur les jeunes qui lançaient des pierres, tuant un des manifestants et en en laissant un second dans une situation critique. Arafat Rateb Khawaja, 22 ans, a été tué d’une balle tirée dans le dos, qui est mort dans l’après midi à l’hôpital de Ramallah. Mohammed Kasim Khawaja, 20 ans, a reçu une balle dans le front tirée à proximité, et est toujours dans un état de mort clinique à l’hôpital de Ramallah.

Le dimanche soir, ACM a pris part à une nouvelle manifestation survoltée dans le centre de Tel Aviv, où des douzaines de personnes ont appelé la population la fin des opérations militaires en cours à Gaza, et de l’occupation en général. Les protestataires portaient des pancartes disant « Intervention internationale maintenant » et « les Israéliens et les Palestiniens sont contre la guerre ».

Le Lundi 29, les funérailles à Ni’ilin ont été extrêmement chargées en émotion, puis suivies par une journée d’affrontement avec l’armée, alors que des centaines d’étudiants faisaient entendre leur opposition sur les campus de Tel Aviv, de Haifa et de Jerusalem - manifestations qui ont tous donné lieu à des d’affrontements avec la police et ou des contre-manifestants fascistes, ainsi que des arrestations violentes. Plus tard dans la journée, des manifestants se sont rassemblés devant l’Ambassade égyptienne de Tel Aviv, pour protester contre le silence et la collaboration égyptienne avec l’offensive israélienne. Les manifestants ont fait face à un extrêmement impressionant contingent de police anti émeutes et de gardes frontières qui, incités par la foule enflammée des passants, a utilisé une violence extrême pour disperser la manifestation. Six participants ont été arrêtés, tous des palestiniens citoyens israéliens.

Plus tard dans l’après-midi, des members d’ACM ont rejoin tune protestation d’arabes et d’israéliens contre les atrocités à Gaza qui avait lieu à Jaffa. Plusieurs centaines de personnes ont hissé des drapeaux palestiniens et ont lancé des slogans de solidarité avec la population de Gaza et de soutien à l’Intifada. L’évènement à culminé avec une marche bruyante et désordonnée dans les rues de Jaffa, bloquant parfois la circulation, qui s’est ensuite dispersée sans violence après une confrontation avec un fort contingent de renforts de police anti éméute et de gardes frontières.

Le mardi 30, une nouvelle manifestation enragée de quelques 200 personnes s’est ruée dans le centre de Tel Aviv. Malgré une forte présence policière, des œufs et des bouteilles vides ont été lancé sur les manifestants.

Le Vendredi 2 janvier, une vingtaine de membres d’ACM ont surpris les services de renseignements de la police en organisant à 6 heures du matin un « die in » à l’entrée de la base aérienne Sde Dov de Tel Aviv. Ils se sont allongés sur la route, feignants d’être morts en portant des combinaisons et des masques couverts de sang, devant l’entrée de cet aéroport où les pilotes se rendent pour prendre leur taxi aérien qui les amènera sur les bases aériennes. Au bout de 10 minutes, les 21 participants ont été arrêté. A la demande de la police, honteuse de n’avoir pu empêcher préventivement l’action, clamant que les personnes arrêtés mettaient en danger la paix en temps de guerre, le juge a ordonné de les maintenir en prison le temps du week end [et ainsi les empêcher de rejoindre les manifestations prévues ce week end ...]. Ayala, l’un des activistes : notre geste est destiné à « montrer aux pilotes de l’armée del’air israélienne le résultat de leurs actions à gaza. A des milliers de mètre d’altitude, le pilote qui cible puis appuie sur un bouton peut ignorer, oublier ou être incapable de comprendre qu’en ce faisant il tue des personnes innocentes. Nous sommes venus ici pour leur rappeler cela. » Depuis le début de cette guerre, les forces aériennes ont bombardé Gaza plus de 300 fois. Ils ont tué plus de 400 palestiniennes, des centaines de civils. Il est impossible d’être contre les bombardement de civils sur Sdérot en Israël sans être en même temps contre les tueries massives de civils à Gaza.

Les lois internationales de la guerre obligent d’éviter au maximum tout dommage contre les civils. Les bombardements de l’armée de l’air israélienne sur la bande de Gaza qui est très densément peuplée ne peuvent que toucher les civils, et sont des crimes de guerre. Chaque pilote qui bombarde Gaza bombarde une population civile et est un criminel de guerre.

(vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=WpeC...)

A cause de trop nombreuses arrestations de vendredi matin, les autres membres d’ACM n’ont pu participer à la manifestation commune contre le mur de séparation seulement dans le village de Jayyous - où de très nombreuses grenades lacrymogènes ont été tirées, et à Bil’in - qui a encore été un champ d’expérimentation pour « les moyens de contrôle de foule de basse léthalité ». Ce vendredi à Bil’in, les forces de l’Etat ont fait un nouvel essai de leur machine à bruit et de nouveaux projectiles... il semblerait que leur principale tâche, en plus de ces expériences, était d’éviter de nouveaux cisaillement de la barrière de sécurité comme cela avait été le cas lors de la manifestation de dimanche contre la guerre à Gaza.

Pendant toute la semaine, nous avons distribué l’appel pour la démonstration de samedi au nom de la Coalition des organisations contre la guerre à Gaza, et dont les Anarchistes contre le mur sont partie prenante  :

«  Les massacres à Gaza continuent. Des centaines ont été tués, des milliers blessés, les attaques aériennes ont causé des dévastations totales et des familles entières sont maintenant laissées sans maisons. Les civils dans le sud d’Israel sont les otages d’un gouvernement qui leur ment et abuse d’eux. Les destructions et les morts à Gaza n’assureront par leur future, mais au contraire conduiront à plus de violence et de morts.

Rejoignez nous dans la manifestation de ce samedi, nous appelons :

Arrêt des massacres !

Non au siège de Gaza !

Stop the Killing ! No to the Siege ! Yes to life for both peoples !

Oui à la vie pour les deux peuples !

Dans ces journées sombres, nous tenons à notre message : les juifs et les arabes refusent d’être des ennemis !

Notre demande : une trêve complète et la levée du siège de Gaza MAINTENANT !

PS : depuis des dernières semaines, des arrestations massives ont été opérées parmi les citoyens palestiniens d’Israël qui ne faisaient qu’exercer leur droit démocratique de manifestation. Ce samedi, avant la manifestation de Tel Aviv, une rassemblement de protestation est appelé à Sakhnin par le Haut comité des arabes israéliens contre le massacre à Gaza. Merci de faire un effort pour le rejoindre. Votre présence est essentielle.

Le soir, après que la Haute Court ait interdit à la police d’interférer dans le contenu de la manifestation, des milliers de personnes ont convergé vers le square de la ville, y compris beaucoup de ceux qui participaient plus tôt à la manifestation de Sakhnin au nord. Quelques centaines de personnes ont participé au cortège anarchiste. Le cercle de tambour a constitué le centre de ce cortège tout le long de la manifestation. Les drapeaux, les bannières anarchistes ainsi que leur chants ont été la cible pendant toute la manifestation de militants de droite, qui ont échoué à causer des altercations.

 

Source : http://www.cnt-ait.info/article.php3?id_article=1616

 

Lire la suite

Soutien aux inculpés du 11 novembre

3 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Répression


Du 15 au 25 Janvier
10 jours d'agitation contre les lois antiterroristes.


Passées les « fêtes », nous prévoyons que se déroulent pendant 10 jours, du 15 au 25 janvier, le maximum d'évènements, concerts, projections, débats, afin de faire ressurgir la question, afin que soit requalifiées les charges qui pèsent sur nos camarades, et que sortent ceux qui sont encore en prison. Il faut que cette opération de com' du ministère de l'intérieur se retourne et devienne une première et cuisante défaite pour ceux qui voudraient criminaliser l'action politique.
Cela permettra également d'annoncer et préparer un grande manifestation nationale le 31 Janvier.
Et même si cela n'est pas le principal, si ces événements permettent de récolter de l'argent pour le comité de soutien, nous en avons besoin.

La réussite de ces 10 jours dépendra essentiellement de la capacité à se mobiliser de ceux qui nous soutiennent, ou veulent nous soutenir.
Plus encore que de l'aide, nous avons besoin d'initiatives.
Nous n'avons pas de bureau national, peu de moyens, pas de centralité entre le comités. Tout au plus quelques personnes qui peuvent faire le relais entre ceux qui s'organisent. Mais nous pouvons, par contre, diffuser l'information le plus largement possible.

C'est à dire :

-Si vous êtes quelques uns dans une ville, constituez un comité de soutien, qui puisse relayer les actions et nouvelles à un niveau local. Envoyez nous un texte et un email, nous le ferons apparaître sur le site.

-Si vous avez les moyens d'organiser un ou des évènements dans ces dates, nous les annoncerons. Nous pouvons aussi faire passer toutes les informations ou matériel nécessaire pour une table de presse, et éventuellement venir, selon où, quand et pourquoi.

-Si vous êtes un groupe de musiciens sans salle, ou une salle sans groupe, nous tâcherons de vous mettre en contact les uns avec les autres.

-Et enfin, nous pouvons nous concentrer sur l'organisation de quelques soirées de plus grande ampleur. Si vous connaissez des groupes connus ou des gérants de salles assez grandes qui seraient prêts à participer, nous donner leur contact serait une aide précieuse.

A peine plus d'un mois pour préparer tout cela, c'est assez court. Il y a une certaine urgence.

Il arrive que le vent tourne. A nous tous d'en faire une tempête.
Sabotons l'antiterrorisme.



Pour nous contacter à propos de l'organisation de ces 10 jours:
soutienconcerts.tarnac(at)gmail.
com
 
Lire la suite

GAZA : ARRETONS LE MASSACRE DU PEUPLE PALESTINIEN !

2 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Appels

GAZA : ARRETONS LE MASSACRE DU PEUPLE PALESTINIEN !

Face à l'urgence et au scandale de la situation à Gaza, un collectif
local d'associations, de syndicats et de partis politiques, qui
soutient une Paix juste et durable au Proche-Orient appelle à une manifestation le :

SAMEDI  3  JANVIER  2009,  à 15 h
PLACE DU 8 SEPTEMBRE, à Besançon.


1 million et demi de personnes assiégées, affamées, bombardées depuis 18 mois c'est une punition collective et donc un crime de guerre aux termes de la 4e convention de Genève art.33Bis.
1 million et demi de personnes qui subissent une agression d'une  violence sans précédent de l'armée israélienne, c'est encore un crime de guerre !
L'union Européenne a donné le feu vert à Israël pour ce crime en décidant à l'initiative de sa présidence française, et contre le parlement européen, du « rehaussement » des relations Union Européenne - Israël.

Nous exigeons :

- l'arrêt du massacre
- la levée immédiate et totale du blocus
- la suspension de tout accord d'association entre l'UE et     Israël
- des sanctions immédiates contre Israël
- la protection de la population de Gaza et de tout le peuple palestinien.



AFPS Besançon
afps25@orange.fr
Centre Pierre Mendès-France
3 rue Beauregard - 25000 Besançon

site national = http://www.france-palestine.org

 

Lire la suite

Bonne année sans dieu et sans maître

1 Janvier 2009 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #groupe Proudhon - FA

Le Groupe Proudhon de la Fédération anarchiste

de Besançon vous souhaite une

Bonne année sans dieu et sans maître
Lire la suite
<< < 1 2