Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

11 Novembre

11 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Rendez-vous

Compagnons, camarades

Une rue de Besançon porte le nom de Bersot. Qui était cet homme : Industriel de la région, il fit un don d'1 million de francs à la municipalité de Besançon à la fin du XIXème siècle  d'où ce titre de bienfaiteur.   

Il ne faudrait pas oublier que s'il fit fortune, c'est sur le dos du prolo et que s'il « voyait de grands inconvénients au point de vue de la morale »  à ouvrir une piscine à Besançon il n'en voyait guère à fabriquer des alcools (il était administrateur d'une distillerie). 

Si nous vous invitons dans la rue le 11 novembre,  ce n'est pas pour parler de ce Bersot-là, c'est pour réparer une injustice.
En effet en février 1915, après une parodie de procès de 2 jours était fusillé un soldat franc-comtois. Son crime : avoir refusé de porter un pantalon en loque et maculé de sang pris sur un mort.  

Son nom Lucien Bersot

 

En ce début 1915 cette guerre  qui fera des millions de morts devenait impopulaire, le troufion renâclait à se faire trouer la paillasse,  il fallait resserrer les boulons. Faire des exemples. Lucien Bersot en fut un. Débaptisons donc cette rue et renommons là


RUE LUCIEN BERSOT

Crions notre dégoût de la guerre, de l'armée, de toutes les armées .

Groupe Proudhon de la Fédération anarchiste
CESL  BP 121  25014 Besançon cedex  


fusillé pour l'exemple 

Combattons dès aujourd'hui le militarisme afin que nous n'ayons plus dans le futur à commémorer ce genre d'horreur.
Lire la suite

Qui célèbre la guerre, prépare la suivante

7 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

QUI CELEBRE LA GUERRE, PREPARE LA SUIVANTE !

 

Le 11 novembre, nous serons conviés à célébrer le souvenir de la grande boucherie de 14-18. Un million et demi de morts, trois millions et demi de blessés et mutilés (rien que pour la france)seront mis en avant par l?État pour glorifier patriotisme, nationalisme, esprit de soumission, de sacrifice et culte de la charogne. Derrière les trémolos des discours officiels, il s?agira de faire croire que ces foutaises sont des valeurs positives et glorieuses alors que ceux qui meurent actuellement en Irak pour le pétrole ne sont que les descendants de ceux qui sont morts jusqu?en 1918 pour les Krupp, Schneider, de Wendel?

 

 

Militarisme de gauche ou de droite : on ne marche pas !

 

 

Cette commémoration patriotico-virilo-sexiste s?inscrit dans un cadre français et international particulièrement inquiétant ou gauche et droite ne se distinguent guère.

 

 

En france, le budget militaire est toujours le deuxième de l?État et celui-ci s?est engagé dans un important programme de missiles nucléaires (M 51) destinés à mener des attaques préventives. Le plan Vichy Pirate (qui est un état d?exception déguisé) est en place depuis plus de 10 ans dans l?indifférence générale. On reparle d?un service « civique » obligatoire pour réapprendre la patrie à la jeunesse.

 

 

L?armée se prépare depuis longtemps à intervenir dans les banlieues, les manifestants se heurtent systématiquement à la gendarmerie mobile. Lles outils de surveillance et d?intervention militaire se banalisent dans le maintien de l?ordre social et politique (drones de surveillance). L?armée racole ouvertement dans les établissements scolaires, les gares, les banlieues.

 

 

Internationalement la Rance est toujours un des plus gros marchands d?armes du monde. Sarkozy propose et vend du nucléaire civil (Maroc) comme militaire (Allemagne). L?armée rançaise intervient de plus en plus ouvertement en Afghanistan aux côtés du cher allié américain. Le retour dans l?OTAN est programmé (traité conçu et dirigé par les USA). Les mercenaires, services spéciaux et militaires français interviennent partout en Afrique. Les USA quant à eux, relancent sciemment la course aux armements nucléaires entre eux et la Russie tandis qu?ils continuent à massacrer le peuple irakien.

 

 

Ni bleue, ni blanche, ni rouge, à bas toutes les armées .

Pour les libertaires, il ne peut pas y avoir de compromis avec les massacreurs du passé, du présent et du futur qui ont noms État, Capitalisme, Armées. Nous refusons toutes les logiques guerrières, la barbarie militariste, le bourrage de crâne patriotique et affirmons haut et fort notre antimilitarisme, notre solidarité avec les victimes du colonialisme et de l?impérialisme, les déserteurs et les insoumis de tous poils et toutes nationalités.

 

 

 

 

Lire la suite

Marie-Antoinette

5 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Communiqués

En 1789 Marie-Antoinette aurait demandé l'origine des troubles révolutionnaires. On lui aurait dit que les gens manquaient de pain. À quoi elle aurait répondu : « s'ils n'ont plus de pain, qu'ils mangent de la brioche ! »

 

Christine Lagarde, la ministre de l'économie et des finances dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France, avouait n’avoir d'autres remèdes à proposer aux Français  que de faire de la marche à pied, du vélo ou de recourir au covoiturage pour atténuer  les conséquences de la hausse jugée durable du prix du pétrole.

 A l’une l’échafaud et à l’autre : notre mépris 

Lire la suite

Un visa pour Joseph !

2 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #contre les expulsions

Un visa pour Joseph !

 

 

Pour qu’il puisse reprendre ses études interrompues par une expulsion honteuse en 2006

 

Le vendredi 10 février 2006, Joseph Kollie, étudiant libérien à la Faculté des Lettres de Besançon était expulsé de façon honteuse, alors qu’il était à 5 mois d’obtenir sa licence. Demandeur d’asile, Joseph avait entrepris des études avec succès. Dès l’instant où il a été débouté du droit d’asile, il n’avait plus le droit de continuer car il n’était pas entré en France avec un visa pour études.

 

 

 

Avant son expulsion, le Préfet du Doubs n’a eu de cesse d’affirmer à son Comité de Soutien que, s’il voulait poursuivre des études, Joseph Kollie devait demander un visa pour études auprès des autorités consulaires de son pays. Après son expulsion les Ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur d’alors nous ont donné l’assurance que Joseph Kollie n’était pas interdit du territoire français.

 

 

Or, en 2006, il n’y avait aucune représentation diplomatique de la France au Libéria, pour des raisons d’insécurité dans un pays en ruine après la guerre civile qui l’avait ravagé. La préfecture du Doubs, cependant, n’hésitait pas à affirmer qu’il n’y avait aucun danger pour Joseph Kollie... Le Consulat de France le plus proche, qui prend en charge le Libéria est à Abidjan, en Côte d’Ivoire soit à 1000 km de distance, (le prix d’un billet d’avion A/R entre Monrovia et Abidjan est de 285 $, l’avion est le seul mode de liaison entre ces deux villes).

 

 

Le Consulat créé un véritable parcours d’obstacles pour pouvoir simplement déposer un dossier de demande de visa long séjour pour études. Par exemple « la prise de rendez vous pour déposer le dossier doit être faite par téléphone à partir d’un poste fixe identifié en Côte d’Ivoire ». Donc pas depuis le Libéria !

 

 

Le Comité de Soutien à Joseph Kollie, composé essentiellement d’enseignants et d’étudiants, avait constitué depuis Besançon son dossier de demande de visa. Ce comité avait demandé, vu ces obstacles insurmontables financièrement pour Joseph (salaire des vacations de Joseph à l’Université de Monrovia pour des heures d’initiation au français : 40 $ mensuels), une dérogation au Ministre des Affaires Etrangères :par exemple en remettant le dossier au Ministère à Paris qui l’aurait transmis à Abidjan . Le Ministre a refusé.

 

 

Aidé financièrement par le Comité de Soutien, Joseph s’envole pour Abidjan, passe plus de quinze jours à l’hôtel entre la prise de rendez vous, le rendez vous. Finalement, Joseph obtient une réponse : son visa est refusé sans motif (après un racket de 100 € pour frais de visa).

 

 

A son retour au Libéria, Joseph avait perdu ses vacations et ses 40$ mensuels. Il ne les a retrouvés qu’en avril 2007.

 

 

En 2007, le Comité de Soutien constitue à nouveau un dossier de demande de visa pour Joseph (le dossier est cette fois assorti d’une promesse d’embauche), et l’envoie à Joseph par Chronopost (50€).

 

 

Depuis le début de l’année 2007, il y a un Ambassadeur de France en poste à Monrovia au Libéria. Nous pensons que cela devrait les choses et Joseph est plein d’espérance.

 

 

En fait, il n’en est rien : cet Ambassadeur, qui ne dispose pas de Consulat, refuse obstinément de prendre en charge le dossier de demande de visa de Joseph et de le faire parvenir au Consulat de France à Abidjan.

 

 

Joseph devrait donc, comme l’an dernier, subir la course d’obstacles du Consulat d’Abidjan, avec toutes ses conséquences : avion, attente à l’hôtel à Abidjan, etc ….

 

 

Joseph n’en a pas les moyens financiers, le Comité de Soutien ne les a plus !

 

 

Quel est d’ailleurs l’étudiant libérien qui a les moyens financiers pour se permettre cette course d’obstacles, sciemment organisée pour limiter le nombre de visas ?

 

 

·                                 Nous exigeons que Joseph Kollie puisse déposer son dossier de demande de visa pour études à l’Ambassadeur de France à Moravia.

 

 

·                                 Le contenu du dossier remplit scrupuleusement toutes les conditions. Joseph Kollie doit obtenir son visa. Un refus serait une preuve d’arbitraire.

 

 

 

·                                 Joseph Kollie doit revenir continuer ses études, interrompues de façon honteuse parce qu’il était entré en France sans le bon papier !

 

 

 

 

 

 

Nous vous demandons de signer et de faire signer la pétition pour le retour de Joseph sur le site du Réseau Educations Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org/?article9240.

 

 

N’hésitez pas à laisser un message de soutien, celui-ci, ainsi que votre signature, sera transmis directement à l’Ambassadeur de France au Libéria, au Consul général de France en Côte d’Ivoire et au Préfet de Franche-Comté. Nous enverrons également les pétitions à Brice Hortefeux, Ministre de l’immigration et de l’identité nationale.

 

N’attendez pas, faites-le maintenant, cela prend 2 minutes !

 

Le Comité de soutien Joseph Kollie/RUSF Franche-Comté

 

 

Lire la suite

Oaxaca

1 Novembre 2007 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Oaxaca Mexique

 

 

                 
    Il y a un an, Brad Will tombait... à Oaxaca
Le 27 octobre 2006, dans le quartier de Santa Lucia del Camino, les bras armés du gouverneur de Oaxaca tiraient sur la foule, faisant plusieurs morts dont Brad Will, membre d'Indymedia New York.
Ce 27 octobre 2007, près de 7 000 personnes ont défilé à Oaxaca pour lui rendre hommage ainsi que pour toutes les autres personnes assassinées par le pouvoir mexicain.

Des affiches ont été posées au lieu où, l'an passé, les milices gouvernementales avaient abattu le camarade d'Indymedia.

Les personnes ayant tiré les coups de feu ont été identifiées, puis arrêtées...puis relâchées peu de temps après.

Aujourd'hui, il reste près de 50 prisonniers politiques dans les geôles mexicaines, et plusieurs dizaines de disparus.

 Source http://rebellyon.info/

Lire la suite
<< < 1 2