Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nucléaire ET la bougie

14 Janvier 2017 , Rédigé par groupe Proudhon FA Publié dans #Nucléaire

Le nucléaire ET la bougie

 

Depuis avril 2016 les révélations se succèdent, suite à la découverte de défauts de fabrication sur la cuve de l'EPR à Flamanville.

Des contrôles ont mis en évidence la présence de pièces défectueuses (réalisées par Areva au Creusot et par le japonais JCFC) dans des dizaines de réacteurs, ainsi que des certificats de sûreté falsifiés ("des incohérences, des modifications ou des omissions"). Il est notamment apparu que de nombreux réacteurs actuellement en service sont dotés de générateurs de vapeur non conformes, susceptibles de rompre et de causer une catastrophe nucléaire. Or, dans les démonstrations de sûreté, la rupture de la cuve ou d’un générateur de vapeur est dite "exclue", ce qui signifie qu’il n’y a alors aucune parade possible !

 

L'Observatoire du Nucléaire, animé par Stéphane Lhomme, avait alors déposé plainte contre Areva pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "faux et usage de faux". Une enquête é été ouverte par le pôle santé publique du Parquet de Paris.

 

Ainsi pendant des décennies, les dirigeants industriels et politiques nous ont vanté une industrie nucléaire française "à la pointe de la technologie", "que le monde entier nous envie", surveillée par l’Autorité de sûreté (ASN) "la plus compétente et la plus stricte qui soit" pour aboutir à un parc nucléaire en véritable état de délabrement, des dizaines de réacteurs contenant un nombre inconnu de pièces défectueuses depuis 1965, une Autorité de sûreté prise en flagrant délit d’incompétence ou de complicité.

 

Areva (ex-Cogema), EDF et l'ASN sont complices, dans "l'intérêt supérieur" de l'industrie nucléaire.

14 réacteurs ont dû été arrêtés pour des vérifications… qui sont réalisées par EDF et Areva, sous contrôle de l'ASN !

Face au coût des importantes importations d'électricité et aux perspectives du froid qui s'annonce, l'ASN a autorisé fin décembre le redémarrage d'une partie de ces réacteurs, et en janvier pour les autres.

À noter que l'ASN n'a pas publié ses autorisations, ce qui a pour effet de ne pas pouvoir les contester en justice.

 

L’Observatoire du nucléaire exige leur publication et a déposé un recours en urgence pour faire annuler les autorisations devant le Conseil d'État, qui a été jugé recevable et sera examiné lors de sa séance du vendredi 13 janvier 2017.

 

 

-> Pour aider l’Observatoire du nucléaire :

http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article119

 

 

P.S. : Pour renflouer la filière nucléaire, l'État vient de vendre 1,14 milliards d'euros sur sa participation dans le capital d'Engie (ex GDF-Suez). Très "bonne affaire" pour le contribuable puisqu'en 1 an le titre avait perdu 25, 8 % de sa valeur.

Ce n'est qu’un début, continuons le… désastre, puisque l'État s'est engagé à injecter 7,5 milliards d'euros pour éviter les faillites d'Areva ou d'EDF.

 

-> Pour les parisiens, un exposé-débat animé par Stéphane Lhomme :

Réacteurs vérolés, documents falsifiés :
que se passe-t-il dans le nucléaire français ?

Paris - Samedi 14 janvier 2017 de 14 h à 16 h

Bourse du travail (salle Jean Jaurès, au sous-sol)

3 rue du Château d'eau (10e), métro République

Le nucléaire ET la bougie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :